Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 06:45

    ^ L'ACCENT CIRCONFLEXE ET LA PETITE CÉDILLE ç

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

.


  Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 





















































 

 Entre deux vers
D'un long poème
D'un poème fort ennuyeux
La cédille aux yeux de verveine
qui nattait ses jolis cheveux
rencontra l'accent circonflexe
Curieuse quoiqu'un peu perplexe
Sans moi vous l'eussiez deviné
Elle lui dit pour commencer
Quel bizarre chapeau que le vôtre
Seriez-vous par hasard gendarme ou polytechnicien
Et que faites-vous donc sur le front des apôtres
Est-ce vous la colombe ou la fumée du train
Je suis je suis gentille cédille
Le S escamoté des mots de l'autrefois
C'est à l'hostellerie qu'on emmenait les filles
Le S a disparu me voici sur le toit
Et toi que fais-tu cédille
A traîner derrière les garçons
Sont-ce là d'honnêtes façons
N'es-tu point de bonne famille
Accent bel accent circonflexe
Voilà toute ma vérité
Je t'aime et pour te le prouver
Je fais un Savec un  C


Jean-Pierre Rosnay 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 17:15


 


















 
 
Parler pour ne rien dire
et ne rien dire pour parler
sont les deux principes majeurs
et rigoureux de tous ceux qui
feraient mieux de la fermer
avant de l'ouvrir.

Pierre Dac
 


Repost 0
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 12:01


                                





 


 

Ach, la claire fontaine !
M’en allant promener
J’ai trouvé l’eau si verte
Que je n’ai pu m’y baigner
Il y a longtemps que l’hygiène
Aurait pu s’en occuper
 
Sous les feuilles de chêne qui restent à la forêt
Sur la plus haute branche un rossignol râlait :
Il y a si peu d’oxigène avec toutes ces fumées !“
 
Crache, l’usine crache, la rivière est si près
Le ciel a la gangrène, le soleil est caché
Il y a longtemps que la plaine
Pleure ses beaux champs de blé
 
Je voudrais que la rose fût planté sans engrais
Et que l’eau de la source eût encore à chanter
Le temps des claires fontaines
Que jamais je n’oublierai
 

Ach, la claire fontaine
Paroles: R. Bacri/ J. Werner
Musique: Trad./F. Silcher




Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 12:05

 







L'idéal du calme est dans un chat assis.  
Jules Renard   

   
Il y a deux moyens d'oublier les tracas de la vie :  la musique et les chats.  
Albert Schweitzer     

Quand je réveille mon chat,
 il a l'air reconnaissant de celui
à qui l'on donne l'occasion de se rendormir. 
  Yvan Audouard
   
On a remarqué que de tous les animaux,
les femmes, les mouches et les chats sont
ceux qui passent le plus de temps à leur toilette.
Charles Nodier
   
Quand le baromètre se passe la patte
derrière l'oreille, c'est que le chat est à la pluie.   
Léo Campion   
   
Le chat semble mettre un point d'honneur
à ne servir à rien, ce qui ne l'empêche pas
de revendiquer au foyer une place meilleure
que celle du chien.
   
Michel Tournier







Repost 0
10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 07:35

















 
  Il y a de ces matins de tendresse où tout, les gens et les choses, vous disent : « Je t'aime... » 

Il y a de ces midis de lumière où la nature tout entière vous répète :
« C'est bon la vie... »

  Il y a de ces soirées de beauté où les étoiles elles-mêmes vous murmurent : « Tu n'en finiras jamais de t'émerveiller... » 

 On a l'impression de marcher sur des tapis de velours, de naviguer sur des eaux moirées et de voler dans des ciels d'azur.  
On se sent capable de tenir l'univers dans ses bras, d'abattre des forêts entières, de vivre mille vies.
C'est merveilleux !
  
Mais il y a aussi de ces nuits de grande noirceur où l'on se répète sans cesse : « Quand cela va-t-il finir? »
 
Il y a des hivers de tristesse où l'on se dit comme Job : « Périsse le jour où je suis né ! »  
Il y a de ces nuits de douleur  où l'on crie à s'époumonner :
« Je n'en peux plus ! »
 
On a des noeuds dans l'estomac, des questions sans réponses plein la tête, des problèmes plein les bras.

 
On est sans espoir, sans élan, sans souffle.  On voudrait mourir.  On est las de traîner sa vie. 
C'est terrible !
  
Aux jours de doux temps comme aux jours de tempête, «reste avec nous.»
Pour la lumière, merci !
 Et pour les ténèbres, à l'aide !
 Que je ne t'oublie pas quand il fait beau et que je ne t'accuse pas quand il fait mauvais.   
  
Reste avec moi...  Seigneur.....!

Jules Beaulac




                                                                                                                                                          


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 12:10














 
Elles sont libres, les pensées
Personne ne peut les arrêter
Car elles peuvent s'envoler
Comme une ombre dans l'obscurité
Personne ne peut les deviner
Personne ne peut les traquer
Rien ne peut les tuer :
 
Elles sont libres, les pensées
 
Je pense ce que je veux
Et ce qui me rend heureux
Mais tout ça en silence
A ma convenance.
Mon désir, ma volonté
Personne ne peut les réfuter
C'est ma réalité :
 
Elles sont libres, les pensées
 
Et si l'on me jetait
Dans un cachot profond,
Aucun mur épais
Ne sera jamais mon horizon.
Car toutes mes pensées
Abattent les murs, elles sont les clés
De ma réalité :
 
Elles sont libres, les pensées.



Die Gedanken sind frei
Paroles allemandes et musique : TRAD.
Paroles françaises: Roger Siffer/Marén Berg
Roger Siffer Auteur, compositeur et chanteur français -  Né à Villé, Bas-Rhin en 1948

                texte en entier
clic
                           




Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
6 août 2008 3 06 /08 /août /2008 12:46



                  






 Le corbeau sur un arbre perché,
 Ne foutait* rien de la journée.
 Le lapin voyant le corbeau
 L'interpella et lui dit aussitôt :
 Moi aussi, comme toi, puis je m'asseoir
 Et ne rien foutre* du matin jusqu'au soir !
 Le corbeau lui répondit de sa branche
 Bien sûr, ami à la queue blanche,
 Dans l'herbe verte tu peux te coucher
 Et ainsi de la vie profiter.
 Blanc lapin s'assit alors par terre
 Et sous l'arbre resta à ne rien faire.
 Tant et si bien qu'un renard affamé
 Voyant ainsi le lapin somnoler
 S'approcha du rongeur en silence
 Et d'une bouchée en fit sa pitance.

 MORALITÉ

 Pour rester assis à ne rien branler *
 Il vaut mieux être très haut placé.
Claude BROSSEAU

* gros mot...
* on ne dit pas

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
6 août 2008 3 06 /08 /août /2008 07:16

......

......

 

 

 

 

 

.

.

 

"Il n'y a qu'un livre
qui contient
toute la sagesse humaine
éclairée par toute
la Sagesse Divine,
un livre que la vénération
des peuples appelle
"le Livre" : la Bible.
Ensemencez les villages
d'Evangiles !
une bible par cabane..."
Victor Hugo
......................................................................................
Repost 0
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 08:05











De mourir, ça ne me fait rien.
Mais ça me fait de la peine de quitter la vie.
 
Marcel Pagnol
 
Quand un vieillard meurt,
 c'est une bibliothèque qui disparaît
prov. africain
 
 Quand on est arrivé au bout de son voyage, on dit que la route a été bonne ..
prov. chinois
 
 L'homme meurt autant de fois
qu'il perd l'un des siens
prov. latin
 
Les gens que l'on aime devraient mourir avec toutes leurs affaires
Gabriel Marcia Lorquez
 
Je meurs chaque nuit
pour ressusciter chaque matin
Georges Bernanos
 
La vie, c'est çà ... un bout de lumière qui finit dans la nuit
Céline
 
La vieillesse est un décès
 par petits morceaux
Albert Cohen
 
On ne meurt qu'une fois,
mais c'est pour si longtemps ...
Molière

Puisque la mort est inévitable,
oublions-là ! 
Stendhal
   
 
             
 

Repost 0
Published by Simone - dans Top
commenter cet article
3 août 2008 7 03 /08 /août /2008 18:37
 





 




 


Si l’amour est un son...


Si l’amour est un son, ma parole le chante,
Ma poitrine le hurle si l’amour est un cri,
Si l’amour est silence, mon souffle le retient.
 
Si l’amour est un geste, tout mon être le danse,
Mes mains l’ont buriné si l’amour est statue,
Si l’amour est un mot, ma plume le formule.
 
Si l’amour est rocher, j’y repose ma tête,
Et j’y plane léger si l’amour est un ciel,
Si l’amour est un lac, j’y flotte entre deux eaux.
 
Mais si l’amour c’est toi, tout le passé s’éclaire,
Et le présent n’a plus de mystère pour moi,
Et je crois en demain puisque l’amour c’est toi.











Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents