Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 18:40

 








Fleur de lune naissante sous
Une pluie d’étoile enflammée
Le soleil couchant sous
Un ciel d’espoir fait briller
Luciole et fée à proximité d’un bois de lumière
Des muses font sonner les cloches de notre imaginaire
Pour créer un monde à notre image
Trop parfait pour le détester
Mais ce n’est qu’un mirage
Qu’une illusion qui nous poursuit
Qu’on ne peut délaisser
Qui ne peut sombrer dans l’oubli !










Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 18:14


 La pratique, c'est quand ça marche
 mais que l'on ne comprend pas.























La théorie, c'est quand on comprend mais que ça ne marche pas.
Souvent théorie et pratique se rejoignent :
rien ne marche  et on n'y comprend rien.








Repost 0
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 18:46






Esope conte qu'un manant,
            Charitable autant que peu sage,
            Un jour d'hiver se promenant
            A l'entour de son héritage,
Aperçut un serpent sur la neige étendu,
Transi, gelé, perclus, immobile rendu,
            N'ayant pas à vivre un quart d'heure.
Le villageois le prend, l'emporte en sa demeure;
Et, sans considérer quel sera le loyer
            D'une action de ce mérite,
            Il l'étend le long du foyer
Le réchauffe, le ressuscite
L'animal engourdi sent à peine le chaud
Que l'âme lui revient avecque la colère
Il lève un peu la tête, puis siffle aussitôt
Puis fait un long repli, puis tâche à faire un saut
Contre son bienfaiteur, son sauveur, et son père.
«Ingrat, dit le manant, voilà donc mon salaire !
Tu mourras!» A ces mots, plein d'un juste courroux,
Il vous prend sa cognée, il vous tranche la bête;
            Il fait trois serpents de deux coups,
            Un tronçon, la queue et la tête.
L'insecte, sautillant, cherche à se réunir,
            Mais il ne put y parvenir.

            Il est bon d'être charitable :
            Mais envers qui ? c'est là le point.
            Quant aux ingrats, il n'en est point
            Qui ne meure enfin misérable.


La Fontaine.


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 18:00
"Veillons car nous ne connaissons ni l'heure ni le jour"
                               ǝɹnɔ uǝ sɹnoɾnoʇ












Carton rouge vous nous faites peur
Carton rouge coupez le moteur
Carton rouge on rejoue le tout
On fait autre chose
Que de donner des coups

1 -
 Y'en a qui nous ont dit
La vengeance à tout prix
C'est oeil pour oeil
C'est dent pour dent
Est-ce qu'on peut pas faire autrement
Donner des coups de poing
Ca ne changera rien
On peut régler chaque conflit
Sans devenir des ennemis

2 -
 On voit à la récré
Des coups de poing,
Des coups de pied
On entend des mots tellement méchants
Qu'ils font sangloter des enfants
C'est vrai que si on savait
Se parler, s'écouter
On deviendrait plus tolérant
Et donc plus forts et plus confiants

3 -
Regarder la télé
Y'a de quoi s'inquiéter
Pour aujourd'hui et pour demain
La violence est dans tous les coins
On veut participer
A vos rêves vos projets
Nous aussi, on a des idées
Pour faire bouger la société


Jean Humenry


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 18:19

"Veillons car nous ne connaissons ni l'heure ni le jour"
                               ǝɹnɔ uǝ sɹnoɾnoʇ













Elles sont libres, les pensées
Personne ne peut les arrêter
Car elles peuvent s'envoler
Comme une ombre dans l'obscurité
Personne ne peut les deviner
Personne ne peut les traquer
Rien ne peut les tuer :
 
Elles sont libres, les pensées......





myspace layouts, myspace codes, glitter graphics


ici


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 17:42

myspace layouts, myspace codes, glitter graphics
myspace layouts, myspace codes, glitter graphics
myspace layouts, myspace codes, glitter graphics



LE BEL ÂGE  ?

 
 
Vieillir en silence, le dos courbé,
N’être qu’un objet, une statue esseulée
Dans une pièce sombre et détestée.
Que des souvenirs d’une vie dorée!
 
 
D’une chair martyrisée par les larmes,
La société n’offre aucune alarme.
Tu n’es que rébus
et pourtant tu as du charme.
Ta vieillesse te désole
ne t'offrant que peu d’armes.
 
 
On a hâte que tu meures
donnant raison d’une délivrance.
Tu indisposes par tes maladresses,
 tes fausses cadences.
Parfois on te rend visite
mais quelle pénitence !!!
On te regarde avec hypocrisie,
d’un rire qui offense…
 
 
Un jour viendra où mon corps alignera une charpente de Pise.
Je serai délaissé,
abandonné de tendres bises…
J’attendrai la mort ou peut-être,
 j’irai vers sa banquise
M’empêchant l’humiliation,
les douleurs d’une crise…




André Labrosse
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 17:45

    
 



   





 On est si près de la vérité lorsque l'on dit que notre maman est la plus belle du monde.
 
   
 
 


Une maman qui vous borde au lit laisse un parfum de sommeil.
 
   




On est si près de la vérité lorsque l'on dit que notre maman est la plus belle du monde.
 
   



 Une maman est semblable à une rose qui ne se fane jamais.
 
 
 




Une maman, c'est la meilleure des infirmières, au talent de magicienne.
 
   





A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même.
 
   





 Une maman c'est une montagne de compréhension.
 
   





 La fête des mères est un prétexte, car on fête toute l'année sa maman.
 
 



 Une maman ne dort jamais tout à fait ; elle est liée au sommeil de son enfant.
 
   


On peut grandir, et même vieillir, mais pour sa maman on est toujours un petit enfant.

 
 
   


Une maman c'est comme du coton : elle est douce à l'intérieur comme à l'extérieur et nettoie tous les maux.
 
 


 Une maman se révèle dès qu'elle sent son ventre s'arrondir et sa poitrine se tendre.
 
     
     
   Jean Gastaldi  
     
Repost 0
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 16:03












  C'est l'été, la saison des amours.

  Quelles soient fusionnelles, passionnelles ou sereines,
  si ces amours sont vraies, elles dureront toujours,
  mais ne laisseront pas indemnes
les cœurs qui se piquent à leurs jeux.
Les mauvais joueurs, les pisse-froid et les losers
n'ont qu'à bien se tenir car, dans ce jeu de hasard,
il n'y a de place ni pour les amants à la petite
semaine ni pour les aigris, ni pour les pleutres.
Bergson ne m'aurait pas démenti. Si, comme il le disait,
       "la comédie est un jeu qui imite la vie",
   il est clair que l'amour en est un qui imite la mort.
               Lugubre ? Tout le contraire.
    C'est le cœur léger qu'il faut envisager les choses.

Libres de toutes craintes et de tous pathos,
jouons le jeu.
         N'ayons pas peur d'aimer.


Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 15:30










Tous mes amis s’en sont allés
Sur le chemin de leurs amours,
Certains d’entre eux ont déserté
La grande ville et ses faubourgs.
Lors, les rues livrées au silence
Une à une se sont figées
Ainsi soumises à l’absence
Des guitares et mélopées.
D’autres artistes sont venus
Que je ne connais pas encore
Car la musique continue
Avec ses bistrots pour décor,
Sa foule sur trame de fond
Et ses autos qui s’évanouissent,
Le jeu de rôle des chansons
Est toujours là, qu’on s’en réjouisse !
Pourtant quand je reviens ici,
Personne ne me dit : Salut !
Où sont passés tous mes amis
Qui chantaient à l’angle des rues ?



Lydiat Pavot



Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 17:45
article programmé.....


























Partir, c'est mourir un peu ;
C'est mourir à ce qu'on aime :
On laisse un peu de soi-même
 En toute heure et dans tout lieu.


  Edmond Haraucourt




 
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents