Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 13:27

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 


Le bonnet est de retour Il est rouge. Il parle ou plutôt si tu en portes un, tu es accosté : « Bravo de lutter contre l’écotaxe ».
Tu ne dis rien. Tu continues ta route. Tu n’oses pas dire que tu portes un bonnet rouge pour protéger tes oreilles et éviter de douloureuses otites.

La casquette ou le béret
Décidément, nous vivons dans un monde où tout devient symbole politique ou révolutionnaire : la barbe, le bonnet, la casquette. Il faut bien réfléchir avant de sortir couvert ou avoir ses explications prêtes. On ne sait jamais, des fois que les Renseignements généraux vous ficheraient.

Le nouveau signe fort de la rue est le bonnet rouge.
« Tu portes un bonnet rouge ! Tu fais de la politique ? »
- Non, je porte le bonnet du commandant Cousteau. J’aime les poissons. D’ailleurs je suis en route vers la wynstub pour manger des harengs à la crème avec des patates à l’eau. »

Il en fait couler de l’encre, le bonnet rouge. Il représente une attitude de rébellion. Les ados en demandent, eux qui sont toujours contre tout. Même contre le port traditionnel de la casquette puisqu’ils la portent visières à l’arrière. Ou sous la capuche d’un jogging.

L’idéologie contre le folklore
« Oui mais la casquette sous la capuche d’un jogging ça fait plus Kaïra que révolutionnaire », me dit Quentin qui porte le béret du Che, un autre révolutionnaire.

C’est fou ce qu’il ya comme révolutionnaires avec des boutons d’acné et des boîtes de soda à la main. Il faut décrypter les bonnets. C’est comme pour les chauves. Tu ne sais pas s’ils sont chauves parce qu’ils appartiennent aux crânes rasés ou aux gens victimes de pelade. Il faut toujours se garder de porter des jugements.

Pour le bonnet d’âne, on connaît la signification. Il ornait la tête de ceux qui ne savaient pas que le chapeau de cime est tombé dans l’abîme ou que le carré de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des deux autres côtés. Mais c’était un bonnet à usage intime, dont le port était confiné à une salle de classe.

Pas de quoi révolutionner un pays comme le bonnet rouge des Bretons qui ont donc renoncé un temps (indéterminé) à leurs chapeaux ronds. L’idéologie contre le folklore.
« Les bonnets rouges » est une expression largement citée dans la presse et souvent suivie de « sont dans la rue » ou « ont démonté des portiques ».

Plus rien ne se fait sans une abondance de produits dérivés. Casquettes, bonnets, écharpes, T-shirts. La pensée s’incarne dans le textile.
000000aaaaa.jpgJ’ai voyagé un jour dans un train de nuit avec les gens de la CGT bonnets rouges et écharpes rouges, le rouge Mao… et des fans du Racing, bonnets bleus et écharpes bleues. Il y avait des bouteilles, des cris à casser les oreilles, des grossièretés sans pareil, bref une nuit sans sommeil. Comme dit Confucius, « il y a des circonstances où bonnets rouges et bonnets bleus c’est bonnet blanc et blanc bonnet ».

 

 

 

 

  Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi.... 
mais toutes les deux... alsaciennes  ....

Repost 0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 18:42

 

 

 


La Mélodie du bonheur (The Sound of Music) est une comédie musicale composée par Richard Rodgers sur des paroles de 

Oscar Hammerstein né le 12 juillet 1895 à New York et mort le 23 août 1960 à Doylestown, en Pennsylvanie, est un librettiste américain, auteur, parolier et producteur de comédies musicales.

 

La Mélodie du bonheur (The Sound of Music) est un film musical américain de Robert Wise sorti en 1965.

 

 

 

 

 

 

 

 

Edelweiss, edelweiss
Sois toujours notre emblème
Fleur si blanche, tu te penches
Pour saluer ceux qui t´aiment
Contre l´assaut des vents et des neiges
Le ciel te protège
Edelweiss, edelweiss
Veille sur nos montagnes

Edelweiss, edelweiss
Every morning you greet me

Small and white clean and bright
You look happy to meet me
Blossom of snow, may you bloom and grow
Bloom and grow forever
Edelweiss, edelweiss
Bless my homeland forever
 

Edelweiss, edelweiss
Toi l'amie des nuages

 Fleur de neige ou de ciel
Tu vis libre et sauvage
Veille sur le pays de mes amours
Tout au long des âges
Edelweiss, edelweiss
Veille sur mon village

Edelweiss, edelweiss
Quand le ciel fait naufrage
Tu attends le soleil
Dans la nuit des alpages
Car tu sais bien qu´il revient toujours
Après les orages
Edelweiss, edelweiss
Veille sur mon village

 

 

 

 

 Version allemande....
les autres vous connaissez ....

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 12:00

 

 

 

 

 

 

 

 

Le  passager d'un taxi se penche vers l'avant pour poser une  question au chauffeur et lui touche l'épaule doucement  pour attirer son  attention.    Le  chauffeur lâche un cri, perd le contrôle du véhicule, évite un  autobus de justesse, monte sur le trottoir et s'arrête à  quelques  centimètres  de la vitrine d'un magasin !    Pendant quelques instants c'est  le silence, puis le chauffeur, d'une voix tremblante : 
   Je  regrette, mais vous m'avez vraiment fait peur !
  Le passager s'excuse en disant qu'il ne pensait pas qu'un simple toucher sur l'épaule pourrait l'apeurer autant.     Le chauffeur répond  :
Ne vous excusez pas, c'est entièrement de ma  faute. C'est  ma première journée de taxi. Pendant 25 ans, j' ai conduit un  corbillard.

 

 

 

 

 

  on connait....je sais...mais pas grave signature 1

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 08:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a des jours où toutes les phrases commencent de la même façon. Des jours où les émotions se concentrent et les conversations deviennent si urgentes que l’on pousse le chariot dans les rayons d’une supérette ou que l’on s’assied sur les chaises d’un café pour trouver une oreille où déposer ses exclamations et ses interrogations. « Faut-il que… ? Etait-il nécessaire que… ? » « Oh la vache, pourquoi… ? »

Il y a des jours comme celui d’aujourd’hui, le jour des morts, où on se pose des questions sur ces choses qui disparaissent de notre vie, sur ces repères fixes qui sont gommés du paysage par une kyrielle de décisions politiques, économiques et financières.

Ma Coop a disparu. Finies les odeurs mélangées de pain chaud, de harengs saurs et de pommes. Finis les albums de timbres à coller avec dans la tête l’image de la sauteuse ou des serviettes- éponges qui nous reviendraient, une fois toutes les pages remplies. Finis les caramels à un centime distribués par la Coopé Jeanne comme des oscars de bonne conduite.

Et voici la fin de la Redoute. La Redoute à Roubaix. Toute une époque. L’époque de ce catalogue qui, dans certaines familles, constituait un des éléments de cette bibliothèque populaire dans laquelle on trouvait aussi « Le chasseur français », le catalogue « Manurhin », le « Messager Boiteux » et les almanachs réunis de Saint-Joseph, Sainte-Odile et DNA.

Fantasmes

Le catalogue de la Redoute était attendu comme on attendait les cartes postales de la mer ou les mandats. Pour pouvoir actionner la machine à rêves. Maman rêvait devant les robes en coton fleuri. Mamema rêvait d’avoir les reins bien au chaud dans d’invraisemblables corsets roses avec des kilomètres de lacets. Moi je regardais les hommes en marcels et en caleçons moulants. La Redoute m’offrait des fantasmes et des nounours avec des yeux en boutons de bottine pour commandes au-delà de 150 francs. Ach ! Que d’émois et que celui qui n’a pas vibré devant les pages de soutiens-gorges et de gaines me jette la première boule à neige (c’est pour ma collection !)

La Redoute, c’est fini. La rue de la Redoute dans ma bonne ville de Haguenau aussi. Concours de circonstances ? Haguenau détruit les casernes de la rue de la Redoute. Ce lieu où la fille à soldat que j’étais attendait son amoureux puis son mari. Je ne verrai plus ces fenêtres dans lesquelles je le voyais apparaître, ces portes dont je le voyais sortir, ces places où je le voyais défiler.

000000aaaaa.jpgC’est le jour des morts. Un jour sans. Il n’y a plus de timbres dans les Coop… Il n’y a plus de soldats dans les casernes. Comme dit Mamema : « Il faut savoir tourner les pages. » Oui, mais on ne peut plus les tourner dans le catalogue de la Redoute.

 

 

 

 

  Huguette Dreikaus ?  ce n'est pas moi.... 
mais toutes les deux... alsaciennes  ....

Repost 0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 01:21

 

 

 


 

 

 

 

 

 

chardon.jpg

Il était une fois un homme parfait et une femme parfaite qui se rencontrèrent. Après s’être fait la cour, ils se marièrent ; leur union était bien sûr parfaite.

Une nuit de réveillon de Noël, ce couple parfait conduisait sa voiture parfaite le long d’une route déserte lorsqu’ils remarquèrent quelqu’un en détresse sur le bord de la route.
Étant parfaits, ils s’arrêtèrent pour donner leur aide. La personne en détresse était le Père Noël, avec sa hotte remplie de cadeaux. Ne voulant pas que des milliers d’enfants soient déçus une veille de Noël, le couple parfait pris le Père Noël et ses jouets à bord de la voiture parfaite et l’accompagnèrent pour la distribution des cadeaux.

 


Malheureusement , à cause du mauvais temps, le couple parfait et le Père Noël eurent un accident. Seulement l’un d’entre eux survécu cet accident.

 

 

 

Lequel ?

 

 


 

La femme parfaite a survécu.

 

 

 

En fait, c’est la seule personne de cette histoire qui existe vraiment. Tout le monde sait bien que le Père Noël et l’homme parfait n’existent pas.
Les femmes s’arrêtent de lire à partir d’ici, c’est la fin de la blague.

Les hommes peuvent continuer.



Continuez de descendre
(seulement les hommes , j’ai dit !!!!)


Donc, si le Père Noël n’existe pas, pas plus d’ailleurs que l’homme parfait, la femme devait forcément conduire… Cela explique l’accident.

 

 


    D’autre part, si vous êtes une femme et que vous êtes en train de lire ceci, nous sommes en train d’illustrer une autre vérité :

 

 

 

 

Les femmes n’écoutent jamais ce qu’on leur dit  !!!

 

 

même pas vrai...cause toujours .... 

 

 

Histoire connue....mais pas grave....
on fera mieux la prochaine fois ....!


 


 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 11:11

 

 

 

 

  1. Où est-elle ?
    Que fait-elle ?
    On la cherche partout,
    Mais elle est n'importe où.
    Elle est aussi dans ton coeur
    Juste un peu endormie.
    Quand ton enfant te tend les bras,
    Elle est là !
    Quand ton regard croise l'amour,
    Elle est là !
    Dans le sourire d'un ami,
    Elle est là !
    Dans les yeux de celui à qui tu donnes,
    Elle est là !
    Quand tu donnes de l'amour,
    Elle est là !
    Regarde au fond de ton coeur,
    Elle est là !
    Tu penses qu'elle n'y est pas,
    Mais elle est là !
    C'est que trop souvent,
    Tu laisses la tristesse prendre le dessus.
    Dans les petits détails de la vie
    Elle est là !
    Fait sortir la joie de ton coeur,
    Elle apporte des moments de tendresse,
    L'espace d'un instant,
    Et nous laisse de douces caresses,
    Dont notre coeur à besoin.
    La joie !!!
    Toi seul, sait où la trouver,
    Cherche ! Elle est là.

     


    Nicole, novembre 2007,

 
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 01:03


 

 



  1. FAC
  2. Finalement au chômage
  3. FAMILY
  4. Father and mother I love you
  5.  
  6. FBI
  7. Foutus branleurs incompétents
  8. FFF
  9. Fédération de filtrage des footballeurs
  10.  
  11. FIAT
  12. Fabrication industrielle d'autos trafiquées
  13. Ferraille invendable à Turin
  14. Ferraille italienne assemblée à Turin
  15. FISC
  16. Faut inciser et saigner le contribuable
  17. Fédération incomprise de sadiques criminels
  18.  
  19. FM
  20. Farce musicale
  21. FMI
  22. Faut m'inculper
  23. Femelle méchamment introduite
  24. Femme de ménage irrésistible (car elle a les seins clairs)
  25. Fion monétaire international
  26. Fourre Madame immédiatement
  27. Fourrer mon instrument
  28. Fourreur de minous internationaux
  29. DSK fion monetaire-international
  30. FORD
  31. Fabrication ordinaire, réparation difficile
  32. FUCK
  33. Fornication under consent of the King (fornication par consentement du Roi)
  34.  
  35. FUCK acronyme sigle van halen
  36.  
  37. GAY
  38. Good as you (bon comme toi)
  39. GDF
  40. Geneviève de Fontenay
  41. GOLF
  42. Gentlemen only, ladies forbidden (réservé aux hommes, interdit aux femmes)
  43.  
  44. GOLF acronyme sigle
  45. GPS
  46. Gonzesse qui parle seule
  47.  
  48. IBM
  49. Impression bloquée momentanément
  50.  
  51. ISF
  52. Il suffit de fuir
  53. JFK
  54. Jean-François Kahn
  55.  
  56. LGBT
  57. La grosse bite tendue
  58.  
  59. MAM
  60. Ministre a minima
  61. MST
  62. Microbes salement tenaces
  63.  
  64. NASA
  65. Nous avions sept astronautes

 

 

 

le début ...  A - E     ici

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 13:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


« Madame, Monsieur, permettez-moi de vous suggérer notre choucroute revisitée par notre chef ». Et là, tu vois arriver une choucroute où le chou est moins salé et moins craquant, où le foie poêlé remplace les knacks, où le lard de bœuf remplace le lard de porc car, dit-on, « le chef veut promouvoir un jeune agriculteur qui fait du bovin ».

Très bien, mais est-ce une raison pour dénaturer ce plat qui est inscrit dans les chromosomes de nos papilles ?

Vacherins, Dampfnüdle, lasagnes…

Les re-visiteurs sont en marche. Les vacherins glacés sont allégés de leur meringue et servis dans un verre évasé où sont agglutinées deux boules de glaces coiffées d’un bonnet en chantilly blanche à base de crème bio maigre.

Les Dampfnüdle, ces boules de pâte levée que l’on hume avant leur sortie du four et bien avant de les engloutir avec des lapées de confiture de quetsches ou avec des sauces de pruneaux chauds, ces Dampfnüdle sont réduites à des mini-bouchées justes bonnes à remplir une dent creuse par un re-visiteur de renom.

Les lasagnes revisitées sont servies dans un assortiment de verrines présentées sur un long rectangle en ardoise où elles sont déclinées avec des farces diverses, entre épinards, purée de caille ou flan de foie de canard. On se croirait au labo d’analyses quand le sang qui vous a été prélevé est réparti dans plusieurs éprouvettes posées dans une corbeille à alvéoles et portant chacune un nom de pathologie. « Mon sang re-visité par le labo. »

… Piaf, Brel, France Gall…

La re-visite est un must. La création peine. Dans tous les domaines… Jennifer revisite France Gall. Patricia Kaas revisite Piaf en ayant, contrairement à Jennifer, la délicatesse d’attendre la mort de la chanteuse revisitée avant de lui faire subir des outrages. Pagny revisite Brel. Sans compter ceux qui se revisitent eux-mêmes en donnant des versions reggae ou jazzy de leurs bluettes à trois accords. Les chanteurs de la génération Goldmann 2 revisitent celui qui pourrait, à raison, leur chanter « ils vivent leur vie par procuration ».

Les re-visiteurs pullulent. Mamema a dit : « J’ai revisité mon tailleur noir, je l’ai gansé de blanc ». Ce genre de re-visite, je connais ! Maman en a re-visité, de ces vêtements devenus trop petits en les rallongeant avec des tissus à volants ou des fourrures acryliques. Mais on était dans la pénurie.

… et même mon sous-sol

Pénurie ? Mais oui ! On est dans la pénurie de cellules grises. Alors on revisite. En décoration intérieure, on revisite selon la Damidot-attitude. Ah, pour maroufler, ça maroufle ! Fichtre ! Un peu de peinture et de rideaux lilas et le studio HLM devient la chambre d’un Hilton.

000000aaaaa.jpgBon là je me sauve parce que ma fille avait des copines hier soir et elles ont sacrément revisité mon sous-sol, j’ai eu du mal à le reconnaître.

Comme dit Mamema, « andersch isch nit unbedingt besser » (Différent ne veut pas forcément dire mieux).

 

 

 

  Huguette Dreikaus ?  ce n'est pas moi.... 
mais toutes les deux... alsaciennes  ....

Repost 0
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 12:30

 

 

 

 

 

Sous le soleil de braise

L'automne a jeté ses sortilèges

Sur la forêt rose et or..

Dans le bruissement des herbes

Quelques feuilles mollement se posent

Sur les eaux troubles de l'étang morose ;

La barque grise a perdu ses amarres

Restant figée parmi les roseaux

Vacarme assourdissant des oiseaux sauvages...

 

La fille aux yeux d'or

Se fond dans le décor

Elle respire lentement

Essayant de calmer la tempête

Qui souffle dans sa poitrine

Elle rassemble sa lourde chevelure

Le regard perdu, vide de chimères

Portant  la transparence des eaux amères...

 

Elle fixe ardemment l'horizon

A travers ses larmes

Crépuscule orange

Sur la plaine rhénane..

 

 Son visage

Est une blessure

En plein coeur.

 

 

 

Ghislaine du Teilleul

Echo Alsace 25 10 2013

Repost 0
Published by Simone - dans @ Alsace
commenter cet article
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 19:35

 

 



 

C’est l’histoire d’un Belge qui avait envie de pécher, il se pose sur la glace, sort sa scie, fait un petit trou, et sort sa canne à pêche. Il entend une voix grave lui dire :
- Il n’y a pas de poisson monsieur.
Le Belge se retourne et ne voit personne.
Il entend la même voix lui répéter :
- Il n’y a pas de poisson ici !
Le Belge se retourne et demande :
- Qui est là ? Qui me parle ?
La voix répond :
- C’est le directeur de la patinoire ! Veuillez sortir s’il vous plait !!!
 

 

 

 

 

 

  

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents