Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 août 2020 6 22 /08 /août /2020 11:12

 

 

 

Pas de sursis pour la rentrée scolaire. Les cartables reprendront du service dès le 1er  septembre. Les appréhensions aussi : les classes seront en situation d’étudier de très près les effets du coronavirus.

 

Alors, tandis que le ministre de la Santé s’agace de la multiplication des contaminations, celui de l’Éducation récite sa table de division des risques : masque de rigueur dès le collège, désinfections répétées à l’interclasse, cours en plein air au besoin. L’imagination n’est peut-être pas au pouvoir, la communication persuasive, si.

 

Dans le flou de l’avenir pandémique, le grand patron de l’enseignement se rassure par la méthode Coué. Le retour en classe se passera bien, puisqu’il le faut. Au-delà de cet affichage de sérénité un peu forcée, parents et enseignants ont le temps de réviser leurs angoisses, celles du moins qui n’ont pas de réponses depuis le printemps.

 

Avec toutes les classes présentes, et toutes les classes en entier cette fois, la menace virale ne sera pas réduite, sauf si une mutation affaiblissait le microbe coupable. L’exposition par ricochet des profs, des familles ou des proches est donc plus qu’une hypothèse d’école, et cela suffit au cauchemar d’encadrants.

 

Aucun théorème de prévention n’a été prouvé, ou si peu. Peu de règles sociales ont produit d’effets durables, hors le confinement. L’école de la République ne peut garantir qu’elle sera la seule zone de circulation verrouillée du virus. C’est pourtant le message éducatif que l’on tient à faire passer, dans l’espoir d’imposer sous les préaux un exercice aussi inédit que contraignant. Outre une date de retour au tableau, la seule chose certaine que puisse annoncer le ministre est que les élèves écoperont d’une matière de plus dans leurs agendas. Une certaine gymnastique sanitaire sera au programme, avec pour accessoire principal le masque.

 

Problème, l’efficacité de ce devoir de discipline dépend un peu du ministère ou du zèle des maîtres. Mais surtout de l’implication des principaux visés, une jeunesse déjà peu flattée d’être montrée du doigt dans le sursaut actuel de la pandémie.

 

 

Didier Rose
L’éditorial

 
 
Je pense donc je lis les DNA 
Dernières Nouvelles d'Alsace
 
 

 

 
 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
un p'tit coucou Simone en passant ici. J'espère que tu vas bien?
Répondre
D
Bonjour ma chère Simone,



Dans une petite semaine, les écoliers reprendront le chemin de l’école.

Les vacances à rallonges sont terminées. Il va falloir étudier.
Certes, ceux qui sont présents que pour semer la zizanie, ne comprennent pas que les études leurs permettent un avenir.

Il y a sans doute certains qui rêvent de devenir footballeurs, et de toucher un million d’euros par mois.

La vie est dure. Elle le sera davantage dans le futur, car les pays émergeants font de la concurrence aux vieux états occidentaux.
C’est déjà le cas avec la Chine qui est devenue l’usine du monde.
De nombreux emplois sont donc perdus, avec la mondialisation.

Peut-on rapatrier des industries sur notre territoire ?
Je me suis rendu sur un site chinois, à titre indicatif.
Les 200 masques chirurgicaux, sont vendus pour 16 euros.
Qui peut faire mieux chez nous, avec 0,008 euro le masque.
Budget de 200 euros en achetant en France, pour une famille de 4 personnes.
Alors qu’en acheminant ces protections depuis l’Empire du milieu, le coût est de 20 euros / mois … en changeant deux fois le masque dans la journée ( 8 par jour).

Alors que font les administrations régionales et nationales…. ?
Elles ne vont pas perdre des millions d’euros, en se servant dans les entreprises du pays.

Nous ne sommes pas compétitifs.
Le problème est bouclé.
Je suppose qu’il y aura quelques achats dans nos entreprises. Mais ce ne sera qu’une posture.
Le reste sera acheté encore moins cher que le chiffre que je donne.

Je n’ai pas acheté ces produits, car j’en touche dix de la Sécurité Sociale par mois.
Et comme je suis toujours confiné, je les entasse chaque fois que je renouvelle mes médicaments.

Il faut espérer que la crise sanitaire, serve de leçon tout de même.
La relocalisation de nos entreprises permettraient moins de chômage.
Mais les dirigeants ne peuvent pas obliger les entrepreneurs, à revenir en France.

Le pouvoir est donc très limité.
Dans d’autres pays, le nationalisme est parfois plus ancré chez les industriels.
Cependant, la concurrence est trop rude pour qu’une telle politique sauve une entreprise.
Même Renault, délocalise.

La mondialisation est la grande maladie de ce siècle… qui nous mène dans le mur.
Dans de nombreuses régions du monde, les tensions s’aggravent.

Nos chérubins ont donc du soucis à se faire pour leur avenir.
Je pense qu’un conflit majeure sera inévitable.

Il y a l’écologie qui peut influencer certaines politiques.
Il n’y a pas de miracles, les éoliennes ont un rendement très aléatoire.
Les automobiles ont une autonomie dérisoire, et un prix qui demeure inaccessible à la population.
De plus, les batteries ne sont vraiment pas la solution propre, pour une réelle écologie.

Donc à part isoler les bâtiments, il faudra attendre des inventions plus rentables.

Qui dit nouveautés… demandent des têtes pensantes, pour nous sortir du pétrin.
C’est donc dès la maternelle… que l’on prépare les élites du futur.
Même si elles sont décriées par le peuple.
Nous avons besoin d’ingénieurs, de docteurs etc.

Sans eux... qui pourra réaliser des interventions chirurgicales.
Nous avons aussi besoin des spécialistes de tous bords...pour mener tous les services que nous avons à la maison.

L'eau potable par exemple ne sort pas du robinet sans l’intervention de l’homme.
Les énergies qui permettent de nous chauffer pendant l’hiver, sont nécessaires.
Grâce au nucléaire, nous avons un moyen propre pour produire de l’électricité.
Certes, celui-ci n’est pas sans danger.
Justement, il faut des personnes très qualifiées, pour assurer cette sécurité.

Dans tous les domaines, chaque employé possède sa place et ses compétences.

Le policier aussi, pour faire régner l'ordre.
Même si l'un de ceux-ci m'a verbalisé d'une manière zélée et idiote.
Dans chaque métier il y a des crétins, quelque-soit le niveau d'étude.
Mais un imbécile, ne pourra pas faire fonctionner une centrale électrique.

Nous avons le confort à la maison.

Il est vrai que pour les fêtes de fin d'année, il serait étonnant que les pilotes d'Air France, ou les conducteurs de TGV fassent grève.
Au contraire, les pertes colossales de l'aviation, vont effacer de nombreux emplois.

Des métiers qui demeuraient sûrs et peinards, avant l'arrivée du virus chinois.

Comme quoi personne n'est vraiment à l'abri, des aléas de la vie.
C'est dramatique.

En attendant, toutes les personnes qui ne sont pas en retraite ou au chômage, doivent aller bosser.

Et les petits aussi.
Que ce soit de la maternelle… jusqu'à à l'université !


Bonne journée, mon amie.
Gros bisous. dédé.
Répondre
D
Bonjour ma chère Simone,


Logiquement, il n'y aura pas de sursis pour la rentrée scolaire.
C'est une question essentielle d'éduquer les enfants.

De plus, il est nécessaire que ceux-ci soient gardés par l'éducation nationale.
Cette nounou gratuite, est toujours la bienvenue pour les parents qui travaillent.
Il en est de même pour ceux qui ne bossent pas. Les gosses à l'école permettent d'avoir du temps libre.
De plus, les enfants peuvent être nourris presque gratuitement, lorsque les moyens financiers de la famille ne sont pas élevés.

Toutes ces bouches à nourrir coûtent chères.
A présent, les gamins peuvent refuser la viande qui n'est pas halal ou casher.

Ce qui signifie encore du territoire perdu, pour la République.
Dans le passé, il n'y avait pas le choix.
Les autorités avec le manque de fermeté qu'elles démontrent depuis une paire de décennies, laissent peu à peu les religions faire leur loi.
Ces faits sont évidemment anormaux.

Logiquement, la rentrée des petits anges se fera en septembre.
Encore faut-il qu'il n'y ait pas une grosse vague de gamins malades, portant le virus chinois.

Je sais qu'en nomment la Covid – 19 ainsi, je ne fais pas plaisir au dirigeant chinois '' Xi Jimping ''.
Mon but demeure justement de ne pas vénérer ce despote.
Les dictateurs ne sont vraiment pas mes copains.

Je suppose que les écoles seront plus ou moins perturbées, avec la pandémie.
Comme le disent certains experts, la contamination se fera surtout entre les parents qui attendent leurs petits diables à la sortie des écoliers.

Car les enfants ne sont pas toujours les anges qu'ils désirent bien nous faire croire. Ceux-ci savent berner les adultes.
La preuve, c'est que moi-même derrière mon visage de chérubins, je n'étais pas toujours très sage à l'extérieur.
Les parents ont pu s’apercevoir…que leurs progénitures n’étaient pas toujours au top.
Et que le professeur ne notait pas un élève selon sa tête, mais bien à cause de la nullité indécrottable qu’il démontrait.

Les instituteurs sont nuancées.
Il y a ceux qui sont pour l'ouverture, et ceux qui sont pour un report.
Il en est de même avec les parents plutôt de la classe supérieure.

Chez les professeurs des écoles, il y a ceux qui ont trouvés la vie tranquille du confinement.
Ils ne seraient pas contre l'école à distance, afin de ne pas supporter les garnements pendant une journée.
Car mettons nous à leur place. C'est tout de même cool de faire les leçons depuis chez soi, sans le brouhaha d'une classe.
C'est donc le motif principal, pour que les employés de l'Education Nationale redoutent la rentrée.

Parmi eux, il y a aussi les personnes qui craignent le virus.
Il est déjà prévu que les professeurs qui sont atteints d'une maladie qui rentre dans le domaine aggravant de celle transmise par la Covid, puissent rester chez eux.
Je suppose que les médecins vont avoir une forte hause de visites de ceux-ci.

Pourtant il faut bien retourner au boulot.
On ne peut pas espérer toucher sa paie indéfiniment, sans rien faire.
Le chômage partiel à plombé l'économie française.
Il sont rares les pays où on est payé en restant chez soi.
D’ailleurs, le nôtre fut unique sur ce sujet.
Ce qui n’empêche pas toujours des mécontents qui manifestent.

Il faut que tout le monde soit raisonnable.

Les jeunes vont peut-être commencer à mettre le masque sur leur visage, après ce repos d'été.
Il est nécessaire que ceux-ci se sentent responsables une fois pour toute.

Car s'il y a de plus en plus de jeunes malades sans gravité, et moins de vieux aux urgences, c'est tout simplement parce que les personnes âgées se protègent.

Il est donc important que la vie reprenne presque normalement, avec les mesures barrières.
Ce sera ainsi que nous pourrons retrouver une forme budgétaire.

Ce sera difficile, car il y aura de nombreux licenciements.

Sans doute aussi des manifestations.
Peut-être même de nouveau des gilets jaunes à Paris.
Je pense que ceux-ci seront les malvenus, avec les finances qui dépassent 120 % d'endettement.

Les enfants ont déjà perdu presqu'un semestre dans leur apprentissage.
Il faut qu'ils retournent au fourneau, comme l'on dit dans le jargon des cuisiniers.

Sinon, les élèves nuls seront encore plus nuls, et les bons deviendront nuls.
Ce n'est pas comme cela que l'on prépare la France de demain.


Bonne journée, mon amie.
Gros bisous. dédé.
Répondre
P
Juste dire que je n'ai plus d'enfants qui vont à l'école. Juste une Belle-fille prof et des petites filles. Cette rentrée est stressante et même en gardant le moral on angoisse.
Répondre
A
Et ça reprend paraît-il de plus belle! Zut! Gisèle
Répondre
C
Que d'inepties dans ce pays! Que de contradictions!
Gros bisous tite soeur
Répondre
S
Cette rentrée va réserver bien des inquiétudes.
Avec les vacances les personnes fragiles ont pu se protéger avec la reprise ce sera plus difficile.
Espérons pour tous qu'il n'y aura pas de cas de contamination dans les écoles, collèges et lycées car sinon cela provoquera une très grande anxiété. Le nettoyage des sanitaires restera le point le plus délicat.
Bonne soirée Simone
Bises
Répondre
A
Cette rentrée scolaire est difficile, préoccupante pour les parents et bizarre pour les chers petits et chers grands jusqu'à l'âge de 35 ans qui s'amusent, indifférents à la pandémie. Tu as raison Simone, moultes questions se posent que mes parents se posaient en 1941-42-43 que moi, enfant, je ne me posais pas du tout quand je partais à l'école avec mon masque à gaz attaché à l'épaule et quand on descendait dans la cave la nuit pendant les alertes. Bonne soirée, Gisèle
Répondre
A
Beaucoup d'inquiétudes pour cette rentrée, cette fin d'année...
Belle et douce fin d'après-midi ma chère Simone
Répondre
J
Nous plaignons cette nouvelle génération qui pour certains démarrent très mal leur entrée dans la scolarité .C'est bien compromis .Entre " certains syndicats " qui revendiquent le droit de définir le bien être des enfants et enseignants .Est ce bien raisonnable actuellement ? Beaucoup d'enfants vont en pâtir . Tout cela nous dégoûte à un point .On se sert à tout va de ce virus .Il a bon dos ce foutu virus .
Quand on veut , pourtant on peut trouver de bonnes solutions .
. Surtout pour l'avenir des enfants.
A souhaiter, que bien " des votants " puissent en tirer une conclusion pour les prochaines élections .
Car, entre la dette que nous " leur laisserons " et " leur devenir " qui est bien compromis , nous devrons tous bien réfléchir avant de mettre notre bulletin dans les urnes en 2022 .
Voilà , c'est notre coup de gueule .
Maintenant , nous vous laissons pour quelques temps .Histoire de nous ressourcer en plein air et avec surtout une certaine liberté .
Prenez toujours bien soin de vous Simone .
Très bonne continuation .
Répondre
S
E
Bonjour Simone. Les propos de Didier Rose sont très sensés comme toujours. Cette rentrée risque d'accélérer la propagation du virus. Bon dimanche
Répondre
L
toujours du plaisir a lire
bises amicales
Répondre
T
Salut,
On en fait un monde de ce COVID mais il a déjà muté et les chinois se marrent en ce moment de ce que font les européens.

Le temps est ensoleillé entrecoupé de petites averses.

Pas de sortie prévue aujourd'hui, on regarde la télé.

Et puis j'ai réfléchit sur la police de demain...
Je vous souhaite un bon dimanche
Répondre
H
Pauvres gosses, le masque dès 11 ans et ma fille qui commence cette année comme professeur des écoles... bisous
Répondre

Texte Libre

deytsc

Articles Récents