Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 22:38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous aviez une devise,
quelle serait-elle ?
 
A. Qui m'aime me suive
B. Qui m'aime me le dise
C. Qui m'aime me le prouve
D. Qui m'aime me rassure.

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 16:14




 

 

Microsoft remercié en alsacien

Après Lembach l'an dernier, l'institut des arts et traditions populaires d'Alsace a célébré vendredi soir sa grande fête de mai au pavillon Joséphine de Strasbourg.

 Dans son discours de bienvenue, le président de l'institut des arts et traditions populaires d'Alsace, Raymond Matzen a chaleureusement remercié les nombreuses personnes venues « malgré le beau temps, le long week-end et le Racing ». Le conseiller général Jean-Daniel Zeter a encouragé l'institut pour ses actions de sauvegarde de l'authentique patrimoine alsacien avant d'exprimer sa fierté d'avoir été un acteur du Théâtre alsacien de Truchtersheim ainsi que du Bretzel récolté il y a quelques années. Pour sa part, Justin Vogel, vice-président du conseil régional - qui a été un des promoteurs de Microsoft Office en alsacien- a sincèrement remercié « les missionnaires de la culture alsacienne » et souhaité « que les Alsaciens se décomplexent enfin ! ».

« Tout n'est pas foutu ! »

 Il y a de l'espoir car plus de 150 entreprises ont signé la charte « Ja fer unseri Spruch », que le théâtre alsacien connaît une fréquentation augmentée de 25 % et que « E Friejohr fer unseri Sproch » bat les records d'année en année. Pour Justin Vogel, le responsable régional du développement de la langue alsacienne, « tout n'est pas foutu ! ».
 Les danseurs du groupe folklorique « D'Kochloeffel » de Souffelweyersheim et les choeurs d'hommes de Molsheim et Pluricanto de Truchtersheim, dirigés par Dominique Wicker, ont renforcé son optimisme, en chantant la saveur et la gloire du bon vin d'Alsace.
 En plus des nombreux hommages adressés au professeur Raymond Matzen pour les efforts déployés pour le sauvetage de sa langue maternelle, Bill Gates a été remercié pour le soutien de sa société Microsoft au dialecte alsacien : c'est à juste titre que Raymond Bitsch, le vice-président de l'association « E Friejohr fer unseri Sproch » a décerné une « Hirondelle du Printemps » en or à son représentant régional Christian Ichter.
 Avant le buffet, René Eglès a tiré le rideau des animations avec quelques-unes de ses compositions savoureuses.

 

R.A.

DNA Édition du Dim 20 mai 2007
 
Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 23:00







 



   Apprendre à lire...

       Assis dans l'autobus, je m'amuse à observer les gens.

         Un homme quelconque sort soudain un journal de sa poche
et  semble spécialement intéressé par un article.

         Curieux de nature, je m'étire le cou et cherche à lire le titre
de la colonne qui retient son attention.
Mais quelle n'est pas ma surprise en constatant qu'il tient son journal à l'envers, la page de bas en haut.

Intérieurement je me fais la réflexion qu'il s'agit sans doute d'un analphabète ou encore d'un handicapé visuel. Mais plus le trajet raccourcit, plus l'homme semble intéressé par son étrange lecture.

         N'y tenant plus, au risque de me faire dire de me mêler de mes affaires, je pousse l'effronterie jusqu'à lui demander quel sujet l'intéresse si vivement.          L'homme me regarde avec de grands yeux bien vivants,
un  petit sourire  au coin des lèvres, et me répond ironiquement :

- "Ce matin, vous êtes le troisième à vous intéresser à ma lecture. Sachez, mon cher monsieur, que dans tout texte, l'important est toujours entre les lignes."

         Et il descend paisiblement de l'autobus, son journal sous le bras.

         Et moi qui lis depuis l'âge de six ans...
        je crois que cet inconnu vient de m'apprendre à lire...
Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 23:00

 

 

 

 

 

 

 





TROP PRESSÉ !
 

      Il est une chose qui se vendrait bien plus cher que le pétrole et qui ferait la fortune de celui qui en détiendrait le gisement : c’est le temps.

     Mais il y a  24 heures par jour, 60 minutes par heure, pas une de plus, pas une de moins.

  
   
      

Il faut des mois de repos à un arbre pour qu’apparaissent les bourgeons, puis des mois encore pour que les fleurs deviennent fruits. Il faut près de neuf ans au jeune faon pour devenir un “grand vieux cerf” et des millénaires pour que s’affine l’or et que se purifie le cristal. Toute la nature, dans sa grande sagesse, vit ses rythmes établis.

    Toute la nature ? Non ! Il existe un être intelligent, doué de raison, qui ne semble jamais content : certains jours devraient avoir bien plus que 24 heures, mais certaines heures lui paraissent si longues qu’il voudrait les réduire à quelques minutes.



   
  
    Quand il est petit, il voudrait être grand, et quand il est adulte, il veut parfois redevenir enfant.  Il ne sait pas vivre dans le mouvement car il veut être déjà plus loin. À force de ne pas profiter du moment présent, il se fatigue, s’appauvrit, s’attriste. À force de penser à demain, et de rêver d’hier, il passe à côté du bonheur. 

            
 
Drôle d’humain comblé de sagesse, d’amour, d’intelligence, tu n’as donc pas compris la leçon de la nature...


 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 22:12

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


DE GAULLE Le poulet a peut-être traversé la route,
mais il n’a pas encore traversé l’autoroute!

EINSTEIN  Le fait que ce soit le poulet qui traverse la route ou que ce soit la route qui se meuve sous le poulet dépend uniquement de votre référentiel.

ZEN  Le poulet peut vainement traverser la route,
seul le Maître connaît le bruit de son ombre derrière le mur.

SAINT PIERRE Le poulet a traversé la route pour révéler à tous que j’avais trahi mon maître avant son chant !

SAINT HUBERT Dès lors le poulet traverse la route de votre assiette !
CANTONA Le poulet, il est libre le poulet.
GALILÉE Et pourtant, il traversa.
BOUDDHA Poser cette question renie votre propre nature de poulet.
 GATES  Nous  mettrons  au point le  “Poulet Explorer 2005”  qui traversera  la cyber-route en gobant les oeufs pourriels.

FREUD Le fait que vous vous préoccupiez du fait que le poulet ait traversé
la route révèle votre sentiment d’insécurité sexuelle latente.

MACHIAVEL  L’événement important c’est que le poulet ait traversé la route.
Qui se fiche de savoir pourquoi ?
MOISE  Dieu  dit au poulet  de  traverser la route.
Le poulet traversa la route et Dieu vit que cela était bon.

LUTHER KING J’ai la vision d’un monde où  les poulets seraient libres  de traverser la route sans avoir à justifier leur acte.
HIPPOCRATE En raison d’un excès de sécrétion de son pancréas.
PLATON Pour son bien. De l’autre côté est le Vrai.
JAMES KIRK  Pour aller là où aucun autre poulet n’était allé.
ARISTOTE  C’est la nature du poulet de traverser les routes.
DESCARTES Pour aller de l’autre côté.

 

 



Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 13:20



 

Tu es le miroir de tes décisions
Il ne faut pas confondre
réflexion et hésitation.
 
La compétence consiste à bien faire les choses.
L’efficacité consiste à faire les bonnes choses.
(Z. Ziglar)
 
C’est dans les moments de décision
que notre destin prend forme.
(A. Robbins)
 
Tu dois décider
de ce que tu veux faire, et puis t’y mettre,
et tu verras que tu en as parfaitement le temps.
(F. Garagnon)
 
Tu es la somme de tes choix.
Tout te viendra en chemin.
Fais d’abord le premier pas


Repost 0
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 17:22

 


 

      
Simple n’est-ce pas ce qui va suivre  !
 
Comme quoi l’amour est encore accessible
quand on le voit avec ses yeux d’enfant…
 
Gardez surtout votre cœur d’enfant,
il vous rend capable de véritable amour…




Quand quelqu’un nous aime, la manière de dire notre nom est différente.  On sait que notre nom est en sécurité dans sa bouche.
Rebecca, 8 ans.

L’amour c’est quand une fille se met du parfum et le garçon se met de la lotion à barbe et qu’ils sortent ensemble pour se sentir.
 
Martin, 5 ans.

L’amour c’est quand vous sortez manger et que vous donnez à quelqu’un beaucoup de vos frites sans demander que l’autre vous donne les siennes.
 
Suzanne, 5 ans.

L’amour c’est quand quelqu’un vous fait du mal et que vous êtes fâché mais vous ne criez pas pour ne pas le faire pleurer.
 
Michel, 8 ans

On ne doit pas dire « Je t’aime » si cela n’est pas vrai. Mais si cela est vrai, on doit le dire beaucoup. Les gens oublient.
 
Jessica, 8 ans.
L’amour c’est quand une vieille femme et un vieil homme sont encore amis, même quand ils se connaissent bien.
 
Tom, 6 ans.
 
L'amour c'est ce qui est  dans la maison à Noël quand on arrête d'ouvrir les cadeaux
et qu'on écoute.
 
Marie,  5 ans.
 
 
Si vous voulez garder votre homme, il faut porter des vêtements sexy... surtout des sous-vêtements rouges avec quelques diamants peut-être. "
 
-Ariane, 8 ans


L’amour c’est ce qui nous fait sourire même quand on est fatigué.
 
Hélène, 6 ans.
 

L’amour c’est quand maman fait du café à papa et qu’elle y goûte avant de lui donner, pour s’assurer qu’il est bon.
 
Dany, 6 ans.
Si vous voulez essayez d’aimer, il faut commencer par un ami que vous détestez.
 
Mika, 5 ans

Les cartes de Saint-Valentin disent ce que vous n’osez pas dire.
 
Andréa, 8 ans.

Lorsque ma mère n'a plus d'amour, des gouttes de pluies sortent de ses yeux.
 
Martin, 5 ans.

 


Lorsque ma mère était petite et que mon père était petit, c'était qui mes parents ?
 
Naomi, 7 ans.

L'amour c'est quand maman, pour faire plaisir à mon père, lui  fait des biscuits aux bibittes de chocolat.
 
Eve, 4 ans.
Mon père et ma mère s'aiment gros comme le plus gros animal au monde... comme un rhinopopotame.
 
Lison, 5 ans.

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 22:59











Elle surgit un beau jour

Issue bien souvent de l'amour

A son rythme, elle avance

Délivrant peines et chance

Elle peut être mer démontée,

Fleuve tranquille ou calme ruisselet

fugueuse, on la craint parfois

Car elle se sauve imposant sa loi

Et au détour d'un sentier,

Elle s'enfuit nous laissant muets,

Ainsi va la vie, pont jeté

Pour un rivage à l'autre relié.


 



C. Sergera

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
4 mai 2007 5 04 /05 /mai /2007 23:00
Vieillir en beauté.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son coeur ;
Sans remords, sans regrets, sans regarder l'heure ;
Aller de l'avant, arrêter d'avoir peur ;
Car, à chaque âge, se rattache un bonheur.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son corps ;
Le garder sain en dedans, beau en dehors.
Ne jamais abdiquer devant un effort.
L'âge n'a rien à voir avec la mort.

  

Vieillir en beauté, c'est donner un coup de pouce
À ceux qui se sentent perdus dans la brousse,
Qui ne croient plus que la vie peut être douce
Et qu'il y a toujours quelqu'un à la rescousse.

 

Vieillir en beauté, c'est vieillir positivement.
Ne pas pleurer sur ses souvenirs d'antan.
Être fier d'avoir les cheveux blancs,
Car, pour être heureux, on a encore le temps.

  

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec amour,
Savoir donner sans rien attendre en retour ;
Car, où que l'on soit, à l'aube du jour,
Il y a quelqu'un à qui dire bonjour.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec espoir ;
Être content de soi en se couchant le soir.
Et lorsque viendra le point de non-recevoir,
Se dire qu'au fond, ce n'est qu'un au revoir.

Ghyslaine Delisle

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 23:51

 

 

 

 

 

 





Je les aimais...


 Paf !  En voilà trois !


L'homme, fou de joie, sort de sa cache et patauge dans les herbes mouillées pour recueillir le fruit de sa chasse : trois pauvres malards qui, une fois plumés,
feront à peine deux bouchées d'un civet.


Mais moi, je les aimais...  
 Pendant l'été, j'ai observé leurs ébats sur l'eau limpide de l'étang.
J'ai vu la cane venir cahin-caha avec ses oisillons pour leur apprendre à nager, à chercher leur nourriture dans le fond et le long du rivage, pendant qu'elle faisait le guet.

Je l'ai vue conduire sa couvée sur la berge pour des moments de repos sous un soleil brillant.
Je les ai vus s'envoler pour la première fois en s'élevant  dans un clapotis joyeux.   

Je les ai surtout sentis venir près du quai, d'abord défiants, puis par la suite remplis de joie, pour picorer dans ma main
les miettes de pain que je leur donnais dans un frémissement.


 Je souhaitais intérieurement en revoir quelques uns au printemps prochain.  Mais le chasseur a tiré...



 
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents