Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 08:05

 

Lost at Sea - Stephen Hanson

 

 

Un fleuron de technologie offensive et de puissance militaire avait embarqué son point faible : le coronavirus a contraint le seul porte-avions nucléaire français à rentrer au port. Plus qu’une illustration du pouvoir d’un germe voyageur, cette contamination fulgurante d’un bâtiment de guerre par lui-même est une invitation à revoir quelques doctrines.

Puisqu’on ne changera pas d’un coup les codes de la marine, autant se poser la question des modèles de commandement dans l’armée. Même après la découverte de premiers cas, le Charles-de-Gaulle a vogué vers sa mission d’origine. C’est dire si, pour un état-major, l’ennemi extérieur prime encore, prime toujours sur la faille interne, en dépit des voyants rouges allumés par un virus dans le monde.

On distancie des civils, mais des militaires dans leur promiscuité sont considérés comme protégés. L’intrus asymptomatique n’est visiblement pas prévu dans les manuels de navigation. Résultat, un équipage tenu à un rôle stratégique de défense est devenu le plus gros foyer épidémique en France depuis un certain rassemblement évangélique.

La grande muette dans son ensemble semble sourde aux menaces non inscrites au catalogue des ennemis de la patrie. La base aérienne de Creil déjà avait été associée au premier grand contingent de contaminations, dans l’Oise. Le lien n’est pas si sûr mais du silence réflexe de l’armée n’a émergé qu’un déni ministériel maladroit et au final inquiétant. On imagine ce que donnera l’enquête sur un vaisseau infecté…

Que la France soit souffrante jusque dans ses organes réputés les plus solides éclaire l’avenir sous un autre jour. Pour l’armée, dont on peut craindre une forme de légèreté dans la tempête virale. Pour la vie quotidienne du pays aussi : tout angélisme sur un déconfinement joyeux et massif reste hasardeux tant qu’un tel passager clandestin est à bord.

 

 

 

 

Didier Rose
L’éditorial

 
 
Je pense donc je lis les DNA 
Dernières Nouvelles d'Alsace
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Q
Nous nous croyons invincibles, mais ce n'est pas le cas, hélas !
Passe un bon dimanche...
Répondre
E
Bonjour Simone. J'espère que cette pandémie va s'essouffler car elle nous épuise tous. Bonne journée
Répondre
A
Une telle imprévoyance à ce niveau de l'Etat donne à réfléchir quant au discours de nos dirigeants. Je sais bien que la situation est inédite, mais tout de même...
Cordialement
Répondre
U
Moi je propose qu'on appelle ça porte corona et non plus porte avions !
Répondre
F
Rien à ajouter :-((
Bonne après-midi, Simone ♥
Répondre
W
Bonjour
C'est une vrai catastrophe partout où se virus passe...
Bisous
Répondre
L
....il est très fort ce virus.....est-ce que leur concepteur avait pensé causer autant de dégâts sur toute la terre?....à tous points de vue?....

bonne journée Simone..

bise
Répondre
D
Bonjour ma chère Simone,



Le Coronavirus a eu raison du fleuron de la marine française.

Comme je suis un ancien marin du porte-avions Clémenceau, je connais très bien les logements des marins.

Il faut caser presque deux milles hommes dans une boîte de sardines.
L'isolement est très difficile à faire, lorsqu'il y a un virus qui s'est invité à bord.

Celui-ci est le maître avant Dieu et le commandant.

Le réfectoire de l'équipage est immense.
Tous les hommes s'agglutinent à ce restaurant, en étant entassés.
C'est un des moments ou le Covid-19 peut se propager à une grande vitesse.
En général, il y a normalement deux services.
Evidemment, ces réunions pour se restaurer se font trois fois par jour.
Ce sont des raisons supplémentaires pour favoriser la diffusion du virus.

Mais il y a pire.
Ce sont les différents dortoirs du bateau.
Les lits sont superposés sur trois étages.
Ils font 90 cm de large et se suivent sur deux rangés.
Au centre se trouve un petit couloir de 90 cm de large.
Ainsi il peut y avoir douze à quarante personnes ...qui dorment dans cet endroit très serré.
La densité du personnel est drue; donc il demeure très facile pour que le Coronavirus de s'installer.


Evidemment, le virus est dans un milieu qu'il adore.
Car la diffusion est vraiment imparable.
Le milieu est restreint, et les victimes sont cloisonnés dans un milieu très fermé.

Pour éviter cette paralysie militaire, il faudrait avant un appareillage... que les femmes et les hommes à bord soit tout d'abord confinés pendant 2 semaines.

Ensuite une fois en mer, il faut éviter de prendre quelqu'un de l'extérieur.

Cependant, le navire doit être ravitaillé en denrées alimentaires.
Il y a donc des échanges entre le bateau ravitailleur...et les produits qui passent d'un navire à l'autre.

Une fois qu'un seul marin est contaminé, la diffusion est galopante.
Les cas se multiplient rapidement.

En pleine mer, les plus malades peuvent être débarqués par un hélicoptère.
Il y a de la place pour qu'il apponte.
Encore faut-il que le porte-avions ne soit pas trop éloigné des côtes.

Cette puissante machine de guerre est donc terrassée.... par un petit élément microscopique.
Le bateau rentre au port avant la fin de sa mission d'entraînement.
Une fois à quai, il est impossible de changer d'équipage.
Car il va de soi que celui-ci est formé spécialement pour ce genre de navire.
C'est à dire que les mécanos doivent connaître les chaudières qui fonctionnent avec l'énergie nucléaire.
Il faut donc du personnel agréé...pour ce type de propulsion.

Les femmes et les hommes doivent être à l'aise avec les différentes techniques aviation.

Les catapultages et les appontages demandent la formation spécifique du personnel du pont d'envol.
Toutes les opérations ''aviation'', sont très répétées pour que ces manipulations se fassent en toute sécurité.

Car le pont d'envol est le lieu le plus dangereux du bateau.
Il faut donc que chaque personne sache la place qu'elle occupe, en étant très professionnelle.

Un équipage de porte-avions n'est pas interchangeable.
Surtout lorsque nous ne possédons qu'un navire de ce type.

Ce bateau est une véritable boîte de conserve, avec des petits pois à l'intérieur.
Si l'un est touché par le virus...les autres sont vite infectés.



Bonne journée, mon amie.
Gros bisous. dédé.
Répondre
V
Cet ennemi si minuscule nous apprend nos faiblesses, nos modes de fonctionnement qui doivent changer .Je souhaite qu'on en prenne conscience même ds les armées qui ont des procédures rigides .Bises
Répondre
A
Oui, cet ennemi qui a aussi terrassé des soldats (chiffres?...) à la fin de la guerre 14-18 (ma mère, infirmière soignante a retracé son dévouement à la chose dans son "autobiographie"), ennemi qui ressurgit partout au fil des siècles... zut! on devrait le savoir maintenant ! Mais la Grande Muette est aussi la grande sourde... Et pourtant, à chaque fois, nous humains,soldats ou civils, renaissons et repartons, sourds toujours, vers l'AVANT avec courage. Bonne journée, Gisèle
Répondre
=
Un ennemi frappe toujours là où on ne l'attend pas .
L'homme retiendra t-il la leçon ... ?
Bon dimanche ma Simone
Je t'embrasse
Répondre
E
Bonjour Simone. Bel article de Didier Rose comme toujours ! C'est incompréhensible qu'ils n'aient pas été isolés plus tôt, dès les premiers symptômes, au départ de Brest.ou au moins ;lorsque le confinement a commencé le 17 mars. Espérons qu'ils ne contaminent pas leurs proches comme ;l'ont fait les évangélistes. Bonne journée
Répondre
D
Oui ennemi invisible qui fait peut au monde. Bises
Répondre
T
Salut,
Les militaires sont des hommes comme les autres.
La France est un petit pays qui se sent grand grace à De Gaulle mais d'autres pays lui sont passés devant depuis.

Le temps est à pluie en cette soirée.
Comme souvent on risque d'avoir un week-end pluvieux.

On s'en fout on est confiné.

Bon week-end
Répondre
J
Voilà comment immobiliser un porte-avion avec un ennemi invisible !! la guerre bactériologique au sein des troupes !

félicitations pour ton blog toujours très vivant après 15 ans !
Bonne continuation et bon confinement Simone
Répondre
J
...ou comment immobiliser un porte-avions avec un ennemi invisible de la taille de quelques microns ! impressionnant ! hallucinant ! inquiétant quand même !

Déjà 15 ans que tu alimentes ce blog ! toutes mes félicitations ! au moins tu as de quoi ne pas t'ennuyer en cette période de confinement forcé !
bonne continuation Simone
Répondre
N
Oh! que oui et l'ennemi est invisible, c'est ça le pire. Espérons que beaucoup prendrons d'autres mesures si un jour... Prend soin de toi et merci d'être là
Répondre
M
Pas de commentaire ! Bon week-end. Bisous
Répondre
H
moi dans cette affaire, j'y vois une fois de plus un gouvernement totalement incapable de gérer le pays, le ministère des armées savait bien avant le souci, il n'a rien fait ! bisous et prenez soin de vous
Répondre
J
Les gars de la marine
Est ce le pompon qui est à l'origine de la contagion ? Plaisantons bien sûr .
Resterons plus que discrets sur le sujet Simone .
Repartirons de votre page en fredonnant
C'est nous les gars de la MARINE
Quand on est dans les Cols Bleus
On a jamais froid aux yeux .
OK , nous sortons .

Très belle fin de semaine à vous et remercions donc Didier Rose pour cet article
Répondre
S
hello ♥

Texte Libre

deytsc

Articles Récents