Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 19:35

 

 

 

Histoire sans paroles !
Histoire sans paroles !
Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 07:36

 

 

 

La taille a de l'importance...
La taille a de l'importance...
Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 11:01
Le facteur s’appelle Lulu.

Je suis la fille du facteur, comme dans la chanson de Montand.  C’était écrit.

Pourtant, dans un premier temps, il semblait écrit que je devais naître à Honolulu, comme fille d’un citoyen américain et de maman. Mais les voies de la Providence sont impénétrables. Maman a épousé celui qui lui apportait chaque jour les lettres postées aux États-Unis !

L’homme des postes a toujours été important. On l’attendait pour ses mandats. Ou pour un magazine. Ou pour tuer un lapin, ouvrir une boîte de conserve récalcitrante, changer une ampoule, goûter la Quetsch fraîchement sortie de l’alambic. Et voilà que sa compassion spontanée devient cahier de charges.

Le facteur démuni de lettres pour cause d’usage intensif de SMS et de courriels a une fonction nouvelle : « aide à la personne chez les anciens ». Le facteur ou la factrice. L’employé au képi (devenu l’employé au casque tant il se déplace sur sa poste-mob) est prié de voir Marie-Jeanne ou Ernest pour vérifier si les volets sont ouverts, si une voix répond à son coup de sonnette et si une main se met dans la sienne pour le « bonjour du jour ».

Suivra un entretien sur le thème de la santé où on énumérera les viscères comme dans la chanson « et l’colon, et les reins, et le foie, et la tête, alouette, alouette ». La séance se terminera par une évocation de souvenirs, un égrènement de griefs contre l’arthrose, le chien du voisin et le vent de la veille.

Et puis ? Et puis le facteur (ou la factrice) enverra un SMS à Bertrand, fils de Marie-Jeanne : « Elle va bien, vous pouvez continuer votre voyage autour de monde » ou à Ludivine, fille d’Ernest : « Il est égal à lui-même. Il vous a fait des confitures, je les ai mises au courrier par colis. Je sais que vous n’avez pas le temps de vous déplacer ».

Papi et Mamema sont de bons créneaux !

C’est fou ce que les vieux sont l’objet de sollicitudes ! Les bacheliers en parlent même devant leur lycée : « Je pourrai toujours m’occuper de personnes âgées, c’est un bon créneau ». Et voilà Papi et Mamema devenus des « créneaux » !

Maxime a investi dans un minibus pour emmener « des aînés » au mont Sainte-Odile, aux cochonnailles, au Kaffee-Kuchen en Forêt-Noire, au concert des Kastelruther Spatzen ou chez l’acupuncteur. Célia a une micro-entreprise et fait « coiffure à domicile pour séniors » avec la certitude de vendre un max de shampoings colorants et de toupets. Harald est arroseur ! Les Heinzelmännchen ne sont pas morts. On pourrait même dire « Les Heinzelmännchen » s’appellent Lulu. Le facteur aussi.

Quoi ? Vous ne connaissez pas les Lulus ? Les Lulus sont des fournisseurs d’aide à la personne, ils proposent leurs services dans les kiosques « Lulu dans ma rue ». Tu as un problème, tu vas chez un Lulu qui te débarrasse de ce souci, c’est magique.

Les Lulus repassent pour vous, promènent votre chien, font une marche nordique avec vous, cueillent vos haricots pour soulager votre dos, bref il y a quelqu’un qui est prêt à vivre les parts noires de votre vie.

À quand les Lulus qui auront mal aux dents à votre place, qui iront se faire enlever l’appendice ou les calculs biliaires à votre place ? Quel est ce monde où il faut vivre la vie des autres pour exister ?

Mamema est heureuse avec ses Lulus. Elle se sent DRH d’une multinationale : « Aujourd’hui, je vais faire le salaire de Louise, de Riton, de Sonia et de Hubert ».

Hubert, c’est mon taxi. Le taxi Hubert.

 

La chasse aux maris est ouverte.

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi....
mais toutes les deux... alsaciennes  ...

Le facteur s’appelle Lulu.
Repost 0
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 11:36

 

 

 

La petite plante.

 

Un jour le Grand Jardinier me confia
Une plante d’une qualité très rare, et très belle ;
« Je reviendrai la chercher », dit-il en souriant ;
« Soigne-la bien, en la gardant pour moi. »
J’en ai pris soin, et la plante a grandi,
Elle a donné une fleur aux couleurs rayonnantes,
Belle et fraîche, comme l’aurore au printemps.
Mon âme était radieuse, mon bonheur sans égal
De toutes mes fleurs, elle était la plus glorieuse,
Son parfum, son aspect étaient merveilleux ;
J’aurais voulu la garder, tant mon cœur s’y était attaché
Pourtant, je savais qu’Il reviendrait la chercher.
Et voici, Il est venu un jour me demander
La jolie plante qu’Il m’avait prêtée…
Je tremblais ! Mais c’est vrai qu’Il m’avait dit
Qu’un jour Il reviendrait pour me la réclamer.
« C’est parfait », dit-Il en respirant son parfum
Alors, en se penchant, Il a parlé doucement  :
« Si elle reste dans ce sol, elle va perdre sa splendeur,
Je veux la transplanter dans mon jardin Là-haut. »
Avec tendresse, Il la prit et s’envola
Pour la planter Là-haut où les fleurs ne se fanent pas.
Et un jour futur, dans ce Jardin de Gloire,
Je la retrouverai épanouie, et elle sera mienne.


Auteur inconnu

 

 

 

La petite plante.
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 12:01
L’été des jambes.


Toute l’année les jambes sont coincées sur des chaises de bureau ou condamnées à une position debout derrière des comptoirs de vente, voire devant des groupes avides de suivre des cours pour connaître les grandes dates de l’histoire de France, les posologies médicamenteuses, les rouages économiques et les recettes des desserts sans cuisson.

Toute l’année ? Non ! En été, les jambes pédalent sur des vélos, foulent les sentiers des GR, nagent dans les piscines du monde et du jardin de la maison, dansent dans les clubs, les discothèques, les campings et lors de fêtes de villages, de barbecues et de ces concerts d’été où on exhibe des gloires passées pour faire vibrer la foule avec des refrains nostalgiques.
Le slow de l’année…
L’été sera comme toujours l’été de toutes les danses. On attend le slow de l’année aussi sûrement qu’on attend le Tour de France. Le slow, ce rythme du rapprochement entre des gens qui ne se connaissent pas forcément mais qui après trois minutes de Whiter Shade of Pale échangeront leurs points sur Macron, la disparition des koalas et la présence de la tige de ciboulette sur tous les plats du resto. Après trois minutes de Imagine , Kevin va nouer une relation amoureuse avec Cindy et trois mois après, son village perdu dans les Vosges échappera à la consanguinité grâce à son mariage avec cette fille venue de la Corrèze. Après trois minutes de Le plus beau de tous les tangos du monde avec Jules Berger, médecin veuf de Bergerac, mamie Doris pourra habiter avec ce Jules car à cet âge-là, on n’a pas le temps de réfléchir. Le petit-fils pourra occuper l’appartement de mamie Doris – gratuitement - et l’état économisera les allocations-logement.

Le slow peut changer la face du monde comme il a changé le profil de Lili. L’abus de slow a, en effet, arrondi le ventre de Lili. Le slow, c’est patin couffin. On te roule un patin et t’as un mouflet dans le couffin.

En piste ! D’abord pour ce slow où les mains peuvent se balader sans risquer les tribunaux, les hauts cris des féministes et sans avoir à répondre aux invectives du papa de la fille et cette question classique : « Alors, ma fille, vous l’épouserez quand ? » En piste aussi pour la fameuse danse aux rythmes endiablés, style latino, dans la lignée des Macarenas, des Lambadas et autres salsas. Pratiquons ces danses qui tiennent des danses rituelles faites pour appeler la pluie. Oui, pour faire tomber une petite ondée sur son carré de laitues ou sur ses pieds de cornichons, il faut « schluudere » le bassin.
Que du bon pour la santé
Votre coach sportif vous parlera du gainage inhérent à la danse rapide, des calories à brûler et du « cardio » qui maintiendra votre palpitant au top. Bref que du bon pour la santé si vous n’abusez pas de mojitos et de cacahuètes grillées.

À vos cavaliers, à vos cavalières ! Attention cependant aux phéromones ! Ils sont exacerbés en été. Il y a des fois le tango, ce n’est pas un pas en avant, deux pas en arrière, c’est cinquante pas en arrière !

Mon plus beau souvenir à moi ? J’ai dansé ce slow mythique du film Titanic sur un bateau de croisière mais tout le monde est rentré sain et sauf !

 

 

La chasse aux maris est ouverte.

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi....
mais toutes les deux... alsaciennes  ...

 

L’été des jambes.
Repost 0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 10:30

 

 

 

Adieu Marie-Paule...ma chère soeur

 

Adios Querida Luna - Jean François Michael

 

Adios querida luna, quelque chose a changé
Adios querida luna, adieu, adieu la lune
Adios querida luna, une page est tournée
Adios querida luna, adieu adieu la lune

Ils sont arrivés un soir
Ces hommes étranges vêtus de blanc
Ils portaient tous nos espoirs,
Quel grand événement.
Mais ceux qui n'ont qu'un clair de lune
Et des rêves pour fortune
Pensent qu'on a volé leur lune

 

 

 

A Tolède un vieil homme chantait ce refrain sur sa guitare
Bien avant que l'homme ne mette le pied sur la lune


Il disait bientôt les poètes et les amoureux
Perdront un de leur bien les plus précieux
La lune ne leur appartiendra plus tout à fait
Un jour là bas il y aura un drapeau
Il avait raison
Et j’aimerais dédier cette chanson
à ce vieil espagnol et à sa grande sagesse

 

1970

 

 

Jean François Michael
né le 16 avril 1946

Adios Querida Luna - Jean François Michael

 

Adiós mi querida hermana Marie Paule

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 11:32

 

Descends un court instant du ciel et serre-moi dans tes bras !

Bonne fête, maman !!!

 

« Tu es la maman la plus belle du monde ». OK, mais c’est une chanson que chantent les petits, ceux qui n’ont pas encore feuilleté de magazines pour comparer. Pour les autres c’est : « Oh maman, tu devrais arrêter de garder les cheveux longs, ce n’est plus de ton âge ! ». « Oh maman, tu ne devrais pas porter de jupes, tes jambes ne sont pas montrables ! »

Il paraîtrait même qu’il y a des rejetons outrecuidants qui offrent des bons bizarres à leur maman : « Bon pour une épilation de la moustache », « Bon pour dix séances d’amincissement », « Bon pour une réduction mammaire ». L’amour, surtout l’amour filial, n’est plus aveugle. Il a même chaussé des lunettes à verres grossissants.

Vous allez me dire c’est mieux que de se voir offrir des barbecues, planchas, pierrades, services à fondue ou autre crêpières, ces achats groupés qui poseront chaque semaine à votre table la totalité de vos descendants avides d’ingurgiter des viandes et des poissons grillés que vous serez sommées d’accompagner d’une dizaine de crudités maison et de sauces à réaliser dans cette cook-machine que la famille au complet vous a offerte pour vos 40 ou vos 50 ans.

«À quelle sauce vais-je être mangée ?»

Il y a des cadeaux comme des bracelets électroniques : à cause d’eux, non seulement on ne vous lâche plus mais vous avez toutes les corvées pénitentiaires à effectuer selon un cahier de charges hyper-bien rempli. Il y aurait de la sueur d’angoisse sur le front des mamans dans la perspective de la journée de demain, voilà une chose qui ne m’étonnerait guère. De la sueur et cette question : « A quelle sauce vais-je être mangée ? »

C’est étrange, ces angoisses liées à des jours qui devraient être des jours de fête et de bonheur total.

Les gazettes ne manqueront pas de nous rappeler la tristesse de toutes ces mamans qui font de l’origami et de la gymnastique douce dans des maisons de retraite pour mieux pallier le manque. Confucius dit : « Le ciel leur assèche les muqueuses, mais il leur assèche aussi le canal lacrymal pour leur éviter de se déshydrater à force de larmes ». Pour la fête des mères, les « gosses » devenus adultes seront là. On déversera sur les genoux des aïeules des trucs nés d’un inventaire à la Prévert : des fleurs, des chocolats, des collants en laine, des pantoufles anti-dérapantes, des lingettes fraîcheur et des notices notariales : « Les avantages de la donation faite du vivant du donateur ».

Le jour des gouttes biologiques salées

Demain, c’est la fête des mères. Jour des gouttes biologiques salées. Jour de sueur. Exsudation de la peur des mères d’être le sujet de vénérations dictées par le seul calendrier. Jour de larmes. Ces larmes qui coulent quand on entend encore dans sa tête cette phrase terrible : « T’es plus ma mère ». Je fais partie de ces mères enterrées vivantes. Pourtant je tousse encore, il y a même un chien qui a enfoncé ses dents dans mon « cadavre ».

Demain, c’est la fête des mères. Je mangerai de la tête de veau. Ce sera la Madeleine de Proust qui me rappellera une autre Madeleine. Ma Maman. Il arrive un temps où l’amour n’a plus d’autre organe pour s’exprimer que l’estomac.

 

La chasse aux maris est ouverte.

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi....
mais toutes les deux... alsaciennes  ...

 

Bonne fête, maman !!!

 

 

 

Repost 0
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 10:50

 

Opus est un groupe autrichien de stadium-rock
et rock FM formé en 1973 à Graz.
Le groupe est surtout connu pour avoir chanté
la célèbre chanson Live Is Life.

    Herwig Rüdisser (chant) né le  8 novembre 1956 .
•    Ewald Pfleger (guitare) né le  6 Mai 1955
•    Kurt-Rene Plisnier (clavier) né en 1957
•    Günter Grasmuck (batterie)
: né le 21 juillet 1957

 Live Is Life  -  Opus


When we all get the power
Quand on donne tout pour le pouvoir
We all give the best
On donne tous le meilleur de nous même
Every minute of an hour
Chaque minute d'une heure
Don't think about the rest
Ne pensez pas au reste
And you all get the power
Et vous aurez tous le pouvoir
You all get the best
Vous aurez tout ce qu'il y a de meilleur
And everyone gives everything
Quand tout le monde a tout ce qu'il veut
And every song... everybody sings
Et toutes les chansons... que tout le monde chante

Et quand on ressent tous le pouvoir
La vie, c'est la vie,
Viens, lève-toi et danse
La vie, c'est la vie,
Quand les sentiments des gens
La vie, c'est la vie,
Ce sont les sentiments des meilleurs

--..--

Et tu appelles quand c'est fini
Tu cries que c'est le meilleur
Chaque minute du futur
Est un souvenir du meilleur
Parce que tous nous avons tout donné pour le pouvoir
Nous avons tous fait de notre mieux
Et tout le monde a tout donné
Et toutes les chansons... Que tout le monde chante
Life is life !  La vie c'est la vie !

 

1984

 Live Is Life  -  Opus
Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 15:26

 

 

 

Do you mug me ?

 

« Ich hab nicht alle Tassen im Schrank, aber ich habe viele Tassen im Schrank », c’est une de ces phrases intraduisibles qui disent que j’ai une douce folie et que j’ai beaucoup de tasses dans mes armoires.

L’histoire des tasses dans la tradition de ces cadeaux qui entretiennent l’amitié ne date pas d’hier. Du temps de mes parents, on offrait aux communiants et aux confirmants des « tasses à moka » aux décors oscillant entre les personnages baroques des porcelaines de Saxe, les couleurs blanches de la porcelaine de Limoges et les lignes dorées de la porcelaine de Bohème. Ces tasses ne servaient à rien si ce n’est à garnir une étagère de ces « vitrines » familiales posées dans la salle à manger et dans lesquelles on entassait les trophées aussi étranges que les épis en cristal, les poupées folkloriques, les calculs biliaires de mémé et les queues de cheval coupées aux filles de 14 ans !

Pense-bête
Les tasses à moka qui ne contenaient jamais de café ne sont qu’un exemple de ces contenants ne contenant jamais rien qui envahissaient nos maisons.

La saga de ces tasses n’est pas terminée même si on les a baptisées « mug » pour noyer le poisson. Les mugs sont légion, ils s’offrent tous azimuts mais rarement dans le but premier de fournir aux bénéficiaires de ce don un récipient pour sa boisson chaude préférée. Au contraire, le mug doit être un pense-bête : « N’oublie pas quelle radio tu dois écouter ! », « N’oublie pas que j’étais en voyage à New York ! », « N’oublie pas de faire un don pour la SPA ! »… Et je ne vous parle pas des mugs psychologiques, ceux qui sont censés définir votre personnalité. Il y a ceux qui vous flattent : « Tu es la meilleure maman », « tu es la reine du Baeckeoffe ». Il y a ceux qui sont censés vous faire rire à vos propres dépens et portent l’illustration d’un pèse-personne dont le VU-mètre est en zone rouge, d’un alcootest dont la couleur rappelle celle des épinards, d’un quidam coiffé d’un entonnoir.
Le Mug vous dira tout haut ce que les autres pensent tout bas. Il vous donnera une forte envie de casser de la céramique, ce qui vous permettrait d’entrer dans l’histoire tout comme le vandale qui a cassé le vase de Soissons.
Alors, à la manière de Marcel Duchamp, on dévie l’objet de sa finalité première. Le mug se fait porte-stylos, garde-brosses à dents, diffuseur d’huiles essentiels, coffre-fort pour petites doses de safran en poudre, musée pour blancs d’œuf qu’on n’utilisera jamais, réserve à trombones, collecteur de pipi matinal pour le labo.

Un t-shirt, c’est mieux
Mamema dit : « Ce serait mieux s’ils avaient un couvercle ». Ce serait surtout mieux qu’on offre des T-shirts à la place des mugs. Tant pis s’ils ont les mêmes inscriptions et les mêmes illustrations. Un t-shirt, c’est mieux !
Car un mug, on ne peut pas l’utiliser comme pyjama…

 

 

La chasse aux maris est ouverte.

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi....
mais toutes les deux... alsaciennes  ..

 
Do you mug me ?
Repost 0
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 11:23

 

 

 

Tout petit....le bonheur !

 

Se lever d'un bon pied
Malgré les nuages et la brume
Se lever d'un bon pied
Malgré les querelles, sans rancune,
Avec pour première pensée
De répandre la joie chez ceux qu'on aime
Avec pour première pensée
D'éclairer la chambrée par un "je t'aime".
Et encore, autour de soi,
Une poignée de main ;
Et encore, autour de soi,
Une poignée de grains
D'où grandit l'amour
Et le cercle d'amis ;
D'où grandit l'amour
Et le sourire de la vie.
Le bonheur du jour
Le bonheur, c'est tout petit....

Le bonheur du jour !

 

Tout petit....le bonheur !
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents