Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 12:03

 

 

 

 

 

 

Le soleil fendille la terre,
Aucun bruit ne trouble les champs ;
On n'entend plus les joyeux chants
Des oiseaux qui chantaient naguère.
Tous par la chaleur assoupis
Sous les buissons se sont tapis.
Seule une cigale est sur l'aire.
 
Son ventre sonore se meut ;
Sur une gerbe elle est posée ;
Seule elle n'est point épuisée
Par l'astre à l'haleine de feu.
Et la chanteuse infatigable
Jette dans l'air brûlant et bleu
Sa ritournelle interminable.
Marcel Pagnol
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamalilou 09/10/2011 04:08



elles me manquent, les cigales... :o))



Annick 07/10/2011 05:03



sympa cette poésie de Marcel Pagnol !


bisous et bonne journée...



Texte Libre

deytsc

Articles Récents