Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 14:12

 

 

 

 

 

 

  Déprimé, le marché du travail ? Déprimant, aussi.
La course à la feuille de paie peut s'apparenter à un cruel strip-tease social : on se découvre, sans jamais être sûr de ne pas rester au vestiaire.
Pas toujours facile de mettre à nu la nature d'un monde vécu comme à la fois prometteur et impitoyable. Ni vraiment aisé de déshabiller le jargon des offres d'emploi.
Heureusement, Pôle Emploi tient parfois en réserve des pépites. Comme l'annonce d'un poste d'animateur/trice web.
Voilà qui fleure bon l'informatique, la convivialité, l'air du temps.
D'autant plus séduisant que cette collaboration dans le multimédia s'affiche à durée indéterminée (basta, les contrats à gogo).
Certes, il va falloir se résoudre à déménager, le lieu d'exercice est Paris, dans un centre d'appels. En fait une boîte «de 20 à 49 salariés» - on imagine l'équipe branchouille et sympa.

Job à découvert

     Autre bon point, surtout dans les nouvelles technologies, les débutants sont acceptés. Aucune connaissance, même en bureautique, n'est requise : formation assurée.
Ce super-job est en horaire de nuit. Mais les 35 heures sont garanties et le salaire est en conséquence : de 1 800 à 3 000 euros par mois. Non, on ne divague pas: il s'agit bien d'un emploi « non qualifié ».
A ce stade-là, et juste avant d'envoyer leur CV, certains prendront peut-être le temps de lire les deux lignes descriptives. Bien leur en aura pris.
Car ce boulot d'avenir n'est peut-être pas donné à tout le monde : il s'agit d'animer « un service de charme pour adultes sur internet ». Et, au cas où l'on n'aurait pas très bien compris : prévoir « l'utilisation de la webcam ».
On aurait pu se croire propulsé dans le futur. La proposition s'apparente plutôt à un modèle un peu ancien. Bien antérieur en tout cas à l'ère du numérique.
Quoique. La virtualité de la prestation est assurée sur au moins un plan: au chapitre des déplacements, il est clairement spécifié « Jamais ». L'esprit du multimédia est sauf.

 

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
             Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

 

 

  ¡ ǝʇısıʌ ǝɹʇoʌ ɹnod ıɔɹǝƜ

bonne journée...

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 01:10

 

 

Je t'écris de la main gauche
Celle qui n'a jamais parlé
Elle hésite, elle est si gauche
Que je l'ai toujours cachée
Je la mettais dans ma poche
Et là elle broyait du noir
Elle jouait avec les croches
Et s'inventait des histoires
ooo
Je t'écris de la main gauche
Celle qui n'a jamais compté
C'est celle qui faisait les fautes
Du moins on l'a raconté
Je m'efforçais de la perdre
Pour trouver le droit chemin
Une vie sans grand mystère
Où l'on n' se donne pas la main
ooo
Des mots dans la marge étroite
Tout tremblants qui font des dessins
Je me sens si maladroite
Et pourtant je me sens bien
Tiens voilà c'est ma détresse
Tiens voilà c'est la vérité
Je vais, je n'ai plus d'adresse
Rien qu'une fausse identité
ooo
Je t'écris de la main bête
Qui n'a pas le poing serré
Pour la guerre elle n'est pas prête
Pour le pouvoir n'est pas douée
Voilà que je la découvre
Comme un trésor oublié
Une vue que je recouvre
Pour les sentiers égarés
ooo
On prend tous la ligne droite
C'est plus court, oh ! oui, c'est plus court
On voit pas qu'elle est étroite
Il n'y a plus place pour l'amour
Je voulais dire que je t'aime
Sans espoir et sans regret
Je voulais dire que je t'aime, t'aime
Parce que ça semble vrai


ooo

 

 

 

Danielle Messia
Jean Fredenucci
1982

 


 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 01:05

 

 

 

 

 

 

 

Les rétrogrades peuvent - peut-être - aller se rhabiller. Après quelques millénaires de sexisme, ces messieurs se sentiraient la fibre plus égalitaire.
Pas d'affolement, les deniers machos : la parfaite équivalence des sexes, on n'y est pas tout à fait.
En témoigne la question des salaires et de la répartition des tâches ménagères, sujets toujours très segmentants (comme on dit de nos jours) dans les bureaux et les buanderies.
Pour autant, des tentatives de raccommoder les genres sont méritoires. L'espoir naît des jeunes : l'an dernier, les garçons ont (enfin?) dépensé autant en fringues que les filles!
Une parité applaudie par le monde du chiffon, avec des limites. Si, en matière vestimentaire, les porte-monnaie n'ont plus de sexe, les armoires si. A budgets identiques, les mâles investissent encore timidement dans les articles à dentelles et jambières - même si le curieux rite de la Saint-Valentin vient un peu brouiller les cartes, y compris bancaires.

Plus ou moins égaux

     De même, les coups de cœur de ces demoiselles pour les cravates décorées de Donald et les moufles de motard tout-terrain restent-ils épisodiques - en dehors des périodes de Noël, autre moment de générosité à risque.
La fringue aurait donc la bonne idée d'égaliser les chiffres, grâce aux efforts des mecs. Qui, du coup, se demanderont peut-être si ces dames ne seraient pas tentées un jour de s'aligner sur toutes ces dépenses où elles demeureraient à la traîne.
Banzaï, les nanas, sur les voitures à pneus extra-large, les tickets de tiercé, les perceuses à percussion et les catalogues de VTT ?
Pas si vite. On ne peut être sur tous les fronts à la fois. Et sur l'un en particulier, les comportements sont de plus en plus sexués : la clope.
L'Organisation mondiale de la santé s'alarme, à nouveau, d'une augmentation « particulièrement préoccupante » du tabagisme chez les jeunes filles, minettes à mégots renvoyant leurs copains de classe au rang de machouilleurs protoplasmiques de chewing-gums. Une mode de plus en plus inégalitaire dont personne ne peut s'accommoder.

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
             Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

 

 

  

Merci pour votre visite !

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 16:08


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 01:24

 

 

 

 

 

Pete Seeger est un musicien né à New York le 3 mai 1919

il  compose "Where have all the flowers gone ?" en 1956. La signification de la chanson est évidente. Il s'agit d'un hymne pacifiste , soulignant l'absurdité des guerres. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Where have all the flowers gone,
Long time passing,
Where have all the flowers gone,
Long time ago
Where have all the flowers gone,
Young girls picked them every one
When will they ever learn
When will they ever learn

 

(...)

 

 


 

 

  
Que sont devenues les fleurs du temps qui passe ?
Que sont devenues les fleurs du temps passé ?
Les filles les ont coupé elles en ont fait des bouquets.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais ?

Que sont devenues les filles du temps qui passe ?
Que sont devenues les filles du temps passé ?
Elles ont donné leur bouquet aux gars qu'elles rencontraient.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais ?

Que sont devenus les gars du temps qui passe ?
Que sont devenus les gars du temps passé ?
Ils portent tous l'uniforme.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais ?

Que sont devenus les soldats du temps qui passe ?
que sont devenus les gars du temps passé ?
Que sont devenus les soldats ?
Ils sont tous dans des cimetières.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais ?

Que sont devenus les cimetières du temps qui passe ?
Que sont devenus les cimetières du temps passé ?
Que sont devenus les cimetières ?
Ils sont tous couverts de fleurs, tous.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais ?

Que sont devenues les fleurs du temps qui passe ?
Que sont devenues les fleurs du temps passé ?
Sur les tombes elles ont poussé d'autres filles vont les couper.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais ?
 

 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 01:15

 

 

 

 

 

 

 

A l'informaticien de mon coeur,

 
Mon Amour,

 
Je suis venue surfer sur ton web, impromptue,
Transférant mes données, bousculant tes menus.
Sur quoi vas-tu cliquer, supprimer ? Insérer ?
Vas-tu scanneriser mon image ou quitter ?
Je sais, j'ai investi, un à un, tes programmes,
Semé dans tes circuits mes messages, mes charmes.
Souhaiterais-tu graver, inscrire en ta mémoire
Mon virus effronté ?

Je voudrais tant le croire.
Ne suis-je qu'une option, la petite souris
Entrée par effraction sur l'écran de ta vie ?
Je me verrais si bien grignoter tes murs gris...
Ouvrirais-tu les mains pour m'en faire un tapis ?
Mon cœur, tu m'as saisie dans tes fichiers secrets.
Et je compte depuis nos rendez-vous discrets.
Tu viens te connecter à moi, fuyant ton site,
Le cœur déboussolé entre deux favorites...
C'est vrai, j'ai piraté l'ordinateur central...
J'ai choisi de t'aimer, patienter m'est égal
Et si tu m'aimes autant que mon cœur le devine,
N'aie pas peur, j'ai le temps.

Lançons bien la machine !
Pas question que tu viennes à moi pour te planter.
Sois sûr, quoi qu'il advienne, de ne pas te tromper.
Par contre, si j'ai tort, alors, tant pis pour moi.
De ton PC je sors ma disquette hors la-loi,
Te laisse à tes nuits blanches, par amour, par respect,
J'éteins tout, je débranche.

Et puis, je disparais !
 
Ton petit Wana "doux"

 
Marie Guillon

"1er prix - Les Plumes D'Amour"
 Point de Vue

 

réédition  26 mai 2006...link


 

 

 

 


 Grand merci pour vos visites  !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 16:36

 

 

 



Jésus, dans un état d'énervement avancé, convoque tous ses disciples et apôtres pour une réunion d'urgence  concernant la forte consommation de drogue sur Terre. Après avoir mûrement réfléchi, ils arrivent à la conclusion  que pour régler le problème, ils doivent d'abord goûter les drogues eux-mêmes et ensuite décider de la façon  d'agir. Il fut donc décidé qu'une commission formée d'apôtres retourne sur Terre afin de collecter les différentes  drogues. L'opération secrète se déroule donc, et 2 jours après, les apôtres mandatés commencent à revenir au  paradis.

 

 

 

 Jésus attend à la porte et demande au premier :
- Qui est là  ?
- C'est Paul.
Jésus ouvre la porte.
- Qu'as-tu ramené Paul ?
- Haschisch du Maroc.
- Très bien mon fils, entre.
- Qui est là  ?
- C'est Marc.
Jésus ouvre la porte.
- Qu'as-tu ramené Marc ?
- Marijuana de Colombie.
- Très bien mon fils, entre.
- Qui est là  ?
- C'est Matthieu.
Jésus ouvre la porte.
- Qu'as-tu ramené, Matthieu ?
- Cocaïne de Bolivie.
- Très bien mon fils, entre.
- Qui est là ?
- C'est Jean.
 Jésus ouvre la porte.
- Qu'as-tu ramené Jean ?
- Ecstasy de Montréal.
- Très bien mon fils, entre.
- Qui est là ?
- C'est Luc.
Jésus ouvre la porte.
- Qu'as-tu ramené Luc ?
- Speed d'Amsterdam.
- Très bien mon fils, entre.
- Qui est là ?
- C'est Judas.
Jésus ouvre la porte.
- Qu'as-tu ramené Judas ?
- Gendarmerie Nationale !
 Tout le monde contre le mur.

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 01:06

 

Il faut que jeunesse se passe et que vieillesse se casse. 

 

 

 

 

 

Cynthia Ann Stephanie Lauper, dite Cyndi Lauper, est une chanteuse américaine née le 22 juin 1953 à Brooklyn, New York.

 

 

Girls Just Want to Have Fun est une chanson de l'artiste américaine Cyndi Lauper. Écrite par Robert Hazard, elle sort comme premier single de l'album She's So Unusual le 6 novembre 1983 sous le label Epic. Lauper modifie certaines paroles car elle trouve que la version originale est mysogyne.

La chanson est bien reçue par les critiques qui la considèrent comme un hymne féministe. Elle connaît un succès international en atteignant la seconde place du Billboard Hot 100, en devenant numéro un au Canada, en Australie, Irlande, Japon, Norvège et Nouvelle-Zélande ainsi que le top 5 de plusieurs pays.

 

 

 

 

smiley

 
I come home in the morning light
My mother says when you gonna live your life right
Oh mother dear we're not the fortunate ones
And girls just want to have fun
Oh girls just want to have fun

The phone rings in the middle of the night
My father yells what you gonna do with your life
Oh daddy dear you know you're still number one
But girls they want to have fun
Oh girls just want to have

That's all they really want
Some fun
When the working day is done
Girls, they want to have fun
Oh girls just want to have fun

Some boys take a beautiful girl
And hide her away from the rest of the world
I want to be the one to walk in the sun
Ah girls they want to have fun
Ah girls just want to have
 

 

 

Je rentre à la maison dans la lumière du matin
Ma mère dit "tu feras ce que tu veux quand tu iras vivre ta vie"
Oh ma chère mère nous ne sommes pas les chanceuses
Et les filles veulent s'amuser Oh les filles veulent juste s'amuser

 Le téléphone sonne au milieu de la nuit. Mon père hurle "Que vas tu faire de ta vie" Oh cher papa tu sais que tu es et resteras le numéro un.     C'est tout ce qu'elles veulent vraiment De l'amusement. Quand la journée de travail est finie Les filles veulent s'amuser  Oh les filles veulent juste s'amuser
 
Quelques garçons prennent une belle fille Et la cachent loin du reste du monde Je veux être celle qui marche au soleil
Les filles veulent s'amuser Oh les filles veulent juste s'amuser
 Elles veulent s'amuser, Elles veulent s'amuser...

 

 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 01:11

 

 

 

 

 

 

  On ne rigole pas avec l'heure. Surtout en pleine Toussaint. Un moment rêvé, finalement, de faire son deuil des beaux jours. Ceux du passé lointain comme ceux de l'été passé.

Seuls les chrysanthèmes et les gros distraits négligeront que l'heure d'hiver est arrivée : depuis 1975 que l'on s'énerve à pareille époque avec tout ce qui porte aiguilles ou cadran, il serait temps d'être synchro.

Outre-Manche, on règle sa montre-poignet depuis bien plus longtemps : le régime de l'heure d'été y remonte, sans jeu de mots, à pas loin d'un siècle. C'est dire si les Italiens même, convertis dès 1966, paraissent retarder, en comparaison.
Terminé, ces décalages horaires qui pimentaient les passages de frontières continentales : l'Union européenne a été promue grand horloger communautaire depuis 1998.

L'hiver recalculé

     Pour bien mettre les pendules d'aplomb et éviter de se faire sonner les cloches, la directive 2000/84/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 janvier 2001, publiée au Journal officiel des communautés en L31 du 2 février 2001, elle-même transposée en France par arrêté du 3 avril 2001, publié au Journal officiel numéro 82, page 5363, texte numéro 21, se conforme au calendrier fixé par la Commission européenne sous l'index 2001/C 35/07 et 2006/C 61/02.
En résumé : c'est le dernier dimanche de mars et d'octobre que ça se passe. Invariablement. Surprise égale ou proche de zéro.
Sauf que le calendrier lui-même a son tempo. Et que, entre ces deux jalons, la distance n'est pas forcément la même. Résultat, l'heure d'été cette année nous a gâtés : 217 jours. Ce qui n'était pas le cas de l'année passée : 210 jours à peine (comme d'ailleurs en 2008).
Une heure d'été ne ressemble donc pas forcément à une autre. Celle de 2011 s'annonce radieuse, 217 jours à nouveau
Voilà au moins une bonne nouvelle en ce 1er novembre: l'heure d'hiver ne durera que 147 jours cette année, contre 154 jours les deux précédentes - rien n'est encore garanti côté températures.

 

 

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
             Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 


 

 

 

 

 

 

 

  Merci pour votre visite !

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 23:00

 

 

 

 

 

 

    L'urgence médicale, comme le progrès, ça n'attend pas. Raison pour laquelle, sans doute, le second est venu au secours de la première.

Explication : un robot téléphonique indique, sur appel au 3237, la pharmacie de garde la plus proche.
Pour 34 centimes la minute, on a droit à un étalage de toute la science accumulée en matière de serveur vocal. Enorme. Faut vraiment être mal, pour ne pas se marrer.
Passons sur les classiques "tapez 1", suivis des non moins traditionnels "choix incorrect". Simple mise en bouche, ou en oreilles, comme on veut.
C'est, une fois cette épreuve nerveuse franchie, qu'une voix féminine gratifie le client alsacien d'un sketch comme on n'en entend plus guère qu'aux JT du 20h. Et encore. D'évidence, le numérique mondialisé fait peu de cas des particularismes locaux.

Allô, bobo numéro

     Donc, ne pas s'étonner d'entendre parler d'Osodowald (sans doute pour Ostwald) ou d'Os-bergen (pour Hausbergen). Comprendre que Hénheim correspond à Hoenheim ou que Dallendène fait référence à Dahlunden.


Sauf à être pressé par les événements, ce service de pointe peut aider à découvrir une autre géographie de l'Alsace : l'ordinateur vocal renvoie à Bolvillé (Bollwiller), Mansté (Munster), Turquème (Turckheim), voire Boukseuwiller (Bouxwiller).
Consciente de ses faiblesses linguistiques, la machine n'hésite pas à indiquer des itinéraires : "à mi-chemin entre Colmar et Mulhouse" on trouvera Reuguisheim (Réguisheim). Près de Saverne, voilà Nioueuwiller (Neuwiller).
Parfois, la voix déraille, et il faut s'accrocher au combiné pour espérer piger. Mieux vaut ne pas appeler avec une otite : on n'est pas près de comprendre où trouver ses gouttes auriculaires.
Au fait, si quelqu'un connaît en Alsace les villes de Dreuguemingen ou de Briniquème, qu'il n'hésite pas à se signaler au robot parleur : des pharmaciens de garde y sont peut-être en souffrance.

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
             Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 


 

smiles

 

 

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite.

Partager cet article
Repost0

Texte Libre

deytsc

Articles Récents