Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 19:02


                                        




Plus tard je serai..............

 le début de l'article   
clic



Quand elle sera grande, Fanny, 6 ans, sera chanteuse à la télé. Félix, même âge, envisage de devenir archéologue tandis qu'Anna, 7 ans, veut soigner les chiens. Une chose est sûre, avant 8 ou 9 ans, avant de se couler dans le moule social, les enfants ne manquent pas d'imagination ! Maryse Vaillant*, psychologue, analyse leurs rêves d'avenir professionnel.

Ils en disent long sur eux.
  
 


Pompier

« On grimpe sur l'échelle et, avec la lance, on envoie une grande quantité d'eau pour éteindre le feu. »                                  Félix, 5 ans et demi

Voilà LE grand classique, qui se perpétue de génération en génération ! Presque tous les petits garçons veulent devenir pompiers ou, au moins, avoir un camion de pompier parce
que c'est totalement phallique ! En outre, sauver les gens permet aussi de s'assurer un pouvoir sur eux.
Le fantasme de Superman !





 Marchand de bonbons ou de jouets
 « Marchand de jouets, ça ne gagne pas beaucoup,
 mais on a tout sous la main ! »          Charles, 8 ans

 Boulanger, marchand de jouets ou de glaces, confiseur...
 correspond à un rêve d'abondance et de sécurité, l'assurance
d'avoirtout à sa disposition. Vers 5-7 ans, l'enfantpèse, compte,
entre dans le monde des additions et des soustractions. Ne le
pensez pas intéressé, égoïste, accumulateur. C'est tout le
contraire ! Il a autant envie d'être comblé que de redistribuer.






Docteur, infirmière, psychologue
« Moi, je veux être docteur pour les gens, pour les
empêcher de pleurer. »                  Alexis, 7 ans

L'envie de soigner les êtres humains relève d'autre chose. Si l'enfant n'a pas été malade ou hospitalisé, c'est qu'il se sent investi de la mission symbolique de soigner sa famille d'un mal qui a pu l'atteindre, parfois même plusieurs générations avant lui. Il est fréquent que, après une période tourmentée, un deuil, sa naissance ait été vécue comme une promesse de « guérison », de renouveau. Parmi les ascendants de nombreux psychanalystes, il y a souvent une maman dépressive, une aïeule internée...






 Maître d'école

 «J
e veux être maîtresse  de toute la classe. »
         Chloé,5 ans et demi

 Que celle qui, à l'âge tendre,  n'a jamais voulu être « maîtresse » lève le doigt ! Les instituteurs sont les substituts tout désignés de papa, maman. C'est le b.a.-ba de ce que l'on appelle, en psychologie, le transfert. Mais si les bons élèves, parfois peu à l'aise dans la cour de récréation, ont si souvent envie de devenir instits, c'est aussi pour « reprendre la main » sur les petits copains et... sur leurs propres pulsions œdipiennes. Entre 2 et 7 ans, l'enfant se sent rassuré et protégé par le cadre scolaire.




 
Chanteuse, magicien...

 « J'aimerais être chanteuse, mais chanteuse de télévision.             Fanny, 6 ans

D'après l'enquête réalisée par Smoby, la profession de chanteuse ou de star est la plus plébiscitée par les petites filles. La télé y est pour beaucoup. Cependant, les enfants qui ont envie de s'exhiber ont souvent un déficit d'identité. Ils se sentent un peu «transparents », éprouvent quelques difficultés à trouver « leur place au soleil » dans la famille. Il en est de même pour les postulants magiciens, plutôt des garçons, qui souhaitent se montrer sous leur meilleur jour, dans tous leurs attributs phalliques (baguette), et dominer la situation. Les futurs  pyrotechniciens, par le bruit et l'éclat des feux d'artifice, ont surtout envie d'accaparer l'attention de leur mère.


 
 



 Fleuriste

 « Moi, je veux fabriquer  des bouquets de  campagne. Mais que des  fleurs qui sentent bon. »                    Julie, 8 ans


 Certains enfants, gais, montrent là un vrai amour pour  la vie, la beauté... et leur mère : le premier bouquet,  ce sont les pâquerettes des champs que l'on offre à sa maman. Mais ce rêve peut être aussi un symptôme  inversé. L'envie d'enjoliver la réalité peut masquer  un désir de protection et de  réassurance par rapport à un  environnement insécurisant.







 Champion,  pianiste...

 «Je veux être footballeur comme Zizou. »                  Kevin,8ans

Devenir un sportif de haut niveau, un musicien soliste... fait
partie des rêves de premier de la classe. Mais c'est encore
plus souvent le désir inassouvi de l'un des parents qui, lui-même,
aurait bien aimé embrasser telle ou telle carrière ! Sans perdre de vue les capacités de son enfant, si elles sont réelles, il faut surtout autoriser son futur champion à se nourrir de beaucoup d'autres choses, à tâtonner, à changer d'avis. Le pire serait que l'adulte l'enferme dans son propre désir.






 
Vétérinaire

« Je yeux soigner les chiens, mais pas leur faire des piqûres ni leur faire mal. »            Anna, 7 ans

Vétérinaire, soigneur d'animaux, gardien de chenil... Avoir envie de s'occuper des animaux est banal chez les enfants. Les mammifères à poils déclenchent un grand enthousiasme chez les bambins... En revanche, vouloir les soigner révèle un désir de réparation fréquent quand on est un peu malmené par la vie. S'agit-il de la naissance du petit frère, d'un décès, d'un divorce ? Certains enfants un peu seuls, mal à l'aise avec le langage, se réconfortent avec le petit chien ou le hamster dans un langage de corps à corps, d'où le désir de les soigner, de les manipuler.







Archéologue, journaliste

« Moi, je veux être plongeur, pour trouver des morceaux
d'amphore au fond de l'océan. »            Félix, 6 ans


Certains, chercheurs en herbe, tes », donc, si on traduit, capa-
sont, déjà tout petits, des blé de braver l'interdit, pour
« voleurs de feu ». Ils poussent à  voir ce qu'il se passe dans le
dent ce que Freud appelle un lit des parents ! La passion pour
« pulsion épistémophilique », les dinosaures, très fréquente
autrement dit le désir de savoir, chez les garçons, exprime leur
En pleine période œdipienne, intérêt pour leurs origines et
amoureux du parent du sexe le mystère de leur conception.
opposé, ils transposent ainsi Quant à ceux qui sont très tôt
la grande curiosité sexuelle piqués par le virus du jour qui les anime. Laura, 4 ans et nalisme, tout comme Tintin et demi, affirmait avec beaucoup son papa Hergé, c'est peut-être
de détermination qu'elle serait parce qu' il y a dans la famille
plus tard « ouvreuse de porte un secret à lever.
 
 
 
 
Nos carrières naissent dès l'enfance

Isabelle Méténier**, psychologue, coach, formatrice auprès d'adultes, évoque les liens invisibles qui se tissent entre l'enfance et la carrière professionnelle.

Le choix d'un métier se détermine-t-il très tôt? Oui, mais
rarement consciemment. Derrière l'ambition professionnelle se cache souvent une « loyauté invisible » à sa famille, le désir d'être conforme à un modèle transmis parfois de génération en génération. Mais il arrive aussi que l'on se construise en opposition ou pour pallier une frustration parentale. C'est ce que j'appelle la «théorie du pionnier».

D'où vient le respect ou le refus de l'autorité ? Les rapports
à l'autorité influent beaucoup sur le choix d'un métier. En ceia, les relations avec le père, qui incame symboliquement la loi, sont déterminantes mais pas d'une façon automatique. Quand on a été élevé par des parents hyperrigides, on peut avoir envie de rester dans ce schéma en recherchant un encadrement strict et sécurisant... ou le fuir totalement !
Beaucoup de créateurs d'entreprise le sont parce que, après une
éducation très sévère, par opposition, ils ont développé un refus total de la hiérarchie. « Pour moi, disent-ils, le travail, c'est être chef ou rien. »

Peut-on être déçu d'avoir réalisé son rêve d'enfant ?

Je ne pense pas. Quand on concrétise son vrai rêve d'enfant, on reste en éveil, créatif, investi. Si on se trouve soudain dos au mur, démotivé, déprimé, c'est peut-être parce que ce rêve n'était pas le nôtre. Certains de mes patients constatent qu'ils ont accompli une mission dont ils ont été investis dès l'enfance. Ils n'ont pas pu découvrir et réaliser leur vrai désir. On parvient à mettre au jour ce «frein » grâce au génogramme professionnel, l'arbre généalogique des métiers de la famille. Le fait de s'apercevoir que l'on a obéi, inconsciemment, à une loyauté invisible permet de s'en libérer. On peut alors passer à autre chose...


 ** Auteur de Histoire personnelle, destinée professionnelle, éd. Demos.
                          SOPHIF CAROUAIN


            




Partager cet article

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article

commentaires

mrcafe 20/06/2010 21:03



toujours super a lire ces paroles d'enfants ...bise simone



Durgalola 20/06/2010 15:47



je ne sais pas si tu te souviens des livres d'histoire avec des images ; je crois bien qu'alors (7/8 ans) j'ai rêvé d'être Jeanne d'Arc, Clovis ....


bises



Santounette 19/06/2010 17:08



J'aime beaucoup ce billet, je ne sais pas si les interprétations sont exactes, il est vrai que beaucoup de petits garçons souhaitent devenir pompier ou footballeur et bon nombre de petites filles
rêvent d'être maîtresse d'école.
J'ai souri en lisant ce billet car je parle d'un santonnier qui a réalisé son rêve de petit garçon.
Bisous



Mamounette 19/06/2010 13:02



Très intéressantes ces réflexions !!!


Bon week-end


Bisous


Mamounette



MARTIENNE-BONHEUR 18/06/2010 23:07



Bonsoir Simone,je viens de lire,les mots de ces petits et les axplications...


C'est curieux,mais,il y a beaucoup de choses véridiques.


Bon week-end ma belle alsacienne.Aimée



:0091: 13/07/2008 20:37

et voilà ....tout est clair et net.....

Texte Libre

deytsc

Articles Récents