Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2007 3 19 /12 /décembre /2007 12:26




 




Le «0» est un chiffre malin
Il n’en fait qu’à sa tête ce petit badin
Nul et sans valeur en orphelin
Il prend des airs précédé d’un «1»
Il tire sa force et sa puissance
De la valeur du chiffre qui le devance
Plus il traîne derrière lui ses frères jumeaux
Plus il se prend pour un héros






 
Hajri
Repost 0
18 décembre 2007 2 18 /12 /décembre /2007 13:15








Petit papa Noël,

quand tu descendras du ciel, fais gaffe.

Boucle ta ceinture et ne téléphone pas en conduisant.
Sinon, l'an prochain, il te faudra venir en taxi volant,
faute de points sur ton permis de traîneau.

A ce propos, il faut espérer que tu as fait le bilan CO² de tes rennes-moteur et que tu as bien passé le nouveau contrôle technique.

Que tu as collé l'attestation d'assurance sur ton pare-vent et que,
s'il te prenait l'envie de passer au-dessus des Alpes pour arriver en Alsace, tu n'as pas omis de t'acquitter de la vignette suisse.

Si tu te poses en ville, n'oublie pas les pièces de monnaie.
Comme tu ne peux bénéficier des tarifs de stationnement préférentiels des résidents, il te faudra alimenter les parcmètres
si tu commences ta distribution en heure ouvrable.

Evite les parkings clos : généralement, ils ferment cette nuit-là.
Ta hotte, pour être magique, n'en risquerait pas moins de rester bloquée derrière des grilles.

Cadeaux par  milliers

Au cas où tu tiendrais vraiment à stationner en ville dans ta tournée, sois patient.

Entre les bus, les camping-cars et les chalets de Noël, trouver une place relève du miracle, ce qui n'est pas, on le sait bien, ta spécialité.

Quant à préférer les transports en commun, prudence.

Une livraison de vélo, dans certains TER interdits désormais à ce genre d'accessoire, peut te valoir une prune, fruit à l'arrière-goût amer en cette saison.

Dans l'hypothèse où tu souhaiterais user du tram avec ton sac-à-dos géant, il te faudrait faire preuve de bravoure aux heures de pointe.

Si tout ton barda rentre sans provoquer d'émeute, c'est mauvais signe.

Tu peux même en redescendre immédiatement : cela veut tout simplement dire que la rame est déserte pour cause de grève.

Voilà, père Noël, quelques phrases de bienvenue possiblement utiles pour ton grand soir dans ce bas monde.

En te fiant à ces conseils, rien ne te sera plus simple que de déposer dans les Converse les quantités de voitures télécommandées et de trains électriques qui t'ont été commandés.









Repost 0
Published by Simone - dans Noël
commenter cet article
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 00:00

 










Reste un instant si tu le veux
Le temps ne se presse à tes yeux,
Il court au jour du dit levant
Où l'âme la plus belle,
Suit seule son destin, visant
La voie de l'éternel.

Reste avec nous quelque printemps,
De partir, est-il vraiment temps ?
Mais s'il faut que l'oiseau t'emporte sur son aile,
Que ce soit celle alors, d'une simple hirondelle.










Lydia Pavot



Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
14 décembre 2007 5 14 /12 /décembre /2007 18:41










 



    En descendant l'escalier, elle a trouvé l'étoile
    Et déchiré le voile de l'obscurité.

    Un jour il sera l'heure où elle parlera
    Amour à ceux qui pleurent,
    À tous ces enfants là.

    Elle ouvre un œil discret sur le ciel encor bleu
    De sa fin de jeunesse
    Et regarde une fleur, que l'automne à ses feux
    A prise en sa tendresse.

    Et puis elle s'en va pas à pas,
    Cheminant vers un flot de promesses
    Car elle a le soleil et l'amour en ses yeux
    Pour ultimes caresses.

    Le parfum de sa vie,
    Les senteurs de l'oubli,
    La rose du levant, lui donnent du bonheur.
    Le vertige d'un jour, les vestiges d'amour,
    Lui donnent des frayeurs.
    Mais elle est loin de ça
    Dans son horizon glauque
    Où roulent des tonnerres aux nuages d'argent.
    Elle va, sans maudire,
    Un rire au bord des lèvres,
    Vers un autre avenir.






Lydia Pavot


Repost 0
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 20:38
















Il serait
Comme un feu sans flammes
Comme un corps sans âme
Comme un automne sans moisson
Comme un aquarium sans poissons
Comme une vie sans sensations
Il serait
Comme un jour sans soleil
Comme une nuit sans sommeil
Comme un orchestre sans chants
Comme un jardin sans enfants
Comme un coeur vidé de son sang
Il serait
Comme un ruisseau sans eau
Comme un pays sans drapeau
Comme un printemps sans fleurs
Comme des roses sans odeurs
Comme des parents sans coeurs
Il serait
Comme une justice sans loi
Comme un religieux sans foi
Comme une monarchie sans roi
Comme une fête sans joie
Comme serait ma vie sans toi
Un monde sans amour
C'est un adieu sans au revoir
C'est une jeunesse sans espoir
C'est un coeur lugubre et noir
C'est un royaume sans gloire
C'est des moments de désespoir
En quelques mots
Sans amour, la vie n'a plus de sens
Sans amour, point d'existence
Sans amour, c'est la totale méfiance
Sans amour, c'est bien clair
C'est un roman sans vocabulaire
Une errance, une galère
Une décadence vers l'enfer.



  Souad Hajri





Repost 0
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 13:20

 

 



  



J’ai dessiné pour toi, le ciel,
J’ai dessiné pour toi, la vie
Porté au vent, le goût du miel,
Tenté de peindre l’infini.

J’ai emprunté à ses rayons,
Un doux soleil plein de musique
Pour entrouvrir une chanson
D’un tour de clé de sol magique.



Et voulu dessiner l’amour
Dans toutes ses faces sublimes,
Hélas ! en traçant ses pourtours,
Mon trait glissa dans un abîme.

Alors j’ai crayonné des airs
Aux teintes diaprées de douceurs,
Histoire de rire et de plaire
Encore un instant au bonheur.



Quand, des parfums et des oiseaux
Sont venus habiter l’espace ;
Même si ça n’est pas nouveau,
Chaque chose a repris sa place.

Néanmoins, il y a dans l’écho
Quelques sanglots, quelques prières,
Des rires d’enfants et des mots
Qui nous renvoient à la lumière.


Lydia Pavot



Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 17:31







 


Recherche pères Noël
(paru dans les DNA  en novembre 2007)


Les petits chalets en bois commencent à pointer le bout de leur nez au centre ville, signe que le marché de Noël va bientôt faire son apparition pour le plus grand bonheur des petits et des grands.

Le programme des festivités et autres animations concocté
par l'Office de tourisme est bouclé depuis le mois de juin !

Dans le domaine de l'organisation événementielle,
il vaut mieux prendre les devants, c'est un fait.


Un seul souci pour l'Office de tourisme à quelques jours du grand démarrage :

il peine à recruter des... pères Noël bénévoles !


Trois ou quatre ont répondu à l'appel mais il en manque au moins un autre pour compléter l'équipe.

Il faut dire que de nombreuses permanences sont à assurer dans le chalet dévolu au personnage de légende et que les conditions de « travail » ne sont pas faciles.

L'Alsace, ce n'est pas le pôle Nord mais il fait souvent froid dans une maisonnette en bois non équipée de chauffage central !

 



Repost 0
Published by Simone - dans Noël
commenter cet article
8 décembre 2007 6 08 /12 /décembre /2007 17:17

 






Dites le avec des mots ou
Mieux avec des fleurs
L’essentiel dans ce monde,
Savoir toucher des cœurs
Choisissez bien vos mots
Et plus encore vos fleurs
Remèdes à tous les maux,
Remèdes à toutes douleurs
Avec des mots d’amour,
Adressez toutes ces fleurs
L’important dans ce monde,
Bien écouter son cœur
Imprégnez de senteurs,
Le complément, le verbe
Joignez une branche ou
Quelques fines herbes
Des roses, des jasmins,
Des pensées du jardin
Des œillets en pots ou
Ces rouges coquelicots
Des glaïeuls en couleurs ou
Des romarins en fleurs
Des jacinthes, des tulipes,
Des fleurs de chrysanthèmes
Avec une épitaphe, des vers de mon poème
En guise de signature, un éternel « je t’aime »


Souad Hajri







Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 14:40

 

 




 








Il y a des mots qu’on ne peut oublier
D’autres qu’on voudrait oublier
Des mots qui nous pénètrent en flèche
Des mots qui rallument la mèche
Des mots qui nous vont droit au cœur
Des mots qui nous font très peur
Des mots tendres qu’on aimerait entendre
Des mots durs à nous faire fendre
Des mots qui trahissent et qui blessent
Des mots qu’on savoure comme une caresse
Des mots qui nous font plaisir
Des mots qui nous font souffrir
Des mots qui nous font rêver
Des mots qui nous mettent face à la vérité
Des mots simples et convaincants
Des mots compliqués et choquants
Des mots qu’il ne faut pas prononcer
Car ils peuvent tout faire basculer
Parmi tous ces mots, il existe un mot
Sur lequel, il faut insister
Qu’il faut dire et répéter
A conjuguer dans tous les temps
Au passé, au future et au présent
Il doit être mis sur la sellette
Pour être chanter à tue-tête
Au fil des jours et des années
Il n’est autre que le mot « aimer »



Souad Hajri 
 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 00:00










 












Certains se plaignent
de ce que Dieu a placé des épines sur les rosiers,
alors que d'autres le louent
de ce qu'il a placé des roses parmi les épines.










Repost 0

Texte Libre

deytsc

Articles Récents