Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 12:25



Aimer, chérir quelqu'un, lui consacrer sa vie,
C'est goûter des moments, des instants merveilleux,
Tel l'oiseau libéré s'envolant vers les cieux
Frissonner de plaisir quand le bonheur revit.
Dès le petit matin aux clartés enchantées,
C'est prévoir ses désirs, jusqu'au soir, tendrement,
Lui vouer ses pensées, sa flamme ou ses serments
Dans le rêve harmonieux, univers de beauté.
On peut aimer aussi en mille autres nuances
Ses parents, sa famille, son pays, son métier,
Des kyrielles d'amis, et même ses héritiers,
Les animaux fidèles à l'affectueuse présence.
On peut encore s'éprendre des objets du logis,
Peindre, écrire, voyager, toutes choses remarquables
Par le coeur inspirées, mais l'amour véritable
Est-il existentiel ou plutôt utopie ?
André KNOLL. 
Alsace




Repost 0
Published by Simone - dans @ Alsace
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 22:02



......xx

xxxxxxxxxxx
smilies

 

Un héritage, c'est comme un virement du passé au présent.

De la nostalgie transmise par acte notarié. Des souvenirs authentifiés par chèque.


En théorie. En pratique, un héritage c'est aussi, parfois, des déchirements familiaux, des haines recuites, des effondrements rétrospectifs. Voire, plus rarement, d'immenses étonnements, par delà la douleur de la perte.

Et voilà comment un Strasbourgeois de notre connaissance s'est retrouvé héritier d'une bien curieuse affaire. Où il est question d'argent, autant être clair.

Des mois après avoir perdu sa parente, le légataire reçoit un étrange courrier avec accusé de réception émanant d'un département d'outre-Vosges. Du sérieux.

La missive émane d'un conseil général, et même du pôle Routes, transports et communication - direction des Routes - division des Investissements routiers - service des Affaires foncières. Dûment signée par le chef dudit service. Avec tampon sur l'enveloppe.


smilesSurprise en héritage

A l'intérieur, pas de fioritures. Du net, du direct. Le texte fait état d'un jugement d'expropriation. Sans doute d'un terrain ayant appartenu à la disparue. Pour en venir, en deux lignes, à l'essentiel : le destinataire, héritier de l'expropriée, est prié d'accepter un chèque d'indemnités.

Au delà de la bouffée sentimentale, à la ré-évocation d'une personne aimée, sacrée surprise. D'autant que, dans sa mansuétude, le service en question a joint le chèque annoncé. Quelle fortune! En l'occurrence, prière de garder son sérieux : 0,61 euro.


On imagine tout le tremblement juridiquo-administratif nécessaire (une expropriation), pour un montant huit fois inférieur au coût de la lettre recommandée. Sans compter les frais annexes, de secrétariat et bancaires, pour même pas le prix d'une baguette.


Le plus ubuesque n'est pas là : le terrain étant partagé en indivision, ce courrier a dû être établi à plusieurs dizaines d'exemplaires.

Reste plus qu'à espérer, pour la bonne marche de l'administration territoriale et d'un chantier sans doute titanesque, que personne n'ait songé à refuser si inoubliable héritage.

 

Didier Rose 

        Je pense donc je lis les DNA




Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 18:13
    On passe un septième de sa vie un lundi.   


Le lundi est à l'origine
 de tous les maux
















.










 "jeter un coup d'oeil"  

fin
Repost 0
Published by Simone - dans Top
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 18:19




 

Les jeunes et les vieux...


Les vieux se sont assis sur le pas de la porte
Ils regardent fleurir votre jeune printemps
Car, si leurs corps sont las, leur âme n'est pas morte
Et leurs cœurs ont toujours 20 ans.
 
Ils aiment, les bons vieux, entendre votre rire
Dans la fuite des jours, de plus en plus pareil
Vos chants, votre gaieté, la fraîcheur d'un sourire
C'est encore un peu de soleil !
 
Car vieillir, ce n'est pas la plus grande détresse
La vie est achevée et ce qui l'anima
Mais c'est d'être tout seul à subir sa vieillesse
Sans que personne vous aimât.
 
Un mot de réconfort, une douce parole
Avec cela les vieux auront tout oublié
La souffrance s'éteint, la tristesse s'envole,
Lorsque l'on est un peu choyé !
 
Aussi lorsque les vieux, dans leur soir qui s'achève
Regarderont passer votre jeune printemps
Les jeunes d'aujourd'hui qui prenez la relève
Saluez.... ils seront contents.




Archives de Maman






Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 17:36






 La mouche et la fourmi contestaient de leur prix.
            «O Jupiter, dit la première,
Faut-il que l'amour-propre aveugle les esprits
            D'une si terrible manière,
            Qu'un vil et rampant animal
A la fille de l'air ose se dire égal ?
Je hante les palais, je m'assieds à ta table :
Si l'on t'immole un boeuf, j'en goûte devant toi ;
Pendant que celle-ci, chétive et misérable,
Vit trois jours d'un fétu qu'elle a traîné chez soi.
            Mais ma mignonne, dites-moi,
Vous campez-vous jamais sur la tête d'un roi,
            D'un empereur ou d'une belle ?
Je rehausse d'un teint la blancheur naturelle ;
Et la dernière main que met à sa beauté
            Une femme allant en conquête,
C'est un ajustement des mouches emprunté.
            Puis allez-moi rompre la tête
            De vos greniers! - Avez-vous dit ?
            Lui répliqua la ménagère.
Vous hantez les palais; mais on vous y maudit
            Et quant à goûter la première
            De ce qu'on sert devant les dieux,
            Croyez-vous qu'il en vaille mieux ?
Si vous entrez partout, aussi font les profanes.
Sur la tête des rois et sur celle de ânes
Vous allez vous planter, je n'en disconviens pas ;
            Et je sais que d'un prompt trépas
Cette importunité bien souvent est punie.
Certain ajustement, dites-vous, rend jolie.
J'en conviens, il est noir ainsi que vous et moi.
Je veux qu'il ait nom mouche: est-ce un sujet pourquoi
            Vous fassiez sonner vos mérites ?
Nomme-t-on pas aussi mouche les parasites
Cessez donc de tenir un langage si vain :
            N'ayez plus ces hautes pensées.
            Les mouches de cour sont chassées ;
Les mouchards  sont pendus, et vous mourrez de faim,
            De froid, de langueur, de misère,
Quand Phébus régnera sur un autre hémisphère.
            Alors je jouirai du fruit de mes travaux :
            Je n'irai, par monts ni par vaux,
            M'exposer au vent, à la pluie ;
            Je vivrai sans mélancolie :
Le soin que j'aurai pris de soin m'exemptera.
            Je vous enseignerai par là
Ce que c'est qu'une fausse ou véritable gloire.
Adieu : je perds le temps ; laissez-moi travailler ;
        Ni mon grenier, ni mon armoire,
            Ne se remplit à babiller."


La Fontaine
 
Repost 0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 17:38


Tout "pépin" peut faire un arbre
Toute "tuile" peut faire un toit
                                     
Si tu penses que tu es trop petit pour influencer ton monde,
                                   alors essaie de dormir avec un moustique dans ta chambre.


Pas d'épreuves, pas de preuves...
C'est dans l'épreuve que l'on fait nos preuves..






Repost 0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 18:21


 

Rouler comme des « cochons » (citation littérale), c'est fini. L'avertissement ne vient pas de n'importe qui. La police allemande, pas particulièrement réputée pour son sens de l'humour, a décidé que l'été serait chaud. Particulièrement pour les adeptes de gommes brûlées sur routes verdoyantes.


La poignée de gaz essorée, les échappements trois-en-un rougis, les cardans secoués, tout ça, assure-t-on outre-Rhin, schluss, terminé. Autant le savoir de ce côté-ci de la frontière aussi : l'ultimatum a été lancé à tout ce qui hurle sur deux-roues.


Trop, affirme la Polizei. A chaque mois de mai, sur les routes de la Forêt-Noire, ça tombe comme à Gravelotte. Les moteurs reprennent des tours et les ambulances du service : + 26% d'accidents l'an dernier. A désespérer les experts en sécurité routière.


Ça gaze un peu trop !


Du coup, ces messieurs de la police ont sorti, plus souvent qu'à leur tour, les radars. Dont certaines fument encore. Dame, un 187 km/h sur une paisible route de montagne, fallait oser. A côté, un 105 km/h en plein village prendrait presque des allures (faussement) raisonnables.


Accrochez-vous : sur 24 000 motos contrôlées, un tiers filaient hors des clous. Allez vous étonner, alors, qu'au joli mois de mai revenu, les porteurs de casquette vertes virent au rouge.


Le pire, se désole la police routière allemande, est que les conduites les plus olé-olé ne sont pas le triste apanage des gamins.

Au moindre rayon de soleil, et pour peu que le bitume soit un peu sec, voilà que déboulent comme des fondus les motards supposés les plus mûrs, âgés de 35 et 55 ans. Problème : ils ne sont pas forcément les plus expérimentés. Résultat, à défaut de filer doux, ils filent parfois un peu trop droit, notamment dans les virages. D'où le coup de sang des autorités - et de frein de la police aux essaims un peu trop bourdonnants des motos du week-end.

Français, Allemands, Suisses sont prévenus : mollo les gaz en Forêt-Noire. Mais aussi, on l'espère, dans nos si chères Vosges. Nouveau code, sur la route : vieux motard que jamais.

 


Didier Rose 

        Je pense donc je lis les DNA

 






Merci pour votre visite
Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 08:06



 
 
  ˙sıpɐɹɐd np sɹǝıʇuǝs sǝl ɹns
 ɯou uos ǝp ǝɹıolƃ ɐl ɹǝʇuɐɥɔ ɹnod
 ɹnǝuƃıǝs ǝl ɹɐd ǝısıoɥɔ sǝ nʇ
 'ɹnœs ǝʇıʇǝd ɐɯ 'snʇɔɐɔ ǝp ɹnǝlɟ
 ǝıʌ ɐʇ ǝp sɹnoɾ sǝp ƃuol nɐ ʇnoʇ
 uosıɐɯ ɐs uǝ ɹıɹnǝlɟ ɹnod
 ɹnǝuƃıǝs ǝl ɹɐd ǝısıoɥɔ sǝ nʇ
 'ɹnœs ǝʇıʇǝd ɐɯ 'snʇɔɐɔ ǝp ɹnǝlɟ


1964


Fleur de Cactus,

Fleur de Cactus, ma petite sœur,  Tu es choisie par le Seigneur  Pour fleurir en Sa maison Tout au long des jours de ta vie  Fleur de Cactus, ma petite sœur,  Tu es choisie par le Seigneur  Pour chanter la gloire de son nom
Sur les sentiers du Paradis.  Soeur Sourire











c'est en Français....
.par ici la réponse
Merci pour votre visite


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 17:20






Vous connaissez tous Françoise....
elle n'a pas de blog mais nous rend visite tous les jours...
Elle est Mamie  depuis le 12 mai, un garçon Matis  !


Le prénom Matis a pour origine le prénom hébraïque Mattatyahu.
      Matis est une variante du prénom Mathias.
 La forme ancienne Mattatyahu peut être traduite par "don de Dieu".
    Les Matis sont honorés le 21 septembre.

Matis est né il y a 17 jours


                                       
Repost 0
Published by Simone - dans Top
commenter cet article
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 17:44

 



  Je suis moi avec mes rêves mes dentelles
Je suis moi femme mère et quelque fois gamine
Je suis moi avec mes rêves plein la tête,
Rêves espiègles et romantiques
Rêves de franfreluches, de lit à baldaquin,
Rêves un peu fous, un peu naïfs,
Rêves de voyage et d'amour,
Rêves de beauté et rêves fleuris
Rêves de monde meilleur
Je suis moi avec toutes mes rondeurs bien féminines
Et tous mes artifices pour me rendre plus belle
Je suis moi avec mes rêves mes dentelles
Avec mes qualités et mes défauts
Je suis moi quelques fois révoltée et agressive
Parce que la vie ne m'a pas toujours gâtée
Je suis moi avec mes rêves mes dentelles
Rêves féeriques et rêves magiques
Alors acceptez moi comme je suis
Et je vous ferai partager tous mes rêves
Et toutes mes dentelles.
           Extrait de "Arc en Ciel" de Danielle Daller


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents