Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 01:15

 

 

 

 

            Si je pouvais attraper un arc-en-ciel,
            Je le ferais juste pour toi,
            Et je partagerais ainsi avec toi sa beauté
            Les jours où tu es mélancolique.

            Si je pouvais, je construirais une montagne
            Que tu pourrais considérer comme ta propriété,
            Un endroit où trouver la sérénité
            Un endroit où l'on peut être seul.

            Si je pouvais prendre tes problèmes,
            Je les jetterais à la mer.
            Mais je me rends compte que toutes ces choses
            sont impossibles pour moi.

            Je ne peux pas construire une montagne,
            Ni prendre un arc-en-ciel lumineux.
            Mais laisse-moi juste être ce que je sais faire le mieux,
            Un ami toujours présent.
            
            Auteur inconnu


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 00:13

 

 

Fais à autrui ce que tu voudrais que l'on te fasse.

Prends du temps pour penser à cette loi et puis qu'elle guide tes actes.

Au fur et à mesure que tu la mets en pratique, tu verras que tout égoïsme et souci pour toi-même disparaîtront, et ton amour pour tes compagnons humains prendra la première place.

C'est lorsque tu penses et vis pour les autres que tu trouves la vraie liberté et le vrai bonheur.

Lorsque tu es dans cet état de conscience élevé, tout peut arriver,car la vie peut couler librement sans aucune obstruction.

Refuse de voir l'obstruction ; ne vois que des occasions ! Lorsque tu te trompes, remets-toi dans le bon chemin, et apprends à travers toute chose.

Il existe une réponse à chaque problème ; cherche jusqu'à ce que tu l'aies trouvée.

Tu n'as jamais besoin de chercher en vain, car si tu cherches chaque réponse avec diligence, tu la trouveras sûrement.

Mais souviens-toi, n'attends jamais que tout te tombe tout cuit dans la bouche si tu ne joues pas ton rôle et si tu ne fais pas ce qui doit être fait.

 

E. C.

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 00:02

 

 

 

 

 

 

Le vol des outardes

Outarde_1
Vous êtes-vous déjà demandé,

en regardant les grands migrateurs au printemps, pourquoi les outardes adoptent toujours une formation en "V" ? Des savants ont découvert que les battements d'ailes des oiseaux "soulèvent" l'air, facilitant ainsi le vol des oiseaux qui les suivent.

La formation en "V" permet aux outardes de voler 71% plus loin qu'un oiseau volant seul.
Les gens qui avancent ensemble dans la même direction atteignent l`objectif plus rapidement et plus facilement car ils s`appuient les uns sur les autres.

Lorsqu`une outarde quitte la formation, elle ressent immédiatement la résistance de l`air et doit fournir un effort plus grand.
Faisons équipe avec ceux qui visent le même objectif que nous.

Quand l`outarde qui mène est fatiguée, elle rentre dans le rang et une autre prend sa place. Les résultats sont meilleurs lorsque chacun s`acquitte à tour de rôle, des tâches les plus difficiles.

Les outardes cacardent pour encourager celles qui les mènent.
Ceux qui nous mènent ont eux aussi besoin d`encouragement.

Lorsqu`une outarde malade ou blessée quitte la formation, deux autres la suivent pour l`aider et l`encourager, jusqu`à ce qu`elle soit rétablie.
Puis, elles reprennent l`air seules ou avec une autre formation pour rejoindre leur groupe.
Imitons la sagesse de l`outarde et serrons-nous les coudes.

 

 


 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 00:10

 

 

 

 

Devant les bois, les blés, j'étais béat benêt :
Je lisais ce qui ne se lit pas :
Les nuages, les vents, les rochers, les ébats
De la lune dans les bois.

Et le ciel avec son grand étang courbé
Où le soleil tout le jour accroît son caillou
Onde par onde, et le déferlement changeant
Des nuages disposaient de moi.

Les arbres tournaient lentement en moi
Leurs pages tantôt  bruyantes, tantôt muettes,
Tantôt épaisses et jaunies, les saisons
Me donnaient des leçons.


Armand Robin (1912-1961)

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 13:36

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


   Marie-Luce....

 


 

 Pour elle on offrirait tout ce que l'on peut,
même si cela peut paraître peu,
les poèmes les plus romantiques,
ne serait pas assez magnifiques ...

 

 On aimerait offrir les plus beaux cadeaux,
la poésie qui décrit notre coeur,
et qu'on aimerait qu'elle n'ait que bonheur,
sous ce jour si beau ...

 

 Les roses parfumées,
sont là pour l'émerveillée,
les fleurs si belles,
sont là pour montrer qu'elle est celle,
qui est dans notre coeur,
et qu'elle est notre bonheur ...


Un bonheur si merveilleux,
qu'on est les deux heureux,
sous ces poèmes d'amour,
et ces fleurs qui sont là pour toujours ...


 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Anniversaire
commenter cet article
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 18:17

 

 

 


   


 

 

 
Seigneur, me voici devant toi, ce soir,
à la fin d'une autre année.
Prends ce que j'ai fait de bon et donne lui vie.
Quant à ce que j'ai fait de mal,
fa
is couler sur lui ta miséricorde

Sur ma famille et mes ami(e)s
à qui j'ai pu faire de la peine,
dépose le grand manteau de tendresse.

Sur les personnes, que j'ai jugées,
hélas ! étends l'ombre de ta paix.

À celles qui m'ont donné leur sourire,
prodigue la douceur de ton esprit.

Que ton amour soit avec nous tous en
cette journée que tu nous donnes encore!

Et, qu'au cœur de notre sommeil,
ce soir, ta lumière nous illumine.
Amen !
À la fin de cette année"

 

 

 Jules Beaulac


 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 19:45

 

 

 

 

Si j'étais...

Si j’étais Héra,
Déesse du mariage,
Je marierais Arès,
Dieux de la guerre,
Avec la belle Athéna,
Déesse de la sagesse,
Qui calmerait sa haine et sa colère,
Et l’éloignerait ainsi de Perséphone,
Reine de l’enfer.
Si j’étais Hestia,
Déesse du foyer,
Je ferais appel à Hélios,
Dieux du soleil,
Pour qu’il le fasse briller,
Et pas quand été.
Si j’étais vraiment Aphrodite,
Déesse de l’amour,
Je demanderai à Asclépios,
Dieux de la médecine,
Un remède contre le chagrin d’amour.
Mais je ne suis que Virginie,
Avec mes pleurs et mes rires,
Et de Neptune à Jupiter,
Dieux des mers et du ciel,
Je cherche toujours l’apollon,
Qui fera battre mon cœur !
 

 

 

Aphrodite

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 18:15

 

 

 

 

 

A vous mon internaute

 (un Monsieur écrit........)

 

 

A vous mon inconnue, perdue dans le dédale,
de ce net étranger.
Je cherche dans le flou des ondes infernales,
à vous imaginer.

 

Votre présence est là, sur mon écran, fixée,
en écrits amicaux.
Je vous lis, mais ce n’est que des lettres figées,
qui ne me disent mot.

 

Vous avez le talent, votre prose est très belle,
et lire vos poèmes,
incite que mon âme file comme l’hirondelle.
Je crois… Que je vous aime.

 

De notre communion au sein de l’écriture,
pour une même foi ;
Unis par une même et belle littérature ;
Heureux comme des rois,

 nous sommes devenus des êtres virtuels
des ombres anormales.
Des esprits décharnés, voyageurs irréels,
d’un monde sidéral.

 Agréez mes octets affectueux et sincères ;
A vous belle inconnue
qui voguez sur les ondes en messages éphémères,
bien au-delà des nues.

 

Informatiquement votre

 

  

 

Tolliac1

 

 Réponse de l'internaute  (sourire)  :

 


 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Top
commenter cet article
6 janvier 2007 6 06 /01 /janvier /2007 19:33

 

 

 

 

 

 

 

Autrefois, les poètes écrivaient à la plume,
Sur du papier de soie, éclairés par la lune.
Aujourd'hui, c'est à l'aide d'un ordinateur
Qu'ils transforment en données les soupirs de leur cœur.
Si la technologie a changé la façon
Dont, tout autour de la terre, nous nous exprimons,
L'être humain a gardé depuis des millénaires
La même façon d'aimer, les mêmes désirs de plaire.
La nature éternelle jamais ne cessera
De couler dans nos veines, toujours elle survivra.
Et malgré les progrès que connaîtra la science,
Rien, jamais, ne vaudra la volupté des sens. 
Aucune machine au monde ne peut rendre un baiser
Aussi bien, aussi fort qu'une personne aimée.
Car l'amour ne peut venir que par notre cœur 
Et non par le clavier d'un ordinateur.

Sophie


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
5 janvier 2007 5 05 /01 /janvier /2007 18:20


 

 

 

T oi l’heure, Fille du temps
Mère des siècles et des ans
Tu ris à les voir grandir
Moi je pleure de les voir vieillir
Patrice Collange

 

 

E ssence de l'existence, essence du mouvement
Le temps est comme l'air que l'on respire
Rien ne pourrait le faire revenir
Autrement que par de simples souvenirs
Marcel Grenon

 


L a nuit referme ses portes
l'horloge rend compte
au temps de toutes les heures
qu'on lui a confiées
j'écoute mon coeur
battre au centre de ma chair
Paule-Andrée Lecompte

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents