Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 08:00

 

 


Cat Stevens, pseudonyme de Steven Demetre Georgiou, né le 21 juillet 1948 à Londres, est un chanteur, musicien et auteur-compositeur britannique.

 

Morning has broken, like the first morning
Le matin s'est rompu, comme le premier matin
Blackbird has spoken, like the first bird
Le merle a parlé, comme le premier oiseau
Praise for the singing, praise for the morning
Louanges au chant, louanges au matin
Praise for the springing fresh from the word
Louanges à la provenance fraîche du monde

Sweet the rain's new fall, sunlit from heaven
Douce la pluie qui vient de tomber, ensoleillée par le paradis
Like the first dewfall, on the first grass
Comme la première rosée, sur les premières herbes
Praise for the sweetness of the wet garden
Louanges à la douceur du jardin humide
Sprung in completeness where his feet pass
Complètement visible au passage du pied

Mine is the sunlight, mine is the morning
Mienne est la lumière du soleil, mien est le matin
Born of the one light, Eden saw play
Nés de la lumière, que l'Eden a vu jouer
Praise with elation, praise every morning
Glorifier avec exaltation, glorifier chaque matin
God's recreation of the new day
La recréation de Dieu d'un jour nouveau

 


 

 

 

 

1971

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 08:30

 

 

 

 

 

 

« Si vous faites partie des Renseignements généraux, vous savez que je suis “femme seule qui vit seule”. Avec un chat !
Ne me dites pas “C’est beau la solitude !” Repensez à toutes ces belles disputes autour du tour de passage à la douche ou autres lieux d’hygiène avec rinçage aquatique. Quelle ambiance ! Repensez à la lecture interactive du journal quand vous vous regardiez tempêter l’un à cause de l’ésotérisme des mots croisés, l’autre à cause de la nullité de son club de foot. Repensez ! Non, la solitude, ce n’est pas beau ! C’est se farcir la même confiture pendant des semaines. C’est se gratter le dos avec une horrible tige terminée par une main comme prélevée sur un cadavre en céramique. C’est avoir des masses de yaourts qu’on a congelés parce qu’on ne les aime pas mais qu’ils sont fatalement inclus dans le pack de 4. Bon, je m’arrête là car comme dit Mamema : “Quand les confidences deviennent pathologiques, il faut aller voir un psy ou s’inscrire chez Sophie Davant”.
Laissez-moi tranquille !
Vous me direz “Je vois, la solitude vous pèse”. Non ! Il y a des moments où je me sens envahie, où je suis la Saint Trop’ du mois d’août, où je suis l’A4 du matin, où je suis le parking de l’hyper du vendredi. “Stop ! Barrez-vous !” Que fait chez moi cette blonde peroxydée qui veut me fourguer des gaines massantes, des radios-râpes à fromage ? Que font chez moi tous ces voleurs, ces étripeurs, ces décapiteurs, ces tueurs, tous ces malfrats qui choisissent de perpétrer leur forfait sous la lampe-gondole de mon écran plat ? Que font chez moi toutes ces stars qui me gavent avec leurs exhibitions sur la pellicule d’un film, sur la mémoire vive d’un CD ou sur le canapé de Drucker ? Que font chez moi ces humoristes inscrits dans les lois pérennes du CSA et qui déraillent plus qu’ils ne raillent ? Il faut arrêter. Laissez-moi tranquille ! Go home ! Non mais, est-ce que moi j’essaie de vendre mes maniques “tricotées main” à Bellemare ? Est-ce que moi j’essaie de danser dans le salon de M. Po kora ? Oust ! Et je ne vous parle pas de ceux qui m’appellent vingt fois par jour pour m’avertir que j’ai le capricorne dans la charpente, que je suis si géniale que je peux produire mon électricité moi-même. Foutez-moi la paix !

 Hier j’ai choisi la solitude totale. Je suis allée la chercher dans le silence des bois. Là où on ne rencontre personne. Si ce n’est un chien abandonné qui vous aboie dessus écumant de rage. Personne. Si ce n’est un chasseur fusil au poing qui vous dit “Soyez prudente”. Personne. Si ce n’est un couple de nudistes dans une voiture qui vous crie : “Ça t’a fait du bien de mater !” 

000000aaaaa.jpgC’est bon la solitude ! Goûtez-la ! Fermez les volets. Dévissez les fusibles (sauf ceux du congélateur). Asseyez-vous dans votre fauteuil multiconfort. Allongez les jambes ! Fermez les yeux. Voilà ! Faites comme moi, voilà ! Pardon ? Si j’ai pensé à débrancher le fer à repasser ? Si je ne me sens pas gênée d’avoir refusé l’invitation de mémé Muller ? Si je ne vois pas que les vitres sont sales ? “Au secours, faites la taire !”  

Rien à faire. Cette inéluctable voix intérieure ne nous quittera jamais. Comme le chante le poète “La solitude ! Ça n’existe pas !” Le silence non plus.

 

  Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi.... 
mais toutes les deux... alsaciennes  ....

Repost 0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 12:30

 

 

 

 

 

Image du Blog ageheureux.centerblog.net-------------------------------------------------------------------------------------

 

Demeurez vous-même.
Et non un autre.
 N'importe qui, ce n'est personne.
 Fuyez les douceurs lâches de l'anonymat.
Chaque être a un destin unique.
 Accomplissez le vôtre,
 les yeux ouverts, exigeant et joyeux.
Rien n'atteint jamais la dimension d'un homme.
S'il manque quelque chose à votre vie,
 c'est parce que vous n'avez pas regardé assez haut.

Un homme n'est vraiment un homme
que s'il accepte tous les jours avec courage,
avec force, avec persévérance et avec joie
de recommencer la vie.

 


Raoul Follereau

 

 

Raoul Follereau 1903-1977  écrivain et journaliste français


 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 12:30

 

 

Un monsieur complètement bourré vient sonner avec insistance chez des gens en pleine nuit.
 L'homme de la maison se lève et
demande furieux :
Qu'est-ce que tu veux ?

L'autre lui répond :
Viens me pousser ! Il faut que tu viennes me pousser !

Excédé le propriétaire de la maison lui dit :
Je ne te connais pas  et en plus il est 4 heures du matin, tu me réveilles pour me dire de te pousser et j'en ai pas envie, alors dégage d'ici et ne me dérange plus !

De retour dans la chambre, il se remet au lit, mais sa femme qui a tout entendu, le sermonne :
Quand même tu exagères, cela t'est déjà arrivé d'être en panne la nuit, tu aurais pu le pousser ce pauvre type.

Ouais, mais il fait froid et en plus il est bourré !
Raison de plus pour l'aider, il ne va pas y parvenir tout seul. Non ? Vraiment, je ne te reconnais pas, je suis très déçue de ton attitude...!
Son mari, pris de remords, se rhabille et descend.
Il ouvre la porte et crie :
eh mec ! C'est d'accord, je me suis habillé exprès pour venir te pousser !
Tu es où ?
Et le mec bourré répond : là, sur la balançoire...!

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 13:05

 

 

    PACS
  Paix Amour Calin Simplement


    PAF
  Police Aux Fesses

   
    PAL
    Prostituée d'Alsace Lorraine

   
    PC 
    Pas Croyable

   
  PCF
    Pas Cap' de l'Faire 

              Petite Confiserie Fantaisie
                  
    PDF
Particulièrement Difficile à Faire


    PENTIUM
            Processeur Excessivement Nul
Tellement Il Utilise la Mémoire


    PMU 
Poste Médical d'Urgence


    PR 
  Parti de Rien


     PS 
   Pote de Sarkozy


    PSG 
   Perdre Sans Gloire

               Petits Supporters Grognons
      
    PTT
Pèse Trois Tonnes

                 Personnel Traumatisé par le Travail
                  Petits Travaux Tranquilles
                   
    RAF
   Rien A Foutre


    RAS 
     Rien A Secouer

                
    RATP
                Radis, Aubergines, Tomates, Poireaux
                Rentre Avec Tes Pieds
                Reste Assis, T'es Payé
                Râle Autant que Tu Peux
                Regret d'Avoir des Transports Pourris
        
    RDS
Retour De SégolaIne


    REP
Régiment d'Egorgeurs & Pochetrons


    RER
    Rail En Rut

                   Rarement En Retard

    RIP
Reconnu d'Intérêt Pédagogique


    RIS
    Ramassis d'Invraisemblances en Série

                  rassemblement d'individus suspects
      
    RMC 
   Remettez Moi ça


    RMI 
Remercie-Moi, Ingrat !


    RPR 
   Retour de la Pintade à Roulette !

             
    RSA
Remets, Sur l'Ardoise...


    RTT 
  Retiens-Toi de Travailler

        Remets Ta Tournée

    SAAB
Supérieur Aux Autres Bagnoles

    
    SAV 
  Sévices Après et Vents

               Spécial Arnaques & Voleurs
      Sans Aucun Vélo

      SDF
Salade De Fruits

                Sans Difficultés Financières
                Sardines Du Finistère
                Stade De France
               Samedi Dimanche et Fêtes
     
    SEAT
Saloperie Espagnole Assemblée à Ténérife


    SECAM
               Surtout Eviter la Compatibilité Avec le Monde

    SIDA 
Salaire Identique Depuis des Années


    SIMCA
        Société Internationale de Moteurs
Constamment Arrêtés...


    SMIC 
Salaire Meilleur qu'une Indemnité de Chômage


    SMS 
Syntaxe Menaçante et Subversive


    SNCF
Savoir Nager Comme Fernandel

        Source Naturelle des Catastrophes Ferroviaires
        Sans Nous C'est Foutu
          
    SVP 
Sarkozy Vouloir Présidence

       
    TB 
   Très Bizarre 

               
    TER 
Train En Retard


    TF1  
   Télé de Fachos n° 1

         
    TGV 
    Très Grave Vérole

     
    TMC
Ta Mère en Caleçon


    TP 
   Troll Provocateur


    TSF 
  Tartine Sans Fromage


    TTC 
Ta Tante en Calebute

    
    TVA 
T'es Vraiment Allumé

         Tout Va Augmenter
     
    TWA 
Two Weeks After


    UCPA 
   Union des Célibataires Privés d'Amour

 
    UDF
               Union De Fripouilles
               Uniroyal Dunlop Firestone

    ULM 
  Union des Loups de Mer


    UMP
             Un Mari Perdu
              Un Mauvais Pari
              Union des Mangeurs de Pommes  
              Urgences Médicales de Paris
   
    UNR 
  Union des Nullités Réunies


    URSS
             Unité de Réservation de la Saint-Sylvestre          
    URSSAF 
U.R.S.S. A la Française


    USB
               Union pour un Socialisme Beauf,
               Union des Suspicieux Bornés

    UTA
Un Taf Acceptable


    VDQS
Vin De Qualité Subalterne

   
    VIP  
   Vieil Impotent Pitoyable

      
    VPC 
    Vacances Pour Célibataires


    VRP 
   Vieux Richou Paumé


    VSD
        Véritablement Sans Déontologie
        Véritablement Super Débile
    
    VSOP
        Verse Sans Oublier les Potes
        Very So Old Pornography

    VVF 
  Véritable Vendeuse de Fromages


    WC  
Wouah ! Chouette !

        Wagonnet de Crotte

     ZAC 
Zone Assez Catastrophique

      
    ZUP 
  Zigoto Urinant Poétiquement

 

 

le début....
AE
FN

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 13:27

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 


Le bonnet est de retour Il est rouge. Il parle ou plutôt si tu en portes un, tu es accosté : « Bravo de lutter contre l’écotaxe ».
Tu ne dis rien. Tu continues ta route. Tu n’oses pas dire que tu portes un bonnet rouge pour protéger tes oreilles et éviter de douloureuses otites.

La casquette ou le béret
Décidément, nous vivons dans un monde où tout devient symbole politique ou révolutionnaire : la barbe, le bonnet, la casquette. Il faut bien réfléchir avant de sortir couvert ou avoir ses explications prêtes. On ne sait jamais, des fois que les Renseignements généraux vous ficheraient.

Le nouveau signe fort de la rue est le bonnet rouge.
« Tu portes un bonnet rouge ! Tu fais de la politique ? »
- Non, je porte le bonnet du commandant Cousteau. J’aime les poissons. D’ailleurs je suis en route vers la wynstub pour manger des harengs à la crème avec des patates à l’eau. »

Il en fait couler de l’encre, le bonnet rouge. Il représente une attitude de rébellion. Les ados en demandent, eux qui sont toujours contre tout. Même contre le port traditionnel de la casquette puisqu’ils la portent visières à l’arrière. Ou sous la capuche d’un jogging.

L’idéologie contre le folklore
« Oui mais la casquette sous la capuche d’un jogging ça fait plus Kaïra que révolutionnaire », me dit Quentin qui porte le béret du Che, un autre révolutionnaire.

C’est fou ce qu’il ya comme révolutionnaires avec des boutons d’acné et des boîtes de soda à la main. Il faut décrypter les bonnets. C’est comme pour les chauves. Tu ne sais pas s’ils sont chauves parce qu’ils appartiennent aux crânes rasés ou aux gens victimes de pelade. Il faut toujours se garder de porter des jugements.

Pour le bonnet d’âne, on connaît la signification. Il ornait la tête de ceux qui ne savaient pas que le chapeau de cime est tombé dans l’abîme ou que le carré de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des deux autres côtés. Mais c’était un bonnet à usage intime, dont le port était confiné à une salle de classe.

Pas de quoi révolutionner un pays comme le bonnet rouge des Bretons qui ont donc renoncé un temps (indéterminé) à leurs chapeaux ronds. L’idéologie contre le folklore.
« Les bonnets rouges » est une expression largement citée dans la presse et souvent suivie de « sont dans la rue » ou « ont démonté des portiques ».

Plus rien ne se fait sans une abondance de produits dérivés. Casquettes, bonnets, écharpes, T-shirts. La pensée s’incarne dans le textile.
000000aaaaa.jpgJ’ai voyagé un jour dans un train de nuit avec les gens de la CGT bonnets rouges et écharpes rouges, le rouge Mao… et des fans du Racing, bonnets bleus et écharpes bleues. Il y avait des bouteilles, des cris à casser les oreilles, des grossièretés sans pareil, bref une nuit sans sommeil. Comme dit Confucius, « il y a des circonstances où bonnets rouges et bonnets bleus c’est bonnet blanc et blanc bonnet ».

 

 

 

 

  Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi.... 
mais toutes les deux... alsaciennes  ....

Repost 0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 18:42

 

 

 


La Mélodie du bonheur (The Sound of Music) est une comédie musicale composée par Richard Rodgers sur des paroles de 

Oscar Hammerstein né le 12 juillet 1895 à New York et mort le 23 août 1960 à Doylestown, en Pennsylvanie, est un librettiste américain, auteur, parolier et producteur de comédies musicales.

 

La Mélodie du bonheur (The Sound of Music) est un film musical américain de Robert Wise sorti en 1965.

 

 

 

 

 

 

 

 

Edelweiss, edelweiss
Sois toujours notre emblème
Fleur si blanche, tu te penches
Pour saluer ceux qui t´aiment
Contre l´assaut des vents et des neiges
Le ciel te protège
Edelweiss, edelweiss
Veille sur nos montagnes

Edelweiss, edelweiss
Every morning you greet me

Small and white clean and bright
You look happy to meet me
Blossom of snow, may you bloom and grow
Bloom and grow forever
Edelweiss, edelweiss
Bless my homeland forever
 

Edelweiss, edelweiss
Toi l'amie des nuages

 Fleur de neige ou de ciel
Tu vis libre et sauvage
Veille sur le pays de mes amours
Tout au long des âges
Edelweiss, edelweiss
Veille sur mon village

Edelweiss, edelweiss
Quand le ciel fait naufrage
Tu attends le soleil
Dans la nuit des alpages
Car tu sais bien qu´il revient toujours
Après les orages
Edelweiss, edelweiss
Veille sur mon village

 

 

 

 

 Version allemande....
les autres vous connaissez ....

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 12:00

 

 

 

 

 

 

 

 

Le  passager d'un taxi se penche vers l'avant pour poser une  question au chauffeur et lui touche l'épaule doucement  pour attirer son  attention.    Le  chauffeur lâche un cri, perd le contrôle du véhicule, évite un  autobus de justesse, monte sur le trottoir et s'arrête à  quelques  centimètres  de la vitrine d'un magasin !    Pendant quelques instants c'est  le silence, puis le chauffeur, d'une voix tremblante : 
   Je  regrette, mais vous m'avez vraiment fait peur !
  Le passager s'excuse en disant qu'il ne pensait pas qu'un simple toucher sur l'épaule pourrait l'apeurer autant.     Le chauffeur répond  :
Ne vous excusez pas, c'est entièrement de ma  faute. C'est  ma première journée de taxi. Pendant 25 ans, j' ai conduit un  corbillard.

 

 

 

 

 

  on connait....je sais...mais pas grave signature 1

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 08:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a des jours où toutes les phrases commencent de la même façon. Des jours où les émotions se concentrent et les conversations deviennent si urgentes que l’on pousse le chariot dans les rayons d’une supérette ou que l’on s’assied sur les chaises d’un café pour trouver une oreille où déposer ses exclamations et ses interrogations. « Faut-il que… ? Etait-il nécessaire que… ? » « Oh la vache, pourquoi… ? »

Il y a des jours comme celui d’aujourd’hui, le jour des morts, où on se pose des questions sur ces choses qui disparaissent de notre vie, sur ces repères fixes qui sont gommés du paysage par une kyrielle de décisions politiques, économiques et financières.

Ma Coop a disparu. Finies les odeurs mélangées de pain chaud, de harengs saurs et de pommes. Finis les albums de timbres à coller avec dans la tête l’image de la sauteuse ou des serviettes- éponges qui nous reviendraient, une fois toutes les pages remplies. Finis les caramels à un centime distribués par la Coopé Jeanne comme des oscars de bonne conduite.

Et voici la fin de la Redoute. La Redoute à Roubaix. Toute une époque. L’époque de ce catalogue qui, dans certaines familles, constituait un des éléments de cette bibliothèque populaire dans laquelle on trouvait aussi « Le chasseur français », le catalogue « Manurhin », le « Messager Boiteux » et les almanachs réunis de Saint-Joseph, Sainte-Odile et DNA.

Fantasmes

Le catalogue de la Redoute était attendu comme on attendait les cartes postales de la mer ou les mandats. Pour pouvoir actionner la machine à rêves. Maman rêvait devant les robes en coton fleuri. Mamema rêvait d’avoir les reins bien au chaud dans d’invraisemblables corsets roses avec des kilomètres de lacets. Moi je regardais les hommes en marcels et en caleçons moulants. La Redoute m’offrait des fantasmes et des nounours avec des yeux en boutons de bottine pour commandes au-delà de 150 francs. Ach ! Que d’émois et que celui qui n’a pas vibré devant les pages de soutiens-gorges et de gaines me jette la première boule à neige (c’est pour ma collection !)

La Redoute, c’est fini. La rue de la Redoute dans ma bonne ville de Haguenau aussi. Concours de circonstances ? Haguenau détruit les casernes de la rue de la Redoute. Ce lieu où la fille à soldat que j’étais attendait son amoureux puis son mari. Je ne verrai plus ces fenêtres dans lesquelles je le voyais apparaître, ces portes dont je le voyais sortir, ces places où je le voyais défiler.

000000aaaaa.jpgC’est le jour des morts. Un jour sans. Il n’y a plus de timbres dans les Coop… Il n’y a plus de soldats dans les casernes. Comme dit Mamema : « Il faut savoir tourner les pages. » Oui, mais on ne peut plus les tourner dans le catalogue de la Redoute.

 

 

 

 

  Huguette Dreikaus ?  ce n'est pas moi.... 
mais toutes les deux... alsaciennes  ....

Repost 0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 01:21

 

 

 


 

 

 

 

 

 

chardon.jpg

Il était une fois un homme parfait et une femme parfaite qui se rencontrèrent. Après s’être fait la cour, ils se marièrent ; leur union était bien sûr parfaite.

Une nuit de réveillon de Noël, ce couple parfait conduisait sa voiture parfaite le long d’une route déserte lorsqu’ils remarquèrent quelqu’un en détresse sur le bord de la route.
Étant parfaits, ils s’arrêtèrent pour donner leur aide. La personne en détresse était le Père Noël, avec sa hotte remplie de cadeaux. Ne voulant pas que des milliers d’enfants soient déçus une veille de Noël, le couple parfait pris le Père Noël et ses jouets à bord de la voiture parfaite et l’accompagnèrent pour la distribution des cadeaux.

 


Malheureusement , à cause du mauvais temps, le couple parfait et le Père Noël eurent un accident. Seulement l’un d’entre eux survécu cet accident.

 

 

 

Lequel ?

 

 


 

La femme parfaite a survécu.

 

 

 

En fait, c’est la seule personne de cette histoire qui existe vraiment. Tout le monde sait bien que le Père Noël et l’homme parfait n’existent pas.
Les femmes s’arrêtent de lire à partir d’ici, c’est la fin de la blague.

Les hommes peuvent continuer.



Continuez de descendre
(seulement les hommes , j’ai dit !!!!)


Donc, si le Père Noël n’existe pas, pas plus d’ailleurs que l’homme parfait, la femme devait forcément conduire… Cela explique l’accident.

 

 


    D’autre part, si vous êtes une femme et que vous êtes en train de lire ceci, nous sommes en train d’illustrer une autre vérité :

 

 

 

 

Les femmes n’écoutent jamais ce qu’on leur dit  !!!

 

 

même pas vrai...cause toujours .... 

 

 

Histoire connue....mais pas grave....
on fera mieux la prochaine fois ....!


 


 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents