Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2020 4 15 /10 /octobre /2020 15:54

 

 

 

Un homme en France, un seul, dispose du bouton nucléaire – pouvoir conçu pour ne jamais servir. Il se confirme que le bureau présidentiel est équipé d’un autre bouton. Cet interrupteur est fait lui pour être actionné : c’est le bouton sanitaire. Il commande la vie sociale de la France en temps de Covid. Comme un surveillant général d’internat, Macron éteint ou rallume la lumière dans le pays selon son ressenti et ce qu’il estime être la nécessité. Il prend sur lui de décider pour tous.
Depuis mars, c’est flagrant. En quelques mots télévisés, la France a été placée à fond de cale. De la même façon, elle est ensuite ressortie à l’air libre. Pas de censure politique qui tienne, aucun avis médical opposable, pas de contradiction scientifique. Il revient à un Français en particulier, pas le moindre certes, de gérer l’incertitude par l’acte martial.
On l’a revu hier, la France est suspendue jusqu’à l’ultime seconde aux consignes de l’Élysée. Le recours à la palabre en des temps si chahutés n’est pas jouable dans un pays où «rassuristes» et «alarmistes» s’étripent. Mais l’usage que la présidence fait de son pouvoir de contrainte, sans autre forme de débat, n’aidera pas à rétablir la confiance dans l’institution. Car tout l’allant de Macron s’appuie sur des données qui ont prouvé leur fragilité dans le temps, tant pour les contaminations que pour les tours de vis. Un rapport remis à l’Élysée pointe d’ailleurs les ratés cumulés par l’État sur les tests, les masques ou le traçage.
Il est bon qu’un décideur résolu appelle à se mobiliser pour écarter la catastrophe. Cet homme dans la lumière apparaît pourtant comme une silhouette isolée, même si elle s’entoure de paravents locaux.
L’acceptabilité des contraintes de couvre-feu, de retenue sociale, de « bulle privée » ne peut plus être similaire : ces mesures signent les limites des tentatives précédentes de vivre avec le virus – personne n’ayant compris que cela impliquait de vivre autrement.
Rien ne dit que le doigt de Macron se trompe en plaçant la France du « relâchement » dans le noir. Rien ne dit non plus que cette stratégie du disjoncteur, puis de la prime à la discipline, sera endossée collectivement comme elle l’a été la première fois, sous l’effet de la sidération.

 

Didier Rose
L’éditorial

 
 
Je pense donc je lis les DNA 
Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Bonjour ma chère Simone,



Pour faire un monde sans haine, il faudrait déjà que la paix soit durable dans notre pays.
Ce qui est loin d'être le cas.

Nous pouvons presque nous projeter dans le Moyen-Age, avec les guerres stupides des religions.
Aujourd'hui il y a des personnes qui tuent des gens, car ils ne veulent pas épouser leurs idées.

Dans le pays des libertés fondamentales, des étrangers veulent nous convertir à l’islam.

Il n'en est évidemment pas question.

Ces meurtriers agissent sous l'influence des prédicateurs, dont le rôle est de les endoctriner dans des idées barbares.
Je ne suis pas certain qu'ils assassinent dans la haine, car je suppose que c'est interdit par les codes de leur vision du monde.
En attendant, les assassinats sont monstrueux, en prenant des êtres humains pour des moutons qu'on égorge.

Ce geste par lui-même demeure barbare.
Même si tous les assassinats sont odieux.
Mais cette méthode est particulièrement traumatisante pour notre société.
Et évidemment pour les proches de la victime.

Rêver d'un monde sans haine ni violence, devrait dans ce cas refuser le racisme et l'homophobie.
La ségrégation raciale ne devrait plus être imaginable.

Depuis que l'homme se trouve sur terre avec une densité assez importante, le pouvoir est la source de confrontations constantes.
Même dans le règne animale, nous rencontrons cette loi de la domination.

Souvent porté par le mâle, ce dernier doit assoir sa légitimité de dominant par des combats réguliers.
Depuis que les hommes sont ''civilisés''.
Ces chefs font combattre les autres à leur place.
Les guerres en sont les exemples.
Les dirigeants envoient les militaires se faire tuer.

Je pense notamment au président turc… qui n’est pas regardant sur la vie des autres.

A présent, les dictateurs du monde sèment la terreur au sein de leur peuple.
Toutes rébellion sont punis de mort, ou d'un envoi au goulag.

Il faut se méfier des idées totalitaires qui transportent toujours de la haine.
L'islamisme radical fait partie de ces pensées religieuses, où un chef a pondu des règles nouvelles, pour endoctriner les gens.

L'homme est un mouton manipulable.
Il y a trente ans, il n'y avait aucune femme quoi portait le voile dans notre pays.
Puis il est apparu doucement, en profitant exagérément du laxisme des politiques et de l’aide gauchiste au nom de la liberté.
Cette contamination fut identique à un virus.
De nos jours on se croirait en Arabie Saoudite.

Les responsables sont les gouvernants depuis les années 75... qui n'eurent pas le courage d'appliquer tout simplement la loi.
Celle-ci précise que les croyances religieuses doivent rester discrètes.
Ce ne sont pas les musulmans les plus respectueux de cette discrétion.
C'est chez les modérés que nous entendions après l’attentat de '' Charlie '' :
'' Oui !...mais...!''.

Ce second mot est insupportable.
Car il supprime toutes les condamnations qui auraient pu dénoncer ces crimes.
Il y a une compréhension caché derrière ce '' mais '' qui demeure intolérable.
Des journalistes et des politiciens l'ont employé.

Ils doivent cesser de trouver des '' excuses '' en parlant d'une mauvaise intégration.

Ces mots nous les entendons depuis une trentaine d’année.

Ce n’est plus une question d’intégration.
Il s’agit d’une haine que portent en eux les jeunes des banlieux que les prêcheurs recrutent.
Il s'agit d'une religion politique.

Il faut arrêter aussi de culpabiliser pour nos responsabilités coloniales.
Il est vrai que la France ne fut pas dans son plus glorieux moment, mais de l’eau a coulé sous les pont depuis les indépendances.

Pourquoi toujours chercher les causes de ces crimes atroces.
Ces gestes sont inexcusables.

A force de mettre le problème de la radicalisation sous le tapis, voici où nous en sommes.

La paix sociale ne s'achète pas au prix de français sacrifiés, pour éviter des vagues.

Il faut être clair dans nos démarches politiques, contre cette infiltration criminelle.

Ainsi nous pourrons seulement parler d'exclure toute la haine de notre langage, dans notre belle démocratie.



Bonne journée mon, amie.
Gros bisous. dédé.
Répondre
U
Ceux qui critiquent ce doigt serait bien embêtés s'ils devaient prendre sa place !
Répondre
D
Bonjour ma chère Simone,



La menace nucléaire est constante.
Il faut donc toujours être prêt pour sauver le pays par la dissuation.
Pour cela, il faut être crédible dans la manière de pouvoir le faire.

Nous avons toujours un sous-marin qui se balade quelque part.
Top secret pour savoir où.
Mais certainement pas dans les environs des Etats -Unis... qui demeure tout de même très amical.
Un peu moins avec Trump, mais je pe,nse que c'est une époque passagère.

La bombe nucléaire est aussi une sorte de protection divulgué.
Lorsqu'un état sait qu'il peut recevoir une bombinette terriblement dévastatrice, il préfère ne pas rentrer en conflit.

Evidemment, pour faire face à tous dangers, il est nécessaire d'être sur ses gardes.

Le chef des armées est le président de la République.
Lui seul peut manipuler le bouton rouge de la terreur, et de la fin du monde.

Il est donc utile avant tout, d'élire un chef d'état qui a la tête sur les épaules.
Il est vrai qu'avec un homme imprévisible comme Trump, tout est possible.

Malgré tout il y a des protections rapprochées, afin que le président ne puisse pas faire n'importe quoi.

Un homme peut péter les plomb à tous moments.
Il est donc indispensable de pouvoir contrôler une telle décision.

Car utiliser la bombe sur un pays qui la possède, est l'assurance d'en recevoir une ou plusieurs de la part du receveur.
C'est un peu un renvoi à l'expéditeur, avec une charge plus lourde.

Le nucléaire n'est pas un jouet, pour ceux qui le manipuleraient trop facilement.

Nous sommes effectivement sous la protection du chef de l'état.
Il faut espérer qu'il ne soit pas parano, sinon nous avons du soucis à nous faire.

Le bouton rouge du nucléaire n'est pas à mettre dans toutes les mains.
Ce n'est pas un joujou pour adulte.

C'est pour cette raison que les islamiques du Pakistan sont très dangereux, si un jour ils ont le pouvoir.
Le pays possède la bombe, et le régime n'est pas rassurant.

Il en est de même avec le Coréen du Nord... qui n'a pas l'air d'être fini.
Il aura ou il possède déjà sa bombe.

Donc c'est un peu ridicule de punir l'Iran.
En même temps, il est préférable que le bouton rouge de la catastrophe ne soit pas accessible à tous.

Cependant, il ne faut pas se leurrer.
D'autres états y accèderont.
Je pense que nous ne serons plus là lorsque les risques seront élevés.

La Chine, la Russie, l'Inde, Israël, le Pakistan, la Grande Bretagne, les Etats-Unis et la France, possèdent officiellement de quoi détruire la planète.
La prolifération est dangereuse.

Je pense que la Corée du Nord est le prochain pays à l'avoir.
L'Iran aussi.

Je ne pense pas que pour l'instant le danger soit réel.
Avant tout c'est la dissuasion qui pousse les états à l'avoir.

Je n'ai pas confiance à la Turquie, avec un président qui se trouve dans un défi permanent.
Tout cela pour mettre la population de son côté, lorsqu'il sent que les élections ne sont pas favorables pour lui.

C'est une méthode très utilisée chez les russes et les chinois.
Le nationalisme se met derrière le président, même lorsque c'est lui qui sème des troubles.

Je n'aime pas les nationalistes.
Pourtant, nous le sommes tous plus ou moins.

Il n'y a rien qu'à regarder un match de foot, pour comprendre que gagner est primordial.

Il y a donc un paquet de gens qui sont concernés.
Et je fais partie du lot, en regardant depuis peu, de plus en plus ce sport.

D'ailleurs aux Jeux Olympiques, les russes, les chinois et les américains comptent leurs médailles.
Les français aussi mais nous ne sommes plus dans la même cour.

C'est une sorte de conflit apaisé.


Bonne journée, mon amie.
Gros bisous. dédé.
Répondre
F
Bien malin l'homme politique qui aura la solution idéale pour gérer ce problème sanitaire. Quand on a vu dans son entourage quelqu'un après 2 mois d'hospitalisation, coma...etc et les conséquences délétères des mois après, on pense que "la liberté" consiste avant tout à rester en bonne santé et de respecter celle des autres
Répondre
E
Bonsoir Simone. Bravo à Didier Rose pour cette belle chronique ! Que de contradictions dans les décisions prises. Où va-t'il trouver tout l'argent promis à droite et à gauche ?
Répondre
A
Oui, on peut penser qu'on ne sait plus où on en est! Mais la solution à trouver d'une part... et les diktats (aille!) seront toujours critiqués. C'est la démographie. Tant pis! Moi,je suis bête et méchante, j'obéis! Remarquez, je n'ai pas grand chose à perdre: je suis près du tombeau à mon âge. Et comme dans le film "lL ballade de Nayarama" (1983), j'aimerais que l'on me porte tout là-haut pour ne plus m'en faire une miette. Bonne après-midi (attention ce soir!), Gisèle
Répondre
L
Bonjour. Regardons les pays où rien n a été fait et le spectacle montre qu'il fallait agir . Cependant le couvre feu ET les vacances en même temps , ça donne un message confus et pour tout dire contradictoire , donc inaudible. Et pourtant , l heure est à la clarté . cette façon de tirer à vue et à Dia est incompréhensible pour beaucoup et engendre de nombreuses contestations
Répondre
J
Juste à espérer qu'un vaccin pourra éradiquer ce virus .
Devons continuer à être plus que vigilants .
Belle journée à vous Simone ;
Passez une très bonne fin de semaine
Répondre
S
HELLO ♥
D
Je ne mettrai pas mon grain de sel. Tout est incertain. Nous devons vivre avec et prier.
Bises
Répondre
=
Il n'a surement pas donné vie à Adam . Tu me diras " C'est pas Dieu non plus !"
J'en ai bien un à lui montrer, mais j'ose pas ...
Bonne soirée ma Simone
Je t'embrasse
Répondre
M
On a jamais été aussi mal dans notre corps, nos têtes, nos actions. Il a loupé le train la 1ère fois... alors fini on ne le suis plus....!
Belle soirée à toi... Fais attention le loup est partout....!
Répondre
D
Le problème c'est déjà le retard dans la prise de décision de notre gouvernement alors qu'ils savaient que ce virus circulait avant le mois de mars; après pas de masques et de gel lors de la période de confinement, pour nous dire après le déconfinement vous pouvez reprendre le travail mais le masque devient obligatoire ; et maintenant un couvre-feu et une nouvelle attestation pour nous empêcher de sortir la nuit mais en pleine journée aucun problème, on peut être dans les transports, serrés comme des sardines ça ne pose aucun problème ... Au lieu de donner des moyens plus importants à nos soignants et de prévoir des ouvertures de lits dans les hôpitaux ... ou renforcer le budget de la santé...je dis cela je ne dis rien ; il créée le stress toutes les trois semaines et on a pas avancé d'un pouce; mais rassurez-vous vous pouvez partir en vacances .. en respectant les gestes barrières on marche sur la tête . bisous et bonne soirée
Répondre
J
Pour moi c'est un échec de sa politique sanitaire, de A à Z, en fait c'est un échec pour toute sa politique, il est en train de tuer notre pays avec cette histoire de virus, qui rappelons le tout de même, il suffit d'aller voir les statistiques officielles de l'insee, n'engendre pas plus de mort que les autres années... Donc pour moi son doigt il peut se le mettre dans le... Bonne semaine
Répondre

Texte Libre

deytsc

Articles Récents