Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 11:19

 

 

 

 

 

 

Pour une fois l’Eurovision fait le buzz.

L’Eurovision, c’est cette espèce de compétition de chansons ringardes où, depuis l’implosion du bloc de l’Est, la kyrielle des nouvelles républiques affichent une solidarité quasi fraternelle en s’auto-congratulant à coup de notes mirobolantes attribuées aux seuls pays frères. Le spectacle se déroule sur fond de bluettes ioulées par des voix clonées sur celle de Céline Dion, celle qui a chanté juste avant le naufrage du Titanic.

L’Eurovision ? Un congrès européen de la coiffure !

 L’Eurovision est un Titanic. Elle sombre dans un show pathétique où se roucoulent des chansons qui, à défaut de nous faire vibrer, nous font frémir. On assiste à un défilé de stars déchues qui cherchent un nouveau départ (comme le fit Patricia Kaas en 2009) et de « premiers prix » issus de ces émissions de recrutement labellisées « Nouvelles Stars ». Cela ressemble plus à un congrès européen de la coiffure qu’à un concours de performance vocale et de créativité musicale. C’est la fête au look.

 Vous connaissez le look « Wurst » ? Vous ne pouvez pas l’ignorer. Vous n’avez pas pu échapper à toutes les photos de Conchita transfigurée par sa gloire !

 J’adore Conchita Wurst. Voilà un garçon qui a fait la Une des journaux du monde entier simplement par l’utilisation d’un travestissement, alors que les travaux de scientifiques qui œuvrent des années durant dans leur labo pour lutter contre les maladies invalidantes ou létales ou pour améliorer notre vie ne dépassent pas les pages de revues hyperspécialisées qui ne tirent même pas à 20 000 exemplaires.

 Et pourtant les Autrichiens du Tyrol qui montent sur une scène dans un costume décalé et rigolo, ça ne manque pas et ça n’a jamais manqué. Ou trouvez-vous normal de voir les groupes austro-germano-tyroliens s’exhiber en Speckhose (culottes courtes en cuir), Kniestrümpfe (chaussettes) et bardés d’Edelweiss ?

Conchita remue les bons chrétiens

Quelle histoire que cette Wurst-Geschichte tombée pile entre les problèmes du « genre » à l’école et cette « Journée de la jupe » qui a viré en émeute à Nantes ! Curieux ce tollé surdimensionné contre les hommes en jupe alors que personne ne s’est jamais élevé contre le look « garçonne » des filles si ce n’est quelque contemporain coincé du bulbe de George Sand. Conchita bewegt die Welt. Elle remue les bons chrétiens qui oublient que, il fut un temps, on castrait les garçons en pleine mue pour leur garantir à jamais la voix fluette des filles et donner une couleur de chœur angélique aux psaumes.

 Elle fait tomber en syncope Christine Boutin, égérie autoproclamée des Indignés qui, depuis peu, a fait du malaise vagal la base de sa nouvelle carrière dans les médias.

 Et, the last but not the least, Conchita Wurst a ébranlé les fondations de l’Europe. En effet, au lendemain de la victoire du barbu en stilettos, Poutine a lancé un oukase. Vladimir, frappé lui aussi du syndrome du relooking, lui qui n’arrête pas de redessiner les cartes à publier dans les livres de géographie, celui-là même veut donc annexer l’Eurovision comme il a annexé l’Ukraine. La prochaine Eurovision sera donc panslave et consanguine.

000000aaaaa.jpg Mamema ne comprend pas ce cirque. Elle dit « Mon cousin Arsène était habillé en femme pendant 54 ans pour le Herreowe de Mulhouse. Et le fils de ma copine Ida, Jean Marie Arrus, fait rire des salles entières habillé en femme de ménage et personne n’a jamais rien dit ». Oui, Mamema. Mais il y a tout de même quelque chose d’important à faire remarquer : cet Arsène et ce Jean Marie, ce sont des Haut-Rhinois. Jamais un Bas-Rhinois ne ferait une chose pareille !

 

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi.... 
mais toutes les deux... alsaciennes  ....

 

 

 

Thomas Neuwirth, dit Tom Neuwirth, né le 6 novembre 1988 à Gmunden, est un chanteur autrichien, connu sous le nom de scène Conchita Wurst pour son personnage de drag queen barbue1,2. C'est au travers de ce personnage qu'il a représenté l'Autriche au concours Eurovision de la chanson 2014 avec la chanson Rise Like a Phoenix et l'a emporté devant les Pays-Bas et la Suède.

 

 

Repost 0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 10:49

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un père emmène son petit garçon au musée du Louvre. Dans la salle des antiquités égyptiennes, l'enfant, planté devant une une momie demande : 

- Pourquoi devant la momie, il y a une plaque avec écrit dessus  :

 

3300 AV JC

 

 

Et le père se gratte la tête, lève les yeux au ciel, à la recherche d'une improbable réponse. Puis, un éclair de génie l'illumine et il fait à son gamin :

 - Ce doit sûrement être le numéro d'immatriculation de la voiture qui l'a écrasé...

 


signature 1

 connu ....mais pas grave

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 11:38

 

 

 

 

 

 

L’institut Karolinska de Stockholm l’a prouvé : nos cellules sont en perpétuelle mutation. On ne les a que deux semaines dans la peau, 4 mois dans le sang, 500 jours dans le foie.
Je prends ce tremplin scientifique pour vous faire comprendre qu’il est aussi tout à fait normal que nous ayons des revirements fréquents au niveau de nos goûts et de nos quêtes.
Nous vivons de temps à autre de grandes mutations mentales et c’est bien ainsi car comme le dit l’adage : « Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ».
Néanmoins je ne jetterai pas la pierre à ces presque quinquagénaires qui fouillent encore les boîtes de chocolat soluble ou les œufs en chocolat à la recherche de personnages microscopiques avant de faire tourner les voitures à format réduit sur une piste de Monza en plastique moulé.
Je ne me moquerai pas des sexagénaires et plus qui ont encore le poster de Johnny dans leur chambre et leur Malagutti dans un coin de garage.
Le temps qui passe, ça fait peur
C’est le syndrome de la Madeleine de Proust. On a ces objets posés comme des cales en bois sous les roues du temps qui passe.  Le temps qui passe. ça fait peur ! Bashung se posait cette question : « C’est comment qu’on freine ? »
Ralentir ! « Langsam dummle ! » dirait Mamema.
Alors, êtes-vous prêts pour le slow ? C’est ma nouvelle philosophie.
Je ne veux plus perdre le temps devant des feuilletons aux actrices si « comme il faut » qu’elles peuvent poser pour la promo d’un jambon, d’un parfum ou d’un produit pour nettoyer les vitres après avoir résolu un crime, sauvé un camping ou fini leur autopsie dans l’épisode 431 de la 123e saison de leur série.
Je ne veux plus passer 45 minutes devant un polar où j’ai deviné le coupable après 1,42 minute tellement c’est toujours celui qui pleure le plus fort la victime qui l’a tuée.
Je ne veux plus m’abîmer les dents et l’estomac à bouffer du pop-corn dans des salles de cinéma afin d’avoir au moins un souvenir durable d’un film, même si c’est celui d’un malaise gastrique.
Je pratique le slow film, un film sans ces drames qui nous nouent l’estomac à tout jamais, sans ces scènes d’horreur qui pourraient nous mener à l’infarctus, sans une problématique qui nous croquerait les neurones.
Bref, le slow film est un film zen qui nous maintient des heures durant dans un état contemplatif. Il permet cette béatitude qui nous envahit à la vue des beautés de la nature.
Trois heures pour parcourir les Alpes suisses. Neuf heures dans les golfes nordiques. 26 heures sur un bateau de croisière à aller au gré des vagues sans avoir de vague à l’âme.

J’ai regardé les poissons rouges pendant quatre heures
La Slow TV arrive de Norvège où un quart de la population a suivi pendant plus de 7 heures le périple du train reliant Bergen à Oslo à travers des paysages époustouflants.
Plus d’un million de spectateurs ont contemplé douze heures durant un feu de bois sur leur petit écran.
Mamema dit : « Moi j’ai regardé des poissons rouges pendant quatre heures ». OK mais Mamema était devant un aquarium.
000000aaaaa.jpgLe monde n’est pas encore prêt pour la contemplation directe car comme dit Confucius : « Si le bois qui brûle est au programme d’une émission de télé, tu n’as pas à le scier, tu n’as pas à le stocker et tu n’as pas à chercher des bûches dans la cave pour l’entretenir »

 

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi.... 
mais toutes les deux... alsaciennes  .... 

Repost 0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 18:15

 

 

   
 
 


 
 

La punition de l'homme,
c'est de posséder
le souvenir.

Yves Thériault

     

 

Il faut se souvenir aussi
de celui qui oublie
où mène le chemin.

 Héraclite Ephèse

  
 
 

Le souvenir des bienfaits
reçus est fragile,
comparé à l'ingratitude.

 Leonard de Vinci


 

 


Dieu a donné une soeur
au souvenir et
il l'a appelée espérance.

 Michel-Ange



 



Se souvenir,
c'est s'écorcher.

 Françoise Giroud

 


 

Rien n'imprime
si vivement quelque chose
à notre souvenance
que le désir de l'oublier.

 Montaigne


 

Le souvenir,
c'est l
a présence invisible.

 Victor Hugo




 

Les rêves sont
de la vie
sans souvenir.

  Henry de Montherlant




Souvenir.
Ce qui reste
après le geste.

  Jacques Godbout



L'eau transparente
de ton souvenir caressait
les sauges mouillées
et les mousses.

  Robert Goffin



Le souvenir
est poésie,
et la poésie
n'est autre
que souvenir.

  Giovanni Pascoli




 

Ne plus se souvenir,
c'est peut-être ça,
vieillir.

  Jean-Marie Poirier

 



 

Comme le souvenir
est voisin du remords !

  Victor Hugo

 


Le souvenir est l'art
de se rappeler le passé
comme si il avait
toujours été rose
en oubliant les blessures,
le temps du bonheur.


Repost 0
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 18:49

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Non, le mois de mai n’est pas un mois si différent dans notre Alsace chérie. Si parmi les autres mois il n’y en a qu’un qui a droit d’être utilisé dans un mot composé pour donner le Oktowertee (tisane d’octobre), le mois de mai nourrit largement les lignes de notre dialectionnaire avec sa Maiküür (balade printanière), ses Maiziwele (oignons blancs), ses Maikaaffer (hannetons), sa Maiandacht (soirée chapelet), sans oublier son Maje, cet arbre fiché dans la cheminée des jeunes filles au mois de mai pour rendre hommage à leur beauté. Et je ne vais pas omettre les Maiprozessione (les processions et cortèges). À vos godasses ! 

   Sur les pas de Gandhi, de Mao, ou de son curé 

Les miennes sont prêtes. Ce sont des modèles « sur coussin d’air avec soupape d’évacuation de la sueur des pieds et avec renfort arrière anti-ampoule ». Ce mois sera rude pour les petons ! Marcher au mois de mai prend des proportions philosophiques. Il ne s’agit pas seulement de poser un pied devant l’autre sur les routes et les sentiers ! Il s’agit de savoir pourquoi on marche et de faire savoir pourquoi on marche. Marcher au mois de mai, c’est suivre les pas de Gandhi, de Mao, de Martin Luther King ou tout simplement de son curé. C’est qu’on marche pour tout : pour la paix, pour la justice ou pour demander la bénédiction de Dieu sur les plantations de maïs (ce qui n’exclut pas que les paysans fassent des cortèges dans la rue pour avoir de bons prix pour le maïs que Dieu n’aura pas omis de faire pousser en masse suite aux prières des paroissiens lors des processions des rogations).

  Je marche. Marcher est devenu un acte qui nourrit mon « ça », mon « moi » et mon « surmoi ». Mon « ça » se réjouit de voir les poumons gonfler, la cellulite fondre et le cœur battre enfin en rythme régulier après les mois d’apnées systématiques devant les épisodes de DR House, d’ Esprits Criminels et du Bergdoktor. Mon « moi » est satisfait de renouer avec la nature. Et mon « surmoi », c’est mon âme qui exulte sur les chemins parcourus de fleurs des processions mariales. « C’est le moi de Marie, c’est le mois le plus beau » !

  000000aaaaa.jpgNe me retenez pas. Je marche. Je ne marche pas seulement pour moi. Je marche pour les autres. Je prête mes pieds à de nobles fins. Aujourd’hui samedi je participe à la marche contre l’obésité. Je me demande d’ailleurs s’il faut un poids maximal si on veut y participer. Et sinon ? Ben dimanche je fais une marche gourmande au profit des pompiers. C’est contradictoire de marcher contre l’obésité et de marcher pour s’empiffrer. Lili dit « En même temps, s’il n’y avait plus d’obèses ils ne pourraient pas faire de marche contre l’obésité ». Mamema dit « Avant, je hurlais aussi dans la rue pour qu’on s’occupe mieux de mes oignons, maintenant, à l’âge que j’ai et avec les pieds que j’ai c’est le podologue qui s’occupe de mes oignons »

 

 

 

Huguette Dreikaus ? non ....ce n'est pas moi.... mais toutes les deux... alsaciennes  ....

 

Repost 0
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 12:42

 

 

 


 

 

Muguet charmant
troublant, enivrant

Printemps de mes vingt ans...

 

Doux souvenirs
De ces après-midis
Passées dans les forêts
À cueillir ces blancs bouquets...

 

Les nuages légers défilaient
Au loin se profilaient
Les grandes vacances
Et l'été enchanteur...

 

Le soir lentement descendait
Nous rentrions éblouis
Ces fleurs parfumant la nuit
Faisant trembler nos coeurs...

 

Ghislaine du Teilleul - Niedernai
l'Écho d'Alsace


 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans @ Alsace
commenter cet article
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 06:00

 

 

 

  55555

 

 

Dort pratiquement 20 h par jour.

On lui prépare sa nourriture, il mange quand il veut

Ses repas lui sont fournis gratuitement.

Il a une visite médicale une fois par an et aussi souvent que nécessaire.

Cela ne lui en coûte rien, on ne lui demande rien.

Il vit dans un joli quartier, dans une maison bien plus grande que ses besoins, mais il n'a pas à l'entretenir.

Il ne verse pas un centime pour l'entretien ou les frais de la maison.

S'il fait des cochonneries, quelqu'un d'autre nettoie pour lui.

Il a le choix de multiples endroits magnifiques pour dormir.

Il vit comme un Roi, sans aucune dépense de quoi que ce soit.

Tous ces coûts sont assures par ceux qui travaillent durement et vont gagner leur vie jour après jour

 Je pensais à tout ça, et subitement cela m'a frappé comme un coup violent…Je crois ........ que mon chien est un immigré.....et moi également... !

 

signature 1

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 11:13

 

 

 

 

  « Quentin, tu te présentes pour un job dans un restaurant, joue-moi la scène. » Tout passe par les saynètes. Le coach est formel : « Tu vois, gamin, tu te mets en situation pour un truc, tu répètes le truc encore et encore et tu vas déchirer à l’entretien. Crois-moi, à force d’être dans un rôle, il se réalise dans la vie normale ».

  Bel axiome mais ce que proclame le coach n’est que l’expression tonitruante de la grande foi qu’il a en ses billevesées. Je peux vous le jurer : j’ai longtemps et souvent joué au docteur, je ne suis pas devenue docteur. Mes connaissances en anatomie n’ont jamais dépassé les viscères et les muscles des lapins et des poulets que j’ai vidés et émincés pour subvenir à mes besoins en protéines.

  Vous avez joué à la marchande à la maternelle ? Maintenant votre fille le fera à 16 ans avec son formateur aux techniques de vente et aux discours à asséner au client au sujet des produits à écouler. Elle sera filmée comme pour un court-métrage. Elle sera jugée comme aux Oscars. 

« La voilà sur la bonne voie pour devenir commerciale en assurances », direz-vous à la voisine. Perdu ! Elle se sera tellement prise au jeu qu’eĺlle vous le dira avec toute la fermeté affirmative enseignée par son coach : “Je vais faire intermittente du spectacle. J’ai monté un one-woman-show qui s’appelle Des radis dans ton Caddie, l’histoire hilarante d’une vendeuse de légumes en supérette”.

Pour cette génération, tout est jeu 

Le one man show sur fond de CAP a le vent en poupe : Raymond et son camion, Le cuistot est louche , Lola vous fait la raie au milieu , Les vis et la vertu.

  Ce n’est pas tout. Les psychanalysés sommés par leur psy de jouer leurs névroses présenteront des : Ma névrose n’est pas morose , Je suis schizo je vous fais mon duo.

  Je vous le dis : il n’y aura pas assez de scènes pour accueillir tous ces nouveaux talents. 

Nous avions déjà les Je viens d’la banlieue défavorisée avec le Jamel Comedy Club. On a donc maintenant les Apprentiscénes en Ile-de-France. Se sont profilés les « Ados Show » ou se jouent des sketchs sur le thème J’suis djeun et j’te keun pour permettre aux boutonneux d’évacuer leurs complexes. C’est la Kev Adams attitude.

  000000aaaaa.jpg C’est la génération pour qui tout est jeu. Ils jouent leurs journées devant des jeux vidéo. Leur avenir se joue désormais sur les scènes d’un théâtre. Comme dit Mamema, Diss isch doch alles numme Kaschperle.

  Ou comme dirait Confucius : « Vous avez raison, Mamema, la vie n’est pas le théâtre de Guignol mais tant qu’il y aura des marionnettes il y aura du boulot pour ceux qui adorent tirer les ficelles ».

 

 

Huguette Dreikaus ? non ....ce n'est pas moi.... 
mais toutes les deux... alsaciennes  ....

Repost 0
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 12:00

 

 

 

La persévérance est la mère des succès.

Adrien Destailleur

   
 
 

 

Un travail constant vient à bout de tout.

  Virgile  
 

Ce n'est pas la force, mais la persévérance, qui fait les grandes œuvres.

  Samuel Johnson 

     
 

La conscience est une plante exotique qu'on doit cultiver avec soin et persévérance.

Elisabeth Bagréef-Spéranski

 
 

Persévérance vaut mieux qu'adresse.

  Duc de Lévis 


  Le succès naît de la persévérance.

La pire chose dans le péché est la persévérance.

  Fernando de Rojas 


 

La force est un géant qui a trois bras : Le courage, la persévérance et la patience.

  Laurent-Pierre de Jussieu 


La persévérance est le don le plus désirable que nous puissions espérer en cette vie.

  Saint François de Sales 


En suivant le fleuve, on parvient à la mer.

  Plaute 


 

 

Autant que le devoir d'ouverture, existe le devoir de persévérance avec soi-même.

  Pascal Bruckner 


 

À force de persévérance, on creuse la pierre.

Alphonse Karr 


Poule qui se lasse de couver, ses petits ne pourront éclore."

  Laurent-Pierre de Jussieu 

 


 
     En persévérant on arrive à tout.
 Théocrite


De notre courage et de notre persévérance dépendent notre sort.

  Anatole France



Le mérite résulte de la persévérance.

  Paul Valéry 


 

 

L'union est le terme de l'amour où il n'a plus rien à produire que la persévérance de ses actes.

  Henri Lacordaire




Un mensonge impudent, soutenu avec persévérance, est de merveilleux effet.

Thomas Jefferson



La persévérance est nécessaire, pour ne point se rebuter, mais pour aller jusqu'au bout.

  Laurent-Pierre de Jussieu 

 

 

Les grands ouvrages font exécutés, non par la force, mais par la persévérance.

  Samuel Johnson 

 



Tout ce qui est compliqué devient avec persévérance aisé.

Maxalexis 


 

La persévérance
est une force.

  Victor Hugo


 


La plupart des hommes, pour arriver à leurs fins, sont plus capables d'un grand effort que d'une longue persévérance.

 La Bruyère


 

L'invincible persévérance ne s'étonne de rien.

  Christine de Suède 


 

La grâce de la persévérance est la plus importante de toutes : elle couronne
toutes les grâces.

  Saint Vincent de Paul

   

Avoir du talent, c'est comprendre que l'on peut faire mieux, et avoir les moyens intellectuels de réaliser la perfection que l'on rêve. ...........



----

Les vrais artistes ne se rebutent pas ; c'est cette persévérance qui constitue la pierre de touche du style.

  Antoine Albalat 

 


 

 

Il n'est point d'obstacle dont ne triomphe une audace persévérante.

Pétrone 


 
 L’erreur est humaine. Persévérer est diabolique. 



 La vie de famille
requiert une force, une persévérance, un oubli de soi dont le bonheur de ses membres
est le fruit.  

 
 Pris la main dans le sac, le gentilhomme se suicide, un bourgeois démissionne, un politicien nie, un aventurier persévère.
Vladimir Volkoff   


  Si la cause est bonne, c’est de la persévérance. Si la cause est mauvaise, c’est de l’obstination. 
 Laurence Sterne 


 Face à la roche, le ruisseau l’emporte toujours, non pas par la force mais
par la persévérance. 

 H. Jackson Brown


 L'homme supérieur est celui qui reste toujours fidèle à l'espérance ; ne point persévérer
est d'un lâche. 

 Euripide 


 Que le poète obscur persévère dans son obscurité, s'il veut trouver la lumière. 
 Jean Paulhan 



  Le désir est l'essence même de l'homme, c'est à dire l'effort par lequel l'homme s'efforce
de persévérer
dans son être. 

Baruch Spinoza

 Persévérance. Humble vertu qui permet aux médiocres de parvenir à un succès peu glorieux. 
 Ambrose Bierce

 

Repost 0
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 12:48

 

 


 

Nous n’aurons jamais fini de parler de chocolat ! Même les élus européens doivent se pencher sur le chocolat et son huile de palme. Les femmes «fashion» s’en tartinent sur tous les atomes de leur minceur, car le chocolat fait maigrir si son usage est externe. Le médecin vous met le doigt sur les lignes « glycémie » et « triglycérides » de votre prise de sang alors que votre psy vous le recommande fortement pour pallier le départ de l’homme qui a dit vous aimer pour la vie et qui n’est pourtant pas mort en vous quittant. Autant vous dire qu’un monde sans chocolat, c’est un monde sans cette pratique religieuse rituelle qui consiste à offrir du chocolat pour commémorer les événements marquants de la vie du Christ : sa naissance et sa résurrection.

  Les lapins de Pâques et autres poules ou œufs en chocolat ont fait leur apparition dans les vitrines des chocolatiers. Ils sont moulés en version noire ou « au lait », des critères exigés par les consommateurs selon leur appartenance à l’une ou à l’autre des écoles philosophiques d’amateurs de cette douceur venue des Aztèques.

  Ah, le chocolat et ses contenants. Je me souviens avec bonheur de ces chocolats en forme de bouteille regorgeant d’un demi millilitre de liqueurs diverses. Dans ma famille, nos anniversaires, Noël et Pâques étaient l’occasion d’un cérémonial immuable : l’échange massif de «Mon Chéri», ces petits chocolats à la cerise et au kirsch qui sont à l’art chocolatier ce que les cadeaux Bonux sont à la sculpture classique. Surtout, ne croyez pas que je médise du chocolat et que je nie son implication culturelle. Que nenni !! J’ai appris à aimer la Bible à travers les images Suchard, les chansons françaises avec les images Poulain, la Petite France pour y avoir humé les effluves de cacao des Chocolateries Schaal... Et je ne vais pas omettre de proclamer haut et fort que si j’ai aimé l’école, c’est que d’y aller me permettait de manger à 10h un quart de Süübrot dans lequel maman avait glissé un «chocolat-rippel»!!

  J’aime le chocolat. Mais il y a des étapes dans la façon de le manger. Il y a l’âge de l’avidité et l’âge de raison, ce moment où les prises de sang nous condamnent à limiter son absorption. Ne craignez pas ce moment-là. C’est le moment où vous pourrez le savourer sans oublier d’en poser quelques carrés sur la table de nuit. Comme dit mon docteur : «Le cœur a besoin de ce sucre-là pour ne pas s’arrêter de battre». 

000000aaaaa.jpg«Osterspaziergang» est un des poèmes de Goethe que j’affectionne particulièrement, et je dirai, en utilisant sa formule «Essen ist menschlich, zu Ostern, sei ein Mensch, du darfst es sein...» : manger est un acte humain, à Pâques, sois un humain comme les autres et mange.

 

 

 

Huguette Dreikaus ? non ....ce n'est pas moi.... 
mais toutes les deux... alsaciennes  ....

Repost 0

Texte Libre

deytsc

Articles Récents