Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 01:05

 

 

présumer :  Supposer.

Synonymes :  augurer, conjecturer, penser, préjuger, présager,
pressentir
, prévoir, soupçonner, supposer, surestimer.

 

 

 

 

 

Une maitresse d'école demande à ses élèves de faire une phrase dans laquelle il y a l'expression "je présume"
Une petite fille dit : Hier, Maman lavait la vaisselle à la main, je présume que le lave-vaisselle était en panne.
- Très bien, dit la maitresse.
Un autre dit : - Ce matin, papa est sorti du garage avec la volkswagen, je présume que la BMW ne voulait pas démarrer.
- Bravo !
Un p'tit gars au fond de la classe lève la main . - Hier, j' ai vu grand-père sortir de la maison et se diriger vers le bois avec le journal sous le bras, je présume que ...
- Je t'arrête, dit la maitresse parce que là, tu ne savais pas du tout ce que ton grand-père allait faire. Et tu ne peux rien présumer .
- Maitresse, laissez-moi terminer ma phrase, dit le petit gars.
- Très bien, vas-y, dit-elle.
- Donc, comme je viens de vous le dire, j'ai vu mon grand-père sortir de la maison et se diriger vers le bois avec le journal sous son bras. Je présume qu'il allait faire ses besoins  car il ne sait pas lire !

 

  3d403702

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 01:07

 

 

 

 

  Il y a deux genres : le genre masculin et le genre féminin. Le soleil est du genre masculin, la lune est du genre féminin. Si la lune est du genre féminin est-ce pour montrer qu’une femme, tel cet astre, ne peut briller que grâce à un soleil du genre masculin qui l’éclaire ? 

L’Allemagne serait alors féministe puisque dans la langue germanique c’est la soleil (die Sonne) qui fait profiter le lune (der Mond) de son côté brillant. Faut-il laisser un pays aux mains des Walkyries, ces amazones qui telles les abeilles avilissent l’homme et gomment les attributs de la virilité ? Vous le constaterez : Il ne faut souvent pas plus qu’un exemple de grammaire pour lancer une polémique. Surtout à l’école. Le prof – et j’en suis encore, même si je figure dans la catégorie des retraités – le prof donc est celui par qui le scandale arrive. Dans mon bon lycée, avec pignon sur la très minérale place du Château, un élève avait porté plainte contre Charles, mon collègue d’allemand en ces termes : “Mon prof d’allemand commence tous ces exemples de phrases au conditionnel par ‘Wenn ich reich wäre’ (si j’étais riche) comme s’il voulait exhorter les élèves à ne viser qu’un avenir de nanti qui, selon lui serait la seule possibilité de bonheur. Par là même il marque aussi son mépris pour les non-possédants en sous-entendant qu’aucun pauvre ne peut avoir une existence intéressante”.
     Laissez les profs faire leur métier ! 

Il y a toujours des associations de parents d’élèves qui suivent de telles mises en accusation. Et les voilà de nouveau au créneau pour la guerre des genres. Une guerre high-tech, une guerre avec, à la base, un téléphone androïde en accès illimité, car cette guerre contre l’école se prépare maintenant comme un flash mob. Avec des SMS et des annonces via les réseaux sociaux. Ma mère sur Facebook et sur Twitter. Sur les claviers Azerty des portables, les mots peuvent être gonflés à souhait. L’écran est “Word-proof”, il ne s’autodétruit pas sous les inepties engendrées par des peurs médiévales. En effet, derrière les queues du dragon du Nouvel An chinois on profile Satan via le Zuckerberg Net. Et la foule briefée en 140 signes s’amasse devant les écoles et hurle : “Vade retro le sexe à l’école !” On imagine le pire dans les maternelles. Là où dans sa maison un grand cerf regarde par la fenêtre, on s’imagine voir les petits contraints de jouer les 50 nuances de Grey pour arriver à comprendre qu’une fille peut être maçon et qu’un garçon peut devenir femme de ménage. Où est le délit ? Ce n’est pas pour leur apprendre qu’un métier n’est pas lié au sexe qu’on va leur imposer des auto-attouchements. 

   Laissez les profs faire leur métier ! 

L’école n’est pas le lieu de toutes les perversions. Les parents le croient. J’ai eu en 1978 une lettre d’un parent d’élève qui disait “Mon fils ne fera ni religion, ni éducation sexuelle, ni alsacien”, bref il ne sera initié à rien de ce qui pourrait toucher sa vie, voire son âme. Et il faut croire que les autorités sont tout aussi frileuses à inscrire de tels cours sur les programmes. Les cours de religion sont facultatifs et limités à la seule Alsace-Moselle. Les cours d’alsacien sont à l’origine de crêpages de chignon terribles entre ceux qui disent “il faut apprendre l’alsacien, la langue fait partie de notre patrimoine” et ceux qui disent “il n’y a qu’à apprendre l’allemand, c’est plus rentable dans la vie”. Les cours d’éducation sexuelle ont été intégrés (ou plutôt dissous ?) dans les cours de biologie. Or, quand un garçon de 3e écrit au sujet de la contraception : “Le stérilet se pose au bout de la verge”, on se rend compte qu’une initiation éviterait bien des accidents gynécologiques.

000000aaaaa.jpgMamema dit “Les Allemands ont le troisième genre : le das”. Il est vrai que “das Kind”, “das Mädchen” marquent bien que ces êtres sont à considérer en dehors de toute sexualité. De la même façon “das Kalb” (le veau) est un animal non sexué qui échappera au Stier (le taureau) mais hélas il n’échappera pas au couteau d’un boucher.

 

 

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi.... 
mais toutes les deux... alsaciennes  ....

Repost 0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 14:18

 

 

Tu sais que le temps a une manière d’aller très vite ... sans que tu ne t’aperçoives des années qui passent.  Il semble qu’hier j’étais encore jeune, nouvellement mariée et je m’aventurais dans ma nouvelle vie avec mon conjoint.
Aujourd’hui, je me questionne : Où sont passées toutes ces années ?
Je sais que je les ai toutes vécues selon mes espérances et mes rêves, de la façon où elles étaient à l’époque. Mais il est ici, l’hiver de ma vie qui m’a rattrapé par surprise. Comment en suis-je arrivée là, si vite ?
Où sont passées toutes ces années et où s’est envolée ma jeunesse ?

 
Je me rappelle bien d’avoir vu des personnes âgées pendant toutes ces années et qu’elles avaient toutes beaucoup d’avance sur moi, que mon hiver était encore bien loin et que je ne pouvais pas deviner ou imaginer ce qu’il pouvait bien être ! Mais, il est là : mes amies sont des retraitées qui grisonnent … elles se déplacent plus lentement et je vois des personnes encore plus âgées.


Quelques-unes sont en bonne forme, d’autres moins que moi … mais je vois de grands changements : Leur âge est plus apparent et je suis l’antédiluvienne que j’avais l’habitude d’observer et que je ne pensais pas devenir ! Maintenant, je réalise que de seulement prendre une douche est devenu difficile ! Et de faire une sieste n’est plus un luxe … mais une nécessité !
Car si je ne le fais pas volontairement, le fait de juste m’asseoir ... je m’endors ! C’est bien maintenant que j’entre dans cette nouvelle saison de ma vie sans être préparée aux malaises, ni aux souffrances, ni à la perte des forces, ni au manque de dextérité et de ne plus faire les choses que je désirais. Au moins, je sais que l’hiver de ma vie est arrivé.
Je ne sais pas de combien sera sa durée, mais une chose est certaine lorsqu’il sera terminé, une nouvelle aventure va commencer !


Oui, j’ai des regrets ... pour certaines choses que je n’aurais pas dû faire
et certaines que j’aurais dû m’efforcer d’accomplir, par contre il y a plusieurs choses que je suis fière d’avoir faite, ça fait partie de mon vécu.
Si tu n’es pas encore dans ton hiver...laisse-moi te rappeler que le temps passe plus vite que tu ne le penses.
Alors, s’il y a des choses que tu désires accomplir durant ta vie, s’il te plaît, fais-les vite. Ne les remets pas à plus tard, la vie est si courte !
Fais ce que tu peux aujourd’hui, car tu ne peux t’assurer si la fin de ton hiver est lointain ou pour demain.

 
Malheureusement, tu n’as aucune promesse qui ne te dise si tu verras toutes les saisons de ta vie. Alors vis pour aujourd’hui et réalise toutes les choses dont tu rêves pour ceux que tu aimes afin qu’ils se souviennent … espérer  qu’ils t’apprécient et t’aiment pour tout ce que tu as fait pour eux durant toutes les années passées.
Si la vie est un cadeau pour toi, la manière de la vivre sera un cadeau pour ceux qui te succèderont. Rends-la fantastique ! Vis-la bien ! Amuses-toi aujourd’hui ! Fais quelque chose de plaisant ! Sois heureux ! Aies une belle journée ! Rappelles-toi : ‘’ La vraie richesse c’est la santé et non pas des pièces d’or ou d’argent ’’ Ainsi, vis ta vie à fond dans les jours qui viennent ...  

Pour terminer, sache qu'aujourd’hui c’est le moment le plus âgé que tu aies atteint ; alors jouis de cette journée le temps qu’elle durera.  Sortir fait du bien, mais revenir à la maison c’est mieux !
Tu oublies des noms, ce n’est pas grave, car certains autres ont même oublié qu’ils te connaissaient ! Tu réalises que tu n’es plus bon à accomplir quelque chose … Les choses que tu aimais faire, ne t’intéressent  plus ? Tu dors mieux dans une chaise longue avec la télévision allumée, que dans ton lit ? Cela s’appelle un « présommeil » Tu as tendance à utiliser des mots débutants par un « Q » : Quoi ? Quand ? Quel ? Qui ?


Tu te plains que les imprimeurs utilisent d’aussi petits caractères dans leurs publications ? Les villes et les villages sont éloignés et les coins de rues sont plus loin. Les trottoirs semblent plus hauts.
Maintenant que tu as les moyens d’avoir des bijoux dispendieux, il n’est pas sécurisant de les porter partout. Ce qui t’apparaissait comme des taches de rousseur sont devenu des points bruns … Tout le monde chuchote maintenant. Dans ta garde-robe, tu as des vêtements de trois grandeurs dont deux que tu ... ne porteras plus jamais !

 
Mais le qualificatif « Vieux » est bon dans certains cas : « Vieux films » « Vieilles chansons » et le meilleur de tous, « Vieux amis » ! Surtout, soit un bon « Vieux frère »

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 19:25

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une locomotive à vapeur bavarde avec une locomotive électrique :

- Dites-moi chère amie...
Comment avez-vous arrêtez de fumer ?

 

 

 

 

   

Un citron et une orange traversent la route.

Le citron est arrivé sur le trottoir d’en face.

L’orange traverse; elle se fait écraser.

Et le citron lui dit :

« -Alors Juju tu te presses ! »


 

 

C’est un citron qui fait un hold-up dans une banque.

Muni de son foulard autour du cou et brandissant un revolver,

il rentre brutalement en bousculant le gardien à l’entrée et crie:

« - pas un zeste, ze suis pressé ! »

 


 

 


Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 13:00

 

 

Johnny Hallyday né Jean-Philippe Smet, est un chanteur, compositeur et acteur français né le 15 juin 1943 à Paris.

Il a huit mois, lorsque son père Léon Smet abandonne mère et enfant. Sa mère, Huguette Clerc  reprend une activité professionnelle et il est recueilli par sa tante paternelle Hélène Mar qui l'élève, aidée de ses filles Menen et Desta.
À 3 ans commence pour lui la vie d'enfant de la balle. Ses cousines sont des danseuses classiques et à partir de fin 1946, il vit à Londres durant deux ans. Desta épouse Lee Lemoine Ketcham, un danseur américain connu sous le nom de scène de Lee Halliday.
Le trio, Desta, Menen et Lee, se produit à travers l'Europe jusqu'en 1949. Il devient duo et Desta et Lee, se nomme alors « Les Halliday ».

Belge par son père et français par sa mère, le 15 juin 1961, âgé de 18 ans, Johnny Hallyday opte pour la nationalité française.
Il est encore mineur  lorsqu'il accède au vedettariat .
  A propos de son père, le chanteur écrira : « Il a fait de moi un déraciné. Une déchirure qui me marquera à vie. Ma seule consolation : si j'avais eu un papa comme presque tout le monde, je n'aurais jamais rencontré Lee  et je ne serais jamais devenu Johnny Hallyday.

Image du Blog claudinedu11200.centerblog.net

 

 

 

Tu me dis que tu l´aimes

Je sais, oui tu dis vrai

Et pourtant moi je t´aime

Bien plus fort en secret

Un matin quand il partira

Quand tu pleureras

Dis-toi bien que tu vivais

Tes tendres années

 

Dans tes yeux la lumière

N´est là que pour lui

Le sais-tu ? La lumière

Ça n´est pas infini

De ne voir en lui qu´un espoir

Au jour des regrets

Dis-toi bien que tu vivais

Tes tendres années

 

link

 

  Si mon cœur ne peut être

Pour toi le premier

J'attendrai afin d´être

Dans ta vie le dernier

Je serai dans ton avenir

Loin des souvenirs

Pour te faire oublier

Tes tendres années

 

Oui je serai dans ton avenir

Loin des souvenirs

Pour te faire oublier

Tes tendres années.

 

 

1963

D. Edwards / R. Bernet
Tender years


 

 

 

Ah que Johnny.....

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 12:36

 

 

 

 

 

Mes bien chers frères, les dictionnaires en sont à choisir les mots de l’année 2013. Ils ont ainsi couronné « mensonge », « ras-le-bol » et « twerk ! ». Pour ma part, je vais couronner une suite d’interjections si usitée que d’aucuns l’ont affichée sur leur profil Facebook, comme on affiche Liberté, Égalité, Fraternité au fronton des mairies. Nous en sommes à l’ère des “Il a fait ça ?” – “Oui, il l’a fait !” – “Jeuuuuhh !”
  Tous les domaines sont atteints du syndrome de la “jeuuuhite”. La politique : “Hollande a une maîtresse” – “Il a fait ça ?” – “Oui, il l’a fait !” – “Jeuuuh”. Le spectacle : “Dieudonné a tenu des propos antisémites impardonnables” – “Il a fait ça ?” – “Oui, il l’a fait !” – “Jeuuuh”. Le sport : “les handballeurs ont fait des jeux truqués” – “Ils ont fait ça ?” – “Oui, ils l’ont fait !” – “Jeuuuh”. La vie des villages : “à cause de l’ancien directeur, on n’a plus de Coop” – “Il a fait ça ?” – “Oui, il l’a fait !” – “Jeuuuh !”

Un fleuron de notre dialecte, qui signale les moments d’émotion
Tous les jours la “jeuuhite” gagne. Comptez sur moi pour assurer sa pérennité ! Le “jeuuuh” est un fleuron de notre expression dialectale. Il inscrit la langue maternelle dans les grands moments d’émotion, au même titre que le “Na da !”, le “Verdeggel noch emol !” et le “Isch diss méjli !”. Je rappelle ces formules-types pour que vous puissiez les hurler dès que vous connaîtrez, grâce à moi, le nouveau scandale qui agite l’Amérique ! Une chose inouïe ! Pire que le Monicagate ou le Watergate ! Le maire de New York, Bill de Blasio, a mangé une pizza avec une fourchette. L’Amérique est en émoi.
  La photo du crime fait la une des journaux. Les affaires internationales, la re-re-re-rechute de Bouteflika, la guerre en Syrie, les nominations aux Oscar, tout est relégué dans les pages intérieures, à côté des mots croisés et de l’horoscope. Comment cet homme a-t-il osé manger une pizza avec une fourchette ? On nage en plein Forkgate. Le scandale de la fourchette !
  Je ne sais si vous mesurez l’affront fait à la population italienne ainsi dieudonnisée par cet acte contre-nature. Mme de Rothschild en a avalé son rang de perles. Mais bon sang, chacun sait que la pizza se mange avec les doigts. Pourquoi sinon les tartes seraient-elles découpées en portions aux bonnes dimensions, prêtes à tenir entre le pouce et l’index avec une pointe pour faciliter la pénétration en bouche ? ! C’est comme la tarte flambée. Pareil. Je vais en manger ce soir. Et je vais vous observer. Ne me forcez pas à dire “Jeuuuhh”. On a assez de scandales.


Méfiez-vous ! Il y a des caméras partout. On scrute même votre façon de manger. Le mépris envers l’Italie se voit dans la façon de manger 000000aaaaa.jpgles pizzas. Ouf que cette année je n’ai pas mangé de Maennele. Vous savez, vous êtes vite repéré si vous lui arrachez les yeux ou si vous trempez ses jambes dans le café. Mieux vaut manger une pomme. Car la pomme n’a été fatale qu’à Adam. Jusqu’à présent.

 

 

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 12:15

 

 

 

 Pourquoi Daniel ne fiche-t-il rien aujourd'hui ?
Il remplace le chef.

 

 

 

Deux chefs d'entreprise discutent :
- Comment fais-tu pour que tes employés
arrivent toujours à l'heure au boulot ?

- C'est très simple :
30 employés et seulement 20 places de parking.


 

 

 

 

Chef,
pourrais-je quitter le bureau trois heures plus tôt,
pour pouvoir aller faire du shopping avec ma femme ?

Il n'en est pas question  !
Merci, Chef.
Je savais que vous ne me laisseriez pas tomber. 



 

Au cours d’une réunion, le chef de service informa son équipe qu’il n’était pas suffisamment respecté… comme il se doit.
Le lendemain matin, il apporta une petite pancarte sur laquelle était inscrit  :  "Ici, c’est moi le chef"
Il la plaça bien en évidence sur la porte de son bureau.
Quand il revint après le déjeuner, il trouva un post-it à côté de la pancarte où était écrit : « Votre femme a téléphoné, elle veut récupérer sa pancarte. »

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 08:21

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

La paix aurait pu être
une fleur sauvage de ces fleurs des champs que nul ne sème ni ne moissonne.
La paix aurait pu être
une de ces fleurs des prés que l’on trouve toute faite un beau matin au bord du chemin, au pied d’un arbre ou au détour d’un ruisseau.

Il aurait suffi de ramasser la paix comme on ramasse les champignons ou comme on cueille la bruyère ou la grande marguerite.
Au contraire la paix est un travail
c’est une tâche.

Il faut faire la paix
comme on fait le blé.

Il faut faire la paix
comme il faut des années
pour faire une rose
et des siècles pour faire une vigne.

La paix n’existe pas à l’état sauvage :
il n’y a de paix qu’à visage humain.

s1.gif

 

Jean Debruynne
né à Lille en 1925 et décédé à Byblos (Liban)
le 8 juillet 2006, prêtre de la Mission de France.

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 08:30

 

 

 

 

 
Toute bonne intention est empreinte d’un pouvoir d’inspiration.
 
Le plaisir des grands est de pouvoir faire des heureux.
Blaise Pascal
 
La véritable intelligence est de s’oublier pour se mettre au service des autres.
Omraam Mikhaël Aïvanhov
 
Les oiseaux du paradis se pausent seulement sur les mains qui ne saisissent pas.
John Berry
 
Un geste de bienveillance, de bienveillance réelle, a plus de poids que tous les sentiments abstraits du monde entier.
Ann Radcliffe

 
Les gens les plus heureux ne sont pas ceux qui possèdent le plus, mais ceux qui donnent le plus.
Jackson Brown Jr
 

Nous ne possédons vraiment que ce que nous sommes capables de donner.
Omraam Mikhaël Aïvanhov
 
Ce que vous gardez pour vous, vous le perdez. Mais ce que vous donnez sera à vous pour l’éternité.
Axel Munthe
 
Ce qui compte n’est pas la valeur monétaire de ce que l’on donne, mais plutôt l’amour qui imprègne le geste.
Mère Thérèsa

 
Notre joie la plus profonde provient de ce savoir que nous sommes utiles aux autres.
 
Je ne connais pas d'autres marques de supériorité que la bonté.
Ludwig van Beethoven
 
 
Celui qui cache sa générosité est doublement généreux.
José Narosky
 
 

L’inspiration subtile associée à tout acte de générosité est totalement absente du geste posé pour un plaisir matériel.
 
 
Il n'y a pas d'enthousiasme sans sagesse, ni de sagesse sans générosité.
Paul Eluard
 
 
J'ai fait un peu de bien, c'est mon meilleur ouvrage.
Voltaire
 
 
Le succès d'un homme est mesuré en fonction de son entourage et de sa générosité.
Moses Isegawa
 
 

Un homme n’est jamais si grand que lorsqu’il est à genoux pour aider un enfant.
Pythagore
 
 
Vous donnez bien peu lorsque vous donnez vos biens.
C'est lorsque vous donnez de vous-mêmes que vous donnez réellement.
Khalil Gibran

 

Nul n'est vraiment heureux aussi longtemps qu'il n'a pas appris être généreux.
 
Donner est un plaisir plus durable que recevoir, car celui des deux qui donne est celui que se souvient le plus longtemps.
Chamfort
 
 
Quand je paye une dette, c'est un devoir que je remplis ; quand je fais un don, c'est un plaisir que je me donne.
Jean-Jacques Rousseau
 
 
Il y a du plaisir à rencontrer les yeux de celui à qui l'on vient de donner.
Jean de La Bruyère
 
Blow Me A Kiss 
Je ne connais pas votre destinée. Mais je sais cependant qui si vous ne trouvez pas une façon d’être utile aux autres, vous ne serez pas heureux.
Albert Schweitzer



 

Repost 0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 13:05

 

 

 

 

 

 

Vous avez chanté « petit papa Noël » à tue-tête ou en canon familial sous le sapin et devant le saumon sauce raifort ? Eh bien dansez maintenant.

  Dansez le passage de l’année en cours vers l’année à venir. La danse est un acte magique, un acte transformateur. La danse fait de Cendrillon une princesse, d’un vieux Soldat avec une cape invisible le gendre du roi aux Douze Princesses, de Sissi une impératrice.

  Les bals de célibataires, le bal des Débutantes ou celui des Petits lits blancs doivent amorcer des mutations dans la société et les hausses des courbes hormonales déclenchées par un slow doivent augmenter le nombre de clients pour la Coop, l’industrie automobile et les loueurs de tout poil.

  « Tanze mit mir in den Morgen, tanze mit mir in das Glück”. Danse avec moi jusqu’à l’aube. Danse avec moi pour trouver le Bonheur.

« On n’en veut pas » 

Les nuits dansantes ne manqueront pas pour la fin de cette année. On y secouera sa couenne en braillant : « Donnez-moi une suite au Ritz, je n’en veux pas ! Des bijoux de chez Chanel, je n’en veux pas ».

  Par la plante des pieds qui tape en mesure sur le parquet, on apprend la résignation et la renonciation.

  Le slogan « On n’en veut pas » est un moyen soft pour lutter contre les jalousies sociales et écraser dans l’œuf la tentation de faire une de ces révolutions aussi meurtrières que celle de 1789, née justement d’une volonté du peuple d’avoir un bout du collier de la Reine.

  A l’époque, hélas, on ne dansait pas « Donnez-moi l’collier d’la Reine je n’en veux pas.. » , on se mit à danser la Carmagnole. Et les têtes tombèrent. Mieux vaut danser le cha-cha-cha.

  « Donnez-moi une limousine, j’en ferais quoi ? » Il vaut mieux une citrouille : au moins ça se mange !

  « Viens mon cher Franz, encore une danse » ! La danse à la mode, c’est celle des chaises musicales. En vigueur dans les entreprises. Tu danses, l’esprit insouciant, le patron frappe dans les mains et hop t’es dehors.

  Ab un e Walzer ! Tu as dansé la dernière valse. Et te voilà dans le tango de la précarité : un pas en avant, deux pas en arrière. Un coup avec la tête au-dessus de l’eau, un coup avec la tête sous l’eau. La danse des sardines à qui on a coupé la tête.

  C’est que la danse peut être macabre. « Y a d’la rumba dans l’air » est un oracle aussi ambigu que ceux de la Pythie de Delphes.
Serons-nous des princes ou des pouilleux ?

  La vie ne se fait pas sans pas de danse. La danse de la pluie. La danse de la fertilité. « Mit sinem dingel da rutsch e bissel besser zue mer » (colle-toi contre moi avec ton petit machin !). Les thés dansants pour retrouver l’amour. Le syndrome Tino Rossi et Julio Iglesias qui sont à l’origine de ces mariages entre têtes grises et jambes serrées dans des bas de contention qui font économiser des dizaines de milliers de pensions de réversion chaque année. 

000000aaaaa.jpgL’année se terminera par une danse. Le douzième coup de minuit nous dira si nous serons enfin des princes ou si nous resterons définitivement des pouilleux. Tatata lala tsouin tsouin !

article publié le  28.12.2013 !

 

 

 

 

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi.... 
mais toutes les deux... alsaciennes  ....

Repost 0

Texte Libre

deytsc

Articles Récents