Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 22:00









 
Le temps que met l’eau à couler de ta main
Le temps que met le coq à crier le soleil
Le temps que l’araignée dévore un peu la mouche
Le temps que la rafale arrache quelques tentes
Le temps de ramener près de moi tes genoux
Le temps pour nos regards de se dire d’amour
Imaginons ce qu’on fera de tout ce temps.
 
 

Eugène GUILLEVIC




Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 12:19
 
 
 





Une petite abeille,
en volant de trop près
Fut piégée, pauvre d’elle,
Par une fleur carnivore
Un gentil bourdon
 entendant son appel
Déploya ses ailes et vola
à son secours
Mais, pauvre de lui,
fut piègé à son tour
Car de la belle
il tomba en amour
Ils convolèrent sur une île
Pour se dorer au soleil
Et vécurent
tous deux heureux
En coulant des jours de miel 
Maya
 
 
 










merci pour votre visite


Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 22:10











































 
Yeux : Vous verrons toujours tel que vous êtes réellement, votre vrai visage. Verront toujours le MEILLEUR en vous.
 
Oreilles : Les aura toujours ouvertes pour écouter, pour réellement entendre ce que vous dites.
 
Bouche : Pour toujours vous dire la vérité et donner ses pensées. Pour aider à parler même quand rien ne va. Pour reconnaître quand vous faites quelque chose de bien.
 
Épaule : Vous l'offrira quand vous en avez besoin d'une pour pleurer. Sera votre force quand vous trouvez les choses difficiles à porter. Vous laissera toujours vous appuyer sur elle.
 
Cœur : Pour vous aimer tel que vous êtes et non pour juger.Aura toujours une place pour vous.
 
Mains : Pour tenir les vôtres quand vous avez besoin d'un guide. Pour les prêter quand vous avez besoin d'aide, pour vous aider quand vous pouvez tomber. Pour montrer l'amour au travers d'un simple toucher.
 
Bras : Vous fera toujours sentir confortable et accepté dans les siens. Vous offrira toujours une étreinte quand vous en avez besoin. Vous réchauffera quand vous aurez froid.
 Pieds :   Pour marcher avec vous partout dans votre vie.    Pour être l’Unique ami. 
Soyez gentil, ceux que vous rencontrez dans votre croissance, parce que vous pourriez avoir besoin d'eux, dans la descente. Personne ne peut vous faire sentir inférieur sans votre consentement.



 






Merci pour votre visite

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 18:54






Les Mamans quand elles sont vieilles
ne devraient pas pleurer
On devrait les aimer
tellement les aimer
Qu'elles n'auraient plus le temps
de s'essuyer les yeux
Les mamans quand elles sont vieilles
s'endorment doucement
les anges sans déranger personne
les emportent
tout droit au paradis
Les Mamans quand elles sont vieilles
ne devraient pas souffrir
on devrait les soigner,
tellement les soigner
qu'elles oublieraient leurs maux
pour pouvoir nous bénir
Les Mamans quand elles sont vieilles
reviennent parmi nous dans la maison
elles vont et bercent les enfants
mais ne font aucun bruit
ce n'est pas vrai qu'elles meurent














Merci pour tout....!!
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 11:26








Dans le cristal d'une fontaine
            Un cerf se mirant autrefois
            Louait la beauté de son bois,
            Et ne pouvait qu'avecque peine,
            Souffrir ses jambes de fuseaux,
Dont il voyait l'objet se perdre dans les eaux.
«Quelle proportion de mes pieds à ma tête ?
Disait-il en voyant leur ombre  avec douleur :
Des taillis les plus hauts mon front atteint le faîte ;
            Mes pieds ne me font point d'honneur.»
                Tout en parlant de la sorte,
                Un limier le fait partir.
                Il tâche à se garantir ;
                Dans les forêts il s'emporte.
            Son bois, dommageable ornement,
            L'arrêtant à chaque moment,
            Nuit à l'office  que lui rendent
            Ses pieds, de qui ses jours dépendent.
Il se dédit alors, et maudit les présents
            Que le Ciel lui fait tous les ans.




Nous faisons cas du beau, nous méprisons l'utile ;
            Et le beau souvent nous détruit
Ce cerf blâme ses pieds, qui le rendent agile ;
            Il estime un bois qui lui nuit.


La Fontaine
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 18:18
on connait .....mais ce n'est pas grave.......
c'est lundi, je creuse...comme  d'habitude......
 



 





 
Chère maman,

je suis bien arrivé à la guerre.
Hier on a tiré les rois.
C'est moi qui ai eu la fève.
Elle mesurait environ 7 cm de long et elle a pénétré très, très profondément dans mon bras gauche.
Après l'opération, j'ai bu du champagne, ça pique.

J'ai cassé ma montre.
Là, ma mère, elle va gueuler.
Il me reste plus que la petite aiguille, ça ne me gène pas trop mais je redoute que quelqu'un me demande l'heure.

On est passé par Amsterdam, dans le port y a des marins qui chantent et qui pissent relativement fort, de préférence sur des femmes infidèles.

Tu sais maman que, ici, je trouve plein de champignons. Comme je suis souvent à plat ventre
je les vois plus facilement.

Mais il va falloir que j'arrête de gratter la terre avec mon fusil, ça bouche le canon.

Il n'est pas méchant le capitaine, mais il crie très fort.
L'autre jour il s'est vraiment fâché très, très fort.
Je suis allé directement en prison, je ne suis pas passé par la case départ, et je n'ai même pas reçu 20 milles.
J'ai eu 6 mois de cachot. 6 mois de cachot ça parait très long mais j'ai trouvé une combine.

En dormant 12 à 13 heures par jour je n'ai fait que 3 mois effectifs.
Ici on ne peut faire confiance à personne, on est très mal entouré. En fait on est complètement encerclé.

Ce matin, en me levant,
j'ai marché sur une mine, mais du pied gauche.

Dis à mon frère, qu'il arrête de m'envoyer des paquets et des colis vides. Au début je trouvais ça drôle, et j'ai d'ailleurs beaucoup ri.

A présent mes nerfs lâchent un petit peu.
Le général vient de nous annoncer que nous serions rapidement tous exterminés.

Peux-tu regarder le mot exterminer dans le dictionnaire et m'en donner la signification exacte ?

Répond-moi le plus rapidement possible.

Signé :
ton petit Zorro qui t'aime très fort.
Magdane


Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 17:47

"Veillons car nous ne connaissons ni l'heure ni le jour"
                               ǝɹnɔ uǝ sɹnoɾnoʇ









La mer s’est retirée,
Qui la ramènera ?
La mer s’est démontée,
Qui l’a remontera ?
La mer s’est emportée,
Qui la rapportera ?
La mer est déchaînée,
Qui la rattachera ?
Un enfant qui joue sur la plage
Avec un collier de coquillages.










J. Charpentreau





Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 18:40

 








Fleur de lune naissante sous
Une pluie d’étoile enflammée
Le soleil couchant sous
Un ciel d’espoir fait briller
Luciole et fée à proximité d’un bois de lumière
Des muses font sonner les cloches de notre imaginaire
Pour créer un monde à notre image
Trop parfait pour le détester
Mais ce n’est qu’un mirage
Qu’une illusion qui nous poursuit
Qu’on ne peut délaisser
Qui ne peut sombrer dans l’oubli !










Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 18:14


 La pratique, c'est quand ça marche
 mais que l'on ne comprend pas.























La théorie, c'est quand on comprend mais que ça ne marche pas.
Souvent théorie et pratique se rejoignent :
rien ne marche  et on n'y comprend rien.








Repost 0
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 18:46






Esope conte qu'un manant,
            Charitable autant que peu sage,
            Un jour d'hiver se promenant
            A l'entour de son héritage,
Aperçut un serpent sur la neige étendu,
Transi, gelé, perclus, immobile rendu,
            N'ayant pas à vivre un quart d'heure.
Le villageois le prend, l'emporte en sa demeure;
Et, sans considérer quel sera le loyer
            D'une action de ce mérite,
            Il l'étend le long du foyer
Le réchauffe, le ressuscite
L'animal engourdi sent à peine le chaud
Que l'âme lui revient avecque la colère
Il lève un peu la tête, puis siffle aussitôt
Puis fait un long repli, puis tâche à faire un saut
Contre son bienfaiteur, son sauveur, et son père.
«Ingrat, dit le manant, voilà donc mon salaire !
Tu mourras!» A ces mots, plein d'un juste courroux,
Il vous prend sa cognée, il vous tranche la bête;
            Il fait trois serpents de deux coups,
            Un tronçon, la queue et la tête.
L'insecte, sautillant, cherche à se réunir,
            Mais il ne put y parvenir.

            Il est bon d'être charitable :
            Mais envers qui ? c'est là le point.
            Quant aux ingrats, il n'en est point
            Qui ne meure enfin misérable.


La Fontaine.


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents