Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 11:34
Song of Ocarina - Diego Modena & J-P. Audin

Paul de Senneville est un compositeur et producteur de musique français né le 30 juillet 1933 qui  composa son dernier grand succès Song of Ocarina  interprété par Jean-Philippe Audin et Diego Modena en 1992

Diego Modena & J-P. Audin - Song of ocarina

Diego Modena (né Luis Rigou à Buenos Aires en 1961) est un musicien argentin, virtuose de la flûte de Pan. En 1990, Luis s'installe à Paris et enregistre sous le nom d'artiste Diego Modena "Ocarina" avec Jean-Philippe Audin né en 1955 au  violoncelle.

Song of Ocarina - Diego Modena & J-P. Audin
Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 11:06
Il passait ses nuits debout ! C’est peut-être un détail pour vous

Être debout la nuit, voilà une chose qui m’a toujours fascinée. C’était surréaliste pour moi de voir arriver dans notre bistrot, ouvert à 6 h du matin, des hommes en bleu de travail impatients de boire un café sorti d’une machine en forme de fusée dans un nuage de buée.

Je savais qu’ils avaient, durant la nuit, fixé des semelles sur des chaussures de sport, émaillé des casseroles et des faitouts, fait fondre du métal pour faire des plaques de fonte. Pour moi, ils étaient comme des Heinzelmännchen, ces lutins dont le destin était de nous aider dans nos tâches, de nuit, sans être vus de quiconque. Debout la nuit pour faire avancer le monde.

Plus tard, « Debout la nuit » c’était cette fatalité qui me frappait lors de rages de dents, de douleurs cervicales ou lors des fièvres alarmantes de mes enfants. C’était attendre le retour de mes jeunes sortis le samedi soir avec la voiture. Nuit debout. Nuit de veille. Nuit d’espoir aussi. L’espoir que la douleur cesse. J’en ai passé des nuits debout… mais assise devant d’interminables voyages en train diffusés par le ZDF. L’oxymore des nuits blanches : être debout assis devant la télé ou devant la fenêtre.

Le retour de l’agora

Et voilà que « Nuit Debout » devient un concept pour faire avancer le monde. Un concept de vigilance aussi. Une leçon à donner au pouvoir qui s’enlise dans une gouvernance absurde . Les citoyens se font oies du Capitole, tant ils sont prêts à cacarder 24 h sur 24 pour dire : « Ça suffit. Es langt ! Faut que ça change ! » Dans les rues et dans les parcs. C’est le retour de l’agora. On y philosophe, on y débat, on y chante des Gospels, on récite des textes fondamentaux de Rousseau, Socrate, Cohn-Bendit ou Kevin le Bref, youtubeur politique vedette. La démocratie. Le peuple assis mais en marche. Le peuple qui décide de l’avenir du peuple. Politique. Philosophie. Thermos. Sandwichs. Canettes.

La démocratie produit aussi des papiers gras et des bouteilles vides. Les contingences biologiques tuent la pureté des sentiments et des idéologies. Le yin n’est rien sans le yang. La sérénité d’Adam et d’Ève dans le jardin d’Eden a attiré le serpent qui ne pouvait pas voir ça ! Les « rêveurs d’un monde meilleur » réunis dans les parcs ont attiré les casseurs, les empêcheurs de refaire la société en rond, les petites frappes aussi. Il y a ceux qui ressortent le marteau et la faucille pour un monde de coopératives économiques, ceux qui sortent la charrue et les bœufs pour une planète plus saine, ceux qui sortent les fleurs et la croix de Néron pour qu’il y ait de l’amour entre les humains et il y a ceux qui sortent les frondes et les battes de base-ball, les poings américains et les crans d’arrêt. Abel et Caïn.

D’un côté la pureté des idées, de l’autre les taches. La faute à nos pulsions primaires. Les pulsions alimentaires qui jonchent le sol de détritus. Les pulsions sexuelles qui accrochent des préservatifs dans les branches de troènes des Parcs de la Pensée Progressiste. Les pulsions destructrices des « Sans foi ni loi » qui laissent sur leur passage du verre pilé, des voitures brûlées, du sang versé.

Mamema dit : « Es gibt Mensche un Unmensche. Sie sin awer alli menschlich » (il y a ceux qui sont humains et ceux qui sont inhumains, mais ce sont tous des êtres humains).

 

 

 

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi....
mais toutes les deux... alsaciennes  ..

Il passait ses nuits debout ! C’est peut-être un détail pour vous
Repost 0
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 11:37
Dis-lui que tu l’aimes !

Si tu veux donner toutes ses chances à ton enfant,
Aime-le.
Apprends-lui à prendre garde,
apprends-lui ce qui est bon, ce qui est beau..
A travers cela, dis-lui que tu l’aimes.
Laisse-le découvrir ses limites,
Et sois là pour veiller au grain,
S’il se fait mal en les rencontrant.
Accueille ses larmes et ses souffrances,
Dis-lui que c’est ainsi qu’il deviendra grand.
Embrasse-le et dis-lui que tu l’aimes.
Surtout dis-lui que de l’effort naît le bonheur,
Et quand il te montrera ses cahiers et ses notes,
Montre-lui que tu l’aimes,
Ne l’enferme pas dans les moyennes,
Ne le classe pas comme sur un champ de courses.
Exige de lui des efforts, ne lui donne pas tout.
Apprends-lui le prix des choses,
Et surtout, s’il se met à crier et hurler,
Dis-lui que tu l’aimes.
Lorsque, le soir, tu devineras qu’il a mal,
Poses-toi dans le fauteuil et laisse tomber le journal.
Laisse-le poser sa tête sur tes genoux,
Caresse-lui les cheveux,
Ecoute-le.
Et, dans le silence,
Dis-lui que tu l’aimes.
Quand il t’épuisera de questions,
Te bousculera d’interrogations,
Eteins la radio et la télévision,
Ferme ton agenda et pose ton crayon.
Demain, quand il découvrira le monde,
Il se méfiera de l’éphémère,
Il saura ce qui est bon,
Et s’il trébuche un jour,
Dis-lui que tu l’aimes.
Alors, tu verras,
Lui aussi vous dira :
« Maman, Papa, je vous aime. »

D’après Alain RAOULT

 

Dis-lui que tu l’aimes !
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
4 mai 2016 3 04 /05 /mai /2016 11:00
Vacances, je m’oublie.

Pendant que chez nous, on regarde le ciel pour savoir s’il faut la pelle à neige ou pas, et avec anxiété les bourgeons déjà largement turgescents mais toujours prêts à mourir à 0° C, pendant ce temps, je suis en terrasse au pays des mille soleils en me posant cette question lancinante : « Jus d’oranges pressées ou jus de pamplemousses pressés ? », tout en compulsant mon mémento du parfait diabétique pour connaître les conséquences de cet acte sur la glycémie.

Le choix fait, je prends la position de la touriste, regard insouciant, jambes superposées, nez à l’horizon. Ni estampillée Meetic ni frappée du syndrome « steak sur l’étal du boucher à vendre d’urgence ». Et pourtant…

« Tu connais la ville ? Tu veux que je t’explique ? »

Pourtant j’ai sur moi des regards convergents et je reçois des œillades qui sont au langage des signes ce que le panneau Stop est à la circulation. La signification est monosémique, ce qui veut dire : « Tu comprends très bien ce que cela veut dire ! » Sur Facebook, cela voudrait dire : « Tu veux être mon amie ? Clique si tu es d’accord ».

Les plus téméraires utilisent la parole : « Tu connais la ville ? Tu veux que je t’explique ? ». Il y a des pays où les GPS ont des sweat-shirts et des baskets de marque, des cheveux gominés et de fausses montres précieuses. Et te voilà embarquée dans un discours géographico-historique, d’abord devant ton jus d’orange, puis dans une déambulation lente avec arrêt devant des raretés architecturales ou des spécialités pâtissières.

Les explications se font en monologue absolu avant que le guide-prédateur ne t’enjoigne à passer au mode dialogue : « Tu peux me poser des questions, ça me ferait plaisir ». Aux descriptions scientifiques se mêlent des descriptions qui seraient médicales si les adjectifs étaient tirés du langage de la pathologie et non du compliment.

Je sais au bout de trente minutes que j’ai des yeux injectés d’amour, un cul à faire perdre la tête aux hommes et une poitrine à ranimer une main paralysée. Une vraie cure de jouvence ! Dire qu’Emmanuelle Béart a dû se faire injecter des litres de Botox pour arriver au même résultat… alors qu’un verre de jus d’orange pressé sur une terrasse produit le même effet.

L’approche de la biologie interne se fait par l’estomac

Dans la soirée, les mots quittent les pierres et mes atouts extérieurs pour des considérations plus organiques. L’approche de la biologie interne se fait par le biais de l’estomac. Dans la tactique du “GPS-guide-en-quête-d’amour” l’absorption, en tête-à-tête, de soupes vernaculaires doit avoir comme but de voir ma luette aller et venir dans mon gosier.

Il y a comme une extase à bigler au fond de ma bouche. Il s’installe une forme de rapport tantrique, un rapport sans l’intervention d’un autre organe que le globe oculaire. Oui, un globe seulement car l’autre surveille les alentours ! Il pourrait voir foncer sur lui la toute-puissante police touristique proclamant : « Seuls les guides assermentés peuvent accompagner les touristes ».

Les vacances sont finies. J’ai quatre numéros de téléphone et deux demandes en mariage. Confucius dit : « L’important, ce n’est pas d’avoir pris du calamar. L’important, c’est d’avoir fait une belle promenade en mer ».

 

 

 

 

 

 

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi....
mais toutes les deux... alsaciennes  ..

 

Vacances, je m’oublie.
Repost 0
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 11:34

Daniel Westphal  ...heureux papa....
joue merveilleusement de la trompette et chante pour son fils Juilan

Version von Daniel Westphal für meinen Sohn Julian !

Mise en ligne le 22 mai 2009

Guten Abend, Gute Nacht - Wiegenlied von Johannes Brahms

 

Guten Abend, gute Nacht,
mit Rosen bedacht,
mit Näglein besteckt,
schlupf unter die Deck:
Morgen früh, wenn Gott will,
wirst du wieder geweckt,
morgen früh, wenn Gott will,
wirst du wieder geweckt.

Guten Abend gute Nacht,
von Englein bewacht,
die zeigen im Traum
dir Christkindleins Baum:
Schlaf nur selig und süß,
schau im Traum's Paradies,
schlaf nur selig und süß,
schau im Traum's Paradies.

Bonsoir, bonne nuit,
Veillé par des roses
couvertes de petites œillets,
Glisse sous l'édredon:
Demain matin, si Dieu veut,
Tu seras à nouveau éveillé,
Demain matin, si Dieu veut,
Tu seras à nouveau éveillé,
Bonsoir, bonne nuit,
Gardé par des angelots,
Qui te montrent en rêve
L'arbre du petit enfant Jésus:
Dors seulement, bienheureux et doucement
Regarde dans les rêves du Paradis

 

 

 

 

Text: Erste Strophe aus " Des Knaben Wunderhorn " - 1808
zweite Strophe von Georg Scherer - 1849 bzw Karl Simrock ?
Musik: Johannes Brahms

 

 

Guten Abend, Gute Nacht - Wiegenlied von Johannes Brahms
Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 13:16
Témoignage d'un retraité !

Après avoir pris ma retraite, ma femme a insisté pour que je l'accompagne faire les courses, chez Carrefour. Malheureusement, comme la plupart des hommes, je trouve cette tâche ennuyeuse et préfère en finir au plus vite. Hélas, ma femme est comme la plupart des femmes, elle aime faire du shopping pendant des heures et des heures !... Hier, ma chère épouse a reçu la lettre suivante de Carrefour :

Chère Madame, Au cours des six derniers mois, votre mari a été à l'origine de plus d'un problème au sein de nos magasins. Nous ne pouvons tolérer ce comportement et sommes contraints de vous interdire, à tous les deux, l'accès à nos magasins. Nos plaintes contre votre mari sont énumérées dans l'historique ci-après et documentées par nos caméras de surveillance vidéo.

Le 15 juin : Il a prit 24 boîtes de préservatifs pour les mettre au hasard dans les chariots des autres clientes quand elles ne regardaient pas!

Le 2 juillet : Il a réglé tous les réveils dans le rayon des articles ménagers/literie  pour qu'ils se déclenchent à intervalles de 5 minutes.

Le 7 juillet : Avec une boîte de concentré de tomate, il a fait une traînée de jus de tomates sur le sol conduisant à la toilette des femmes.

Le 16 août : Il a monté une tente dans le département de camping et proposé aux autres clientes d'amener des couvertures et oreillers.

Le 23 août : Il a glissé des barquettes de porc dans le rayon de la viande halal.

Le 4 septembre : Il a regardé directement dans la caméra de sécurité et l'a utilisée comme un miroir, pour aller chercher ses crottes de nez.

Le 11 septembre : Il a manipulé des armes à feu dans le département de chasse et pêche et a demandé au préposé dans quel rayon se trouvaient les antidépresseurs.

Le 18 octobre : Il s'est caché dans un rayon de vêtements, à l'intérieur d'une longue robe et lorsque les gens approchait, il criait «choisis moi, choisis moi !».

Le 21 octobre : Quand une annonce est venue sur le haut-parleur, il s'est couché au sol en position fœtale et a crié : « Oh non ! C’est encore ces voix ! »

Et le dernier incident, mais pas le moindre

Le 23 octobre : Il est entré dans une cabine d'essayage, a fermé la porte, a attendu un certain temps, puis a crié très fort :
« Hé ! Il n'y a pas de papier cul ici ! »

Le service clientèle.

Témoignage d'un retraité !
Repost 2
Published by Simone - dans news
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 10:30
Les asperges c’est Matin debout.

Vous ne pouvez pas l’ignorer. C’est un des gros titres des journaux. Entre les « Nuits debout » dans les quotidiens français et l’affaire Böhmermann dans les quotidiens allemands, vous trouvez l’asperge ou la Spargel.

Toutes les strates de la population sont prises à témoin pour exprimer émotion, savoir ou thèses de science pure à son propos. L’homme de la rue y va de ses stances : « J’adore quand viennent les asperges, les asperges sont les hirondelles végétales. Quand elles sont là, on sait que le printemps est arrivé ! » ou : « Mon mari et moi, on va de bon matin, en marche nordique, sur un champ de libre-cueillette pour les “stupfe” dès qu’elles pointent. Il n’y a pas plus frais ». Ou encore : « Moi, j’ai une petite retraite, je ne peux pas me payer d’asperges. Alors qu’il y en ait ou pas, ça ne m’intéresse pas. Moi, je mange des radis ».

La tige peut atteindre 1,50 m

L’historien étale ses connaissances : « L’asperge est un rhizome cultivé comme légume en France depuis le XVe siècle. La tige peut avoir jusqu’à 1,50 m de haut ! » Là, tu apprends qu’avec un peu de patience, on peut attendre que le rhizome en question ait la hauteur idéale pour nourrir 10 personnes. Cela boosterait nos potiers et céramistes qui seraient obligés de concevoir un grand bol à mayonnaise pour qu’on puisse y tremper la chose.

Le diététicien salue ce légume si pauvre en calories, cuit à la vapeur, diurétique de surcroît, donc apte à éliminer cette eau que nous contenons en abondance et qui pèse si lourd sur nos balances.

Sauce gribiche, béchamel ou mayonnaise ?

Entre deux fous-rires, le médecin aborde le sujet gag de l’odeur des urines qui donne aux asperges la propriété de chatouiller le nez une fois qu’elles ne chatouillent plus les papilles. Mamema dit : « Il a expliqué pourquoi ça pue, mais on s’en fout quand ça pue, ça pue ». Oui Mamema, mais tout le monde n’a pas la chance d’avoir des urines odorantes après ingestion de l’emblème de Hoerdt et de Village-Neuf. Seuls 40 % sont les happy-few. Encore une raison pour laquelle Caïn aurait pu trucider Abel.

« C’est fou, me direz-vous, ce qu’on peut écrire dans un journal ou dire à la radio sur les asperges ». Oui, Mesdames et Messieurs, et vous n’avez pas encore assisté à ces querelles presque d’ordre confessionnel entre les partisans des sauces gribiches, des béchamels et des mayonnaises censées accompagner ce légume pâle et longiligne comme un mannequin de chez Lagerfeld.

Si vous mangez des asperges tous les jours pendant plus d’un mois, vous avez à découper dans les journaux ou à réécouter dans les radios une myriade de recettes entre celles du type « tata Jeanine » ou celles du type « Cyril Lignac ».

Je ne vous parlerai pas de l’article qui a paru sur les machines à éplucher les asperges. En effet, cet article est à l’origine de la brouille avec ma copine Lili qui m’a taxée de « fainéasse » parce que je lui ai avoué, devant une part de tarte à la rhubarbe, acheter mes asperges « prêtes à cuire ».

 

 

 

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi....
mais toutes les deux... alsaciennes  ..

 

Les asperges c’est Matin debout.
Repost 0
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 16:37

 

 


"Une partie de la vie se passe à mal faire, une autre partie à ne rien faire, la presque totalité à faire autre chose que ce qu’on devrait faire." Louis-Philippe de Ségur

 

"Quiconque à vingt ans ne fait rien, ne travaille pas à trente."
 Axel Oxenstiern  (1652)

 

 

"Le remords est le meilleur des stimulants pour ne rien faire."
Tristan Bernard  (1971)

 

"Mieux vaut ne rien faire que de s'occuper mal à propos."
Baltasar Gracian  (1646)

 

"Ne rien faire est à la portée de chacun."
 Samuel Johnson  (1760)

 

"Mieux vaut infiniment ne rien faire que de faire des riens."
 Pline le Jeune

 

"On ne peut pas, sous prétexte qu'il est impossible de tout faire en un jour, ne rien faire du tout."  Abbé Pierre  (1912-2007)

"Trop souvent, pour n'être pas à rien faire, on s'amuse à faire des riens."
 Goswin de Stassart

(1780-1854)

"Il n'existe aucun fardeau plus pesant que celui du temps dont on ne sait que faire."
Alphonse Esquiros  (1856)

"Ne rien faire est le plus grand plaisir de ma vie, et la seule chose que je fais avec sérieux."
 Henri Salvador

 

 

 

 

 

Rien
Repost 0
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 12:58
Oraison pour une jupe.

Le printemps revient. Ses douces températures font perler plus vite des gouttes de sueur sur mon front lors de ces exercices bihebdomadaires qui bandent mes muscles et vident mes bouteilles d’eau minérale. Les magnolias portent ces fleurs qui nous font hurler d’extase devant leur beauté et hurler de rage quand il s’agit de ramasser ces pétales qui encombrent nos pavés et nos allées.

Fut un temps où j’aurais pu dire : « Les filles et les femmes sortent leurs jupes ». Ces temps-là sont révolus. Les jambes des femmes restent définitivement engoncées dans les toiles Denim, les toiles bleues des jeans proposés même par des marques de créateurs de l’avenue Montaigne.

Depuis des décennies, la mode est faite par des hommes qui aiment les hommes et qui s’entêtent à habiller ces femmes dont leurs règles esthétiques ont fait des androgynes, des êtres longilignes d’où les hanches arrondies et les gros seins sont bannis.

Nous ne voyons plus la dictature bleue des jeans

La femme est en jeans. En toute occasion. Même dans les soirées mondaines où le jean devient noir et où elles le portent juchées sur des stylettos avec des hauteurs avoisinant les 15 cm. Le sexe disparaît dans le genre neutre des jeans.

Un pédiatre a dit : « Une enfant qui commence à parler répétera inlassablement « bababababababa », très rarement « mamamamamama », parce qu’il n’arrive plus à faire le distinguo. Pour lui il y a deux « bababababababa », deux copies conformes en pantalon et en sweat, différenciables uniquement à la voix (si la voix de la mère n’est pas devenue rauque à cause de la cigarette).

Et nous nous offusquons de la dictature des burqas bleues qui emprisonnent les femmes dans des bouteilles de butane en tissu. Et nous ne voyons plus la dictature bleue des jeans.

Du temps où j’étais prof, je regardais dans la cour au moment des récréations, du haut de la salle des profs, je voyais un océan bleu et je m’imaginais le tollé des délégués de classe et des délégués de parents d’élèves si le jeans avait été instauré “uniforme de l’école”. On aurait entendu des « De quel droit ? », « Qui vous permet ? », « Nous sommes dans un pays libre ».

« Les garçons ont les yeux qui brillent, pour un jeu de dupes »

Nous sommes dans un pays libre ? Alors, libérez les jambes des femmes ! Et pas seulement pour qu’on les voie dépasser tristement d’un jean coupé au-dessus du genou quand elles traînent sur les marchés du terroir ou dans les rues aux souvenirs pendant l’été.

La jupe et la robe ont déserté les armoires. Lili dit : « Moi j’ai deux jupes et 3-4 robes pour jouer au théâtre ». La jupe comme accessoire de comédie. Lili dit « Oui, qu’est-ce que les gens ont ri ! Il fallait que je joue avec la jupe coincée dans la culotte ! » Hopla widder !

Avez-vous oublié le bien que ça fait aux hommes de voir sous les jupes des filles ?

« Rétines et pupilles,

Les garçons ont les yeux qui brillent,

Pour un jeu de dupes,

Voir sous les jupes des filles ».

Plus loin dans la chanson, Souchon sous-entend que de ne plus voir sous les jupes des filles rend les hommes agressifs et leur fait mener des guerres ou commettre des atrocités.

Confucius dit : « Depuis que le vent ne peut plus soulever les jupes des filles, il déracine les arbres et soulève la mer pour qu’elle dévaste les terres ».

 

 

 

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi....
mais toutes les deux... alsaciennes  ..

 

 

Oraison pour une jupe.
Repost 0
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 12:00
Quelle histoire quand le soleil dit bonjour aux montagnes !

 

 

En 1932, Jim Greer & The Mac-O-Chee Valley Boys étaient des vedettes du WLS Barn Dance, à Chicago enregistrèrent une chanson intitulée 'When it's Lamp Lighting Time in the Valley' qui fut reprise l'année suivante par un groupe appelé The Vagabonds, qui en firent un bon succès. Environ dix ans plus tard, le compositeur Larry Vincent ne changea que quelques notes conservant la même ligne mélodique pour accommoder son ami, l'auteur Harry Peace qui venait d'écrire un texte intitulé: 'When the sun says goodnight to the mountain'. A la dernière minute on changea le titre pour 'When the sun says hello to the mountain', préférant célébrer le soleil levant plutôt que le soleil couchant.

Cependant, à l'été 1945, les sœurs Annette et Carmen Richer entendirent cette chanson et tombèrent en amour avec cet air musical à tel point qu'elles demandèrent à un ami, l'auteur Edmond Moreau, d'écrire des paroles françaises sur cette musique. Ce que fit monsieur Moreau et les sœurs Richer enregistrèrent cette chanson qu'on appela 'Bonjour mon soleil' le 23 mai 1945

 

Quelle histoire quand le soleil dit bonjour aux montagnes !
 

 

Quand le soleil dit bonjour aux montagnes
Et que la nuit rencontre le jour
Je suis seul avec mes rêves sur la montagne
Une voix me rappelle toujours
L'écho que m'apporte la chanson du vent
Rappelle des souvenirs de toi
Quand le soleil dit bonjour aux montagnes
Je suis seul et ne veux penser qu'à toi.

 

L'écho que m'apporte la chanson du vent
Rappelle des souvenirs de toi
Quand le soleil dit bonjour aux montagnes
Je suis seul et ne veux penser qu'à toi.

Now when the sun says good day to the mountains
And the night says hello to the dawn
I'm alone with my dreams on the hilltop
I can still hear his voice though he's gone

I hear from my door a love song through the wind
It brings back sweet memories of you
Now when the sun says good-day to the mountains
I'm alone dreaming only of you.

THE FRENCH SONG
(Harry Pease / Larry Vincent) 1945
Tex Ritter - 
When It's Lamplighting Time In The Valley 1933

 

rien que pour les photos...trop beau ..
chanté en allemand et en anglais !

en allemand et en anglais

 

 

 

Quelle histoire quand le soleil dit bonjour aux montagnes !

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents