Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2020 1 13 /04 /avril /2020 08:09

 


 

 

 

"Mieux vaut marcher lentement
dans la bonne direction
que de courir dans la mauvaise."

Simon Senek

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Je ne discuterai pas car je ne peux marcher que lentement! Et seule en plus car quand je suis avec quelqu'un, il faut que je marche plus vite et sam'fatigue!. bonne journée, Gisèle
Répondre
I
C'est certain !!! :)
Merci pour ton commentaire, je vais bien mais c'est vrai que cela fait un moment que je n'ai pas publié... Bisous
Répondre
M
Coucou,
SUUUUUUUPERBE.... j'aime. Je te souhaite une journée agréable....
Bisesd'Amitié
Répondre
P
Elle est géniale !
Mais le petit ferait mieux de marcher au milieu lui aussi, ce serait plus simple ! :D
Répondre
L
....alors les chats font la loi par chez-vous...;)

bonne journée Simone

bise
Répondre
C
Sage conseil ! Bisous
Répondre
N
exactement ça me va je courre comme un canard :)
bonne journée Simone bisous de chez nous ♥
Répondre
U
Pour moi il n'y a pas de mauvaise direction tous les chemins mènent à Rome !
Répondre
L
.....j'aime bien ta pensée du jour.....j'aime prendre mon temps dans la bonne direction..;)

bonne journée Simone

bise
Répondre
D
Bonjour ma chère Simone,


Il vaut mieux prendre son temps pour se rendre d'un point A à un point B.
Car il est préférable de prendre le bon cap, afin de ne pas rater la destination.

En mer, les anciens marins se dirigeaient surtout grâce aux astres.

L’apparition de la boussole résout en partie ce problème.
L’orientation géographique entraîne la mise au point d’une nouvelle méthode... qui se nomme l'estime.
Cette résolution suppose, d’une part l’usage de la boussole et une orientation géographique.

Puis d'une analyse sur une la carte marine... qui est donc indissociable de la méthode.

Le plus gros défaut de l’estime est que les positions sont définies par le cap et distances parcourues actuels.
Des différences sont donc à prévoir... qui entrainent une zone d’incertitude sur le point estimé.
Lorsqu’au début du XVe siècle les navigateurs se lancent dans l’inconnu, ils sont obligés de suivre le vent qui décrit des boucles.
Les voyages s’allongent sans voir la terre.

La taille des zones d’incertitude obligent le navigateur a estimer sa position... par des méthodes basées sur des observations astronomiques.
En se référant sur l'étoile polaire.
Mais dès que les navigateurs franchissent l’équateur... cette étoile devient invisible.

Les navigateurs doivent observer le soleil.
Cette deuxième méthode est plus délicate, car les paramètres du soleil changent chaque jour.
Ils obligent donc le navigateur à calculer la latitude, à partir de l’observation de données solaire complexes


Le pacha faisait son point en mer, en considérant la vitesse du bateau avec le temps.
C'était vraiment approximatif.
Si la première fois, Christophe Colomb se trompa de pays.
Il a tout de même su s'y rendre quatre fois.

Donc le procédé de navigation était tout de même au point.

Il y a cinquante ans, lorsque j'étais dans la marine, les estimations pour rejoindre un port était plus ou moins précises.
Le seul moyen pour se diriger était la boussole et le sextant.

Par temps couvert, il était inutile d'utiliser cet appareil.
Même par temps clair, il y avait tout de même une marge d'erreur, selon le commandant.

Aujourd'hui, le GPS trace le chemin avec exactitude.
Ce qui enlève un stress au commandant.
Car avec nos technologies nouvelles, la navigation est sûre.

Il vaut donc mieux connaître son chemin, pour se rendre chez quelqu'un.
En ville, il y a la mémoire qui permet de se baser sur des immeubles.
Certains sont tellement reconnaissables, qu'ils marquent définitivement le parcours.
La tour Eiffel fut sans doute avec Notre Dame, les deux monuments qui m'aidèrent à trouver mon chemin dans Paris.

En sortant de la gare de l'Est, j’étais aller droit devant.
C'est ainsi que je suis passé derrière l'île de la cité.

Instinctivement j'étais tombé sur les monuments les plus marquant de la capitale.
Après c'est comme le vélo, ce trajet demeure inoubliable.

Par contre dans les années 80, des collègues m'avaient amené dans le Beaujolais, pour faire les vendanges.

A la fin de la première journée, j'étais sorti avec un copain de labeur.

Nous ne connaissions que le nom du viticulteur.
Par contre nous ignorions le lieu dit.

Nous avions bu un dernier verre dans un petit bistrot.
Il était minuit environ.

Puis nous sommes partis sur les petites routes.
A force de tourner, nous nous sommes perdus.

Toutes les maisons se ressemblaient...ainsi que les bosquets.
Et partout de la vigne...à chaque carrefour.

Nous avons attendu le matin, pour demander notre chemin.

Lorsque nous sommes arrivés chez le vigneron, tout le monde était prêt pour aller récolter le raisin.
Le propriétaire du domaine nous avait dit:

- '' Allez vous coucher pendant la matinée....! Vous travaillerez l'après-midi.

Lorsqu'on ne connaît pas l'adresse, il est presqu'impossible de se repérer.
Aujourd'hui, c'est très facile...si nous possédons un GPS.

Sinon il faut au moins une carte.
La nuit, ce n'est pas évident, surtout si on ne sait pas où nous nous trouvons.

La meilleure solution est celle du petit poucet.

Semer des cailloux pour tracer sa route.
Il suffit alors de suivre ceux-ci...pour le voyage du retour.

Sauf qu'il faut prévoir que ce sera difficile... de retrouver son chemin.

La nuit avait gommé tous nos repères, dans un monde où le décor était identique...à chaque coin de rue.


C'est fou de se perdre en pleine campagne....et d'avoir trouvé son chemin, en pleine nuit à Paris.



Bonne journée, mon amie.
Gros bisous. dédé.
Répondre
=
Et oui, un pas à la fois si bien on ne peut pas courir que le temps .
Trop chou ton image
Bonne soirée ma Simone
Gros bisous tout plein et tout plein de gros bisous
Répondre
V
Parfois on ne peux plus aller vite , et en ce moment on ne peux guère aller loin alors on ne perd pas le nord !
Dur la fête de Pâques sans mes p'tits loups ! sinon on s'occupe ... Déjà 3 masques cousus ... Bises
Répondre
E
Bonjour Simone. Oui, sans nul doute, mais que c'est long ! Bonne journée
Répondre
M
C'est certain. Belle semaine. Bisous
Répondre
J
Arrivé à un certain âge , c'est sur il vaut mieux marcher lentement si on ne veut pas trébucher (je plaisante ) quoique .....
Courir à quoi bon !!! Prenons le temps .....
Vous souhaite une très belle semaine .
Répondre
S
hello....♥
A
C'est pas moi qui dirai le contraire à moins d'être une andouille, ce que je ne suis pas totalement, disons "pas encore" ! Mais le mieux c'est de marcher très vite dans la bonne direction sinon, ça n'en finit pas! Je suis d'autant plus au courant (!) que je courais (!) tout le temps et que je ne peux plus courir (!)je car marche... L E N T E M E N T !!!!!!! Râââââ! Gisèle
Répondre
F
L'élégance du félin ! Le petit est encore un peu pataud :-)
Schmoutz
Répondre
S
C'est plutôt sage en effet.
Je te souhaite un bon lundi de Pâques.
Bises Simone
Répondre

Texte Libre

deytsc

Articles Récents