Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 11:28
C’est dur l’heure de la douleur

 

Il n’y a pas d’âge pour la douleur. Elle prend l’enfant au dépourvu dans son berceau, quand il agite son hochet et gigote. Une douleur soudaine qui secoue la gencive. Un mal terrible qui n’a que les cris pour l’exprimer. Que les cris et l’espoir d’une aide venue de maman et de ses suppos magiques. Les douleurs de l’enfance sont indélébiles. Je n’ai pas oublié les affres de mon otite. Je ressens encore ce chagrin qui a noué mes tripes quand j’avais vingt mois. Oui j’avais vingt mois et j’ai gardé cette image de maman au fond du trou béant laissé par les pelleteuses du chantier de notre future salle de bal. J’ai eu la sensation horrible qu’elle allait être ensevelie. J’ai hurlé à en vomir jusqu’à ce qu’elle me tienne dans ses bras. Cela n’a marché qu’une fois.

« Souffrez ! Souffrez ! Vous serez comblé de bienfaits »

La douleur est inhérente à la vie. Les masos proclament ses bienfaits. Boris Cyrulnik chante la résilience : « Souffrez ! Souffrez ! Vous serez comblé de bienfaits ». Les disciples de ce chantre citent Mozart qui a eu toute sa vie les boyaux tordus par une constipation pathologique et ils affirment que cette douleur lui a donné le don de composer des musiques divines. Je sais, il y a d’autres exemples.

De la douleur des esclaves est né le gospel. Des souffrances du Christ est venue la rédemption. Alors… Combien êtes-vous à espérer composer des symphonies ou à espérer peindre ce que seul l’œil de l’homo doloroso peut voir ?

Et voilà que la douleur a pris possession de moi. Plus exactement de mon bras gauche. Je suis une zonarde. Un de ces êtres atteints de zona. Au seul énoncé du mot, les yeux de celui qui prête son oreille à votre bouche se tourneboulent et il émet un « Oh Jesses Gott » qui vous remet entre les mains de celui, qui seul, semble pouvoir vous aider.

« Vous avez un zona du bras gauche ? », disent certains dubitatifs. « Ça existe, ça ? » Et vous voilà mis au même niveau que Coluche et son cancer du coude. « Oui Monsieur, ça existe ». « La vache ! » Mon médecin dit : « On ne ressent les douleurs que pendant un an. Après, on s’habitue ». Il est vrai que le cerveau est humain et à force d’entendre les lamentations du bras gauche qui répète encore et encore « J’ai mal » il a tendance à dire : « Ta gueule le bras gauche… ! » Apparemment mon cerveau a de la patience.

La douleur vous fait bouger votre fessier. Marcher pour éliminer les toxines. Courir les bras tendus pour étirer les nerfs. Prendre la voiture pour mettre une bougie au Mont Sainte-Odile. Aller consulter un rebouteux au fin fond d’une campagne meusienne (avec un arrêt pour déguster une potée). Rouler jusqu’à un endroit magique où trouver de la terre spéciale à poser sur le bras douloureux en cataplasme. Tout. On essaye tout. Et en courant ou en roulant, chanter à tue-tête « Life is life », la vie c’est la vie !

Les derniers temps je me sens Agamemnon. Je pense que seul un sacrifice humain peut me soulager. Je cherche quelle victime offrir à Hippocrate ! En attendant, je ne cesse de répéter « Eli eli lama sabachthani ». Et je mets sur mon mur Facebook, dans un encadré noir : « Je suis mon bras gauche ».

Mamema m’a dit : « Ne te plains pas, ça pourrait être pire… ça pourrait être le bras droit ».

 

La chasse aux maris est ouverte.

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi....
mais toutes les deux... alsaciennes  ..

C’est dur l’heure de la douleur

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lady 04/04/2017 05:22

bonjour Simone...

belle journée de printemps ici auj. mais paraît que ça va se gâter au fil de la semaine...;)

bonne journée

ly xx

Jacqueline 03/04/2017 12:49

Traitement homéopathique
Vinaigre de cidre mais Bio .
Argent colloïdal
Huiles essentielles de Ravintsara et Tea Tree .

Simone 03/04/2017 12:59

merci à toi...tu es un amour

dédé 03/04/2017 12:32

Bonjour ma chère Simone,


Aussitôt que nous naissons, le premier réflexe du petit de l'homme est de pleurer.
S'il ne montre aucune larme, l'accoucheuse lui mettra la première fessée de sa vie.
Alors le jeune enfant pleure.
Ce ne sera que le début d'une longue période de gémissements...qu'il aura jusqu'à son dernier soupir.

La douleur demeure l'ombre de notre vie.
Elle en est l'accompagnatrice fidèle...qui sera plus ou moins intense selon les cas.
Tout compte fait, être frappé en étant petit...aide à supporter mieux les maux en étant grand.
Pendant mon enfance, j'ai eu souvent droit à des coups.
Le ceinturon de mon père...lacérait mon dos deux jours sur trois.
Je suis opposé à la maltraitance des gosses.
Mais à force d'être malmené, le petit bobo est beaucoup plus accepté lorsque grand nous sommes devenus.

Mieux armé pour se confronter à la douleur, je montrais une certaine résistance avant d'extirper des larmes de mes yeux.

Mais il y a des maux bien plus douloureux que les coups.
L'absence d'un être cher est terriblement plus éprouvant.
Puis la disparition des êtres aimés... brisent le cœur.

En vieillissant, nous sommes moins téméraires pour affronter les hôpitaux.
Lieux où la douleur est suivie...pour justement la contrôler.
Mais nous sommes chaque fois soumis... à des opérations peu appréciées.
Jusqu'à présent, j'ai du me rendre une vingtaine de fois sur le billard.
Je restais froid devant ce qui m'attendait.
Aujourd'hui, il me semble que je suis devenu plus craintif.
L'âge sans doute en est la raison.
Nous savons lorsque nous rentrons à l'hôpital...mais nous ignorons si nous en ressortirons en étant conscient.

Dur ...dur ! ce que devra endurer le nouveau né.

Bonne journée, mon amie.
Gros bisous. dédé.

aman bou 03/04/2017 12:19

coucou mon amie sim biz

Petits Bonheurs 03/04/2017 10:10

Bonjour,
je te souhaite de guérir très vite car la douleur use. On ne pense qu'à ça du matin au soir et parfois les nuits sont longues. On arrive pas à trouver le sommeil.
Bien-sûr, il y a la douleur physique et la douleur morale. Laquelle est la plus dure ? Je ne sais mais elles nous bouffent. Je crois que c'est le lot de chacun d'entre nous. Mais, il y a ceux qui ne disent rien et qui avancent et ceux qui se plaignent toujours.
Parfois, il y a des maux que l'on ne peux soigner juste anesthésier et il faut apprendre à vivre avec.

Noisette 03/04/2017 09:38

Bonjour Simone
Non la douleur ne devrait pas exister ni la maladie d'ailleurs, j'ai un oncle qui a eu un zona ça lui avait donné une fièvre d'enfer et pas facile à faire partir
C'est toi ou Huguette qui à attrapé ça ?
Je te souhaite une bonne journée, bisous

Gérard 03/04/2017 09:07

te dire qu'après les prochaines élections ont va souffrir

lady 03/04/2017 04:56

bonjour Simone,

pas grand sport à faire dans la neige trop fondante...c'est plus de la sloche.(mélange de neige et d'eau)..;)

bonne journée

ly xx

Santounette 02/04/2017 16:20

Je n'ai pas compris si tu parles de toi Simone ou de ton amie.
La douleur c'est terrible, surtout quand on n'arrive pas à la soulager.
Le zona j'ai vu un reportage et c'est douloureux, extrêmement douloureux.
Une personne a dit qu'une pommade au miel de manuka achetée dans un magasin bio l'aurait soulagée.
Bonne fin d'après-midi
Bises

dédé 02/04/2017 12:23

Bonjour ma chère Simone,


La douleur est le prix à payer, aussitôt que nous prenons notre premier bol d'air.
Il y a d'abord la digestion de bébé...qui lui pèse sur son petit estomac.
Puis ce sont les quenottes qui cherchent à sortir de la gencive.
L'enfant souffre déjà de la bouche...alors qu'il n'a pas une dent.
Enfin une première arrive...puis d'autres.
Aussitôt poussées, voici qu'elles commencent à se déchausser...pour laisser la place à la dentition finale.
Celle que l'on devrait garder ...jusqu'à la fin.

Hélas, même en se brossant les dents...l'émail des crocs s'écaille.
Parfois même la dent casse... et il faut en extirper la racine.
La bouche est déjà douloureuse...alors qu'on est encore ado.
Elle sera craintive pendant toute la vie... de passer à la roulette.

Les plus démunis se retrouveront sans dents.
Ils seront plus tentés de boire du rouge...plutôt que de manger un steak.

Les plus aisés ne seront pourtant pas à l'abri... d'une rage de dents.
Mais ils pourront conserver un joli sourire...jusqu'en fin de vie.

Cette dernière suit son chemin.
Mal de ventre, il faut passer sous le bistouri...pour enlever l'appendice.
Si aucun accident ne vient perturber la croissance...le mal creusera tout de même son sillon.
Il prendra son temps...en se fortifiant d'année en année.
Le dos pliera ...sous la douleur des lombaires.
L'arthrose s'installera dans les cervicales.
Peu à peu d'une manière sournoise, l'usure atteindra les phalanges de chaque articulation.

Le nerf sciatique sera le compagnon de route... pendant le reste de nos jours.
Il sera aussi fidèle qu'une ombre...en ne nous laissant aucun répit.

Ces petits maux s'installent progressivement.
D'abord ils sont discrets...puis ils tiennent à montrer qu'ils sont là.

Cette description sur les douleurs de la vie...est celle d'une personne bien portante.
Car en général, bien d'autres mots pourraient désigner d'autres épreuves.

Bonne journée, mon amie.
Gros bisous. dédé.

nays 02/04/2017 12:19

bonjour Simone

je déteste la douleur elle est insupportable voir souffrir est un supplice elle est injuste

elle ne devrait pas exister tout simplement :)

bon dim Simone bisous ☺☺

khanel3 02/04/2017 08:57

et bien moi je ne trouve pas normal de souffrir ! la douleur chronique est usante physiquement et psychologiquement ! bonne journée

lyly 02/04/2017 07:23

et bien moi c'est le bras droit pas un zona mais une erreur du docteur en me sectionnant deux tendons lors de l'intervention, on m'a simplement dit vous en aviez 5 donc ils vous en reste 3 (dixit doc. de la sécu) voilà 16 ans qu eje vis avec cette douleur on fini par s'y habituer. mais le zona ma fille en a eu une il y a quelques années aujourd'hui ça va
bises amicales
lyly

lady 02/04/2017 06:09

Bonjour Simone...

Si je comprends bien, ton amie souffre du zona...ou est-ce seulement une compo pour le texte? si oui, je sympathise avec elle, car cette maladie semble bien souffrante...

bon dimanche

ly xx

aman bou 01/04/2017 21:14

beau dimanche avec joie

michelle laramicelle 01/04/2017 19:57

bonsoir ; Mamena a de l'humour ; bon courage pour les douleurs , les brulures, et l'extrême fatigue , le mal être ^^ mais ça s'atténue , parole d'une zonarde du dos ; quant aux vertus de la douleur , je n'y crois absolument pas ; bon courage ;

Durgalola 01/04/2017 19:16

La douleur c'est bien quand cela s'arrête. Le zona du bras dis c'est pas un poisson d'avril. Bises

Marylou 01/04/2017 19:04

magnifique comme d'hab...Déjà samedi soir la semaine a passé bien vite. Je pensais venir te rendre visite sur le blog cet après-midi. Mais une envie folle de nettoyage de printemps m’a prise. J’ai baigné les orchidées, lavé les fenêtres et les rideaux du salon. Remis les meubles, qui m’empêchaient d’atteindre les fenêtres, en place. Du coup petit copier/coller pour te souhaiter une ☆☆ Bonne soirée et Merci pour ta fidélité ♥♥.

cheznous62 01/04/2017 18:35

"Souffrez, souffrez, vous serez comblé de bienfaits" .... Ce Monsieur n'a jamais vraiment souffert dans sa chair , je pense ..
La souffrance quel qu'elle soit devrait être à bannir de notre existence mais hélas ...
Agréable week end par chez toi Simone, je suis fatiguée, plus tant de goût pour le blog en ce moment aussi dès lundi je mets mon blog en pause !!
Bises du cœur et à bientôt !
Nicole

=^..^= 01/04/2017 17:43

Comme disait mon papa :" ça fait du bien quand ça ne fait plus mal" !
Bonne soirée ma Simone et bon dimanche surtout .
Je t'embrasse

Nell 01/04/2017 17:21

On dit que l'on s'habitue à la douleur, c'est complètement faux. J'ai ma lombalgie qui s'est réveillée depuis que je fais des travaux à la maison. Elle était endormie depuis bien des années, comme La belle au bois Dormant, Sauf que je n'arrive plus à bien dormir la nuit . Cette satanée douleur est bien là, elle et elle n 'attend pas le Prince Charmant ou autre tour de passe-passe pour me quitter. Je t'envoie mes plus gros bisous et te souhaite bien du courage pour la suite.

michel van den berghe 01/04/2017 17:16

Je souhaite de vraies douleurs aux niais qui disent que la souffrance est une bénédiction... En vérité un sale coup, involontaire de Dame Nature... qui n'a pu pallier les vicissitudes de notre pauvre et faible humanité. Quand je pense que les "bonnes" sœurs du Carmel de Lisieux avaient l'infirmerie du couvent plein nord ! à l'endroit le plus glacial... quand la frêle et jeune Thérèse agonisait !!!! J'ai pas de mots... ou trop à leur dévider à la face.
En lisant ce libelle j'ai une pensée émue pour feue ma petite grand mère paternelle (l'autre hélas je ne l'ai jamais connue) qui avait un zona facial qui lui touchait l'œil... Sa souffrance elle n'en disait mot, comme la colombe blessée dont la douleur ne peut s'imaginer qu'au travers du regard....
Au fait, et c'est pour Huguette : dieu ne nous a pas abandonné.... puisqu'il ne nous connaît pas. Il a d'autres chats à fouetter le créateur d'Univers....

rolande 01/04/2017 17:11

Et bien dis donc un peu triste ton billet de ce jour , on se console comme on peu, moi je me dis souvent que je poivrais être un légume au fond du lit et cela m'aide à repartir .... bises

Pastelle 01/04/2017 15:14

Aïe aïe aïe... Mon mari a connu ça, et c'est un "coupeur de feu" qui l'a guéri. Malheureusement je ne sais pas où ça se trouve dans ta région. Bouche à oreille sans doute... Bon courage à toi et je te souhaite de guérir très vite !

aman bou 01/04/2017 13:37

ai une p********de tendinite épaule droite depuis trois ans lol biz sim sous la pluie qui menace

LADY MARIANNE 01/04/2017 13:07

la douleur , s'y habituer j'en doute-
après ma polyarthrite---- voilà les douleurs de fibromyalgie----personne ne peux nous soigner-
ça ne se voit pas c'est le pire--- on est comme tout le monde--- sauf que la douleur est bien là-
mon mari me dit que ça pourrait être pire !! ça pourrait être mieux aussi-
je vis mal---- mal à la tête aujourd'hui---en plus-
je te comprends !! ho oui-
si seulement il existait un thermomètre pour mesurer la douleur-
bisous-

dom 01/04/2017 12:53

C'est déjà bien, de pouvoir exprimer sa douleur ...
Les cris sont vains ... la morphine aussi !
Bonne fin de semaine au soleil ... ou pas !
Avec des bisoux, chère simone
Et c'est pas un poisson d'avril ...

Texte Libre

deytsc

Articles Récents