Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 00:02

 

vbvv

 

 

 

 




Faciles à voir sont les fautes d'autrui ...
Celles de soi, sont difficiles à voir !
Nous sommes ce que nous pensons.
Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées.
Avec nos pensées nous bâtissons notre monde.
Le temps est un grand maître…
Le malheur, c’est qu’il tue ses élèves.
Rester en colère ;
C’est comme saisir un charbon ardent avec l’intention
de le jeter sur quelqu’un et c’est vous qui vous brûlez.

Il y a plus de larmes versées sur la terre qu’il n'y a d’eau dans l’océan !
Si le problème a une solution, il ne sert à rien de s’inquiéter…
Mais s’il n’y a pas de solution s’inquiéter ne changera rien…
Quel que soit le nombre de saintes paroles que vous lisez,
que vous prononcez, quel bien vous feront-elles
si vos actes ne s’y conforment pas…


 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Top
commenter cet article
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 10:30

 

 

  
Tête de boule chaude  qu’on nourrit, qu’on élève.
Petit animal qui cahote sur ses pattes,
glisse sur les postérieures, 
écroulé sur son ventre tendre et mou de bébé trop nourri.
 
   
Chien enfant que l’on aime,  que l’on instruit du mieux qu’il peut.
Dont on a la fierté de la patte donnée.
Dont on a la tendresse, la chaleur,  le silence qui parle,
les yeux qui vous regardent.

Chien compagnon, chien de la promenade qui gambade avec vous,
s’en va pour revenir avec le plus beau des présents :
un caillou, une branche,  son amour qui rythme votre vie
et vous force à la vie.
 
Chien qui donne : un regard, la poussée d’une tête,
un œil doré d’amour, une patte.
    
Chien qui accepte un soin, une caresse, une tape, un reproche.
   
Chien qui est votre enfant, mais qui devient le parent
qui vieillit avant vous,  que vous voyez marcher
lorsqu’il aimait courir,  se lever pesamment,
venir vers vous  avec la lenteur de l’âge.
   
Chien qui s’abîme, s’use avec la vie, chien qui déroule
en douze ans une vie, vieux chien qu’on aime,
et qui s’éloigne, et qui s’en va,  qui est parti
et que l’on pleure.
 

 
Christian CHABELLARD

 

17.12.2006

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 00:05

 

 

 

 

 

 

 

Nous n’avons plus assez d’une vie. Dans tout ce temps libre laissé par les RTT, les fermetures nocturnes des magasins, des lave-linge, sèche-linge, les maisons de retraite et les haltes-garderies, l’ennui gagne.

Trop de temps pour soi et il n’y a plus assez de « moi » pour meubler ce temps à soi. Alors on puise dans le « ça » et le « surmoi » pour des jeux de rôle réels ou virtuels.

Germaine fait Fanon la chevrière dans des fêtes médiévales, quant à Kevin il psalmodie des vers en latin dans une représentation illustrant la vie des abbayes durant la saison estivale. Dédé le garde champêtre fait Dalida les soirs de discothèque et lui coud de nouvelles tenues les jours de fermeture. Laura se la joue effeuilleuse avec sa webcam pour se sentir femme dans la station météo du pôle où elle est toute seule. Jason poste des vidéos avec ces gags du jour pour faire le buzz sur le net à défaut de le faire en classe. Virginie s’est créé un deuxième compte Facebook au nom de Soeren Delmont et elle entretient avec elle-même une correspondance amoureuse qui ferait pâlir d’envie Balzac et Madame Hanska. Ernest le brave retraité fait d’acrobatiques hold-up avec son joystick. Qui est qui ? Où est la vraie vie ?

« Gentleman cambrioleur », « Ministre voyou », « Infirmière meurtrière », « Fille Mère », que de vies à deux volets ! Où est la vérité ?
Victor Hugo disait qu’il faut se rêver des vies surtout si on n’en a aucune !
La vie est peut-être trop courte pour ne pas en vivre plusieurs à la fois ? « Vous parlez au cuisinier ou au cocher ? », disait déjà Maître Jacques dans L’Avare de Molière et il avait deux costumes comme Don Diego qui est aussi Zorro, comme Ken Clark qui est aussi Superman, comme ce brave employé du gaz qui était aussi l’étrangleur de Boston.

Wieviel Seelen wohnen in unserer Brust ? Combien sommes-nous à l’intérieur ? Dans la vie virtuelle on croise des gens virtuels parce que dans la vraie vie on ne rencontre pas assez de vrais gens. « Jean avait cinq vrais amis et 5 000 amis Facebook ». Oui, mais à son enterrement ils n’y avait que les cinq vrais amis. Peut-être parce que sur son profil il n’a pas pu mettre « Je suis mort » et ainsi avoir 4 352 « J’aime » et 45 RIP. Jean, le vrai, reposera dans son urne depuis des lustres et son compte Facebook sera toujours actif parce que Sonia va continuer à l’inviter à jouer à Farmville, Cédric va continuer à publier des pensées positives sur son mur: « Le soleil est toujours au-dessus des nuages.» Si on a deux vies, il y en a une qui peut durer après la mort.
Et l’amour dans tout ça ?
000000aaaaa.jpg« Louis aime Isabelle », oui mais quelle partie de Louis aime quelle partie d’Isabelle ? Bien des mariages se brisent quand l’un change de métier ou de look. « J’ai épousé Barbie, je ne veux pas vivre avec une bouteille de butane. » – « J’ai épousé Tarzan, je veux quitter Schlofkapp ». Rien n’est simple.
Confucius dit : « Celui qui n’a qu’une vie a une vie simple et c’est un être simple ». E Simpel ?

 

 

 

 

Simpel.....idiot

 

Repost 0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 00:02

 

 

 

 

 

 

 

C haque fois que je te vois

H orreur mon coeur est en émoi
O te-toi de mon regard
C ache-toi dans ce placard
O serai-je soulever ce papier doré
L à ! devant moi pour me narguer
A ttention je ne réponds plus de moi
T a dernière heure arrive prie...
ô CHOCOLAT

 

 

 

 

 

 

CHOCOLAT
un

C aprice
H onteux et
O nctueux que l'on
C roque en toute
O ccasion avec
L égèreté,
A mour et
T endresse.
Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 00:00


 

 

 

 

  Un jour, quand mes enfants seront assez vieux pour comprendre la logique qui motive un parent, je vais leur dire, comme ma maman méchante m'a dit :
''Je vous ai aimé assez pour vous demander où vous alliez, avec qui, et quand vous seriez à la maison.
Je vous ai aimé assez pour être silencieuse et vous laisser découvrir que votre nouveau meilleur ami n'était pas fréquentable...
Je vous ai aimé assez pour me tenir plantée là dans le cadre de porte
pendant deux heures tandis que vous nettoyiez votre chambre, une affaire de 15 minutes !
Je vous ai aimé assez que je vous ai laissé voir la colère, la déception et les larmes dans mes yeux.
Les enfants doivent apprendre que leurs parents ne sont pas parfaits.

Je vous ai aimé assez que je vous ai laissé assumer la responsabilité de vos actions même lorsque les pénalités étaient si dures qu'elles ont presque brisé mon coeur.

Mais surtout, je vous ai aimé assez pour dire NON quand je savais que vous me détesteriez pour ça. Telles étaient les batailles les plus difficiles de toutes.
Je suis heureuse de les avoir gagnées, parce qu'à la fin vous y avez gagné, aussi.  Et un jour quand vos enfants seront assez vieux pour comprendre la logique qui motive des parents, vous leur direz.

 
Votre mère était-elle méchante ?
La mienne l'était.
Nous avons eu la mère la plus méchante du monde entier ! Pendant que d'autres enfants mangeaient des sucreries pour déjeuner, nous avons dû manger des céréales, des oeufs, et des rôties.

Quand d'autres ont eu du Pepsi et des Jos-Louis pour le dîner, nous avons dû manger des sandwichs.  Et vous pouvez deviner que notre mère nous a fait des dîners qui étaient différents de celui des autres enfants.

Ma mère a insisté pour savoir où nous étions en tout temps. On aurait pu croire que nous étions enfermés dans une prison. Elle devait savoir qui nos amis étaient et ce que nous faisions avec eux.

Elle insistait pour que si nous disions que nous serions partis une heure, et bien nous serions partis pendant seulement une heure, ou moins.

Nous avions honte de l'admettre, mais elle a eu les nerfs d'enfreindre la loi sur la protection des enfants concernant le travail en nous faisant travailler.

Nous avons dû faire
-  la vaisselle, 
-  nos lits, 
apprendre à faire cuisine,
passer l'aspirateur,
-  faire le lavage, 
-  vider les poubelles
 
et toutes sortes d'autres travaux cruels.

Je pense qu'elle se réveillait la nuit pour imaginer de nouvelles tâches  à nous faire faire... Elle a toujours insisté pour que nous disions la vérité, juste la vérité, et rien que la vérité.
Au moment ou nous sommes devenus adolescents : elle pouvait lire dans nos esprits et avait des yeux tout le tour de la tête. Puis, la vie est devenue vraiment dure !
Ma mère ne laissait pas nos amis juste klaxonner quand ils venaient nous chercher ...ils devaient venir à la porte pour qu'elle puisse les rencontrer.

Pendant que chacun pouvait fréquenter un ou une petit(e) ami quand ils avaient 12 ou 13 ans,  nous devions attendre d'avoir 16 ans.

A cause de notre mère, nous avons manqué beaucoup de choses que d'autres enfants ont expérimentées. Aucun de nous n'a jamais été pris pour vol à l'étalage, vandalisme ou même arrêté pour tout autre crime.

Tout était de sa faute !!

Maintenant que nous avons quitté la maison, nous tous sommes instruits et des adultes honnêtes.
Nous faisons de notre mieux pour être des parents méchants comme maman l'était.
Je pense que c'est ce qui n'est pas correct avec le monde aujourd'hui.

Il n'y a pas assez de mamans méchantes !

 

 

Repost 0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 12:35

 

Image du Blog cristal33.centerblog.net

Repost 0
Published by Simone - dans Ich
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 07:00

 

 

 

 

 

 

 

 

                  En ce joli mois de mai
                      Enlève ton bonnet
                     Enfile ton chemisier
               Et va en forêt te promener
  
            En ce joli mois de mai
     Cest le soleil qui te sourit
             On cueille du muguet
         En compagnie de ses amis


             En ce joli mois de mai
           Les cigognes sont de retour
    Sur les clochers aux alentours
     Et annoncent
les futurs nouveau-nés



          En ce joli mois de mai
       On aperçoit les hirondelles
        Qui volent haut dans le ciel
         Le printemps est arrivé


                   En ce joli mois de mai
              Souris et oublie tes soucis
                  Et ta vie sera plus jolie.

 

Les résidents de l'Accueil
de jour de Dorlisheim

L'Echo d'Alsace mai 2013

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans @ Alsace
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 11:00

 

 

En ancien français, piquer c'est picorer
et une nique c'est une petite chose.

Un repas collectif pris à la campagne ou dans la nature
 
Le mot est d'abord attesté à la fin du XVIIe siècle dans la forme faire un repas à pique-nique qui voulait dire « faire un repas où chacun soit apporte quelque chose à manger, soit paye sa quote-part ». Un siècle plus tard on pouvait aussi trouver la forme faire un pique-nique sans que la signification change.
Et ces repas pouvaient se faire aussi bien en extérieur, que chez quelqu'un, voire dans une auberge. C'était donc un peu l'équivalent de ces repas entre amis d'aujourd'hui où chacun amène une partie de ce qui se trouvera dans les assiettes.

La première, pique, viendrait du verbe piquer avec le sens de « picorer » utilisé au XVIIe siècle (par allusion aux oiseaux ou aux poules qui picorent des graines de-ci de-là).
La deuxième, nique, n'a rien à voir avec Domi, ni avec une quelconque activité sexuelle. En effet, toujours à la même époque, une nique désignait « une petite chose sans valeur ». Elle a aussi désigné une petite monnaie.

L'assemblage des deux, qui a bien entendu été favorisé par la rime, symboliserait donc les petites choses que chacun amène pour picorer, puisqu'on y mange un peu de chacun des plats.

Cela dit, l'étymologie du mot n'est pas certaine et elle a fait couler pas mal d'encre au cours du XIXe siècle.

Les anglais nous ont ensuite piqué le mot qu'ils ont transformé phonétiquement en picnic. Mais on ne s'est pas laissé faire et on le leur a repris au XIX siècle avec cette fois la même acception que la leur, à savoir un « repas collectif pris à la campagne ».

 

 

 

Un roi anglais se promenait avec sa petite "amie" lorsqu'ils décidèrent de prendre leur repas dans l'herbe. Ils avaient beaucoup à manger, cependant il n'y avait qu'un seul brownie (qui n'avait pas encore le nom de brownie). Le roi, en tant que roi, décida qu'il était de son droit de prendre l'unique brownie. Mais à cet instant, il eu envie pressante, et alors, dans un élan de rapidité déclama très rapidement.
"Bon, le repas était bon, et le dessert,même si je ne sais pas comment il s'appelle, mais si tu me le piques, je te nique."
Pourtant, la jeune princesse ne l'entendis pas de cette façon, tellement le roi parla vite. Elle comprit :
"Le repas était bon, je l'appelle le pique-nique"
Ainsi fut découvert le pique-nique.....

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 17:15

 

 




   Combien d’images avalons-nous par jour ? A raison de 25 images/seconde devant les films et les émissions télé, on doit atteindre les centaines de millions. Le soir, au lit, quand tout est noir, on les fait défiler. On revoit le lever du jour sous la brume, les fleurs du pommier, les taches sur le carrelage de la cuisine, le sourire de Meg Ryan à Tom Hanks. On revoit ces images répétitives que nous envoient les médias réunis.

Et alors ? Alors nos rêves sont peuplés de gens sans visage qui dansent le Gangnam style, installent des bacs de compost ou vérifient leurs prothèses. Sommes-nous dans le message subliminal ? Sommes-nous destinés à danser le Gangnam style devant notre bac de compost avant de rendre féconde l’industrie de la prothèse ?

On ne touche pas à la danse ! La danse a son origine dans la religion. Elle peut être imprécation, en implorant le ciel de nous envoyer de la pluie, du soleil ou du vent pour les éoliennes. La danse peut être appel à l’amour : un slow pour mêler les phéromones, faire vibrer les hormones et faire des mômes afin que le fisc ait toujours des contribuables, que les parcs voient toujours des enfants dans les bacs à sable et que les top-chefs aient toujours des mangeurs à leurs tables. Alors dansons !

Mais pourquoi le Gangnam style ? Les images de ce non-événement se répandent à la vitesse d’un tsunami. On se sentirait presque anormal en ignorant le déhanchement et le hennissement planétaire. Ce Coréen est plus connu que bien des chefs d’Etat, il concentre tant de suffrages qu’on se demande ce qu’il ferait de ce pouvoir s’il lorgnait vers la politique ! Un homme avec un tel prestige planétaire peut finir au bras d’une princesse monégasque… Mamema dit « Tant qu’on danse, on ne pense à rien ». Vacuité cérébrale par la danse du cheval !

Des Témoins du Compost qui vous évangélisent à domicile

On danse et on composte… Pratiquez-vous ce nouveau sport en caisson de bois ? Non ? Pfui alors, vous n’avez rien compris au cycle de vie. Les épluchures de vos carottes, de vos pommes de terre et de vos navets amenderont la terre pour vous donner d’autres carottes, pommes de terre et navets. Les épluchures de carottes peuvent même donner des asperges ou des fraises : tout est dans tout !

Vous n’échapperez pas à ce phénomène. Des Témoins du Compost vous évangélisent à domicile dans un « Humus pro nobis » vibrant et incantatoire. La rédemption est dans le recyclage ; rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme… en fumier.

Tout se transforme et la lèvre devient botox, le sein devient silicone, la hanche devient prothèse et le médecin devient charlatan. Le nutritionniste devient spécialiste de la prothèse mammaire comme le coiffeur peut devenir prof de maths selon le principe : qui sait couper les cheveux en quatre peut apprendre le calcul aux mômes ; qui s’occupe de nutrition peut s’occuper des seins dont sort le premier aliment !

La prothèse sévit. C’est un marché en plein boom. Dans un monde où l’acier meurt, le titane vient de naître à la gloire. Le silicone aussi. Les seins implosent, les procès explosent. Dieu, protégez-nous des prothèses !

000000aaaaa.jpgLe sage a raison quand il dit « On ne peut pas échapper aux modes ». La mode est un impératif radical. Qu’on peut toutefois neutraliser avec un impératif cordial : « Allez vous faire voir… s’il vous plaît ! »

 

 

Repost 0
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 07:00

 

 

  En novembre 2012, Eric Cantona, ancienne vedette internationale de football,
particulièrement en Angleterre (Manchester United)
où il a fait une partie de sa carrière,
tournait un clip pour Kronenbourg et une de ses bières phares, à Bouxwiller,
dans les Vosges du Nord, en Alsace.

 

 

1664

 

 


 

C'est une mort subite de la bière que nous allons avoir !
Nous n'aurons plus qu'à mettre les bières en bière !
Et il ne nous restera plus que des bières tombales !

 

 

 

 

 

 

Une variante rend hommage à diverses bières :

    « Pour être fort, buvez de la Pelforth
    Et pour faire la gueule, buvez Champigneulles,
    En plus de la Kanterbräu pour faire dodo
    Et de boire Kronenbourg pour faire l'amour. »

 

 

 

 

 

signature 1

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents