Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 01:05


 

 


Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

En tant que dégueulé, heu, en tant que délégué de la... de la ligue anti-alcoolique, je vous parlerai de... de l'eau minérale, de l'eau ferrugineuse.
L'eau fer... l'eau ferrugineuse, comme son nom l'indique, contient du fer... du fer (rire). Et le dire, c'est bien, mais le faire, c'est mieux !
L'alcool non, mais l'eau ferru, l'eau ferrugineuse oui !
Et je suis fer, heu... heu, et je suis fier, de faire à cheval... sur le principe une conférence contre Hoc, contre l'alcool.
L'alcool non, mais l'eau ferru, l'eau ferru l'eau ferrugineuse oui.
Et pourquoi y a-t-il du fer dans l'alcool ? Euh, dans l'eau ferru ferrugineuse, hum? Parce que le fer à repasser, heu, pas le fer,... l'eau, disais-je, l'eau, c'est parce que l'eau a passé et a repassé sur le fer, et le fer a dissout. Il a dissout
le fer (rire). Et le fer a dix sous, c'est pas cher Hoc hein ?

Alors pourquoi boire cet alcool qui plus onéreux que l'eau ferru..., ferrugineuse, ruine la santé et le portefeuille?

L'alcool non, mais l'eau ferru, l'eau ferru ferrugineuse oui !.
D'ailleurs l'alcool brûle les tissus de l'organisme et vous le sentez quand vous en bouvez, quand vous en buvez, ça pique !
Alors que le vers solitaire, heu, non, pas le vers solitaire, heu, heu, le, heu, le fer est salutaire (rire)
D'ailleurs ne dit-on pas : une santé de fer ? hum ?
Un homme de fer ? hum ?
Un ch'min de fer ? hum ? (un petit peu plus bas)
Un mammifère ? (presque tout bas et hésitant)
Alors suivez-moi et comme disait mon grand fer heu, mon grand père, il faut vivre mais pas s'en faire (Long rire exagéré)

L'alcool non, mais l'eau ferru, l'eau ferru ferrugineuse oui !

Paroles : Roger Pierre et Bourvil

Editions Pathé Marconi
Enregistré le 29 juin 1950








 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 01:01










Ça y est, le printemps est là. Comment, trop tôt ? Pas du tout, la botanique textile a ses lois. Les fleurettes sont de retour. Partout.
Pas encore dans les jardins, d'accord. Laissons d'abord fondre les deux mètres de neige qui vont peut-être tomber cette nuit, en un bloc si possible, puisque cet hiver ne sait visiblement plus comment nous surprendre.
A dire vrai, c'est dans les vitrines que s'étale l'invasion du végétal. A peine passé le bulldozer des soldes, chargés de déblayer le terrain, voilà un déferlement de p'tites pétales colorés, d'imprimés fleuris, bref des pâquerettes et des lilas comme sur les photos des calendriers.

Attention les yeux, après le noir et blanc des mois passés, ça dépote dans le registre champêtre. A vendre, dans toutes les tailles, éclosion massive de motifs jardiniers, germination spontanée d'inflorescences chamarrées.


Le bouquet après l'hiver

N'en jetez plus : les regards en coin en disent assez. Trop cruel, après des semaines en hibernation que de voir si vite bourgeonner en rayon, par-dessous les cache-nez des mauvais temps, les jupes et les chemisiers des beaux jours - enfin s'ils se décident à revenir.
Plutôt que de crier au miracle de la nature (commerciale), il faut saluer l'art des faiseurs de mode.
On ne sait à quels baromètres ils se fient, mais la NASA devrait s'en inspirer. Prévoir qu'après ces frimas à rallonge et ce festival d'intempéries, une telle floraison s'imposait pour les porte-monnaie, chapeau.

Finement joué. Rien n'eût été plus dur à digérer qu'un printemps habillé à la va comme je t'assombris. Là, pas de danger de louper le coche, de continuer à se saper, à tous égards, le moral.
Question nippes, on se croirait téléporté en zone tropicale, perdu dans une serre speedée par les halogènes.
C'est clair : la fleurette fait le printemps des boutiques. On ne s'en plaindra pas, après un hiver un peu trop salé.

Surtout s'il fallait y percevoir le signe même pas caché que l'avenir aussi, s'annonce un tantinet plus fleuri.


Didier Rose


 

     Je pense donc je lis les DNA

 







 

Merci pour votre visite

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 01:04

Pose de la 1ère pierre de l'EHPAD à Woerth (67)
Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes

Avant de procéder à la pose de la première pierre, geste ô combien symbolique, le directeur par intérim du centre hospitalier de Wissembourg a tenu à saluer toutes les personnalités qui ont assisté à la cérémonie. Un nouvel équipement hospitalier jugé indispensable
 Il fit ensuite la lecture d'un texte "anonyme" « La supplique aux verticaux » ???
En réponse à votre demande et après accord de la direction, je vous transfère copie du poème qui a été lu et scellé dans la "première" pierre de l'EHPAD de Woerth.




















Vous qui êtes debout, alertes,
 allant d’un jour à l’autre
  et d’un visage au suivant,
Fermes sur vos jambes et heureux d’habiter votre chair,
N’ayez pas peur de votre tendresse
lorsque vous venez
vous pencher vers nous
Qui sommes crucifiés sur nos lits,
ligotés par des tubes qui n’apportent
Ni paroles qui font vivre ni musiques qui font rêver,
Nous qui sommes langés comme des nouveaux-nés, inertes et offerts,
Traînés d’un jour au suivant, intubés, sondés, perfusés
Mais pas aimés pour autant, attachés, lavés, gavés,
Mais jamais interrogés sur nos vies ou notre seul désir,
Aussi ne craignez pas cet autre visage de vous-même
Que vous deviendrez peut être un jour,
Ne craignez pas de devenir à votre tour
Ces très légers voyageurs délestés de tout
ce qui nous fit hommes,

Avec pour seuls bagages des lambeaux de rêves,
Cette espérance plus immense qu’un océan
Qui nous propulsa jadis dans ce monde
Et nous pousse déjà vers le suivant,
Nous ne laisserons rien
 sinon un nom de plus parmi les feuilles
Et quelques graines que sema notre vie en passant,
Alors pourquoi craindre ?
 Nos corps s’apprêtent, nos cœurs savent
Depuis longtemps même s’ils font semblant de s’attarder
Parmi la courtoisie tremblante de vos impatiences,
Et puisqu’il nous reste un peu de temps à partager,
Si vraiment vous souhaitez nous aider
De grâce ne pincez plus la joue,
nous qui avons plus du double
De votre âge, en vous écriant :
« Ca va, monsieur Muller ?
Contente aujourd’hui, madame Schmitt ? »
Alors que le dernier benêt voit
que nous sommes en train de mourir,
Et lorsqu’au milieu de la soupe rentre l’infirmière avec sa
Piqûre d’Héparine, au lieu de sans un mot soulever
Notre chemise pour l’enfoncer
comme un clou dans un bout de bois,
Qu’elle dise simplement :
« Il va pleuvoir » ou bien « Bon appétit »
Ou n’importe quoi pour montrer
 qu’on est encore parmi les humains …
Et de grâce encore,
ne vous assemblez pas autour de nos agonies
En parlant sur nous qui ne pouvons répondre,
en jetant sur nous
Des morceaux de votre jargon
comme si vos machines pouvaient calculer
L’heure de notre passage, la vie ne vous appartient pas,
Vous qui ne savez ni la créer ni la retenir
Ne criez pas :
« Il nous a fait une décompensation »,
Nous ne nous avons rien fait du tout, nous sommes
Des anges qui s’apprêtent à repartir.

Alors n’ayez plus peur
 De votre tendresse, c’est la même qui vous
A mis au monde.




 




S
upplique aux verticaux
texte anonyme.......
no comment.... !!!
Merci pour votre patience !!









Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 01:03
   c'est lundi....
creuser creusera creuserai creuseraient creuserais creuserait creuseras creuserez creuseriez creuserions creuserons creuseront croiser croisera croiserai croiseraient croiserais croiserait croiseras croiserez croiseriez croiserions croiserons croiseront croiseur croiseurs croisière  










Le bonheur
te garde gentil               
Les épreuves
te gardent fort               
 Les chagrins
te gardent humain
 Les échecs
 te gardent humble.                                  
Mais seul l'espoir
te fait avancer.  
 





   




tout est bien affiché ??
Merci pour votre visite



Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 01:05







J'ai rencontré aujourd'hui une troupe de primevères bavardant à l'air libre et faisant de leurs bavardages une prière qui montait droit au ciel.
Christian Bobin



Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 01:01

       



                

 

Pour tous les enfants de la terre
Chantons amour et liberté.
Contre toutes les haines et les guerres
L’étendard d’espoir est levé
L’étendard de justice et de paix.
Rassemblons nos forces, notre courage
Pour vaincre la misère et la peur
Que règnent au fond de nos coeurs
L’amitié la joie et le partage.
La flamme qui nous éclaire,
Traverse les frontières
Partons, partons, amis, solidaires
Marchons vers la lumière.

 

 








En 1792 à la suite de la déclaration de guerre du Roi d’Autriche, un officier français, Rouget de l’Isle, en poste à Strasbourg, compose "Le chant de Guerre pour l’armée du Rhin". Je me suis toujours demandé comment les français peuvent continuer à chanter, comme chant National, un chant de guerre, avec des paroles belliqueuses, sanguinaires et racistes.




En regardant à la télé des petits enfants obligés d’apprendre ces paroles épouvantables, j’ai été profondément peiné, et j’ai décidé d’essayer de faire une autre version de La Marseillaise. Le jour où les politiques décideront de changer les paroles de La Marseillaise, ce sera un grand jour pour la France.”
Graeme Allwright, octobre 2005.
Graeme Allwright, né le 7 novembre 1926 à Wellington, est un chanteur, adaptateur de chansons, et auteur-compositeur néo-zélandais.







qu'en pensez-vous ?
Merci  pour votre visite




Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 01:03

 




smileyssmilie
L'homme n'est que poussière. 
La femme est aspirateur.
   François Cavanna

La vie prend un sens lorsqu'on 
en fait une aspiration
 à ne renoncer à rien.   
José Ortega y Gasset

Faites faire des études à vos filles. smilie Comme ça, plus tard, elles pourront  penser en passant l'aspirateur.     Régis Hauser

 L'homme est un éternel chercheur.
Il aspire à l'infini, il trouve le fini.   
Jean-Charles Harvey


smilie

Le clonage c'est idiot, il faut laisser faire la nature :  si on ne passe pas l'aspirateur sous le lit,  les moutons se reproduisent tous seuls !
      Laurent Ruquier
          

Je suis pour le partage des tâches ménagères. A la maison, par exemple, c'est moi qui passe l'aspirateur... à ma femme.        Philippe Geluck

 

smiles

Repost 0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 01:07









L'inconvénient
avec le mot union, c'est que
quand vous le mettez au pluriel,
ça fait des unions...   

Vincent Roca











































smilie



Merci pour votre visite...........

Repost 0
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 01:05








 
Le téléphone de nos jours n'incite pas seulement à parler. Il fait aussi écrire. Beaucoup. Et, si affinités, en recommandé.

C'est précisément par ce type de lettre que commence l'histoire d'une jeune femme. En juin dernier, elle résilie ainsi son abonnement internet et téléphone fixe à Nancy, renvoie sa box et, études terminées, revient chez ses parents strasbourgeois.
Affaire réglée.

Sauf que non. Côté bancaire, le compteur continue de tourner, les prélèvements se poursuivent comme si de rien n'était. Il n'y a plus d'abonné au numéro résilié, certes. Mais de payeur, si.
Argument, pas vraiment téléphoné lui, de l'opérateur : si l'abonnement n'a pas pris fin, c'est parce qu'il avait été souscrit, à l'époque où la jeune femme était mineure, par ses parents. Même devenue majeure, elle n'a pas la possibilité d'y mettre fin !


Raccrochez,c'est une horreur.

Il est heureux que lesdits parents soient en bonne santé : à défaut, comment aurait-elle pu stopper la machine infernale ?
Quoique...
Si les factures n'avaient pas été payées, il est probable que la jeune femme, cette fois, aurait été jugée assez responsable pour être poursuivie.

Bon prince, l'opérateur s'est résolu à couper les prélèvements... plus de six mois après la fin du service et le déménagement de la titulaire.
Mais de remboursement, point. Au contraire, une dernière facture devra cumuler... les communications téléphoniques intermédiaires (inexistantes) ainsi que des frais de résiliation.
Broutilles que tout ça. Car là où l'abonnée devenue fantôme a failli décrocher, c'est à la lecture du message adressé par le service client : un courrier de confirmation lui sera envoyé à son... «ancienne adresse postale ».

Oui, vous avez bien lu : celle de la jeune femme privée de résiliation, qui depuis n'habite plus là, donc ne recevra jamais cette lettre, ne pourra de fait y répondre, etc.


Allô, allô ? Il y a quelqu'un derrière l'ordinateur ?

 

 

Didier Rose


 

        Je pense donc je lis les DNA  

  Merci pour votre visite


  

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 01:04






 
Je ne crains pas les coups du sort,
Je ne crains rien, ni les supplices,
Ni la dent du serpent qui mord,
Ni le poison dans les calices,
Ni les voleurs qui fuient le jour,
Ni les sbires ni leurs complices,
Si je suis avec mon Amour.

Je me ris du bras le plus fort,
Je me moque bien des malices,
De la haine en fleur qui se tord,
Plus caressante que les lices ;
Je pourrais faire mes délices
De la guerre au bruit du tambour,
De l'épée aux froids artifices,
Si je suis avec mon Amour.

Haine qui guette et chat qui dort
N'ont point pour moi de maléfices ;
Je regarde en face la mort,
Les malheurs, les maux, les sévices ;
Je braverais, étant sans vices,
Les rois, au milieu de leur cour,
Les chefs, au front de leurs milices,
Si je suis avec mon Amour.

Blanche Amie aux noirs cheveux lisses,
Nul Dieu n'est assez puissant pour
Me dire : " Il faut que tu pâlisses ",
Si je suis avec mon Amour.

Germain  Nouveau



 c'est qui Germain ?

Germain Marie Bernard Nouveau, né le 31 juillet 1851 à Pourrières (Var) où il est mort le 4 avril 1920, est un poète français.



 
merci pour votre visite

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents