Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 août 2020 1 10 /08 /août /2020 10:14

 

 

 

 

 

 


Les moulins, c’était mieux à vent ?
Quand on voit beaucoup de glands à la télé, faut-il changer de chêne ?
Si le ski alpin… qui a le beurre et la confiture ?
Je m’acier ou je métal ? Que fer ?
Un prêtre qui déménage a-t-il le droit d’utiliser un diable ?
Est-ce que personne ne trouve étrange qu’aujourd’hui des ordinateurs demandent à des humains de prouver qu’ils ne sont pas des robots ?
Est-ce qu’à force de rater son bus on peut devenir ceinture noire de car raté ?
Est-ce qu’un psychopathe peut être embauché comme psychologue chez Lustucru ?
Si Gibraltar est un détroit, qui sont les deux autres ?
Est-ce que l’on peut demander à une femme battue si son mari est un bon coup ?
Lorsqu’un homme vient d’être embauché aux pompes funèbres, doit-il d’abord faire une période décès ?
Je n’ai jamais compris pourquoi le 31 mai est la journée sans tabac, alors que le lendemain c’est le premier joint
!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

I
Sympa comme tout ces petites phrases !!! :)
Bonne soirée bises
Répondre
D
Bonjour ma chère Simone,



Aussitôt que la neige tombe, les habitués du ski alpin sortent leur matériel de glisse du placard.

Cependant avec le réchauffement climatique, le domaine skiable se réduit d'année en année, comme une peau de chagrin.
Il faut aller de plus en plus haut, pour trouver de la bonne poudreuse.
Et le nombre de skieurs ne fait que croître.

Il y a une trentaine d'année, un ami vivant à Annecy m'avait fait visiter les principales stations de ski.
Je n'en revenais pas, du nombre de personnes qui se côtoyaient sur la piste.
C'était une véritable autoroute.
Je ne m'imagine pas un seul instant, de me retrouver au-milieu de tout ce monde qui dévale.
C'était délirant.
Je suppose que de nos jours, la situation est pire.
Comment alors ne pas se renter dedans... ?

Evidemment, il y a différents niveaux pour se familiariser avec la pente.
Plus le trajet est pentu, plus la vitesse est grande.
Cette dernière est proportionnelle au pourcentage de l’inclinaison.

Il est tout de même préférable de faire du ski à la montagne… plutôt que sur les monts du Beaujolais.
Sinon la descente sera brève et lente dans ma région.
Encore faut-il qu’il y ait suffisamment de neige.

Des canons à neige parviennent à saupoudrer les pistes.

Mais le niveau de la neige éternelle s’élève de plus en plus.
Pour trouver une station de ski bien enneigée, il faut se rendre à Tignes.
En effet, l’ouverture du glacier de la Grande Motte culminant à 3 456 mètres, offre la possibilité de skier de novembre en mai.

L’endroit offre un accès à de superbes pistes, idéales pour tous les mordus de glisse.
1400 mètres de dénivelé, permettent d’accéder à de formidables sensations.

Rare sont les stations qui sont ouvertes en Novembre.
Les habitués de la glisse, recherchent les stations de ski les plus hautes… avec un domaine skiable étendu.
L'altitude est donc un atout surtout à cette époque où la neige devient rare.
Le massif vosgien est devenu difficilement skiable, même au coeur de l’hiver.

Je vivais à dix kilomètres du département des Vosges, lorsque je résidais à Baccarat.
Puis ce fut en Alsace que j'ai passé une paire d'année à proximité de Ribeauvillé.
Depuis Guémar, je voyais la ligne bleue des Vosges….qui se dessinait à l’horizon.
C'était splendide avec la vigne au pied de cette montagne du nord de la France.
La neige demeurait encore abondante, dans les années 70.

De nos jours, les cimes sont devenues dégarnies, un peu comme mon crâne.
Le problème demeure simple à comprendre.
Il faut une altitude suffisante, pour que la neige tienne au sol.
Ce qui signifie qu’elle ne doit pas fondre rapidement.

Sinon, il faut changer de latitude, en se rendant en Norvège. Dans ce cas à 1500 mètres, les pistes sont enneigées durablement.
Ce qui est normal puisque l’on se rapproche du pôle Nord.
Ce gros glaçon demeure tout de même très proche.

Malgré tout, en France la plupart des massifs montagneux sont favorables à la pratique de la glisse.
Il me semble que durant l’hiver 2019/2020, la neige n’était pas au rendez-vous sur les Vosges.
Et dans certaines stations alpines, des chasses neige amenaient de la poudreuse d’altitude pendant la nuit, afin que les pistes soient praticables le matin.

L’absence de neige est dramatique pour les régions dont le budget est dépendant de cet apport financiers.
L’enjeu est important car les stations se sont endettées pour investir dans des remontées mécaniques, et des canons à neige.

Les stations les plus élevées sont celles qui ont le plus de succès, puisqu’elles peuvent offrir des pistes plus longues.
Même au niveau du calendrier, elles seront nettement enneigées plus tôt, et plus tardivement dans l’année.
Méribel, La Plagne, Courchevel, l’Alpes d’Huez, Chamonix, Les Arcs, Serre Chevaler et bien d’autres stations des Alpes du Nord, sont les plus renommées.
Cette année avec l’arrivée de la Covid-19, les domaines skiables furent désertés.
Les pertes financières sont importantes, mais pas encore aussi dramatiques que les zones qui dépendent du tourisme étranger.
Paris, Nice et les principales villes de la Côte d’Azur.
Les riches oligarques russes et les chinois nantis ne sont pas venus.

Pour les stations hivernales huppées, ces consommateurs aisés ne seront pas présents dans les palaces.

Cependant, les français resteront dans l’hexagone, et les hôteliers devront casser les prix pour attirer la clientèle.

Il y a les pistes bleues pour les débutants, et ceux qui ne progressent pas avec des skis aux pieds.
Les pistes rouges sont plus pentues pour des skieurs confirmés.
Les noires sont pour ceux qui sont à l’aise, pour descendre les pistes les plus vertigineuses.
Ceux-ci tentent souvent de faire du hors piste, afin d’être seuls dans un immense domaine blanc.
Evidemment, aussitôt que l’on sort des territoires sécurisés, les avalanches sont à redouter.

Il y a évidemment les champions… qui s’attaquent à des pourcentages de pente qui flirtent avec les 80 %.
La verticalité ne leurs fait pas peur.

Les gens qui en sont les experts sont rares.
Ils sont dans la catégorie des trompes la mort… qui descendent les montagnes les plus abruptes de la planètes.
Pour ce genre d’exercices, il faut être prêt physiquement.
Avoir une grande confiance en soi et un savoir-faire exceptionnel, pour se lancer dans le ski freeride.

Richard Permin, est un champion de ce ski extrême.
Ces exercices ressemblent plus aux risques que prennent les cascadeurs.

Personnellement, je ne m’aventurerais que sur une piste bleue, comme les petits gamins qui débutent et les pépères.

Cependant à mon âge, je crois qu’il vaut mieux éviter de monter sur des skis, afin de ne pas se casser un os.


Bonne journée, mon amie.
Gros bisous. dédé.
Répondre
D
Bonjour ma chère Simone,

Je n'ai jamais chaussé des skis dans le massif alpin.
Par contre j'ai participé plusieurs fois à du ski de fond dans le Jura... sans être particulièrement performant.

Il est certain qu'il faut de l'entraînement, pour se considérer moyen.
Donc comme je ne suis pas dans la catégorie des bons, je ne peux faire partie que des nuls.
Malgré tout, je suis toujours arrivé à finir le trajet défini.
Parfois en haletant, à cause de la cigarette qui avait déjà une empreinte sur mes bronches.
Et pourtant j'étais jeune. Je n'avais que 30 ans la première fois.
Le ski de fond consiste à monter des pentes, et à les descendre.
En général, le trajet forme une boucle d’une dizaine de kilomètres.
Parfois du double.
C'est à dire que l'on arrive au point de départ.
Le terrain est plus souvent vallonné plutôt que très pentu.

Les risques de se blesser gravement, sont plus rares qu'en s'adonnant au ski alpin.
Le plus souvent, le casque est remplacé par un bonnet.
Cependant, il ne faudrait pas croire… que le parcourt ne demande pas d'effort.
Il est nécessaire tout de même d'effectuer le trajet le plus rapidement possible.

Le ski alpin est différent par rapport au ski de fond.
Ce sport est plus grisant lorsqu’on parvient à tenir sur les deux planches.
Tout d'abord, il se pratique sur un terrain qui se trouve toujours en pente.µ

Skier consiste à glisser sur une pente enneigée, avec des skis aux pieds.
C'est une pratique sportive dite de glisse... qui s'adresse à des amateurs de sensations fortes.
Ce qui n'empêche pas d'admirer le beaux paysage blancs des cimes.
En hiver, la montagne est belle.
Mais il est tout de même préférable de regarder devant soi.

Quel plaisir de dévaler une pente à grande vitesse.
Il faut de l'équilibre pour tenir debout.
Au début, les chutes sont obligatoires.
Même lorsque le départ semble donner de l'assurance au débutant, il finit toujours les fesses dans la neige.

C'est comme le vélo, il faut apprendre à répartir son poids, à l'aide de la souplesse du corps.
Il est préférable tout de même d'être dans des conditions physiques assez bonnes.
Quoique tout dépend de la pente.

Cependant, il est nécessaire de s'entraîner afin de profiter pleinement du plaisir… que ce sport apporte.
De plus, pour éviter les blessures, il est préférable que les muscles soient habitués à supporter les secousses.
Car ce n'est pas de tout repos, de descendre des pistes en étant remué de tous les côtés.

Evidemment, la pratique de la glisse alpine demande une paire de skis adapté au niveau du sportif.
Les chaussures sont importantes pour la sécurité.
Il faut aussi les bâtons, et un casque demeure souhaitable.
Les bâtons sont ce que la perche demeure pour l'équilibriste.
Ceux-ci augmentent la possibilité d'équilibrer ses mouvements, surtout dans les virages en servant d'axe de rotation.
Les fixations des chaussures sur les skis, doivent être adaptés au niveau du skieur.

La vitesse dans un milieu froid, demande une tenue particulièrement chaude, pour glisser avec un certain confort.
Il existe des combinaisons spéciales que les pratiquants expérimentés utilisent.
Les gens aisés aussi, même s’ils sont débutants.
Car tout ce matériel représente un budget important.

Evidemment, il ne faut pas négliger le port des lunettes.
La réverbération du soleil brûle les yeux. Ce n'est donc pas un luxe d'en porter.
De plus, il est préférable d'avoir une bonne visibilité en descendant une piste à toute allure.
Car évidemment, il y a du monde qui s'adonne à ce plaisir d'hiver.
Ensuite, il est préférable d'avoir un forfait pour accéder aux remontées mécaniques.

Une fois que le débutant commence tomber moins souvent, il peut commencer à avaler des kilomètres de descentes folles.

Je ne suis pas un expert en la matière, avec ma pratique du ski de fond qui est totalement différent.
Je ne connais pas le plaisir de descendre une piste très pentue, même si une grande majorité de français a déjà goûté à celui-ci.

Je suppose que lorsqu'on a commencé à en faire, il est difficile de ne pas recommencer à savourer les sensations fortes de la glisse.


Avec le temps, le ski s’est démocratisé.
Ce sport devient donc à la portée de presque tous, avec tout de même un minimum de moyen.

Evidemment, il faudra éviter les stations renommées… que les personnes aisées fréquentent.



Bonne journée, mon amie.
Gros bisous. dédé.
Répondre
E
Je viens te souhaiter une bonne journée, Simone
Répondre
D
Bonjour ma chère Simone,



Témoins d’un autre temps, les moulins à vent ne sont plus que des objets de nostalgie.
Ils sont les vestiges du passé.
Parfois en pierre ou en brique, ils sont aussi fabriqués en bois.
Ces machines qui étaient dans le temps essentielles aux meuniers, sont devenues des monuments magnifiques.

Il ne faut pas oublier les moulins à eau, dont les plus anciennes machines hydrauliques datent de 2500 ans avant J.C.
Le système est un levier à contrepoids, qui permet de plonger un seau dans un puits.
Il est encore utilisé aujourd'hui au Proche Orient.
Notamment en Egypte.
Le moulin à eau du début de l’ère chrétienne, était constitué d'une grande roue verticale munie de godets.
La vraie roue à aubes daterait du IIIe siècle avant J.C. Elle actionnait les meules pour faire de la farine dans les pays méditerranéens.

Le mécanisme de la transmission a évolué au fil des siècles.
Les engrenages permettaient les transmissions entre les mouvements horizontaux et ceux verticaux des meules.
En Egypte et en Iran, le moulin à vent est inventé.
Ces machines permettaient de faire de la farine, de concasser des minerais, de broyer la canne à sucre ou de décortiquer le riz.

Avec l'arrivée des métaux, les procédés mécaniques sont plus fiables. C'est au Moyen-Age que les moulins sont les plus nombreux sur le territoire de France.

Les moulins à vent ou à eau ne manquent pas de charme.
Il y a une élégance dans le mouvement circulaire des deux systèmes.
Gracieuses, ces machines que nous pourrions appeler industrielles, sont ravissantes.

Dès l'antiquité, les hommes utilisent la force de l'eau pour la transformer en énergie.
Le courant d'une rivière fait tourner une roue à aubes.
Rien que ce spectacle dans la nature, demeure poétique.
Le ruissellement de l'élément liquide se mélange au bruit du bois qui souffre.
L'équipement de ces merveilleuses machines reste malgré tout silencieux. Ce qui permet d'entendre les oiseaux qui chantent.
Cette source de puissance est variable, selon le débit du cours d'eau.

Il est certain qu'à cette époque du réchauffement climatique et du manque d'eau, les moulins ne seraient pas capables de nous fournir de la farine...et bien d'autre produits comme l'huile d'olive, le malt, des graines de moutarde, etc.
Les innovations ne font qu'accroître le rendement d'un moulin.
Les mouvements circulaires sont le principe même, du moulin. Ce dernier devient un véritable moteur... qui entraîne les meules.
Seule la machine à vapeur, le détrônera.

Durant le mois d'août 1980, j'étais parti en Suède et en Norvège par la route.
Un ami m'accompagnait dans ce périple estival, en passant par l'Allemagne et le Danemark.

A l'époque, j'étais un féru de photos.
J'avais évidemment tout l'attirail, du bon photographe amateur.
Nous étions encore à l'époque de l'argentique.

Arrivés en Suède, nous avions vu un magnifique moulin à vent, au milieu d'un champs de blé.
Les épis avait une jolie teinte rousse. Le grain était mûr.
Je m'étais glissé avec délicatesse dans ce paysage doré, pour avoir assez de recul.
Ainsi en me mettant à la hauteur des épis, la vue sur le moulin ne pouvait qu'être idéale.
J'avais changé ma pellicule photo, juste avant de me régaler de ce spectacle ravissant.

Par la suite, j'ai fait d'autres diapos.

En revenant en France, j'avais de nombreuses pellicules à faire développer.
Lorsque j'ai récolté les images que l'objectif avait saisi, je n'ai jamais trouvé les photos du champs de blés, et de son merveilleux moulin.

Tout simplement parce que parmi mes pellicules utilisées, une d'entre elles ne s'était pas déroulée dans l'appareil.
Donc toutes les photos qui furent prises, n'avaient pas de support.
En fin de compte, j'étais vraiment un amateur.
Car normalement en déroulant une pellicule, il y a un chiffre qui s’affiche sur l’appareil.
Je ne m’en étais pas rendu compte… pendant un moment.
Je ne garde qu'en mémoire, ce charmant paysage des blés suédois.


Lorsque j’étais à Barcelone avec mon APN à pixels, je n’avais pas besoin de changer de pellicule.
C’était chouette, pour prendre les splendeurs du parc Güell.
J’ai donc mitraillé tout ce qui passait devant l’objectif.

Malheureusement, il n’y aura aucune photo de cette sortie, car on me vola mon appareil.

C’est donc bredouille que je suis rentré de cette journée de visite… avec uniquement l’étui vide de ma boîte à pixels.

Mais revenons à nos moulins qui continuent à tourner grâce au vent, ou au ruisseau qui s’écoule.
Dans le paysage, ces constructions sont majestueuses.
Si aujourd’hui, les moulins ne sont restaurés que pour leur beauté, ils demeurent tout de même des outils exceptionnels du passé.

Le vent reste une force que l’on utilise dans la marine à voile.
Cette source d’énergie, est inépuisable.
C’est pour cette raison que les éoliennes poussent comme des champignons, un peu dans tous les coins du monde.

Pour les moulins à eau, c’est une autres histoire.
Les niveaux des rivières cette année, sont dramatiquement bas.
Les roues à aubes ne sont plus actionnées, car elles se trouvent au sec.

Nous recommençons à utiliser les énergies renouvelables…comme il y a plusieurs siècles.

Ainsi va la vie. C’est un éternel recommencement, avec des avancées technologiques extraordinaires.


Bonne journée, mon amie.
Gros bisous. dédé.
Répondre
T
Salut,

Le temps est ensoleillé et il fait doux.

On espère que ca durera comme ça.

Bonne journée
Répondre
T
Salut,

Tout se passe bien au royaume de Gardincour.

On va déjeuner sous parasol un menu d'été.

Est-ce la dernière ligne droite pour l'Islam?
Répondre
D
Bonjour ma chère Simone,


Un psychopathe peut éventuellement être embauché chez ‘’ Lustucru ‘’ comme spécialiste des maladies de la tête.

Le fait de n’avoir pas tout à fait la sienne sur les épaules, le rapproche éventuellement des dérangés psychiatriques.
Il les décèlera plus facilement… qu’un psy ordinaire qui ne connaît le problème qu’en théorie.

Tout est possible chez ‘’ Lustucru ‘’.
D’ailleurs le nom de la marque des pâtes, est justement dans la possibilité d’une telle chose.

A l’armée, j’étais passé devant un psychologue qui avait un bec de lièvre.
Je suppose que celui-ci devait avoir eu des complexes.
C’est bizarre d’être interrogé par un spécialiste…qui a un problème physique.


J’ai passé Gibraltar au moins huit fois, avec le porte-avions Clémenceau.
Il faut en effet que le nombre soit divisible par deux…puisqu’il fallait retourner en Bretagne.
Son port d’attache se trouvait à Brest…et nous nous rendions souvent à Toulon.
Ce qui faisait une belle trotte car il fallait faire le tour de l’Espagne et du Portugal, avant de passer le détroit.

Ce détroit sépare l’Afrique de l’Europe.
Il est comme son nom l’indique, d’une faible distance marine entre les deux continents.
Ce bras de mer est pourtant un passage important pour les navires.
En effet, tous ceux qui viennent d’Asie, passent par le canal de Suez et par cet endroit.
Tout le monde se retrouve donc dans ce rétrécissement de 14 km.
Ce qui représente la distance la plus proche entre les deux côtes continentales.

Une femme marocaine l’a même traversé à la nage, malgré les courants.

Alors il est vrai que l’on a du mal à comprendre que les immigrés qui traversent la Méditerranée… le font en Libye, alors que c’est la distance la plus éloignée de notre continent.


Une femme frappée peut-elle considérer que son mari est un bon coup ?
Je pense qu’elle doit se libérer de ce mari violent.

Un homme qui frappe une femme n’est pas digne de se considérer comme un mâle.
En général, ce sont surtout des lâches…qui sont les auteurs de tels actes.

Et à première vue, ils sont nombreux même dans notre pays, à faire partie de ces minables.

J’avais vu à la télévision, un turc qui passait devant une juge.
Il lui avait dit que dans son pays, c’était la tradition.

Madame la juge lui avait alors demandé :
- ‘’ Vous vivez dans quel pays… ? ‘’.
L’homme avait répondu en France.

Elle lui a aussitôt infligé une peine de prison.
Je l’avais trouvé admirable, dans sa manière de mener le débat.

Je pense que chaque bonhomme qui frappe son épouse, devrait se retrouver derrière les barreaux.
Cette peine, peut rend la majorité de ceux-ci d’une douceur ovine.

Pour les autres, il faudra renouveler la punition … avec un séjour à l’ombre un peu plus long.
Ils finiront bien par être exemplaires.


Un homme qui est embauché aux pompes funèbres doit effectivement avoir une période décès.

Car ce métier demande un grand professionnalisme, pour diriger les procédures à suivre… avec un tact d’une grande élégance.
Chaque fois que j’ai eu affaire à eux, non en tant que défunt… j’ai toujours été surpris par la compétence qu’ils déployaient.

C’est véritablement un vrai métier… qui demande un effacement et une présence en même temps.
Ce qui n’est pas évident.
Mais le personnel sait le faire avec virtuosité.


La journée sans tabac est complètement ridicule…alors que le lendemain est le premier joint.

En tant qu’ancien gros fumeur, avec deux paquets de gauloises sans filtre par jour, je sais de quoi je parle.
Trois paquets lorsque c’était une journée de fête.

Alors comment s’abstenir pendant une journée… si l’on est véritablement sous l’emprise du tabac.
C’est impossible.

J’aimais regarder les jolies volutes bleues que la fumée dessinait, en sortant de mes pompes à air.
La nicotine faisait alors des ravages, sur mes alvéoles pulmonaires.
Lentement mais sûrement, elle a diminuée progressivement mes possibilités respiratoires.

Lorsque je l’ai abandonné la première fois, je suis retourné à elle.

En prenant de l’âge, je suis parvenu à rompre les liens qui m’y attachaient.
J’étais obligé d’utiliser un leurre, pour m’aider à ne pas rechuter dans ses bras.
C’était une fausse cigarette en plastique avec un produit à l’intérieur.
Celle-ci ne me quittait jamais.
Elle était le seul moyen de m’accrocher à ma force de caractère… qui demeurait fragile.
Il aura fallu huit ans avant que je puisse me séparer de cette fausse clope.
Mais jamais je n’ai repris la fumée délicieuse, de cette gauloise tueuse.

Parfois mon nez capte une odeur de tabac.
De très loin, lorsque mon voisin portugais descend les escaliers de l’immeuble.
Sur le moment il y a un peu de plaisir, mais sans aucun risque de replonger dans cette addiction.

J’ai cessé de fumer avant que mon emphysème ne soit détecté.
Un peu comme si je considérais qu’il était venu le temps, d’être prudent.

Aujourd’hui je suis donc séparé à jamais de ce plaisir assassin.
Il m’a presque démoli un poumon.
Ce qui n’est tout de même pas rien.

Fumer tue.
Il ne faut jamais commencer, afin de ne pas être l’esclave de ce tabac ravageur.

Il en est de même pour le premier joint.
Il ne faut jamais commencer à désirer planer.

Il vaut mieux conserver la tête sur les épaules, pour savourer les plaisirs de la vie.


Bonne journée, mon amie.
Gros bisous. dédé.
Répondre
E
Bonne journée Simone. Ici les températures ont baissé et c'est plus agréable
Répondre
D
Bonjour ma chère Simone,

L’autre jour, j’ai vu le prêtre de ma paroisse qui déménageait des cartons avec un diable.
Je n’ai pas pu m’empêcher de l’interpeller.
Je lui ai lancé :
-‘’ Mon père ! vous êtes en mauvaise compagnie. ‘’.

Celui-ci m’a regardé d’un air ahuri, sans comprendre mon intervention.
Je lui ai alors montré l’appareil qui lui simplifiait la vie.

Le curé m’a répondu :
- ‘’ il faut faire parfois un geste de générosité et de paix ! ‘’.
Puis il a rajouté :
- ‘’ vous devriez venir me donner un coup de main … ! ‘’.

J’ai alors compris que la religion avait des principes, à géométrie variable.

Un peu comme les vilains barbus qui coupent les mains des voleurs… et qui sont les premiers à se servir.
Sauf que ceux-ci énoncent leurs lois, en se donnant tous les droits.
Ce sont les méthodes de tous les dictateurs.
Pour ces fous de dieu, ils croient réellement le servir, en commettant le pire.

Comme le pourcentage de ceux-ci est tout de même élevé, il est difficile de dire que ce sont des personnes qui ont un problème psychologique.
Dans ce cas, la folie est répandue au sein de nombreux pays.
On dit souvent que les terroristes manquent tout simplement d’éducation religieuse.

Sauf que nous avons déjà vu par le passé, des régimes autoritaires… qui étaient suivis aveuglément par un pourcentage dément de la populace.
Il y avait tout de même des scientifiques et des élites… qui épousaient des thèses peu louables.
C’est justement ce qui me fait douter de l’intelligence humaine.

A moins que dans une meute barbare, chaque membre demande à devenir puissant.
Et malheureusement, la puissance est certainement le rêve de beaucoup de gens.
Ce qui permet de comprendre l’adhésion de plus d’un milliard de chinois, à une politique expansionniste.
Ce qui va à l’inverse des pensées humanistes.

Il y a donc tant de personnes dans le monde, à être au bord de l’obscurantisme.
Ce fait n’est guère rassurant.


Ce n'est pas rare que des ordinateurs me demandent si je ne suis pas un robot.
Je dois alors cocher les cases où il y a des passages piétons, ou des feux de signalisation.
La tâche est parfois compliquée.
Sur certaines photos, on ne voit que le support du feu.
Je ne sais jamais s’il faut l’inclure à ce dernier.
Je le coche en général, car je me dis que sans le pied, il n’y aurait pas l’indicateur routier.

Je suis surpris chaque fois.
Car un ordinateur performant devrait être capable de faire la différence entre un humain est un appareil '' intelligent ''.

Le marchand sur le net, prend beaucoup de précautions pour savoir si je suis bien en chair et en os. Il est moins regardant lorsque je règle la note.

Et surtout, je me demande comment font les caméras à détection faciale, pour reconnaître le visage de chaque individu chinois… dans une population aussi dense.

Je pense que le principe de savoir si je suis un robot, demeure tout de même dépassé.
Sommes-nous tellement en retard... sur les technologies nouvelles ?

Je me fais réellement du soucis.

A force de rater mon bus, il ne faut pas croire que je suis devenu un champion de car raté.
J’étais plutôt un spécialiste des trains loupés.
Enfin pas tout à fait.

Je m’étais avancé sur le quai de la gare de Culmont Chalindrey ( Haute Marne ).
Là, je devais prendre une Micheline pour me rendre à Nancy.

Il y avait deux wagons qui composaient ce train.
Lorsque je me suis présenté vers la première voiture, j’étais surpris de voir qu’elle était bondée.

La seconde était vide.
Je me souviens m’avoir dit que les gens étaient tout de même bizarre.
Je me suis installé confortablement dans le wagon.
J’ai commencé à lire le journal… qui se trouvait devant moi.

C’est lorsque j’ai entendu le départ de la micheline…que j’ai compris qu’il y avait quelque chose d’anormal.
En effet, le paysage n'avait pas bougé.
Je me suis rendu à l’avant du wagon.
Catastrophe, la première voiture n’était plus là.
J’étais donc assis dans un autorail qui ne partirait jamais.
Et je me trouvais tout seul à l’intérieur.

Je n’étais pas content.
D’autant plus que les deux voitures se touchaient.
Ma plainte cependant ne faisait aucun poids.

J’ai compris alors que mes neurones, n’avaient pas été assez réactifs.
Pourtant cette mésaventure date au moins de 40 ans.
Depuis, je suppose qu'il n'y a pas eu d'amélioration, dans ma boîte à idées.
Mes cellules pensantes ne sont pas plus dégourdies aujourd’hui.
Au contraire avec le temps, elles sont plus cool.

Mais comme je ne sors plus de chez moi, je ne peux plus avoir des problèmes de ce genre.


Bonne journée, mon amie.
Gros bisous. dédé.
Répondre
J
Génial !.....
Répondre
C
Oh génial les jeux d mots ...Bon Dimanche ...Amicalement
Répondre
W
Bonjour
Ces jeux de mot sont juste parfait!
Bisous
Répondre
Q
Excellents jeux de mots...
Une lecture que j'ai beaucoup aimée.
Merci pour tout.
Passe une douce journée.
Répondre
D
Bonjour ma chère Simone,



Les moulins d’avant était économiques et écologiques.
En effet, ils utilisaient la force du vent pour mouvoir les deux meules qui transformaient les grains de blé en farine.
De plus, le moulin à vent était très beau dans un champ de blés.
Il inspira d’ailleurs de nombreux peintres renommés, dont Van Gogh avec le moulin de la Galette.

A dix kilomètres de chez moi, il y a ‘’ Le moulin à vent ‘’ du Beaujolais.
Le vin porte l'appellation de cette belle construction.
Je sais que j'ai fait des photographies de cette dernière...qu'il faudrait que je retrouve.
Le moulin à vent est une manière de transformer l’énergie éolienne... en mouvement rotatif au moyen d’ailes.
Il est utilisé en général pour moudre des céréales.

Les ailes du moulin font tourner l’arbre moteur.
Celui-ci entraîne un rouet aux dents de bois... qui entraîne un pignon.
Il actionne la meule tournante sur la meule dormante.
Le grain se fait écraser entre les 2 meules, pour donner la mouture (farine et son).

Le moulin peut servir à écraser des olives, pour produire de l'huile.
Il est capable d'actionner une pompe.

Dès le 7 ème siècle, il fut utilisé chez les perses pour l'irrigation.
Les premiers moulins à vent sont apparus aussi en Égypte, vers l'an 600.
Puis ils se sont répandus en Europe, pendant le Moyen-Age.

Certains diront que c’était mieux avant.
Le moulin à vent était beau lorsqu'il était en action.
C’était romantique, même si le travail du meunier n’était pas facile.
Les moulins modernes fonctionnent avec plusieurs rouleaux les uns derrière les autres… qui sont entraînés par des moteurs électriques.
Mais peu à peu, le moulin d’avant à vent, est restauré de nos jours.
C’est la nostalgie de ce passé encore peu industrialisé … que nous recherchons.

Certaines personnes trouveront à dire que les ailes font du bruit…comme les grandes éoliennes.
D’autres ne sont pas opposés à conserver des vestiges du passé.


Je m’assieds ou je m’étale.
Que faire lorsque l’on ne sait pas trop si la sieste sera bénéfique, alors que le travail tend ses bras.
Etiré entre le lit qui me sourit…et le garage qui me fatigue, le choix à faire devrait être simple.
Pourtant il y a la voix de l’autodiscipline qui me harcelle, tant que je ne prends pas la bonne solution.
C’est à dire celle du travail.
Il y a une sorte de maltraitance, commise par cette discipline qui m’est propre.
Elle ne me lâche pas, même lorsque je suis relâché sur mon lit, bras et jambes en formant le X de l’insouciance.
Même si je suis sans arrêt tiraillé entre le repos mérité du retraité et le boulot qui me court après, je ne peux pas aller me plaindre à la police.
Pourtant le harcèlement est condamnable.
Mais pas celui de cette voix silencieuse…qui demeure inaudible pour les autres..
Je suis comme Bernadette Soubirou, je suis le seul à l’entendre '' la voix ''.


Il est vrai que le fait de s’asseoir sur un lit, permet plus facilement de s’étaler pour faire un somme.
Avant d’être à l’horizontal sur le drap, il est préférable d’y aller par séquences douces, plutôt que de s’élancer avec élan et de tout son poids, sur le matelas.
Les ressorts ramassent soudainement toute la charge, d’une manière inattendue.
Parfois certains rendent l’âme, lorsqu'ils sont fragiles.
C’est pour cette raison qu’il faut y aller par étapes consécutives.
S’asseoir tout d’abord, pour que les premiers ressorts s’enfoncent… en prévenant les autres d’un travail possible.
Ainsi les amortisseurs s’attendent à être sollicités.
Ils ne sont pas surpris lorsque la seconde phase arrive.
Puis il est nécessaire de poser son dos, avant de ramener ses membres inférieurs dans la prolongation d’une droite horizontale.

Dans ce cas, les ressorts ne souffrent pas.
Les plus faibles ne sont pas secoués par les spasmes d’une mort certaine.

Dans la vie il faut prendre son temps.
Il est nécessaire de le faire aussi pour s’allonger.
Pour se lever, j’ai l’habitude d’être brutal avec mon corps que je martyrise.
En effet, aussitôt que la sonnerie du réveil tinte dans la chambre, je me retrouve à la verticale.

Ce qui n’est pas bon pour mes gambettes... qui ne s’attendaient pas à une telle violence.
Il y a aussi la tête dont le cervelet était au repos…qui soudainement est secoué comme un poisson rouge dans un bocal.
C’est une façon de perdre la raison.
Pourtant en une dixième de seconde, l’homme est paré comme un automate bien programmé.

Le cerveau subit une réelle violence.
Je ne vais tout de même pas porter plainte contre un réveil un peu trop militaire.

Car il ne met pas de gants… pour me sortir de mon sommeil.
Il me crie dans les oreilles, comme ces adjudants souvent dénoncés comme des brutes écervelés.
C’est-à-dire des militaires de carrière... qui n’avaient pas inventés l’eau chaude, pour passer à un grade plus valorisant.

Ils sont au taquet, comme l’on dit dans le jargon sportif.


Bonne journée, mon amie.
Gros bisous. dédé.
Répondre
U
Ah les plaisirs de la langue ! Honni soit qui mal y pense !
Répondre
P
Un agréable article comme toujours qui fait du bien. Merci à toi
Répondre
E
Bonjour Simone. Ces questions jeux de mots sont très bien trouvées et m'ont fait sourire. La première est ma préférée. Bonne journée
Répondre
A
Voici qui me met en joie mais je ne sais pas jouer aux mots! Alors j'apprécie. Mais le bouc, que ce soit sur un homme ou sur ces chiens, je n'apprécie pas du tout! Pardon! C'est amusant certes mais cela remonte à mon enfance! Allez savoir pourquoi? Gisèle
Répondre
J
Vous Simone , on peut dire que vous l'affectionnez ce jeune homme et son chien .
Il est vrai en ce qui le concerne , tel maître , tel chien .
Un beau duo .
Une osmose totale ( sourire )
Répondre
S
beau montage photo ....oui ♥
L
bon jeux de mot
bises amicales
Répondre
L
....trop bon ces jeux de mots...j'ai adoré...;) vive le français !!!

bonne journée Simone

bise
Répondre
D
Excellent ! J'adore tous ces jeux de mots.
Je te souhaite un bon mardi, toujours dans une chaleur accablante malgré 3 gouttes de pluie hier matin !
Gros bisoux, ma simone ♥
Répondre
F
Tu es en pleine forme, Simone. Merci pour ce moment joyeux ! La chaleur n'a pas eu raison de ta vivacité. Moi j'ai fait pire, de la gelée de baies de sureau, c'est drôlement bon. Va falloir retourner à la cueillette :-)
E diker Schmoutz du soir.
Répondre
J
Super , merci pour ce très bon moment Simone et le partage (sourire)
@ tout bientôt
Répondre
S
✨Lᵒᵛᵉᵧₒᵤ
A
je viens te faire un petit coucou...
je voulais faire un article sur mon blog, mais impossible pour l'instant de rentrer dans mon administration...
j'espère que tu vas bien!
moi ça va!
bisous.
Répondre
D
Excellent ! Bises.
Répondre
M
Je m'acier ou je métal. Que faire ? Je bois un verre. Belle semaine et bisous
Répondre

Texte Libre

deytsc

Articles Récents