Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 00:03

 

 

 

 

 

 

  Si quelqu'un vide sa bourse dans son cerveau, personne ne pourra la lui dérober.


  Benjamin FRANKLIN 

  J'entends et j'oublie
  Je vois et je me souviens
  Je fais et je comprends


Confucius

  Le manque de soin fait plus de mal que le manque de science.


  Benjamin FRANKLIN 

   Il n'existe pas d'autre éducation intelligente que d'être soi-même un exemple, même si l'on ne pouvait s'empêcher que ce fut un monstre !


Albert EINSTEIN

  L'expérience est une école où les leçons coûtent cher, mais les sots ne s'instruisent que là.


  Benjamin FRANKLIN  

 
On mesure l'intelligence d'un individu à la quantité d'incertitudes qu'il est capable de supporter.

Emmanuel KANT 

  L'erreur, c'est seulement un défaut.


René DESCARTES 

  Je n'ai pas échoué, j'ai trouvé dix mille moyens qui ne fonctionnent pas.


Albert EINSTEIN 

 
Ceux qui délibèrent ne décident jamais.


Emile CHARTIER  

  Faire et non pas subir, tel est le fond de l'agréable.


Emile CHARTIER

  L'impatience d'un homme et son humeur viennent parfois de ce qu'il est resté trop longtemps debout ; ne raisonnez point contre son humeur, mais offrez-lui un siège


Emile CHARTIER

  Le bon sens est la chose au monde la mieux partagée : car chacun pense en être bien pourvu.


René DESCARTES

  Savoir écouter, c'est posséder, outre le sien, le cerveau des autres.


Léonard De VINCI 

  Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions.


Confucius

  Il est plus facile de résister
au début qu'à la fin.

 

  Léonard De VINCI

  Ne pas prévoir,
  c'est déjà gémir.

 

  Léonard De VINCI

  L'imagination est plus importante que le savoir.

 


Albert EINSTEIN

  Commence par faire le nécessaire, puis fais ce qu'il est possible de faire, et tu réaliseras l'impossible sans t'en apercevoir.


Fransesco BERNARDONE, dit Saint François d'Assise (1182-1226)

 

Ne jamais parler de soi aux autres et leur parler toujours d’eux-mêmes : c’est tout l’art de plaire.

 Edmond et Jules de Goncourt



Obtenez d'abord les faits ; ensuite vous pourrez les tordre à votre guise.

 


Mark TWAIN 


  L'homme apprend de ses erreurs, le sage apprend des erreurs des autres.


Confucius

  Si nos fabriques imposent, à force de soins, la qualité supérieure de nos produits, les étrangers trouveront avantage à se fournir en France et leur argent affluera dans les caisses du Royaume.


COLBERT  

  On ne peut se passer d'une méthode pour se mettre en quête de la vérité des choses.

 


René DESCARTES

  Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l'immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire.   Confucius

  Diviser chacune des difficultés que j'examinerais en autant de parcelles qu'il se pourrait et qu'il serait requis pour les mieux résoudre.

 


René DESCARTES

  Les faits sont têtus, il est plus facile de s'arranger avec les statistiques.

 

Mark TWAIN 

  Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.


Mark TWAIN

  Le tonnerre est impressionnant, mais c'est l'éclair qui est important.


Mark TWAIN

  Le danger, ce n'est pas ce qu'on ignore. C'est ce que l'on tient pour certain, et qui ne l'est pas.


Mark TWAIN

  La vérité pure et simple est rarement pure et n'est jamais simple.


Oscar WILDE (1854-1900)

  L'expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs.


Oscar WILDE (1854-1900)

   L'erreur s'accompagne de certitude. L'erreur s'impose par l'évidence.


Louis ARAGON (1897-1982)

 
La pierre n'a point d'espoir que d'être pierre. Mais de collaborer, elle s'assemble et devient temple.


Antoine de SAINT-EXUPÉRY (1900-1944)


Une mesure exacte vaut l'avis d'un milier d'experts.


Grace HOPPER 

  Si le seul outil que vous avez est un marteau, vous verrez tout problème comme un clou.


Abraham MASLOW 

 

 

Repost 0
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 18:08

 

 

  gxxg

  La cigale ayant chanté
Tout l'été
Moyennant de gros cachets
Dans les casinos chics du monde entier
Se trouva tellement pourvue
Lorsque la bise fut venue
Qu'elle chercha quelqu'un pour gérer ses finances
Pendant que tout l'hiver il lui faudrait dormir.
Elle passe une annonce.
La fourmi d'accourir :
- Je m'y connais, dit-elle, et puis vous garantir
Que de vos capitaux vous ne perdrez une once.
- Et pour les intérêts ? demande la chanteuse
Qui déjà dort plus qu'à demi.
- Cent pour cent, répond la fourmi.
Trouvant la chose merveilleuse,
L'autre lui remet son argent
Et va se coucher en bâillant.
Et puis l'hiver s'en vient
Qui jamais n'a fait grâce à la moindre cigale.
De tout ce bien volé, la fourmi se régale
S'offre des meubles, des parfums
Des robes de soie, des bijoux d'or fin.
Elle est sur le point d'acheter
Une auto des plus confortable
Quand sans même la voir, un être fourmidable
(C'est l'homme dont je veux parler)
Ecrabouille la misérable
Moralité ? Je n'en vois qu'une :
Pas d'avenir pour la fortune
Quoi qu'on fasse pour l'acquérir.
Mieux vaut chanter pour son plaisir.
Repost 0
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 18:02

 

 

anim190.gif

 

The Cicada and the Ant

Cicada, having sung her song
All summer long,
Found herself without a crumb
When winter winds did come.
Not a scrap was there to find
Of fly or earthworm, any kind.
Hungry, she ran off to cry
To neighbor Ant, and specify :
Asking for a loan of grist,
A seed or two so she’d subsist
Just until the coming spring.
She said, "I’ll pay you everything
Before fall, my word as animal,
Interest and principal."
Well, no hasty lender is the Ant;
It’s her finest virtue by a lot.
"And what did you do when it was hot ?"
She then asked this mendicant.
"To all comers, night and day,
I sang. I hope you don’t mind."
"You sang?" Why, my joy is unconfined.
Now dance the winter away."

 

 


Repost 0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 00:10

 

 

 

ww

 

 
Au 7e jour alors que Dieu avait fini de créer le monde, il décida
de créer également les peuples avec leurs qualités et leurs défauts.
 
Assisté de l'ange Gabriel il se mit à la tâche et dit :
 Ceux-là seront Suisses : économes et financiers avisés.
 Ceux-là seront Canadiens : résistants et bon vivants.
 Ceux-là seront Allemands : rigoureux et excellents techniciens.
 Ceux-là seront Américains : puissants et grands libérateurs.
 Etc ....
 
 Quand vint enfin le tour des Alsaciens, il restait à Dieu 3 qualités :  Intelligence, honnêteté et socialisme.

Dieu dans sa grande bonté
décida de les donner toutes les 3 aux Alsaciens !
 "Hé là " objecta l'ange Gabriel "Vous êtes injuste Dieu, vous donnez trois qualités aux Alsaciens au lieu de deux comme aux autres"  
"
Non " répond Dieu, "Je t'explique : Les Alsaciens veulent toujours plus que les  autres donc bon prince je leur donne trois qualités... Mais ils ne pourront en exploiter que deux à la fois !"
 

Et c'est pour cela qu'en Alsace,  si on est intelligent et honnête on n'est pas socialiste, si on est intelligent et socialiste on n'est pas honnête,  si on est honnête et socialiste on n'est pas intelligent ...
 

 

 

smilie

smilie smilie
Repost 0
Published by Simone - dans @ Alsace
commenter cet article
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 00:02

 

 

 

 


Joseph Ira Dassin  dit Joe Dassin  né le  5 novembre 1938 à New York. Le mercredi 20 août 1980, Joe Dassin meurt à l'âge de 41 ans à la suite d'un infarctus du myocarde pendant ses vacances à Papeete, Tahiti.

 

Chanteur et compositeur franco-américain...de nombreux succès dans la francophonie et ailleurs, en quinze ans de carrière (1965-1980).
 

C´est drôle, tu es partie,
Et pourtant tu es encore ici,
Puisque tout me parle de toi :
Un parfum de femme, l´écho de ta voix.
Ton adieu, je n´y crois pas du tout,
C´est un au revoir, presqu´un rendez-vous...

ça va pas changer le monde,
Il a trop tourné sans nous.
Il pleuvra toujours sur Londres...
ça va rien changer du tout.
Qu´est-ce que ça peut bien lui faire,
Une porte qui s´est renfermée ?
On s´est aimés, n´en parlons plus,
Et la vie continue.
 

 

 


ça va pas changer le monde
Que tu changes de maison.
Il va continuer, le monde,
Et il aura bien raison.
Les poussières d´une étoile,
C´est Ça qui fait briller la voie lactée...
On s´est aimés, n´en parlons plus,
Et la vie continue.

ça va pas changer le monde,
Ça va pas le déranger.
Il est comme avant, le monde,
C´est toi seule qui as changé.
Moi, je suis resté le même,
Celui qui croyait que tu l´aimais...
c´était pas vrai, n´en parlons plus,
Et la vie continue.

 

 

Joe Dassin

1975

V. Pallavicini, P. Massara, "Parappapa"
Adaptateurs :
Joe Dassin, P. Delanoë, C. Lemesle

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 12:00

 

  xxvv

Sur le seuil de l'église, était assis un pauvre homme qui vivait d'aumônes.
"N'as-tu pas honte ?  lui cria le pasteur. Il y a un mois, tu étais aveugle et aujourd'hui, te voilà manchot !"
"Ne te met pas en colère, mon frère, mais réjouis-toi plutôt du miracle ! Par la grâce de Dieu, j'ai en effet recouvré la vue et j'en ai eu une telle émotion que les bras m'en sont tombés !
Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 07:30

 




  (in love) fou/folle d'amour....
mordu

 

 

 

 

 

 

 
Un athée se promenait dans les bois tout en s'extasiant devant la nature : « Quels arbres majestueux, quelle puissante rivière, quels beaux animaux ! » Se disait-il.

Comme il marchait le long de la rivière, il entendit un sourd grognement provenant d'un buisson à proximité.
 
Il jeta un oeil dans cette direction et vit un énorme grizzly de plus de 2 m de haut qui s'apprêtait à le charger.
 
Il courut aussi vite qu'il le pouvait dans un > petit sentier, regarda par-dessus son épaule et réalisa que l'ours le talonnait.
Il trébucha et tomba sur le sol. Il roula sur lui-même et comme il tentait de se  relever, il vit l'ours au-dessus de lui, la patte droite prête à le frapper !
 À cet instant, l'athée s'écria :  « Oh, mon Dieu ! »
 Le temps s'arrêta, l'ours se figea et la forêt  devint silencieuse.
 Une lumière vive apparut près de l'homme et une voix vint du ciel : 
« Tu as nié mon existence durant toutes ces  années et attribué la Création à un accident cosmique. Dois-je t'aider à te sortir de cette situation ?  Crois-tu que je puisse te considérer comme un croyant ? »

 L'athée regarda vers la lumière et répondit humblement :  
 « Je crois qu'il serait hypocrite de ma part de vous demander de me considérer comme un bon catholique, mais peut-être pourriez vous rendre l'ours ... catholique ? »

 « Très bien », dit la voix.
 
 La lumière s'éteignit, la forêt reprit  son chant.

 L'ours descendit sa patte, se pencha la tête  et tout benoîtement joignit ses deux pattes en murmurant :  
«Seigneur, bénissez ce repas.»
 
Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 12:00
Après l’obscurité vient la lumière
Après la pluie, le beau temps.
Dans chaque situation,
même la plus difficile,
il y a une petite lumière

A tout malheur, bonheur est bon.
Que la situation soit bonne
ou mauvaise, elle va changer
« Hier est l'histoire
Demain est le mystère
Aujourd'hui est le cadeau
C'est pour cela qu'on l'appelle le présent ! »  
Mieux vaut allumer une chandelle
que maudire l'obscurité.
Plutôt que de penser à ce que tu n'as pas,
pense à ce que tu peux
faire avec ce que tu as.


La gloire n'est pas de ne jamais tomber,
mais de se relever chaque fois que l'on tombe.

Vous me demandez ce qu'est le suprême bonheur ici bas ?
C'est d'écouter la chanson d'une petite fille
qui s'éloigne après vous avoir demandé son chemin.
Dites plus souvent : « ce n’est pas grave »
Repost 0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 17:00

 

 

 

 

 

 

 

 

   Lettre de Philippe Bouvard à François Hollande

 

" N'ayant pas démérité, je refuse d'être culpabilisé !

Je ne suis pas un héritier.
Je n’ai jamais disposé d’un franc, puis d’un euro que je n’aie gagné à la salive de ma langue ou à l’encre de mon stylo.

Je profite d’une aisance qu’il ne m’est possible de sauvegarder qu’en continuant à travailler – à 82 ans – dix heures par jour et 365 jours par an.

J’ai élevé de mon mieux mes enfants. J’aide mes petits-enfants à poursuivre les études qui n’ont pas été à ma portée.

J’ai toujours payé mes impôts sans un seul jour de retard et sans un mot de remerciement.
J’ai financé des porte-avions que l’on ne m’a pas admis à visiter, des bâtiments officiels à l’inauguration desquels on  a omis de me convier.

Et ne voilà-t-il pas qu’un énarque, entretenu depuis sa majorité par les contribuables voudrait me faire honte de ce  que je gagne avant de me déposséder de ce qui a échappé à la triple érosion du fisc, de l’inflation et des emplettes  inutiles !

Je suis un créateur et un mainteneur d’emplois.

Je fais vivre des proches dont certains m’accompagnent depuis plus de trente ans et que le candidat socialiste (puisque c’est de lui qu’il s’agit) projette implicitement de diriger vers les Assedic.
 
Or, en quoi ai-je démérité ? Ai-je volé quelque chose à quelqu’un ? N’ai-je pas donné au fur et à mesure que je  recevais, persuadé que la dépense constituait le plus efficace acte social ?

J’ai perçu quelques heures supplémentaires, mais aucune subvention.

Je n’ai touché d’autre argent public que la maigre solde d’un sous-officier durant mes quinze mois de service militaire.

Je n’ai jamais bamboché aux frais d’une république qui examine à la loupe les additions de restaurants de ses dignitaires mais qui continue à les régler.

Je n’ai jamais fréquenté de paradis fiscaux. On chercherait en vain la plus petite niche chez moi depuis que j’ai cessé  d’avoir des chiens !

Une seule fois, je me suis délocalisé dans le cadre de la loi Pons à la coûteuse faveur d’un investissement hôtelier  dans les Dom-Tom qui m’a fait perdre 100% de ma mise.

A la distribution des bonus, des stocks options et des dividendes, j’ai toujours été oublié.

Mon casier judiciaire est vierge. Mon courage est intact. Je ne suis pas un damné de la terre. Mais je ne suis pas non plus un profiteur ou un esclavagiste. Je ne suis protégé de personne, sauf du public auquel je dois la longueur de mon parcours.

J’ai mes opinions mais je n’ai jamais adhéré qu’au parti des amoureux de la France. J’ai versé à la collectivité davantage que je n’en ai reçu : pas un jour de chômage et une seule nuit d’hospitalisation  en six décennies.

Je me situe sans honte mais sans fierté excessive dans cette classe moyenne qu’on souhaite faire disparaître en nivelant notre société par le bas.

Je refuse autant d’être culpabilisé par un politicien (qui voudrait que l’on prenne son inexpérience pour de la normalité) que la France accorde sa confiance à un homme que l’Europe prive de la sienne et qui, bien qu’ambitionnant de devenir le gardien de la constitution ne paraît pas s’être préoccupé de la constitutionnalité de ses propositions.

Quant à moi, j’aurais nourri mes enfants, bâti des maisons, planté des arbres.

Mission accomplie.

 
Philippe Bouvard
  

 

Le Figaro Magazine - 24 mars 2012

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 17:30

 

 

 

 

 

 

 

on connait pas pas grave............


 

 Il ne fait pas bon vieillir.   On frappe à la porte :
 "Bonjour, Monsieur, voulez-vous nous faire un don pour les maisons de retraite ?".
 Et le vieux de s'écrier :
 "Germaine, mets ton manteau et prépare ta valise !".
 

  Un couple se promène en ville.  A un moment, passant devant une bijouterie, la femme demande au mari :
 "Mon amour,
tu ne m'achèterais pas un collier ?"

  "Pourquoi ?  tu en as marre de te promener en liberté ?".
 
 

 Une femme à son mari :
 "Les nouveaux voisins sont tellement amoureux !
Il l'embrasse, la
  caresse, la prend dans ses bras.
 Pourquoi, ne fais tu pas la même chose ?"
 "Parce que je ne connais pas la voisine".

 

 

Au cours du petit déjeuner, la femme dit à son mari :

 

 

 
 
 "Cette nuit pendant que tu dormais, tu  m'insultais"
 Le mari :  "Qui te dit que je dormais ?".
 

  La femme dit à son mari :  "Albert, tu n'as jamais pensé à m'acheter des fleurs !!! Pourquoi ?".
 Et Albert de répondre :
 "Tu n'es pas encore morte que je sache !!!".


 

 

  Un homme meurt. Il avait décidé de se faire incinérer.
  On le met dans un cercueil et au feu.
 Le cercueil brûle mais pas le corps du bonhomme.
 On le place dans un autre cercueil et on recommence.
 Pareil, le cercueil brûle mais pas le type.
Et la veuve déclare  :
"Ça ne m'étonne pas, ça fait 30 ans qu'il prend des  anti-inflammatoires !!!!".
Repost 0

Texte Libre

deytsc

Articles Récents