Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 16:00

 

 

La chasse aux degrés !

Ce début janvier nous surprend. Rien n’a été prévu. Il y avait déjà dans la presse et à la radio les messages pour nous emmener acheter des serviettes-éponges au kilo, des draps de bains qui nous feraient poser nos fesses dénudées sur les héros de Star Wars ou des draps « Hello Kitty » , le botox nocturne des ménagères de plus de 50 ans.

Il y avait déjà dans les vitrines les galettes des rois et sur les pages de Google leurs recettes si diverses qu’on en trouve pour toutes les castes de la gastronomie, même des galettes sans gluten ou des galettes à la frangipane de carottes.

Tout était planifié. Le coup d’envoi de cette chorégraphie textilo-pâtissière devait être donné par la baguette du Maestro veillant à la bonne exécution du Radetzky-Marsch résonnant dans le monde entier le 1er janvier à midi.

Et voilà que le thermomètre veut nous montrer sa toute-puissance. Il repousse son mercure jusqu’à moins 10, voire plus. À la une des bulletins d’information parlés, écrits ou télévisés, il y a surenchère. On lit et on entend des chiffres négatifs atteignant le chiffre d’alcool du Sidi Brahim ou de cet apéritif anisé qui a donné son nom à un circuit automobile.

La température de la météo n’est pas forcément la température ressentie

Et voilà que tout change ! À la maison, le grand-père ne se lamente pas, comme à son habitude, sur les nouvelles hausses prévues de cette EDF qui est devenue Engie. Non, le grand-père, à la vue des températures proches de celles de la Sibérie, évoque encore et encore ses années de soldat en Russie. Il se revoit dans un uniforme blanc posé dans une tranchée une-place , essuyant des tirs d’obus et concluant : « J’ai eu chaud »… Comme quoi, la température de la météo n’est pas forcément la température ressentie. Je l’ai remarqué moi aussi quand je me suis retrouvée en sueur dans les rues où le thermomètre marquait – 8. Le virus de la grippe est plus fort que les flux d’air froid.

À la boulangerie où Maria vend les vieux Stolle et les vieux bretzels du nouvel an broyés en chapelure pour enrober les cordons-bleus et pour faire des marikknepfle, on entend la Jeanne faire la météo des pieds : « Min Krànau macht Weh ». Plus fort que toutes les stations météo, le cor au pied de la Jeanne annonce le temps à venir.

Lucienne reprend ce qu’elle a entendu à la radio : « On attend – 18 ». Diantre ! Comment ose-t-on dire cela ? On attend un enfant, on attend le Messie, on attend une prime, on attend son chéri mais on n’attend pas – 15 ! Ces températures-là, on ne les attend pas. On les subit.

Paul, venu chercher son pain-spécial-diabétique, donne une recette pour lutter contre le froid : « Moi, je mets du papier journal sur la poitrine, toute l’épaisseur du journal ». Hopla ! Paul se promène avec les reportages sur la grippe aviaire, les résultats des votes à l’Eurométropole et les annonces mortuaires sur son cœur. Maria raconte qu’elle met de la graisse d’oie chaude sur ses seins pour protéger ses poumons.

Qui aura le remède idéal ?

Nous sommes à présent noyés dans les conseils. Qui aura le remède idéal ? C’est parti, je vous les livre pêle-mêle. Marche en groupe : ceux qui marchent au bord du groupe réchauffent ceux qui sont au milieu et à trois, on change la disposition du groupe. On appelle cela la Marche des pingouins. Sinon : marchez derrière une personne de forte corpulence qui vous servira de coupe froid (si quelqu’un marche derrière, vous faites une visite chez une diététicienne).

Vous pouvez aussi profiter des 26 °C des magasins et faire du lèche-étalage au lieu de faire du lèche-vitrines.

Pardon ? Si les températures négatives ont changé ma vie ? Oui ! Je marche à pied. Je fréquente le commerce de proximité. Je limite les achats. Je bois l’eau du robinet méprisant les six-packs de magnums d’eau minérale. Je n’ai pas de voiture. Enfin… je n’arrive plus à la sortir du garage et de la cour. Le froid a paralysé l’ouverture automatique des portails.

 

 

La chasse aux maris est ouverte.

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi....
mais toutes les deux... alsaciennes  ..

La chasse aux degrés !
Repost 0
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 16:08

 

 

Gardez votre santé.

 

Pour rester en bonne santé,
on nous dit  qu'il faut manger
 5 légumes et 5 fruits par jour.
   
Je suis allé voir mon banquier,
il est au top du top.

Il m'a dit :
Vos  comptes, c'est la fin des haricots.
L'oseille n'a plus la cote.
Vos placements ont fait chou blanc.
Dans quelques  jours,
 vous n'aurez plus un radis.
Il ne vous reste plus qu'à prendre un avocat.
 
Je lui ai répondu :

Si je comprends bien,
je n'ai plus de poire pour la soif,
plus de cerise sur le gâteau.
Mes économies sont mi-figue, mi-raisin,
en plus je ne peux pas ramener ma fraise.
Toutes ces années de labeur,
pour des prunes.

 

 

Gardez votre santé.
Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 11:38
Au petit Lucas qui attend sa maman à l'accueil.

À ceux qui ont encore oublié leur jeton de chariot. A ceux qui arrivent à la fermeture, mais  "promis" n'en ont que pour une seconde. À ceux qui veulent juste faire de la monnaie pour le photomaton. A ceux qui ont pensé à la liste de courses mais pas au stylo pour barrer au fur et à mesure. À ceux qui écoutent les pastèques en les tapotant pour savoir si elles sont mûres. A ceux qui passent 4 fois dans l'allée où il y a une dégustation de fromage. A ceux qui soupèsent les gels douche pour être sûrs de ne pas en prendre un moins rempli. A ceux qui traînent au rayon frais l'été. À ceux qui ne se souviennent plus de leur code de carte bleue et qui paniquent de voir les autres clients attendre. À ceux qui essaient d'insérer l'antivol dans leur propre chariot. A toi qui as fait tomber un pack de yaourts par terre et qui es parti en courant. A ceux qui se sont promis 100 fois de ne plus faire leurs courses le samedi et qui  recommencent.  A ceux qui savent pourtant bien qu'il ne faut pas faire les courses quand on a faim. A ceux qui ont oublié ce qu'ils devaient acheter en arrivant dans le magasin. À ceux qui ont honte de traverser les rayons avec un paquet de papier toilette sous le bras. A ceux qui piquent des cerises et qui ne savent pas quoi faire du noyau.  A ceux qui sentent les shampoings d l'aloe vera, alors que ça sent toujours l'aloe vera. A ceux qui ne se souviennent plus où ils sont garés sur le parking.

 
Nous vous souhaitons une bonne année 2017.

Intermarché - DNA 03 01 2017

 

 

Au petit Lucas qui attend sa maman à l'accueil.
Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 10:06

 

 

la meilleure solution....
la meilleure solution....
Repost 0
Published by Simone - dans Top
commenter cet article
28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 10:10

 

 

Recette pour rendre une femme heureuse ...
Pour rendre une femme heureuse,
      
il me semble que ce n'est pas compliqué,
      
il vous suffit d'être :

        1. ami
        2. compagnon
        3. amant
        4. frère
        5. père
        6. maître
        7. éducateur
        8. cuisinier
        9. charpentier
        10. plombier
        11. mécanicien
        12. décorateur
        13. styliste
        14. sexologue
        15. gynécologue - obstétricien
        16. psychologue
        18. psychiatre
        19. thérapeute
        20. audacieux
        21. organisateur
        22. bon père
        23. très propre
        24. sympathique
        25. athlétique
        26. doux
        27. attentionné
        28. galant
        29. intelligent
        30. drôle
        31. créatif
        32. tendre
        33. fort
        34. compréhensif
        35. tolérant
        36. prudent
        37. ambitieux
        38. capable
        39. courageux
        40. déterminé
        41. fiable
        42. respectueux
        43. passionné

    Sans oublier de :

        44. faire souvent des compliments
        45. adorer le shopping
        46. ne pas faire des histoires
        47. être très riche
        48. ne pas la stresser
        49. ne pas regarder les autres filles

    Et en même temps il faut aussi :

        50.
        faire très attention à elle,
        sans pour autant être jaloux

        51.
       bien s'entendre avec sa famille,
       mais tout en lui accordant toujours
       autant de temps pour elle

        52.
       lui donner de l'espace, tout en se montrant
       soucieux de là ou elle va


    Il est très important de ne jamais oublier :

       53 anniversaire
       54 fiançaille
       55  mariage

    Malheureusement, même en observant scrupuleusement ces règles, son bonheur n'est pas garanti puisqu'elle pourrait se sentir submergée par une vie d'une étouffante perfection.

 

Recette pour rendre une femme heureuse ...
Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
25 décembre 2016 7 25 /12 /décembre /2016 07:07

 

 

Ferme la jalousie !

 

Nous sommes dans l’ère des « co ». On cohabite, on fait du covoiturage, on pratique la colocation. Dans les clubs libertins ça « co-pule ».

Kevin, ton amoureux, partage sa chambre de célibataire géographique avec Ines. Il fait les 400 kilomètres qui le séparent de toi le dimanche soir et ceux qui le ramènent chez toi le vendredi avec Natacha. Il a des étreintes très « hot » avec des dames Lambda dans les clubs de popo-troc. Mais ne sois pas jalouse. C’est toi qu’il aime. Tu es la seule dans son cœur. Son repère c’est toi. Arrête de lui faire des scènes !

Nous vivons dans l’époque du partage. Vélo-partage. Auto-partage. Fringues-partage. Femme-partage. Homme-partage. La possessivité n’est plus de mise. Elle est une forme de régression sociale.
« C’est à moi qu’il apporte le linge sale »
La jalousie est une pathologie voire une forme de délinquance qui s’attaque à la liberté fondamentale de l’autre de disposer de lui-même. En amour l’essentiel est de partager avec Kevin ce qu’il ne partage pas avec d’autres. Comme dit Lili : « Kevin ? C’est moi qu’il aime. C’est à moi qu’il apporte le linge sale ». Le nouveau principe de fidélité : « Plusieurs lits mais juste une machine à laver et un fer à repasser ».

Nombreux sont les co-mamans et les co-papas. Il faut s’habituer à serrer son enfant dans ses bras selon un emploi du temps défini par les juges. Les dimanches ont changé. Le Seigneur reste seul dans son tabernacle. « Dimanche prochain je fais une marche gourmande et dimanche d’après je le passerai avec ma petite Joyce. »

Fini le temps des messes et du pot-au-feu pris en famille. La course à travers les vignes à la recherche du Flammekueche a remplacé le pot-au-feu. La famille se restreint au tête-à-tête avec les enfants du divorce.

Et si c’était un jour où la jalousie pointe son nez ? Malgré les mots apaisants du psy : « L’enfant vous aime. Il vit chez sa maman mais il vous aime ».

Marche gourmande, garde des enfants, marche...

La vie d’Albert, c’est un dimanche de marche gourmande suivi d’un dimanche avec Joyce suivi d’un dimanche de marche gourmande et plein de jours avec le smartphone et ces milliers de SMS « Tu m’aimes ? Tu penses à moi ? » Mots dictés par la peur d’être moins aimé que « l’autre ».

La jalousie n’est pas un store qui protège des tourments. Et des questions. Alors ? Alors on cherche des réponses sur l’écran du smartphone.

Le smartphone ! Il est à la jalousie ce que le pistil de la fleur est à l’abeille. C’est là qu’elle se nourrit. Facebook fournit autant de détails qu’un détective privé. « Il a mis une photo où il danse enlacé avec Lucy ! Le salaud ! Et à moi il a dit qu’il avait une soirée poker avec ses potes ». « Je ne supporte pas qu’elle like tous les posts de Raphaël. Ce Raphaël ne publie que des inepties. Je vais crever ce Raphaël mais d’abord je vais lui demander de me donner son téléphone. Je veux voir les messages ».
Le temps des duels n’est pas mort. La jalousie arme Caïn contre Abel. Quentin contre Louise. L’adage dit : « La jalousie coule dans les veines ». Il vaut donc mieux être jaloux que de souffrir d’anémie.

 

La chasse aux maris est ouverte.

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi....
mais toutes les deux... alsaciennes  ..

Ferme la jalousie !
Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 07:10
Histoire sans paroles !
Histoire sans paroles !
Histoire sans paroles !
Repost 0
Published by - dans Noël
commenter cet article
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 16:27
C'est Noël - Paul et Paul


C'est Nowel car il neige dans ma tête
Partout, partout les flocons sont réunis
C'est Nowel et pour pas que tu t'embêtes
Voici pour toi ce joli rubis

À ménuit nous irons à la messe de ménuit
Pour prier jésus notre seul n'ami
Et après nous irons chez mon oncle René
Y paraît qui fait du maudit bon pâté

C'est Nowel car il neige dans mon coeur
Les flocons grondent de bonheur
Les sapins entonnent les clameurs
Car dans la crèche ronronne le sauveur


Et après pour digérer le réveillon
Dans le boggey nous te blottirons
Comme un boeuf dans la crèche du divin poupon
Je soufflerai à travers ton manchon

-Solo-

C'est Nowel car il neige sur ma foi
Oui je crois qu'il mourira en croix
C'est Nowel et j'espère qu'à ménuit
Oh ma chérie, je serai ton seul messie
Oui ma chérie, je serai ton seul messie

 

Noël Denuy et son frère Janvier
(Canada)

 

C'est Noël - Paul et Paul
Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 16:38

 

 

 

Noël à l’envers ! On en fera vite la fête à Neuneu !

Et voilà le saint Nicolas interdit d’école ! Pour y faire entrer quel produit de remplacement ? La laïcité ne sera jamais la méthadone de la foi. Enlevez aux jeunes la religion ici et ils la chercheront ailleurs. Sous d’autres latitudes ou dans d’autres philosophies. Les nouvelles religions ne manquent pas : la religion de la maigritude, la religion des véganes, la religion de la fitness. « Habeam corpus », j’ai un corps. Le reste importe peu.

« Noël pour moi ? C’est l’anagramme de Léon », se gausse Lydia qui cherche le nirvana sur les chemins de l’Ardèche en se délectant de thé indien.

Et voilà que des voix s’élèvent : « Oui mais je pratique Noël ! ». Pratiquer Noël, c’est quoi ? Aller au Chrischeles ? Faire des Bredle ? Décorer le sapin ? Dans les jardins, le soir, s’allument les leds des biches de Noël, des nains de Noël, des ours de Noël, des Barbies géantes de Noël. C’est la fête à Neuneu. Il y a même le manège de Noël, la barbe à papa de Noël, la crêpe de Noël. Sans oublier le chapeau de Noël qui clignote. Tout cela sans la foi n’est rien. Noël n’est pas une fête foraine même si elle est la fête des forains.

Chaque ville se découvre une légitimité historique

Ne me dites pas : « L’Alsace est le pays de Noël ! » C’est un titre créé par les offices de tourisme. C’est une auto-proclamation. Et voilà que chaque ville se découvre une légitimité historique. J’ai assisté à l’inauguration du marché de Noël où la voix vibrante du tribun a annoncé avec émotion : « Nous serons à jamais la capitale mondiale de la crèche. Un historien a trouvé un document de 1420 citant la présence d’une crèche de Noël dans notre ville ». OK et si on trouvait l’écrit attestant le premier cas de peste en 1143, Haguenau serait la capitale mondiale de la peste ?

Qui eût cru qu’un jour les documents d’archives serviraient à légitimer la vente de vin chaud, de pains d’épices mais aussi de Flammkueche sur baguette et de pommes d’amour ? Sélestat capitale du sapin, où l’historien local a brandi le parchemin du XVIe siècle, garant d’authenticité. Ou Wissembourg qui agite le document sur la vie de Hans von Trotta, le fameux Hans Trapp, originaire de l’Outre-Forêt. Ou Strasbourg qui détient les archives des Bredle nés dans cette ville au XVIe siècle. On n’attend plus que la lettre de Bietlenheim près de Brumath à la préfecture pour avoir le droit de s’appeler Bethléem.

Le paradoxe des bouleversements, c’est que tous ces adeptes de la laïcité s’en prennent indirectement aux symboles païens que j’ai cités. Pour ramener les choses à leur vérité première. Jésus est né à Bethléem. À Bethléem il y a des palmiers. Oh Palmenbaum, oh Palmenbaum. On y cuisinait à l’huile d’olive, il n’y a donc rien qui légitime le beurre des Bredle. Il n’y a pas de vaches à Bethléem, il y a des chèvres. Essayez de faire des Bredle avec du beurre de chèvre. Oh vache !

J’aime le kitsch de Noël. Le kitsch m’émeut. J’ai été élevée dans le kitsch des épis en cristal, des poupées folkloriques et des soupières en biscuit au couvercle surmonté de rose. Pour le vrai sens de la nativité, je lis les Écritures saintes, pas les alsatiques. Au fait, pourquoi le village de Biblisheim ne demanderait-il pas à devenir la capitale de la Bible ?

 

La chasse aux maris est ouverte.

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi....
mais toutes les deux... alsaciennes  ..

Noël à l’envers ! On en fera vite la fête à Neuneu !
Repost 0
8 décembre 2016 4 08 /12 /décembre /2016 11:23
Seul à Noël !
Seul à Noël !
Seul à Noël !
Seul à Noël !
Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents