Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 18:18

Image du Blog ageheureux.centerblog.net


-------oui toujours lui------------

 

 

 

Mon Dieu bénissez la nouvelle année
Rendez heureux nos parents, nos amis
Elle est toute à vous et nous est donnée
Pour mériter le Paradis. 

 

 


L'homme prédestiné n'a pas reçu la vie
Pour attacher son coeur aux choses d'ici-bas
Mais comme un exilé pour tendre à la Patrie
Sans arrêter le pas.


Qui de nous peut compter combien d'instants encore
Pour conquérir le ciel lui garde l'avenir
Du nouvel an joyeux nous voyons bien l'aurore
Le verrons-nous finir ?


Bénissez-la, Seigneur, cette nouvelle année
Que votre amour céleste en charme tous les jours
Et nul moment perdu, nulle heure profanée
N'en ternira le cours.


Bénissez nos parents, nos pères et nos mères
Nos frères et nos soeurs, tous ceux que nous aimons
Gardez de tout malheur ces amitiés si chères
Nous vous les consacrons.


Chant traditionnel

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 19:31

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En cette ère de concours où même une maman divorcée doit concourir avec le père de ses enfants pour savoir lequel occupe la plus grande place dans le cœur du gosse, plus rien ne m’étonne.

On élit donc un panel qui élit les personnalités préférées des Français et avant le pape François on trouve Mimie Mathy et Zlatan. Sa Sainteté doit y perdre son latin.

Et le sociologue remarquera que la kermesse Disney des marchés de Noël l’emporte largement dans les cœurs devant les concerts spirituels chantés dans les temples et les églises par des voix d’enfants qui ont le goût des partitions plus que des consoles de jeux vidéo.
Pour investir dans un produit d’avenir je vous recommande la fabrication de trophées et de couronnes. On couronne même les mots.

And the winner is « selfie »
And the winner is « selfie ». Le selfie. Cette photo qu’on fait de soi-même avec son propre portable. Le narcissisme en 4 G, le narcissisme avec accompagnement technologique, l’autoportrait élevé au rang d’image culte. Dire que Van Gogh a fait son autoportrait dans la douleur, l’oreille amputée. Ce monde ne respecte rien.

Mais il est vrai que si le miroir, dans le temps, n’était fait que pour réussir à tirer une raie droite (pour monsieur) ou son trait d’eye-liner (pour madame) il a maintenant les dimensions d’un pan de mur de la Galerie des glaces et, fixé au plafond, il vous permet d’être la première personne que vous rencontrez le matin.

Chacun devient pour lui-même la personne la plus importante de la planète. Chacun règne en maître sur sa page Facebook où il attend un « like » pour chaque photo, chaque aphorisme déclenché par la vue d’une pomme reinette.
La vision du monde n’est guère plus grande que l’écran d’un téléphone

Le bonheur a cet instant c’est de ne pas se rendre compte qu’il y a 7 459 999 948 personnes qui n’aiment pas. Oui mais tant qu’on s’aime soi tout va bien.

La vision du monde n’est guère plus grande que l’écran d’un téléphone.
C’est l’ère du selfie Moi qui rit. Moi qui fais la grimace. Moi qui me suis déguisée en alien. Moi qui me suis maquillée en Lady Gaga. Moi qui me fais un bisou. Moi avec ma copine. Moi avec mon chat. Moi avec maman. Et hop la planète est inondée via les réseaux sociaux de photos mal cadrées, avec des visages en forme de dos de cuillère, avec des têtes déformées agglutinées par lot de six pour tenir dans le petit cadre. L’horreur.

000000aaaaa.jpgLes grands de ce monde ne sont pas meilleurs. Obama est le roi du selfie. Alors qu’il n’aurait pas besoin d’en faire : il est un des humains le plus photographié de la planète. Mais comme dit Lili, « Un selfie fait par les autres n’est pas un selfie ».
Comme dit mamema : « Pour avoir le bon goût d’un munster il faut le manger soi-même pas le sentir à travers l’haleine des autres ».

 

 

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi.... 
mais toutes les deux... alsaciennes  ....

Repost 0
25 décembre 2013 3 25 /12 /décembre /2013 17:14

 

Alphaville est un groupe new wave allemand (NDW) qui a commencé sa carrière au début des années 1980. Le groupe était composé à l'origine de Marian Gold, Bernhard Lloyd et Frank Mertens.

 

 

  Forever Young
(Éternellement Jeune)


Let's dance in style
Dansons avec élégance
Let's dance for a while
Dansons pendant un moment
Heaven can wait,
Le ciel peut attendre
We're only watching the skies
Nous regardons seulement les cieux
Hoping for the best
Nous espérons le meilleur
But expecting the worst
Mais nous nous attendons au pire
Are you going to drop the bomb or not ?
Vas-tu lâcher la bombe ou pas ?

 

Let us die young or let us live forever
Laissez-nous mourir jeune ou laissez-nous vivre pour toujours
We don't have the power
Nous n'avons pas ce pouvoir
But we never say never
Mais on ne dit jamais, jamais
Sitting in a sandpit,
En étant assis sur un tas de sable,
Life is a short trip
La vie est un court voyage
The music's for the sad men
La musique est pour les hommes tristes

Can you imagine when this race is won ?
Peux-tu imaginer quand cette course sera gagnée ?
Turn our golden faces into the sun
Tournons nos visages d'or face au soleil
Praising our leaders,
Faisons honneur aux dieux
We're getting in tune
Nous sommes dans le ton ( en harmonie)
The music's played by the mad men
La musique est jouée par les hommes fous

Forever young , I want to be forever young
Eternellement jeune, je veux être éternellement jeune
Do you really want to live forever
Veux-tu vraiment vivre pour toujours
Forever - and ever
Pour toujours - à jamais

Some are like water
Certains sont comme l'eau
Some are like the heat
Certains sont comme le feu
Some are a melody and some are the beat
Certains sont une mélodie, d'autres le battement
Sooner or later, they all will be gone
Tôt ou tard, ils s'en iront tous
Why don't they stay young?
Pourquoi ne restent-ils pas jeunes ?

It's so hard to get old without a cause
C'est si dur de vieillir sans raison
I don't want to perish like a fading horse
Je ne veux pas périr comme un vieux cheval fatigué
Youth's like diamonds into the sun
La jeunesse est comme les diamants au soleil
And diamonds are forever
Et les diamants sont éternels

So many adventures couldn't happen today
Tant d'aventures ne pourront pas arriver aujourd'hui
So many songs we forgot to play
Tant de chansons que nous avons oublié de jouer
So many dreams swinging out of the blue
Tant de rêves balançant hors du bleu
We'll let them come true
Nous les réaliserons

 


1984

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 13:00

 

 

 

J'ai parcouru plusieurs kilomètres pour trouver le cadeau pour mon enfant.
Après deux longues soirées, fatigué, j'ai pensé à lui demander ce qu'il voulait.


Voici la liste des cadeaux qu'il m'a suggérée :

J'aimerais être Félix, notre petit chat, pour être moi aussi pris dans vos bras chaque fois que vous revenez à la maison...
J'aimerais être un baladeur, pour me sentir parfois écouté par vous deux, sans aucune distraction, n'ayant que mes paroles au bout de vos oreilles fredonnant l'écho de ma solitude...
J'aimerais être un journal pour que vous preniez un peu de temps à chaque jour pour me demander de vos nouvelles...
J'aimerais être une télévision pour ne jamais m'endormir le soir sans avoir été au moins une fois regardé avec intérêt...
J'aimerais être une équipe de hockey pour toi, papa, afin de te voir t'exciter de joie après chacune de mes victoires; et un roman pour toi, maman, afin que tu puisses lire mes émotions...
À bien y penser, je n'aimerais qu'une chose, un cadeau inestimable pour vous deux.  Ne m'achetez rien : permettez-moi seulement de sentir que je suis votre enfant...
 François Gervais

 

 

 

Julie,  septembre 2007

Repost 0
Published by Simone - dans Noël
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 01:26

 

 

 

Les prospectus nous étouffent. On nous somme d’acheter des tablettes numériques. Des dessous si transparents que l’étape suivante sera de rajouter des rayons X dans le textile pour voir aussi l’intérieur du génital. Des pantoufles pour pépé, des trucs tellement laids qu’on pourrait les utiliser comme bracelets électroniques, car personne n’aurait envie de sortir avec ça. Des livres, surtout des livres de recettes, car le Maître Coq et Mémé Angèle se permettent de vouloir remplacer Balzac, Kundera et Wiechert sur les rayons des bibliothèques. Ach ! Les recettes ! On les exécute et elles nous persécutent tant elles sont partout.
Les recettes s’impriment sur les paquets de nouilles, sur les barquettes de poulet et sur le dos des paquets de poudre à pâtisser. Elles sont glissées dans nos cabas, posées dans nos boîtes aux lettres et envoyées sous forme de lettre mise au courrier par une cousine bourrée de bonnes intentions qui vous le notifie : « Ce chapon est une tuerie ». Et voilà où mon bât blesse. On me gave de recettes de dinde, de chapon, de saumon, de lotte, de turbot, de gigot de 7 heures. Et moi, je vous dis : « Eh ben moi, j’aime le porc ! »


Pauvre cochon ! Le voilà remisé loin des étals où se pavanent les coqs, les pintades et autres gallinacés nés de la castration ou de toute autre manipulation génétique qui nous donne des conglomérats étranges du genre « Pintrix », un mix entre la pintade et la perdrix car, dit-on, il faut le côté moelleux de l’une et le fumet de l’autre. On vous encense le veau élevé sous la mère, le steak aussi tendre que si on lui avait fait écouter Franck Mikaël toute sa vie.


Les frissons de la mort
Alors je vous dis : « Ressortez le cochon ! » C’est comme dans la vraie vie : ce n’est pas toujours les hommes en tête de gondole qui sont le plus consommables.

Le cochon, c’est bon ! Et il me rappelle mon enfance quand je les voyais roses et râleurs dans les box de la porcherie où ils avalaient goulûment les pommes de terre cuites dans la vieille lessiveuse de mamema. J’aimais assister au sacrifice du cochon, entendre son cri d’agonie bref et empreint d’incompréhension. Le cochon m’a fait connaître les frissons de la mort proche, mais aussi l’espoir d’une survie dans laquelle on est meilleur, on est sublimé.


000000aaaaa.jpgLe cochon est sublime après la mort. Il nous donne le boudin, le speck, la fleischwurscht, la lyoner, les oreilles panées, les jambonneaux, les ragoûts poivrés, le presskopf. Quel autre animal nous donne ça ? Le cochon nous donne tout. Du bœuf on ne mange que les globes, le reste devient pâté pour chiens. Le saumon nous donne du saumon.

 

 

 

 

 

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi.... 
mais toutes les deux... alsaciennes  ....

Repost 0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 01:00

 

 

  "Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait, rien ne se perdrait."


Henri Estienne

 

 

 

 


La vieillesse est comparable
à  l'ascension
d'une montagne,
plus on monte
plus on est fatigué
et hors d'haleine,
mais notre vision s'élargit.

 

 

Heureux anniversaire 

M i c h e l

 

 

medium geburtstag501.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Anniversaire
commenter cet article
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 19:30

 

 

 

 

 

 







Quatre bougies se consumment
tout doucement. 
  Si tu es très attentif,
tu peux les entendre parler.
  La première dit :

 Je suis la paix !
 Personne n’arrive
 à conserver ma lumière.
Je crois que je vais m’éteindre.

Sa flamme devint de
plus en plus petite
et finit par s’éteindre.
 
La deuxième dit :
Je suis la confiance !
Je suis la plus fragile
et m’éteins rapidement."
 
Une petite brise passa et l’éteignit.
 
La troisième dit :
Je suis l’amour !
Je n’ai plus de force.
 Les hommes me mettent de côté
et ne comprennent pas mon importance. Ils oublient même d’aimer leurs proches.
..

 et elle aussi s’éteignit.
 

un enfant arriva et vit que trois bougies  s’étaient éteintes.
oh, mais pourquoi
ne brûlez-vous plus
?"



L’enfant devint très triste...

La quatrième bougie lui répondit :
”n’ai pas peur, tant que je brûle,
on pourra rallumer les
autres bougies,

Je suis l’espoir !
 
Avec des yeux brillants
l’enfant prit la bougie de l’espoir
et ralluma les autres bougies.
 
Que la flamme de l’espoir soit toujours en nous ...

  Ainsi nous garderons la paix,
 la confiance et l’amour
pour tous les temps !


 
 














    


@
 


2009

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Top
commenter cet article
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 19:05

 

 

 

 


Cher père Noël,
Ca fait 3 ans que je te commande un camion de pompiers, peux tu m'en trouver un cette année ? Merci. Luis

Cher Luis, pour me faire pardonner de ne pas avoir de camion de pompier, je vais brûler ta maison pendant que tu dors et tu vas avoir tous les camions de pompiers que tu veux. Bon dodo.
Père Noël.

Repost 0
Published by Simone - dans Noël
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 18:38

 

 

 


Les cloches ont sonné. La période d’avant Noël a débuté. Notre Alsace devient le nouveau Bethléem, cet endroit sur lequel brille une étoile qui attire les touristes du monde entier vers le Cynar, le Melfor et les Engelshaar (cheveux d’ange).
Les pays de Noël ont établi leur pouvoir éphémère sous les bannières festives de la boule, du sapin et des leds. Les marchés de Noël étalent des articles « authentiques » et labellisés si hétéroclites qu’on y trouve des crèches, des barbes à papa, des tartines au lard, des maisons en céramique et des sorcières en tissu. Mais comme dit Mamema “Dieu est partout même dans les barbes à papa”. Et si Mamema le dit, cela peut tous vous désinhiber !
Avant Noël, il faut être au four et au moulin.
Désinhibition, voilà le mot que je cherche pour me libérer de cette oppression de Noël qui me serre le cœur, la gorge et les tripes sitôt la bise venue. C’est que Noël exerce sur moi des pressions aussi douloureuses que le fisc et la sciatique.

Mais où trouverais-je le temps de tout faire ? Pour rester une bonne Alsacienne, une bonne Alsacienne « de Noël » de surcroît ? Il y a d’abord les Bredle à faire pour le respect de la tradition familiale et aussi pour pouvoir mordre dans ces conglomérats d’épices si symboliques que, de les avaler, protège des maux de dents, de l’insuffisance cardiaque et du malheur. Ne vous en déplaise : la cannelle chasse les mauvais esprits… à condition de l’avoir soi-même mêlée à ces pâtes de Bredle qui sont comme des mixtures vaudou au-dessus desquelles il faut chanter le “Kling, Glöckchen, kling” avant de les abaisser au rouleau et de les réduire à l’emporte-pièce afin de pouvoir atteindre le stade du “non-malheur”. Une fois ce rituel pâtissier accompli, il me faudra confectionner des anges en papier, au crochet ou en pâte à sel pour appeler leur protection.

Avant Noël, il faut être au four et au moulin. L’esprit de Noël c’est 10 % de ressenti et 90 % d’essence pour aller prouver qu’on en a. L’esprit de Noël c’est partager les émotions des autres. Et alors ? Alors, je vais faire 53 km pour voir chanter Sylvie ; 74 km pour voir Lucien jouer dans un conte de Noël, 123 km pour admirer la maison illuminée de 5 345 leds de Rudi et Bernadette, 54 km pour acheter mon saumon du Rhin fumé par Marie Jeanne, 91 km pour voir Lilou réciter une récitation sur l’hiver à la fête de Noël de son école maternelle.
000000aaaaa.jpgMon téléphone résonne de « Kommsch awer, gall ? » (tu me promets de venir, hein ?).  La Nativité implique des déplacements. Même les rois mages ont fait des milliers de kilomètres pour la venue de Jésus. Noël est bon pour l’amour. Après Noël, je pourrai dire “J’ai tout fait” mais je pourrai dire aussi “J’étouffais” ».

 

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi.... 
mais toutes les deux... alsaciennes  ....

 

 


Repost 0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 08:13



 

 

 

 

 

 

Ils avaient fêté leurs noces d'or depuis belle lurette Ils avaient vécu leur vie tant bien que mal, avec ces hauts et ces bas. Plutôt bien que mal, à vrai dire. Ils avaient leurs enfants, leurs petits-enfants et même quelques petits-petits-enfants.                                          
  Et le soir. après souper, quand ils se retrouvaient seuls à la maison ils sortaient et allaient s'asseoir côte à côte dans le jardin à l'ombre d'un grand érable rouge.
Ile ne se parlaient pas : après plus de cinquante ans de vie ensemble, ils s'étaient tout dit, ou presque.
  Mais,  de temps en temps, il plaçait sa main sur la cuisse de sa femme. Et elle, elle prenait bien garde de l'enlever.  À sa manière, il continuait de dire : "Je t'aime toujours ma chérie." Et elle, sur le même ton,  lui répétait : "Tu es toujours mon meilleur."
Ils cueillaient ensemble les derniers bonheurs de leur vie et peut-être aussi leurs meilleurs réconforts. Et la tendresse,  si douce et si délicate ajoutait des couleurs de pastel à cet amour de crépuscule. En silence, ils se disaient simplement : "Comme on est bien ensemble !"

Et ils vieillissaient bien, très bien !
Jules Beaulac
 (1933-2010)
 homme d'Église et un écrivain québécois

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents