Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 19:15

 


 

 

 


Il était une fois dans un verger…  une conversation bien étrange… "Tu es pleine de piquants, je vois que tu es tourmentée"  dit la bogue de noix à la bogue de châtaigne.

"Mais non ! Lui répondit sagement la châtaigne, tu juges sur l’extérieur, mais à l’intérieur, je suis très zen et sereine !"

Foutaise ! Lui répondit la noix. ‘Je sais mieux que toi ! Il suffit de te regarder. Vois comme je suis lisse à côté de toi’.

Et elle lui décrivit combien elle était mieux que tous les autres fruits du jardin… Sur ce, le soleil aidant, les deux demoiselles furent bientôt obligées de se mettre à nu. La bogue piquante de la châtaigne fit place à un fruit bien lisse alors que la bogue du noyer s’ouvrir sur une coque de noix bien dure.

‘‘C’est toi qui parlait de tourments ?’ lui dit la châtaigne… ‘Pourquoi as-tu une carapace ? Tu dois être bien tourmentée !’’

La noix s’offusqua et s’étouffa tellement fort qu’elle en fit craquer sa carapace et laissa place à son cœur aussi sinueux et tourmenté que les méandres d’un cerveau !

‘’Laissons nos différences’’ dit la sage châtaigne, ‘’car nous pensons être arrivées au meilleur de nous-mêmes et nous jugeons facilement les autres sur ce que nous connaissons de manière limitée par notre expérience, mais notre but grandiose n’est ni d’être noix, ni châtaigne, mais de nous laisser mourir à la vie, pour nous transformer en notre réel destin : devenir de magnifiques arbres généreux. Et lorsque nous serons arbres, notre destin pourra encore changer et servir la vie sous d’autres formes.

Rien n’est fixe et tout est évolution et transformation permanentes. C’est le grand mystère de l’éternelle vie.

Réjouissons-nous, et profitons de chaque instant, car il est unique et merveilleux. A chaque moment, donnons le meilleur de notre possible, et imaginons une évolution grandiose.

Telle est la réalisation du plan éternel. »

 

Parabole d’éveil de Joéliah©/Lejardindejoeliah.com

 

 

 

 

5 novembre 1941 
La durée légale hebdomadaire du travail
est portée de 48 heures à 60 heures en
Alsace  !

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 19:00

 

 

Camillo Felgen (de son vrai nom Camille Felgen) est un chanteur et acteur luxembourgois né le 17 novembre 1920 à Tétange (Luxembourg), décédé le 16 juillet 2005 à Esch-sur-Alzette (Luxembourg).

Auteur du célèbre tube Sag warum en 1959 sur une mélodie de Phil Spector. Médaille de Bronze au Concours Eurovision de la chanson en 1962 pour le Luxembourg avec le titre « Petit bonhomme ».

 

 


La nuit je m'en vais, seul,
et me demande : Pourquoi ?

Les jours défilent à contresens
Et je me demande : Pourquoi ?

Tu es partie.  Où ?
Je t'ai souvent appelée,
mais tu es restée silencieuse

Tu ne sens pas à quel point
je suis seul

Et je me demande : Pourquoi ?
Pourquoi ?

Je veux être heureux
Mais tu m'as laissé seul
Quand reviendras tu ?
Quand est-ce que la chance
nous sourira ?


Oh oui qu'il serait bien d'être avec toi,
de marcher avec toi.

Mais, je suis seul, toujours seul
Et je me demande : Pourquoi ?
Pourquoi ?

 

1959

 

 mélodie  Phil Spector.

 

 

Nachts geh ich dahin,
ich bin allein, und frag :   Warum ?

Die Tage gehen mir nicht aus dem Sinn
Und ich frag mich : Warum ?

Du gingst fort, wohin ?
Ich rief dich oft, doch du bliebst stumm.

Du fühlst es nicht, wie einsam ich bin
Und ich frag mich : Warum ?
Sag : Warum ?
 
Ich wollt' glücklich sein
Doch du ließt mich allein.
Wann kommst du zurück, sag,
Wann scheint uns das Glück ?

Oh ja, das wäre schön,
bei dir zu sein, mit dir zu gehen.

Doch, ich bin einsam, bin immer einsam
Und ich frag mich : Warum ?
Sag : Warum ?

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 17:54

Ein bißchen mehr Friede und weniger Streit,
Ein bißchen mehr Güte und weniger Neid,

Ein bißchen mehr Wahrheit immerdar,
Und viel mehr Hilfe bei Gefahr.

Ein bißchen mehr "Wir" und weniger "Ich",
Ein bißchen mehr Kraft, nicht so zimperlich,

Und auch mehr Blumen während des Lebens,

Denn auf den Gräbern sind sie vergebens.


Peter Rosegger

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ich
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 12:00

 

 
 



La dernière rose
Je la pose
Là où tu reposes,
Pour le plaisir
En souvenir
De ton doux sourire,
Dans son coeur
J'ai mis mes pleurs
Mes douleurs,
II n'y a pas de secret
Quelques petits regrets
Puisqu'on s'aimait,
Toi qui m'as choyé
Que j'ai aimé
Et qui m'as quitté,
Si tu peux m'entendre
Et me comprendre
Reçois ma rose de Novembre.
 
Henri Ottenwelder
Alsace


Repost 0
Published by Simone - dans @ Alsace
commenter cet article
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 19:51

 

 

L'ultime adieu

"Vous pouvez verser des larmes parce qu'elle s'en est allée,
ou vous pouvez sourire parce qu'elle a vécu.

Vous pouvez fermer vos yeux et prier qu'elle revienne,
ou vous pouvez ouvrir vos yeux et voir tout ce qu'elle nous a laissé.

Votre coeur peut être vide parce que vous ne pouvez la voir,
ou il peut être plein de l'amour que vous avez partagé.

Vous pouvez tourner le dos à demain et vivre hier,
ou vous pouvez être heureux demain parce qu'il y a eu hier.

Vous pouvez vous souvenir d'elle et ne penser qu'à son départ,
ou vous pouvez chérir sa mémoire et la laisser vivre.

Vous pouvez pleurer et vous fermer, ignorer et tourner le dos,
ou vous pouvez faire ce qu'elle aurait voulu :

Sourire, ouvrir les yeux, aimer et continuer ....

Eileen Cicole.

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 00:03

 

 

 

   Quelqu’un t’a dit « je t’aime » aujourd’hui ?
Et toi l’as tu dit aussi ?
Ces simples mots sont tellement importants
Prenez l’habitude de le dire souvent
Ca ne coûte pas cher et c’est doux à l’oreille
On aime l’entendre même dans son sommeil
 
La maman le dit à son enfant
L’amoureuse le dit à son  amant
Pourquoi ne pas le dire à son voisin aussi
Dites le à vos amis (ies) ou à votre mari
Il prend tant de place dans votre vie
C’est un mot si joli
 
Dites le à votre famille, frères ou soeurs
Allez n’ayez pas peur, ouvrez votre coeur
Dites le à une amie (ami) que vous rencontrez
A quelqu’un que vous aviez oublié
A l’infirmière qui surveille votre santé
Quand vous êtes hospitalisé
 
Je t’aime est un petit mot doux
Que tout le monde dira pour vous
Quand vous aurez pris le temps
De le lancer à tous les vents
On récolte ce que l’on a semé
Dit un vieux dicton démodé
 
Mot toujours nouveau
Offrez le comme un cadeau
Dites des « Je t’aime »
Et vous verrez comme on vous aime
A chacun et chacune d’entre vous je vous le dis
« Je vous aime  » aussi

Repost 0
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 18:15

 

 

cc

 

Conte « Refonder l’école », éternelle utopie ?

Il était une fois une petite fourmi qui travaillait dur pour pouvoir survivre. Pendant que son amie la cigale chantait et que l’écureuil recueillait ses provisions, elle se préparait pour affronter la dure loi du monde en obtenant le titre suprême de reine fourmi. Mais les reines fourmis elles-mêmes essayaient de la décourager car ce titre ne valait rien dans le monde sauvage. Une jambe humaine peut les écraser sans même s’en rendre compte. La petite fourmi était découragée mais ayant un esprit combattant, elle ne lâchait pas l’objectif qu’elle s’était fixé. Et effectivement, elle obtint le précieux sésame et put effectuer le travail qu’elle s’était fixé.

Mais malheureusement, l’égalité des chances face à la survie n’existe pas. Alors que les Lions se pavanent au soleil, les fourmis travaillent sans repos. Alors que les Lions ne trouvent que peu d’hostilité dans la jungle, les fourmis risquent de perdre la vie à chaque seconde. Le simple fait de naitre fourmi les désavantage pour la vie. On les pousse à obtenir le titre de reine fourmi pour cacher leur impuissance mais en réalité quoi qu’elles fassent, elles n’ont pas les moyens de survivre.

Un jour l’esprit de la jungle décida de réunir un représentant de chaque race animal afin de pouvoir réorganiser de manière plus juste la formation des animaux face à la survie. L’esprit avait des rêves en tête et pensait pouvoir trouver une organisation optimale de la répartition des chances face à la survie. Mais la réalité en a fait autrement, les animaux puissants face à la survie n’avaient aucun intérêt à permettre à ce que les animaux plus faibles deviennent plus résistants. De plus, les animaux les plus fragiles n’avaient pas les moyens de peser dans le choix étant donné leur pouvoir faible. Au terme de ce dialogue, l’esprit des animaux était dépité. Il n’avait pu décider que de mesures faibles qui pouvaient seulement redonner espoir aux animaux en cachant la réalité de l’injustice mais en ne résolvant rien au problème de fond.

Il autorisa les fourmis à désigner plus de reines pour s’organiser, il interdit les lions d’avoir plus de trois rois de tribu. Mais le problème subsistait. La possibilité de faire face au futur était un peu meilleure mais l’inégalité de chances au départ persistait.

L’aboutissement décevant du débat créé par l’esprit n’avait finalement rien de surprenant. Il avait peur de perdre son pouvoir s’il prenait trop de décisions. Et malgré sa volonté plus fermement établie qu’auparavant de réunir les représentants des animaux pour s’accorder tous ensemble, afin de réformer le système de survie animal, rien ne changeait par rapport aux réunions précédentes. Même si les rassemblements antérieurs étaient moins représentatifs du système de survie, la réflexion plus démocratique établie par l’esprit en réunissant tous les représentants des animaux n’aboutit à rien tant le consensus était impossible.

La morale de cette histoire est que les fourmis continueront à risquer leur vie chaque seconde alors que les lions se la couleront douce comme ils avaient l’habitude de faire auparavant.

Le status quo en matière de survie des animaux est semblable à celui trouvé dans les discussions sur l’éducation au cours des années précédentes. Vincent Peillon a lancé une concertation sur l’éducation jeudi dernier à la Sorbonne. Et si la volonté de prendre une décision collégiale après une concertation élargie est bonne, il semble peu probable que les changements profonds soient opérés tant les intérêts des différents acteurs sur le sujet divergent et tant la peur des conséquences de réformes profondes a toujours été présente chez les ministres de l’Education.

 

Repost 0
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 11:31

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une personne dit en moyenne
quatre mensonges par jour
soit 1460 mensonges par an.

En 60 ans elle aura dit 87600 mensonges
et le mensonge le plus commun
et le plus répété est

 


 

 

Je vais bien.

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 16:05

 

 

 

Ferme les yeux
et le monde devient celui
que tu veux.

Alain Berline
J'ai fermé les yeux et je me suis retouvée dans un pays merveilleux : le pays des rêves. Mais je suis en train de sombrer dangereusement dedans, si bien que je trouve la réalité ennuyeuse et triste.
Emma Lejeune
Tes yeux sont si profonds qu'en me penchant pour boire, J'ai vu les soleils y venir se mirer, S'y jeter à mourir tous les désespérés, Tes yeux sont si profonds que j'y perds la mémoire.
Louis Aragon

Et l'on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens, mais dans l'oeil du vieillard, on voit de la lumière.
 Victor Hugo

Lorsque vos yeux me parlent, c'est mon coeur qui vous écoute.
Michel Vane

Le bonheur a les yeux fermés.
 Paul Valéry
Le bonheur est un Dieu qui marche les mains vides et regarde la vie avec les yeux baissés.
 
Henri de Regnier

 

Le bonheur a les bras ouverts
et les yeux fermés.


 Proverbe Allemand


Le grand courage, c'est encore de tenir les yeux ouverts sur la lumière comme sur la mort.

 Albert Camus

Celui qui ne peut plus éprouver ni étonnement ni surprise est pour ainsi dire mort ; ses yeux sont éteints.
 Albert Einstein

La belle femme plait aux yeux, la bonne femme plait au coeur. L'une est un bijou et l'autre un trésor.


Une femme belle est le paradis des yeux, l'enfer de l'âme, et le purgatoire de la bourse.

 

L'amour ne voit pas
avec les yeux,
mais avec l'âme.



William Shakespeare

J'arrive à comprendre qu'il soit possible de regarder la terre et d'être athée ; mais je ne comprends pas qu'on puisse lever, la nuit, les yeux sur le ciel et dire qu'il n'y a pas de Dieu.

Abraham Lincoln

Comme c'est l'âme qui fait le regard et que les belles âmes sont en petit nombre, les beaux yeux sont assez rares.

 Louis-Sébastien Mercier
J'adore tes yeux mais je préfère les miens car sans eux je ne te verrais pas.
Le secret du bonheur en amour, ce n'est pas d'être aveugle mais de savoir fermer les yeux.


 Simone Signoret
Loin des yeux loin du coeur, proverbe menteur car malgré la distance c'est à toi que je pense.

La beauté est dans les yeux de celui qui regarde.


Oscar Wilde
Débarrasse l'Homme, de la couleur de la peau, de la couleur des yeux, et tu verras la couleur de l'âme. La vraie couleur de l'Homme.
Ndjoc Ngana

 



 

Repost 0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 12:07

 

  cc

 

 

 

 

 

À défaut de pouvoir vivre sans objets : vivre avec cent objets. Et seulement cent.
 
Pas simple, le pari relevé par quelques contre-consommateurs. Un appel au vide. Pour mieux se meubler l’esprit. D’autres remplissent garage et grenier de miettes d’existence, plus ou moins grandes. Eux donnent un coup de balai au quotidien.
 
Méritoire. Et osé. Je pense, donc je jette. Telle serait la devise de ceux qui veulent lever le pied, ne plus dépasser le 100. C’est peu. Le choix s’annonce dramatique, dans ce remue-ménage, du coup remue-méninges.
 
Dans la liste des objets repêchés par les aventuriers de la sous-possession, on trouve des vêtements – encore heureux. Mais pas beaucoup : deux à trois exemplaires par catégorie (haut, bas, dessous).
 
Et puis, en nombre au moins aussi importants, des joujoux électroniques. Pas fous, les nouveaux ascètes : portable, mp3, CD, plus tous les chargeurs afférents.
 
Au jeu de massacre de notre petit monde personnel survivent aussi de (rares) produits d’hygiène. Dont un décomplexé fil dentaire. Sont retenus encore, dans ce drastique quota, de gros morceaux. Non, pas une voiture. L’homo moderato sauve de la poubelle le plus bel objet de consommation passive jamais inventé : la télé.
 
Passons. Réduire l’expérience, même non scientifique, à un simple paradoxe serait injuste. Parce que dans la chasse au futile, dans le grand dézinguage de l’insignifiant, les vidangeurs d’appart ont quand même ce courage de dire non à l’accumulation. En jurant de n’y pas revenir.
 
Respect donc pour les autolimités du consumérisme. Et objection incidente : après avoir balancé les reliefs du passé, faudrait-il aussi se départir du poids, parfois si encombrant, des souvenirs ?
 
Sans histoire, ni mémoire : à n’avoir plus pour soi, entre effet de serre et crise monétaire, que l’avenir. Et encore.

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
publié le 12/03/2012

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents