Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 décembre 2020 4 03 /12 /décembre /2020 12:23

 1926-2020

 

Il fut le président d’une seule France. Mais un président lui-même pris entre deux visions de sa fonction. Venu du gaullisme, il en sera le critique peu amène. Issu de la haute bourgeoisie traditionnelle, il sera un réformateur de la société comme le pays n’en avait jamais connu. Valéry Giscard d’Estaing, décédé hier soir, a été le plus jeune président de son temps. Il a aussi été celui qui a survécu le plus longtemps à son départ de l’Élysée, se permettant même d’être l’un des plus anciens ministres du Général encore en vie.

Il a été le produit d’une France élitiste et d’héritage. Et en même temps, avant que ces mots ne soient à la mode, d’une modernité à donner le tournis au pays. Jugé parfois suffisant, il a aussi été populaire. Opposé aux dérives d’une « monarchie républicaine », il se complaisait dans les ors des palais dévolus au pouvoir. Tout à tour cible de ses alliés et allié de ses anciens adversaires, VGE était un homme cherchant le progrès. Contre le choc pétrolier et la pression des orphelins du gaullisme, Giscard d’Estaing a réécrit l’histoire sociale de la France, quand bien même cela lui a été néfaste.

Il a légalisé l’avortement et y a perdu une part du vote catholique. Il a accordé la majorité et le droit de vote à une jeunesse qui favorisera la victoire de son éternel rival de gauche, un Mitterrand à qui il a dénié « le monopole du cœur ». Il a donné de la visibilité à un Chirac qui, froissé dans son orgueil par tant de condescendance centriste, s’en ira vers son propre destin de personnage d’État.

S’invitant à la table des ouvriers et se mettant lui-même en scène auprès des plus puissants, le « Kennedy français » a pris sa vie à pleines mains. Il a regardé plus franchement que d’autres, à son époque, son pays « au fond des yeux », et vu par ailleurs l’Europe dans toute son immensité stratégique. Les deux versants de VGE, l’ancien et le moderne, une fascination des sommets et une attention au quotidien le plus modeste, dans la cordialité ou parfois dans la rancœur, avaient un point de jonction : l’État, qu’il a servi avec style. Dans une Europe qu’il a rêvée.

 

 

Didier Rose
L’éditorial

 
 
Je pense donc je lis les DNA 
Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Bonjour ma chère Simone,



Etant jeune, je n'aimais pas Valérie Giscard d'Estaing.
Faut dire que mes idées politique étaient plutôt socialistes.

Je trouvais que l'homme s'exprimait avec un snobisme évident.
Il est vrai cependant que tous les aristocrates semblent hautains.
Ce qui ne prouve en fin de compte pas que l’homme n’est pas un humaniste.

Je préfère le langage d'un aristo, plutôt que celui d'un charretier.

Un peu de finesse dans ce monde de brutes, fait parfois du bien.

C'est ma position de jeune révolté qui me faisait adhérer à des idées de gauche.

Aujourd'hui qu'il est décédé, on s'aperçoit que l'homme a tout de même fait pas mal de choses , pour faciliter la vie des français.

La vie des femmes a été simplifié, avec l'interruption volontaire de grossesse.
En bénéficiant d’une assistance médicale remboursée par la Sécurité Sociale.

La majorité à 18 ans était une bonne chose.

Sa seule grosse erreur qu'il reconnaitra plus tard, fut sur l'immigration.
En effet, c'est lui qui a pondu ''le regroupement familial'' pour les étrangers.

Ce qui a fait un appel d'air considérable vers notre pays.
Mais les dirigeants qui ont suivi, n'ont rien fait pour changer la loi.

Je me souviens de la campagne des élections de 81.
Evidemment, j'étais pour Mitterrand.

Les diamants de Bokassa sont tombés au bon moment.

Les médias ont donc favorisé le candidat socialiste, avec ce don d'un dictateur africain.
La presse ne parlait plus que de ces bijoux.

En vérité, tous les chefs d'Etat ont reçu des cadeaux des différents dirigeants du monde.

Aujourd'hui nous comprenons que l'affaire des diamants n'était pas scandaleux.
Mais le mal était fait, lorsque François Mitterrand se mit sur le trône.


En fin de compte, la postérité arrive toujours un peu tard.
Il faut être trépassé pour que l'on fasse des éloges de l’homme.

C'est assez injuste lorsque l'on y pense.


Bonne journée, mon amie.
Gros bisous. dédé.
Répondre
E
Très bel hommage à ce Président de la République, qui a su par certains côtés rester proche de tous les Français
Répondre
C
Souvenirs, souvenirs........
Merci de tes messages petite soeur
Toujours très occupée lol
Gros bisous
Répondre
A
Voilà un excellent article sur Giscard... En rappelant qu'il s'était invité à la table d'ouvrier, ce qui avaient fait pouffer de rire les critiques du Masque et la Plume dont le délicieux Jean-Louis Bory, vous le rendez populaire!, Bravo! Je partage entièrement votre éloge, oui!, de Giscard. Un homme que, bien qu'à gauche - à l'époque - j'appréciais beaucoup. Gisèle
Répondre
U
Une appréciation juste et équilibrée de l'homme qui mérite une place dans l'histoire pour son action en faveur des femmes et de l'Europe malgré ses frasques
Répondre
J
PS/ Je ne votais pas à l'époque .
Donc, je ne me permettrais pas de ramener "mon grain de sel " sur d'autres sujets plus épineux .
Beaucoup s'en chargent assez depuis quelques jours .
Répondre
J
https://www.elle.fr/Societe/News/Valery-Giscard-d-Estaing-qu-a-t-il-vraiment-fait-pour-les-femmes-3893242 .
A priori ,
Les femmes lui doivent beaucoup .
Merci également à Simone Veil qui n'a jamais baissé les bras .
Belle fin de semaine vous souhaitons SIMONE .
Répondre
S
hello ♥
R
bel hommage a cet homme qui a quand même apporter du renouveau. Bisous
Répondre
P
Lorsque nous nous sommes mariés en 1975 son portrait était accroché au mur de la mairie. Je m'en souviens comme si c'était hier.
Puis il voulait manger dans les chaumières avec les gens du pays. (ma belle-mère voulait l'avoir chez elle mais il n'a jamais répondu à son invitation) C'était un jeune président qui voulait dépoussiérer ..... Ensuite, j'ai quitté la France et je n'ai pu suivre. Je sais qu'il était très intelligent .... Puis c'était encore la belle époque. Pas de chômage et nous vivions dans l'insouciance
Répondre
N
il avait une très bonne vision de ce que devait être l'Europe hélàs on connait la suite un fiasco total

il avait de la classe et de l'intelligence...

bon WE Simone bisous de chez nous ☺
Répondre
A
Un bel hommage
Il était intelligent, cultivé, à fait certaines choses pour la France
Qu'il repose en paix
Bisous Aimée
Répondre
M
J'étais trop jeune ...pas suivi mais je ne critique pas
.. Je pense qu'on a vu pire.... Belle soirée
Répondre
J
Qu'il repose en paix auprès de sa fille Jacinte .
Belle fin de semaine Simone .
Répondre
S
✨Lᵒᵛᵉᵧₒᵤ
D
bel hommage ; nous nous moquions un peu de lui, mais ne rations pas ses repas chez les gens comme nous. Il avait un côté artisto indéniable et surtout il n'était pas que ça. Bises
Répondre
V
J'étais jeune , je ne me souviens plus très bien et puis, à l'époque, pas plus que maintenant finalement , la politique m'est indifférente . Je suis une spectatrice impuissante .
Mais du peu que je me souvienne ,des images d'archive qui nous parviennent , il représentait une France qui n'est plus.
Il a eu une longue vie .
Je t'embrasse
Répondre
M
Moderniste, intelligent, cultivé... mais... je m'arrêterai là. Ce serait indécent de dire du mal de qu'elqu'un qui vient de mourir alors je fuis d'ici rapidement. Belle journée Simone
Répondre
M
condoléances à sa famille - bonne journée bisous Mamy Annick50
Répondre
S
Ringeldorf : le village qui vota à 100 % pour Giscard en 1974

Un petit village alsacien s’inscrit dans la légende giscardienne : Ringeldorf, commune nichée entre Haguenau et Bouxwiller, de 69 habitants en 1974, vota à 100 % pour Valéry Giscard d’Estaing.

Texte Libre

deytsc

Articles Récents