Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 00:01

 

 

 

 

 

 

 

 

 
smileysAppréciations expéditives :
 

 
smileys - Ta copie vaut 13, mais je t'ai mis 12, pour ne pas te porter malheur.

- Elève surtout utile l'hiver, pour chauffer la pièce de sa présence.
 
 - Non, non, ce n'est pas une classe de rameurs. La preuve : on fait du sur-place.
 
 Elève violemment amnésique : oublie ses leçons, son matériel, et surtout la raison de sa présence au Lycée.
 
 
smilie- Il y a des jours où on est heureux sans savoir pourquoi. Pour Mathilde, c'est pareil : on est heureux qu'elle soit en 1ère, mais sans savoir pourquoi. 
 
- Même à l'oral, il fait des fautes d'orthographe !
 
 - Conclusions d'un conseil de classe : On dit souvent que l'Education Nationale manque de moyens. Ce n'est pas le cas dans cette classe 
 
smiley - Rendons-lui justice : il arrive fréquemment en retard à mes cours, mais du coup il est très en avance pour le cours suivant.
 
 - Soyons positifs : il rend peut-être ses copies blanches, mais jamais en retard.
 
 - Bien parti pour réussir à rater son année.
 
smiles
- Elève fantôme, mais qui manque totalement d'esprit.
 
 - N'a jamais ses crayons, n'a jamais ses cahiers, n'a jamais ses livres, mais a des circonstances atténuantes : n'a jamais son cartable.
 
smiley-Au conseil de classe, j'ai dit qu'il y avait beaucoup d'élèves en difficulté. Maintenant qu'on est entre nous, je traduis : vous êtes une bande de grosses feignasses ! 
 
smiles- Lundi, photo de classe. Surtout ne vous entraînez pas à sourire pendant le week-end, il faut qu'on vous reconnaisse ! 
 
 
smiley- C'est pour éviter d'être ébloui par mon cours que tu gardes tes lunettes de soleil ? 
 
- M'sieur, ça a sonné.
- C'est ça, c'est ça, Jeanne d'Arc, au tableau ! 
smiley
 
 -Au fait, je voudrais m'excuser par avance d'un problème anatomique un peu handicapant : j'entends très bien de l'oreille droite et très très bien de l'oreille gauche. Le premier qui bavarde, je l'aligne.
 
 - M'sieur, les livres, aujourd'hui ça sert plus  à rien avec Internet !

- Alors les cerveaux non plus, avec la télé ?... Taisez vous donc et reconnectez vous sur «lecoursduprof.fr ». 
smileys

  - A un couple fusionnel d'élèves de la même classe- Aimer, c'est peut-être regarder dans la même direction, mais pas sur la même copie. Merci. 
 
 Le prof interroge une élève d'habitude très discrète et pousse un cri d'horreur :  Aaaaaaaaah !... (Stupéfaction de la classe)
Elle a parlé, elle est vivante ! .
 
 
smileys- Lequel de vous deux a copié sur l'autre ? Je pourrais lancer une recherche d' ADN sur vos devoirs, mais on va gagner du temps : dénoncez-vous ! 
 
 - Il paraît qu'on n'utilise que 15% des ressources de notre cerveau. Vous avez le droit d'essayer déjà de vous rapprocher de ce niveau.
smilie

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 00:01

c










 


Glas du matin

Dans l'air serein de ce matin
Le glas a retenti soudain
L'oiseau gris qui s'envole au loin
Nous enlève une vie avec soin
 
Toutes nos folles âmes dans ce refrain
S'interrogent et gémissent d'instinct
Pour partager dans l'incertain
La peine de ceux qui sont atteints
 
Puis à chaque coup de cloche éteint
Dont le triste son perdure et geint
On se demande toujours en vain
De qui la mort a pris la main
 
Et quand le sombre musicien
Nous délaisse enfin orphelin
Inconsciemment on le sent bien
Qu'un jour un glas sera le sien

 

Ampaza le 26/07/05
 
Robert Casanova

 

 

 

 

 

Repost 0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 00:07

 

Le cinquième mois de l'année commune.
En mai blé et vin croît.
Mai froid n'enrichit personne.

Mai pluvieux marie le laboureur et sa fille.
En avril, n'ôte pas un fil ; en mai, fais ce qu'il te plaît.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Le muguet

 

C'est la seule tige 

capable de supporter

autant de cloches

 

 

 

 

 


Repost 0
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 00:05

 

 

 

 

Procol Harum - Whiter Shade Of Pale - Top Of The Pops (1967)

Procol Harum est un Britannique rock groupe, formé dans les années 1960, qui ont contribué à l'élaboration de rock progressif, et par extension, le rock symphonique .

 

Ce succès planétaire demeure le seul grand succès de Procol Harum. Comme il est dit  (en anglais sur leur site) les paroles (ésotériques) de la chanson ne décrivent pas des faits mais l'effet produit, évoquer plutôt que décrire, la subjectivité : chacun ressent ce qu'il ressent et il n'y a pas de vraie explication
 Le titre " whiter shade of pale " est à lui seul un exemple des difficultés de cette traduction

We skipped the light fandango
And turned cartwheels across the floor
I was feeling kind of seasick
The crowd called out
for more
The room was humming harder
As the ceiling flew away
Whe we called out for another drink
The waiter brought a tray
 
And so it was that later
As the miller told his tale
That her face at first
just ghostly
Turned A Whiter
Shade Of Pale
 
She said there is no reason
And the truth is plain to see
But I wandered through my playing cards
Would not let her be
One of sixteen vestal virgins
Who were leaving
for the coast
At the moment my eyes
were open
They might just as well have been closed
 
And so it was that later
As the miller told his tale
That her face at first
just ghostly
Turned A Whiter
Shade Of Pale..........................................

Nous avons dansé le fandango tout en sautillant d'un pas léger
Fait plusieurs fois la roue à travers la piste
Je ressentais une sorte

de mal au coeur
Mais la foule en redemanda
La salle bourdonnait

encore plus
Alors que le plafond s'envolait
Quand nous commandâmes

une autre boisson
Le serveur apporta un plateau
 Et c'est ainsi que plus tard
Alors que le meunier

racontait son histoire
Que son visage, d'abord seulement spectral
Prit une nuance plus blanche

de pâleur  Elle a dit qu'il n'y aaucune raison
Et la vérité saute aux yeux
Mais j'errais à travers mes cartes à jouer
Et ne la laisserais jamais être
Une des seize vierges vestales
Qui allaient partir pour la côte
Et bien que mes yeuxétaient ouverts
Cela aurait été tout pareil s'ils étaient fermés
 Et c'est ainsi que plus tard
Pendant que le meunier

racontait son histoire
Que son visage, au début simplement spectral
Prit une nuance plus blanche

de pâleur   Et c'est ainsi...

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 00:01

 

 

 

 

 

 

                                  

Ils sont jeunes, ils sont cool. Et vachement causants. On ne voit plus qu'eux sur le pavé des grandes villes. Toujours aux mêmes endroits.
Guère que leur couleur à varier. Une semaine, ils sont en jaune. La semaine d'après, en rouge. La dernière fois, on les a vus en bleu.
Ils ont le tee-shirt flashy. Et la cause noble. Qu'ils défendent par thèmes hebdomadaires : handicap, sida, faim dans le monde, pauvreté. Aucun beau combat ne leur échappe.
Et c'est ce qui les rend redoutables. Difficile d'éviter les quêteurs humanitaires. A défaut de pouvoir fermer les yeux, rien ne sert de chercher à les contourner.
Les chevaliers Bayard des zones piétonnières ont de l'audace. La petite phrase accrocheuse. Des passants, parfois, commettent un geste inespéré : ils s'arrêtent. En prennent pour un bon gros discours sympa, rôdé, dragueur.


Jeunesse pas dorée

Jusqu'à comprendre qu'on n'en veut pas à leur temps libre. Encore moins à leurs bons sentiments. Mais, plus sérieusement, à leurs sous.
Qu'il devient difficile de dire non, entre nouveaux potes...
Attention : donner, c'est bien. On n'aide jamais assez son prochain. En revanche, envoyer par vagues incessantes de bons samaritains faire de la retape à gogo, voilà qui n'a pas fini d'interpeller. A tous égards.
Pas sûr que la démarche grandisse les causes qu'elle est censée promouvoir. Quant à les servir... A quoi bon pour le quidam donner, puisque la semaine suivante, d'autres quémanderont, comme si de rien n'était ?
D'autant plus regrettable que, question humanitaire, des batailles nouvelles émergent. C'est horrible, mais on a appris, pure abomination, que des footballeurs ont été contraints cette semaine de prendre le bus pour jouer à l'extérieur, faute d'avion. Et qu'ils en sont sortis fatigués.
Voilà une bonne raison d'envoyer des jeunes quêter. Pour que plus jamais, des millionnaires du ballon ne se retrouvent à la rue. Pardon, pire : sur la route.

 

 

Didier Rose


 

     Je pense donc je lis les DNA



 

 

 

 

 


Merci pour votre visite

 



Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 17:14

 



À jeun, le corps tout transi,
Et pour cause,
Un jour d’hiver la fourmi,
Près d’une ruche bien close,
Rôdait, pleine de souci.
Une abeille vigilante
L’aperçoit et se présente.
« Que viens-tu chercher ici ? »
Lui dit-elle. – « Hélas ! ma chère »,
Répond la pauvre fourmi,
« Ne soyez pas en colère :
Le faisan, mon ennemi,
A détruit ma fourmilière ;
Mon magasin est tari ;
Tous mes parents ont péri
De faim, de froid, de misère.
J’allais succomber aussi,
Quand du palais que voici
L’aspect m’a donné courage.
Je le savais bien garni
De ce bon miel, votre ouvrage ;
J’ai fait effort, j’ai fini
Par arriver sans dommage.
Oh ! me suis-je dit, ma soeur
Est fille laborieuse ;
Elle est riche et généreuse ;
Elle plaindra mon malheur.
Oui, tout mon espoir repose
Dans la bonté de son coeur.
Je demande peu de chose ;
Mais j’ai faim, j’ai froid, ma soeur !
– Oh ! oh ! répondit l’abeille,
Vous discourez à merveille.
Mais vers la fin de l’été,
La cigale m’a conté
Que vous aviez rejeté
Une demande pareille.
– Quoi ! vous savez ? – Mon Dieu, oui,
La cigale est mon amie.
Que feriez-vous, je vous prie,
Si, comme vous, aujourd’hui
J’étais insensible et fière ;
Si j’allais vous inviter
À promener ou chanter ?
Mais rassurez-vous, ma chère ;
Entrez, mangez à loisir,
Usez-en comme du vôtre,
Et surtout, pour l’avenir,
Apprenez à compatir
À la misère d’une autre. »


Laurent Jussieu,

neveu du célèbre naturaliste,

imagine une suite édifiante

à La Cigale et la Fourmi.

 1829.

 

Repost 0
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 00:04


 Il faudrait écrire sans jamais penser qu'on sera lue ou alors par des êtres dotés d'une immense compassion et qui vous pardonneront d'user votre vie à restituer l'impalpable traversée des heures, des minutes, des secondes. Autant dire rien.    Françoise Lefèvre

 

Les mamans, ça pardonne toujours ; c'est venu au monde pour ça.

Alexandre Dumas 


 

 

 

 

 



Ne cultive pas de haine
au jardin de ton coeur.
C'est à toi le premier
que tu ferais mal.
Ne garde pas de rancune
à la moelle de tes os.
C'est toi le premier
que tu briserais.
N'entretiens pas de vengeance
au creux de ta mémoire.
C'est toi le premier
qui en souffrirais
Pardonne.
Tu seras plus heureux.
Et tu feras plus d'heureux









Merci pour votre visite !
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 00:04

 

 

 

 

 

Toute femme au-delà de 40 ans court le risque de se voir mise en quarantaine........
  Depuis Je ne porte plus de débardeur.
   Catherine, 44 ans
« Je me souviens comme si c'était hier du Jour où ma mère s'est plainte à moi de ses bras qui devenaient flasques, en me montrant bien comment ils ballottaient. J'avais 25 ans et j'ai eu beau lui affîrmer : "Mais non, pas du tout,  qu'est-ce que tu racontes ?", en mon for intérieur, je me suis dit : "La vache !  qu'est-ce que c'est moche !" Eh bien !  les ailes de Batman, c'est moi qui les ai  maintenant. Je les ai découvertes dans  le miroir au printemps dernier. Mes seins  sont abîmés depuis longtemps - au test  du crayon, je dois mettre une trousse ! -  et je m'en fiche parce que c'est dû  aux naissances de mes enfants. Mais là,  j'ai revu la fameuse scène et j'ai eu  soudain l'impression d'avoir les 70 ans  de ma mère. Depuis, je ne porte plus  aucun débardeur et il n'est pas question  crue le sorte sans un gilet. »
revue Fémina 22/04/2010

 

 

«Je connais un moyen de ne pas vieillir : c’est d’accueillir les années comme elles viennent et avec le sourire... un sourire, c’est toujours jeune.»    Pierre Dac



   


Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 17:01

 

 

 

 

Les oiseaux de l'air


Les oiseaux de l'air vous disent bonne route
La menthe embaume les talus
Le merle siffleur chante à qui l'écoute
L'hiver ne reviendra plus.
 
La terre a repris sa couleur d'aubépine
Nous sommes sûrs de nos chemins
Nous voyons l'espoir en haut des collines
Faire une signe de sa main.
 
Chacun de nos pas nous mène vers les frères
Qui marche seul se lassera
Nous portons ensemble assez de lumière
Pour jeter la haine en bas



Chanson ...souvenir de Maman

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 00:09

 

Aphrodite's Child

Le groupe fut créé en Grèce par Evangelos Odysseas Papathanassiou (plus connu sous le nom de Vangelis), Demis Roussos, Lucas Sideras et Silver Koulouris. La formation voulait se rendre à Londres, pensant que la ville pourrait contribuer à leur succès, mais elle n'alla pas plus loin que Paris, à cause des événements de 1968. Leurs plus gros tubes en Europe restent sans conteste Rain and Tears (dont la mélodie est basée sur le Canon de Pachelbel)

 

 

 

D. Roussos chante

 

1968

Rain and tears, are the same
but in the sun
you've got to play the game
When you cry
in winter time
you can pretend
it's nothing but the rain
How many times I've seen
tears coming from

your blue eyes
Rain and tears, are the same
but in the sun
you've got to play the game
Give me an answer of love
I need an answer of love
Rain and tears, in the sun
But in your heart
you feel the rainbow waves
Rain and tears both I shun
for in my heart there 'll never be a sun
Rain and tears, are the same but in the sun
you've got to play the game
Gam
e
................................


[Refrain]
La pluie et les larmes sont identiques
Mais au soleil
Tu dois jouer le jeu
 Quand tu pleures durant l'hiver
Tu peux prétendre
Qu'il ne s'agit

que de gouttes de pluie
 
Combien de fois ai-je vu
Les larmes venir

à tes yeux bleus

 Donne-moi une preuve d'amour
J'ai besoin d'une preuve d'amour
 
La pluie et les larmes, au soleil
Mais dans ton coeur
Tu ressens les ondes
de l'arc-en-ciel
La pluie et les larmes, je fuis aussi bien l'un que l'autre
Car dans mon coeur
Il n'y aura jamais de soleil

 

 


























Parfois je me demande :
" A quel âge est-on vieux ?"
Il me semble que moi,
je suis toujours le même ;
Je me tiens occupé,
je ne me sens que mieux.
J'ignore la question,
ça règle le problème.

 

 

 Démis Roússos est né le 15 juin 1946
à Alexandrie (Égypte).

décédé le 25 janvier 2015

 

 

 

smilie
Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents