Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 19:31

 

cvv

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 19:30

 

 

 

 

 

Peux-tu répondre aux 7 questions suivantes avec le même MOT ?

 

 



1.

 

Le mot a 4 lettres



 

 

2.
Il précédait Dieu

 

 


3.
Il est plus grand que Dieu



 

 

 

 

4.
Il est plus méchant que le diable


 

5.
Tous les pauvres l'ont



 

6.
Les riches en ont besoin


 

7.
Si tu le manges tu mourras

 

 

 

 

 

L'as-tu trouvé ?


  
Essaye un peu plus fort
avant de regarder la réponse. 

 

 



 

 

 

 

L'as-tu trouvé ?


 


 

Tu donnes ta langue au chat ?

 





Sois attentif (ve) à la réponse...

 

 

 






La réponse est :

 

 

 

 

 

 

 

Rien



 

 



RIEN
a 4 lettres.



 

 

RIEN
ne précède Dieu. 



 

RIEN
n'est plus grand que Dieu. 

 


 

RIEN
n'est plus méchant que le diable 

 

 

 

Les pauvres n'ont 
RIEN.

 

 

 

Les riches n'ont besoin de
RIEN.



 

 

 

Si tu ne manges
RIEN
tu mourras.

 

 

 

 


Madame,  Monsieur,

Je vous prie de bien vouloir excuser mon absence
pour un certain temps.. un temps incertain......

Veuillez agréer, Madame, Monsieur,  l’expression de mes salutations distinguées.

g


 

Repost 0
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 12:08

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 
Elle est là, près de mon lit, supportant mon portable, mes mouchoirs, ma lampe de mineur et un magazine de mots croisés contre les insomnies. Elle est à côté de moi, cette commode au contenu hétéroclite où les culottes ne côtoient jamais les bas et où les bijoux de pacotille font tiroir à part loin des photos en vrac et des pin’s surannés qui occupent le bas.
 
Je suis une commode. J’ai mille tiroirs dans ma vie. Sans interférence. Il y a des moments pour tout. Des moments où je suis mamema pour mes petits. Des moments où je suis « le brushing de 16 heures » chez mon coiffeur ou la « vidange de 9 heures » chez le garagiste ou « Léonie » à la radio ou « Réglisse » sur Netlog ou « Dhyeld » sur Twitter. Bref j’ai plusieurs vies.

Louis dans l’hémicycle devient Loulou sur Twitter
 
Autre lieu, autre discours… Personne n’a avec ses parents le discours qu’il a avec ses potes ou avec ses collègues de travail ; nous ouvrons toujours le tiroir qu’il faut. Celui des photos ou des culottes, des bijoux ou des médicaments.
 
Nos politiques aussi sont des gens à tiroirs. Deux tiroirs au moins ! Louis dans l’hémicycle devient Loulou sur Twitter. Louis et Loulou n’ont pas le même discours. Louis a un discours pour le micro de l’Assemblée, Loulou a un discours pour la tablette numérique. Louis, dans une rhétorique académique, expose sa volonté de donner de nouvelles couleurs au mot « famille », Loulou, sur sa tablette, critique les couleurs du pull d’un autre élu de cette docte assemblée. Louis lève la main avec son groupe lors des votes, Loulou assure, sur Twitter, que son jugement est plus nuancé.

Personne n’est à l’abri des bêtises
 
Certains « Loulou » ont autant de tiroirs qu’un semainier, autant d’aventures que Heidi ou Martine : « Loulou et la fille de l’hôtel », « Loulou voyage en Suisse », « Loulou ne va plus en Moselle ». Sacré Loulou ! Mamema dit « Es isch eso ». Phrase quasi biblique, qui stipule que l’être humain n’est qu’un être humain et que personne n’est à l’abri des bêtises.
 
000000aaaaa.jpg« Kannsch vom e Ochs kein Kalbleisch verlange », il n’est pas facile pour un bœuf de donner de la viande de veau. « Jedi Bluem hett noch e bissel von dem mischt wie de Gartner unter ehri wurzle gelajt hett » (chaque fleur a en elle un peu du fumier que le jardinier a mis sous ses racines).
 
Pour en revenir à notre commode, Confucius dit : « Même si les tiroirs de ta commode sont bien fermés, il y a toujours des cafards qui arriveront à se faufiler à l’intérieur pour pouvoir continuer leur vie de cafard ».

 

 

Repost 0
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 01:30

 

 

 

 Chers Amis,
 Je voudrais partager avec vous une expérience personnelle sur le sujet «Boire et / ou Conduire ».
   Sans doute avez-vous connu ces charmants contacts avec la police sur le chemin du retour à la maison après l’une ou l’autre soirée.
 Il y a une quinzaine de jours, j’étais sorti avec des amis et ai bu quelques verres de ce bon jus de raisin fermenté et quelques JB
   Sachant pertinemment que j’étais légèrement au dessus de la limite, j’ai fait quelque chose que je n’avais jamais fait auparavant. J’ai pris un taxi pour rentrer chez moi.
  Et bien évidemment, j’ai croisé un barrage de police sur ma route, mais puisque j’étais dans un taxi, ils m’ont salué et m’ont laissé passer.
   Je suis arrivé chez moi sans problème et sans accident, ce qui a été une surprise réelle puisque je n’avais jamais conduit un taxi auparavant et que je ne sais même pas où je l’ai trouvé, ni quoi en faire maintenant que ce taxi est dans mon garage.
 

signature 1

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 08:41

 

 

Janvier
 

La nouvelle année commence dans
le froid  avec le tourbillon des patineurs
et les nuances bleutées de la neige.

Février
 


C’est le mois des masques et du déguisement permettant les rêves
les plus fous


 


Mars




L’hiver cède le pas et fait déborder
fleuves et ruisseaux pour féconder
la terre.
Avril

 


La pluie a son mois, c’est Avril,
la sève se libère  faisant
s’éveiller la nature.


 


Mai

La douceur de Mai fait chanter
la beauté des fleurs qui
s’épanouissent frêles
comme des papillons
Juin


Les fleurs envahissent les champs
et les jardins,
les égayant de leurs vives couleurs

 

 

Juillet
Le soleil, la mer, les vacances,
c’est le mois des voyages
et de  l’évasion
Août
Pour que la moisson
soit abondante le soleil
encore plus chaud dore
et mûrit les blés

 

 

Septembre

 

 

Gorgés de sève et de soleil,

les arbres nous font le don

de leurs fruits colorés

et charnus

  Octobre

Avant le long sommeil de l’hiver,
la nature nous offre
le merveilleux spectacle de ses flamboyantes couleurs

 

 


Novembre

 

 

 

Doucement tout s’endort,

le sablier se vide,

la fin arrête le temps.

 
Décembre

D’un trait de plume,
décembre finit l’année
et la paix protège la terre
de son aile blanche
comme la neige
 

 

 

 

 

 

On ne devient pas vieux
pour avoir vécu un certain nombre d'années ;
on devient vieux
parce qu'on a déserté son idéal.
Les années rident la peau :
renoncer à son idéal ride l'âme.

Douglas MacArthur

Repost 0
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 12:52

 

 

 

 

 

C’est un phénomène de société : le besoin de se travestir pour afficher ses idées. La costumation par un trop-plein de signes extérieurs nous plonge dans l’ère des too-much.
Les too-much existent, vous ne pouvez pas les manquer ! Dans votre bistrot plat-du-jour, vous les trouverez lookés jusqu’au bout des ongles, sapés avec des panoplies complètes.

Vous verrez de tout : de « l’écolo labellisé », de la « Victoria Beck- ham », du « chasseur » façon Elmer de Bugs Bunny, du « Woody Allen » désespéré, et même du « fan des Kastelruther Spatzen » avec chaussettes et Speckhose.

Comme les Amish ou les Hare-Krishna, ces prédicateurs d’un genre nouveau ne rêvent que de vous parler de leur « révélation », cette prise de conscience absolue qui a bouleversé leur vie. Après quoi ils vont vous abreuver de directives destinées à donner enfin un sens à votre existence…

Si vous les écoutez, vous en sortirez avec des tocs (troubles obsessionnels compulsifs) qui feront croire à la foule que même Monk est atteint du syndrome de Diogène !


Des débordements vibrionnants et incessants
La vie d’un too-much est une accumulation d’actions : elles sont aussi nombreuses que les cure-dents assemblés pour faire une Tour Eiffel.

L’écologiste labellisé te vantera les mérites incommensurables des beignets de sureau et de la galette de sarrasin pendant que tu absorberas difficilement ton plat du jour « qui résulte de la torture d’un porcelet, de l’exploitation abominable des enfants dans les rizières chinoises et d’une aggravation du bilan carbone due à l’importation par la voie des airs de tomates espagnoles ». Il quittera ta table pour aller manifester en faveur du vélo, contre l’utilisation des sprays pour se laquer les cheveux et pour être filmé par une télé locale dans l’accomplissement du tri méticuleux de ses ordures.

« Victoria Beckham », assise devant son thé vert vierge sans sucre dans la pâtisserie du coin, te chantera les louanges de la maigritude, mettra ses fesses au niveau de tes yeux pour te dire qu’on n’a pas besoin d’avoir un cul de jument pour que les jambes tiennent au dos et te montrera les photos de la fashion-week de Berlin d’où elle revient avant de partir pour celles de Londres et de New York et enfin elle te fera regarder des vidéos sur You-tube dans lesquelles elle explique comment bouger dans des stilettos et comment faire soi-même son épilation maillot.

Le fan des Kastelruther Spatzen te chantera « eine weiße Rose », te fera la biographie de Norbert Rier, puis une conférence sur la vie saine de ce groupe par rapport aux délires alcooliques des stars du rock.

La militance en bandoulière
Au secours ! Les nouveaux messies sont lâchés. La « militance » portée en bandoulière est devenue le must, elle semble plus élégante qu’un sac Vuitton. Elle semble indispensable en ces temps troublés où manifester dans la rue est devenu un acte quotidien.

000000aaaaa.jpgIl s’agit d’afficher ses convictions jusque dans le costume, d’être « lisible », d’avoir le ramage qui correspond au plumage. Il faut, comme « play-mobil-chantier » avoir un ciré jaune, une pelle et un pack de bière, si on est sur un chantier.

Les manifs en faveur du mariage pour tous tenaient à certains endroits autant de la gay-pride que des rassemblements de religieuses sur la place Saint-Pierre.

Confucius dit : « Ce n’est pas parce que tu brandis un grand parapluie jaune à pois rouges visible de loin qu’il pleut. La pluie tombe même quand les parapluies sont fermés ».

 

 

Repost 0
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 01:00

 _________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________

 

Ce matin, j'ai embrassé la première personne que j'ai vue
en lui disant que je l'aime
  avec ses défauts,
ses qualités et que c'est une personne merveilleuse et irremplaçable .

Que j'en suis fière et que je sais qu'elle sera toujours là pour moi.

 

Ensuite j'ai nettoyé mon miroir.

Repost 0
Published by Simone - dans Top
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 13:00

 

 

 


 

 J'ai mal...
dit le Coeur.
Tu vas oublier...
dit le Temps.
Mais je vais toujours revenir...
dit la Mémoire. 

Repost 0
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 19:10

 

 

 

 

 


« Etre dans le vent, c'est avoir
le destin des feuilles mortes. »

Jean Guitton

 

Repost 0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 11:38

 

 

 

 

 

 

 

Il y a des jours où l’âme est à deux doigts de succomber au désespoir face à la triste réalité des guerres, de la misère et des cruautés ordinaires. L’âme a alors besoin de douceur. L’esprit doit pouvoir se souvenir. Le corps a besoin de retrouver des saveurs inscrites depuis l’enfance.

C’est ainsi qu’un matin j’eus l’envie irrépressible de retrouver le biscuit avec la Buttercrème, la crème au beurre.

Vous me direz que ce biscuit n’est pas le chemin le plus direct pour faire la une de Vogue ! Mais comme dit Confucius, « le chemin vers la chaleur passe par le feu ».

Du plaisir de casser les œufs sans avoir à égorger le poulet
Je me mis donc en quête de quelqu’un qui m’enseigne l’art de réaliser moi-même ce futur objet de mon ingurgitation. Car comme dit mon Robert : « Manger un poulet, c’est une chose, le tuer c’est autre chose ».

J’étais donc prête à casser les œufs en remerciant le Ciel que cet acte fût possible sans passer par la décapitation d’un poulet.
Mais pour m’accompagner sur le chemin des pâtissiers, je fis appel à un coach.
Le coach est de nos jours ce que le philosophe d’Athènes était jadis à la vision du monde. C’est Diogène qui a fait les cyniques, c’est Didier qui a fait les travaux pratiques. Didier m’a appris les gestes du biscuit, Domi m’apprendra les gestes de l’aérobie selon le principe « Mangez, éliminez ! ».
Sachez que je suis fière de faire la Buttercrème ! J’ai franchi un col de la vie sans dopage, juste avec des œufs, de la farine, du sucre, du beurre, un fouet, un batteur et une sonde pour prendre la température : 86° et le biscuit est à cœur. Prêt à se poser sur les hanches.

Le macaron a le vent en poupe
Néanmoins, comme rien ne vaut le partage de la réussite et de la cellulite, on a fait bombance à plusieurs pour faire honneur à Didier et aux poules.
000000aaaaa.jpgOn parla du plaisir retrouvé de faire des gâteaux depuis la prolifération de ces boutiques du moule mou, des cercles en inox et des presses fluo à macarons réunis. Car le macaron a le vent en poupe.
Pardonnez-leur, Seigneur, car ils ne connaissent plus la Buttercrème ! J’irai le leur dire, le dimanche, en porte à porte. Et ce sera la fin des macarons !

 

 

Repost 0

Texte Libre

deytsc

Articles Récents