Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 août 2021 3 18 /08 /août /2021 11:38

 

 


Dans ta vie,
fais confiance à ceux
qui peuvent voir ces trois choses :
Ta peine derrière ton sourire,
L'amour que tu as malgré ta colère
et la raison de ton silence.

-o-o-


Ma force,
c'est d'avancer à deux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Bonjour ma chère Simone,



On dit que c'est souvent en regardant les yeux d'une personne que l'on peut apercevoir son âme.
Il est vrai que le regard des gens demeure très parlant.
Certains visages à cause des yeux semblent faux.
Et je pense que c'est souvent le cas.
Les gens sans moralité ont souvent un regard fuyant et fourbe.

Cependant, il ne faut pas en faire une généralité.
Parfois c'est tout simplement parce que la personne est timide.

Selon l'expression du visage, il est possible de voir des gens très mesquins.
Sur le porte-avions Clémenceau, j'ai eu la désagréable surprise que mon chef le plus proche était un lieutenant que j'avais connu à Dakar.
Celui-ci s'occupait de la voile.
Il m'avait demandé de lui faire un panneau concernant ce sport.
Je lui avait répondu que je n'avais pas le temps.
En sorte, je l'avais envoyé sur les roses, en y mettant des gants.

Deux ou trois années s'étaient écoulées depuis.
Mais l'homme ne m'avait pas oublié.

Tous les ans, nous passions devant tos les officiers et les sous-officiers du service.
J'étais seul au garde à vous, devant une vingtaine d'officiers.
Les tables étaient installées en forme de U.
Tous les chefs étaient assis autour, en me regardant.

Lorsque j'ai vu le sourire se dessiner sur le visage du lieutenant, j'ai compris qu'il allait tenter de me démolir.
D'une manière sournoise il m'avait dit :
- '' Vous étiez mal noté aux cours de votre stage d'électro mécanicien ! pourquoi ?

Comme je l'avais vu discuter avec le directeur des cours, je savais qu'il connaissait toute la vie.
En effet, le capitaine du stage avait passé un mois dans le service.
Dans la marine, on finit toujours par rencontrer tout le monde.

Droit dans mes bottes, j’avais répondu à l’assemblée :
- '' Par manque de sérieux et de discipline..! ''.
On ne pouvait pas être plus clair, pour anéantir l'ennemi.
Le lieutenant n'allait pas me laisser tranquille.
Il rajouta toujours avec son sourire narquois et même ridicule :
- '' d'ailleurs, vous ne connaissez pas votre métier ! ''.

Là, j'ai senti la colère monter au visage.
J'aurais pu très bien me lancer sur lui qui trônait de l'autre côté de la table, et lui mettre mon poing sur le nez.
J'ai tout simplement répondu :
- '' Si je ne connais pas mon boulot, personne ne le connait. C'est moi qui forme les gars ! ''.

C'est à ce moment que le commandant a riposté en s'adressant à moi avec fermeté :
- '' Sortez ! je ne veux plus vous voir. ''.

Pourtant il était vrai que l'on ne pouvait rien me reprocher sur le travail intense que je fournissais.
J'ai même été écoeuré que mon maître d'équipage ne prenne pas ma défense.
Mais devant une grappe d'officiers, on ne prend pas le risque de se faire mal voir.

Je n'oublierai jamais le visage médiocre de ce lieutenant qui était revanchard.
Tout cela parce que je ne lui avais pas fait son affiche.

Comme quoi un simple sourire, peut démontrer la médiocrité d'une personne.


Bonne journée, mon amie.
Gros bisous mon amie.
Répondre
J
Oups!!!
Sortir la tête de l'eau ......
Répondre
S
mail supprimé ? oh que non surtout pas les tiens ♥♥
J
A 2 , à 5 rien n'est plus fort que la volonté de s'en sortir .
Savoir sortit la tête de l'eau .
L'union fait la force .
Je vous dis à la semaine" chopraine " (sourire ) Simone
La semaine prochaine ? pour nous sera plus calme .
Répondre
S
hello ♥ et tout et tout .....♥
D
Bonjour ma chère Simone,


Ce n'est pas évident de lire dans les yeux des gens, l'état de leur âme.
Il en est de même pour en définir ce qu'ils pensent réellement.
Par contre nous pouvons nous rendre compte, si la personne écoute ce que l'on dit.
Si les yeux semblent inanimés de sens en regardant dans le néant, c'est que la personne ne vous écoute pas.

Il m'arrive que je me surprenne à ne plus regarder la personne qui m'adresse la parole.
Aussitôt je rectifie la direction de mon regard, en posant mes yeux dans ceux de mon interlocuteur.
Je suis un peu gêné en me rattachant de nouveau à la conversation.
C'est assez souvent que je décroche comme l’on dit.
Ce n'est pas parce que la conversation demeure inintéressante, mais je perds ma concentration auditive.
Mon regard se perd alors dans le vague, durant un temps très limité.

Comment savoir si la personne avec qui vous parlez, demeure vraiment intéressée par ce que vous dites.
Il y a évidemment la réponse qu'elle vous fait.
Mais vous ne lui posez pas forcément une question.

Une conversation est un échange.
Souvent les idées se rejoignent pour ne pas se télescoper.
Car il faut toujours être modéré, pour ne pas que la discussion s’enflamme.
C'est ce que l'on nomme la diplomatie.

Il faut savoir reconnaître la peine en bavardant avec un voisin.
Dans ce cas, vos paroles rassurantes sortent vraiment d'une grande concentration.
Il s'agit d'être très mesuré dans nos dires.
Évidemment, lorsque la mort est à l'origine de ce désarroi, les mots ne sont jamais assez forts.
Notre situation n'est pas confortable, même si nous dévoilons beaucoup d'empathie.
Il y a des douleurs qui demandent le silence.
C'est très compliqué de rester sans rien dire, devant une personne malheureuse.
Si elle demeure assez proche, on peut trouver les mots avec plus de facilité.

Pour une autre qui demeure inconnue, c’est très difficile de pouvoir comprendre ce qui la peine.
Il est nécessaire de la faire parler, pour lui apporter un peu de soutien.
Les paroles ne sont malheureusement pas toujours suffisantes pour apporter du réconfort.
Le chagrin, ne peut se dissoudre qu’avec le temps.
C’est ce dernier qui efface peu à peu la douleur.
Les années arrivent à arrondir les plus mauvais passages de sa vie.
Même si une tristesse continue à vivre dans les pensées, elle s’adoucit au fil du temps.

C’est rassurant que ce phénomène érode la peine, même si une cicatrice demeure.
Sur le moment, c’est le contraire lorsque la vie est brisée par cette épreuve.
L’abattement demeure trop intense pour vraiment soutenir cette grande détresse.

Pourtant les mots sont parfois très réconfortants.
Cependant, ils doivent vraiment être à la hauteur du drame vécu.
Ils sont obligatoirement doux, en restant discrets pour ne pas heurter davantage la personne.

C'est parfois dans le regard de l'autre que l'on arrive à trouver un soutien.
Mais cette confiance doit survenir rapidement.
Ce qui signifie que la personne avec qui vous parlez est vraiment attentive à vos dires.
Touchée même par la détresse qu'elle peut lire dans vos yeux.

La raison d'un silence est peut être causée par un grand chagrin ou une colère.
En peu de temps, il est possible d'en connaître l'origine.
Si c'est par la rage, le mieux est de ne pas insister.
Il faut attendre que celle-ci tombe.

Lorsqu'il s'agit d'une grande peine, c'est nettement plus compliqué.
Les mots doivent être choisis avec une grande célérité.
Ils doivent provenir du coeur, pour être plus crédibles.


Bonne journée, mon amie.
Gros bisous mon amie.
Répondre
L
.....c'est une force de pouvoir être deux......à certaines conditions......

Bon mardi Simone..

Denyse xx
Répondre
E
Bonjour Simone. C'est important d'avoir des amis avec qui échanger, en toute confiance. Bon après-midi
Répondre
P
Bonjour SimoneUn grand merci pour ta gentille visite.Je resterai dans le domaine de la plaisanterie en disant que lorsque je parle de trop on me demande de me taire et lorsque je suis muet on me demande si je suis malade. Mes amis s'occupent de moi. Ma femme aussi.J'espère que tu vas bienPasse une très bonne fin de journéeBisous@lain
Répondre
J
Bonjour Simone . Bon Dimanche
Il faut bien admettre que chacun , chacune a ses "propres tracas " dans la vie .Mais sourire , c'est déjà apaiser ses peines et rester positifs , optimistes.
De toutes les façons , se plaindre sans cesse n'est pas bon pour le moral et n'apporte que du négatif.
Par contre, sommes devenus très silencieux sur bien des sujets dorénavant . En circuit très intime et avec des personnes de confiance souvent avec nos Ami(es) de longue date . Pas de médisance , ni de méchanceté entre nous .. Beaucoup de compréhension et d'estime .Du respect surtout même si les opinions divergent ..
Quant à l'Amour , il ne faut pas se priver d'en donner . Les gens très reconnaissants nous le rendent au centuple .
Vous souhaite un très bon lundi et une belle fin d'Août .
PRENEZ SURTOUT TOUJOURS BIEN SOIN DE VOUS ..
Affectueusement .
Répondre
S
♥ ♥✨Lᵒᵛᵉᵧₒᵤ
D
Bonjour ma chère Simone,
 
 
                       La peine derrière le sourire est parfois très difficile à détecter.
                       Je me souviens avoir connu un jeune matelot de 19 ans.
                       Celui-ci était très agréable, avec toujours un sourire aux lèvres ou un mot pour rire.
                       Tout le monde le considérait comme très sympathique.
                       Soudain, la nouvelle de sa mort nous est tombée dessus.
                       Il s'était suicidé à la quinine qui défendait nos corps contre le paludisme.
 
                       Ce fut le premier jeune d'une longue série.
                       Par la suite, quatre autres jeunes se sont donnés la mort avec la même substance chimique.
 
                       Dans ma vie, j'ai croisé une multitude de personnes qui se sont données la mort.
                       J'ai travaillé avec un jeune qui piquait parfois une colère.
                       Il avait fait son armée en Guyane.
                       Je crois que son séjour loin de chez lui l'avait beaucoup affecté.
                       Il souffrait de solitude, alors qu'il avait 24 ans.
                       Proche de moi, j'ai tenté de l'aider, en me rendant plusieurs fois chez lui.
 
                       C'est très difficile d'accompagner une personne qui déprime.
                       Il désirait que je vienne tous les soirs chez lui.
                       J'avais aussi ma vie.
                       Puis j'ai appris son décès peu de temps après.
                       Je pense que si je ne l'avais pas lâché, peut-être que j'aurais pu le sauver.
 
                       Dans la même entreprise peu de temps après, un jeune de 21 ans aimait boire un coup avec moi après le travail.
                       J'ai appris qu'il s'était mis un coup de fusil.
 
                       Plus tard dans une autre entreprise, mon chef et moi rencontrions de grosses difficultés pour monter notre machine.
                       Comme il y avait cinq groupes qui montaient chacun une machine, il était visible que nous n'avancions pas.
                       Ces machines étaient les Rolls de la fabrication de bouteilles en plastique.
                       Chaque pièce que je prenais demandait une retouche à la machine outils, ou à la lime.
                       Mon responsable me disait que c'était impossible.
                       Que les lots des pièces étaient contrôlés.
                       Pourtant lui aussi trouvait bien du mal à monter les pièces qu'il devaient assembler.
                       Evidemment, je fus appelé par le directeur et celui-ci me mit dehors le jour même.
                       Il est vrai que mon chef s'était couvert en disant que le retard était dû à mon incompétence.
 
                       Quatre mois plus tard, j'ai appris que celui-ci s'était suicidé.
                       Je ne pouvais pas omettre de faire un parallèle avec nos difficultés à monter cette machine.
                       Nous étions tombés sur un mauvais lot, tout simplement.
                       Une erreur était tout simplement possible dans ce monde où rien n'est vraiment certain.
 
                       Avant de quitter Langres, l'un de mes meilleurs amis avait intenté à ses jours.
                       Il a été sauvé grâce à son chien qui a aboyé.
                       Je l'ai pris chez moi pendant une semaine.
                       Lorsque je rentrais du travail, je ne savais pas comment j'allais le retrouver.
                       Il n'allait vraiment pas bien.
 
                       Je lui ai demandé de se rendre chez un professionnel de l'âme.
                       Je l'ai même accompagné chez une psy.
                       Gilbert dans le passé était un gai luron.
                       Il a été aussitôt hospitalisé.
 
                        C'était le moment où je quittais Langres.
                        Mon moral n'était pas des plus optimistes.
                    
                        Lorsque Internet fut créé, j'ai tenté de retrouver des traces de Gilbert.
                        J'ai bien retrouvé sa famille, mais jamais rien sur mon ami.
 
                        Je crains donc le pire, en ce qui concerne son avenir.
                        Il était vraiment très mal en point.
 
                        J'ai donc fait mon possible pour venir en aide aux désespérés, lorsque je le pouvais.
                        Ce n'était pas suffisant pour les sauver.
                        J'aurais peut-être dû plus m'impliquer.
                        En même temps, je ne pouvais pas avoir à ma charge 24h/24, ces personnes qui avaient décidées d'en finir.
 
                        Bonne journée, mon amie.
                        Gros bisous. Dédé.
Répondre
L
...à chacun sa force...;)

bon dimanche Simone.....

Denyse xx
Répondre
F
J'aime énormément tes choix d'illustrations :-)
J'aime aussi les toutous.
Répondre
A
Savoir sourire en toute circonstance, oui, bien d'accord! Mais les imbéciles n'ont pas vu ma peine et ça m'ennuie car j'ai encore plus de peine et continue quand même de sourire et même de rire! BOnne journée, et amuse-toi gaiment. Bonne journée, Gisèle
Répondre
R
Il sont si nombreux ceux qui ne voient pas derrière le sourire! Bisous
Répondre
E
Bonjour Simone. C'est mieux d'avancer à deux lorsqu'on le peut...
Répondre
J
Vous savez Simone quand on a eu l'exemple de sa propre Maman , on ne peut qu'en tirer de la force . Une " force " qui nous permet de rester toujours "debouts et dignes "
Tous 2 , Alain comme moi avons eu de" très bons tuteurs" (dirons nous ) de" très bons piliers " , de très bonnes racines .
Ses parents pour lui et Maman pour moi . A nous de retransmettre cette force et nous y parviendrons .
Belle fin de semaine à vous .
Prenez surtout toujours bien soin de vous
Répondre
S
gros bisous et merci pour tout ♥
A
savoir regarder les autres du fond du coeur. Bises et merci
Répondre
D
Et ne surtout pas jouer à la femme forte bisous
Répondre
T
Salut,
On avance à deux toujours après 49 ans de mariage.
Le temps est encore déplorable pour ce mois d'août .
J'espère que l'hiver sera moins froid vu qu'on se paye la fraîcheur en été.
Bonne fin de semaine
Répondre
L
......une pensée qui vaut de l'or....!

bon jeudi Simone...

Denyse xx
Répondre
O
Nos vieilles copines et les chats savent faire ça. :D
Douce soirée
Répondre
N
Que ce sont de sages paroles!!! Gros bisous et à très vite
Répondre
A
Bien accord sauf que je suis incapable de me taire! Je crie! c'est pas moi qui le dis, c'est ma chère enfant qui voit mon amour à travers mes cris et ma permanente colère! Ah! je suis bien malheureuse, croyez-moi.
Répondre
H
en effet déjà une bonne chose si ces trois choses sont réunies ! Bonne fin de semaine. Bisous
Répondre

Texte Libre

deytsc

Articles Récents