Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 11:24

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAUD devant. Si ça sent le roussi, c’est peut-être réussi. Après la mode du mi-cuit, l’hystérie du cru et toutes les déclinaisons des deux, le cramé obtient droit de cité dans les assiettes.

Ce qu’on appelle un retour de flamme. La grande cuisine découvre la cuisson plus qu’à point. Noir, c’est noir, côté goût y a-t-il encore de l’espoir ?

Qu’importe le flacon, coupent des cuistots parmi les plus en vue, pourvu qu’on ait du charbon. Si l’on vous sert ces prochains temps un crottin de chèvre carbonisé, une coquille Saint-Jacques à l’aspect fuligineux ou un poisson passé au lance-flammes, ne pas crier trop vite au scandale. L’effet calciné est, peut-être, recherché.

L’Alsace et ses tartes flambées y trouvera-t-elle vraiment à redire ? Voilà en tout cas qui nécessitera un apprentissage des nouvelles manières à table. Commander un steak saignant dans une maison qui s’applique à le consumer risque de jeter comme un froid. Se pincer le nez en salle, alors que le chef s’applique à roustir ce qui lui passe entre les spatules, serait s’exposer à de cuisants commentaires.

Les cuissons extrêmes sont du dernier chic. Ce qui n’est pas à la portée du premier venu. Entre la caramélisation maîtrisée et l’incendie galopant, il y a comme une frontière. Ne serait-ce que celle de notre santé. La magie du fumé jusqu’à l’os a ses limites.

Autant laisser d’ailleurs à la gastronomie ce qui lui appartient. Dans certains domaines, dont la politique, être grillé ne peut toujours pas passer pour une panacée. Pareil dans la finance, les sentiments et quelques domaines accessoires comme le monde professionnel.

On se gardera de se considérer comme étant d’avant-garde au motif que l’on serait flambé. Comme on saluera, aussi, tous ces gâte-sauce de notre connaissance qui à force de noircir leurs casseroles, nous montraient le chemin de la modernité.

 

 

 

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA

 

 

 

smiley

Merci pour votre visite.

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 18:30


 

 

Ils étaient ensemble à la maison. Seuls tous les deux. Il faisait froid, une nuit sombre et orageuse. La tempête était venue rapidement.

 et

 Chaque fois que le tonnerre se faisait entendre, il la regardait sursauter.   Elle regarda à travers la pièce et admira son apparence forte ...

et

Voulait qu'il la prenne dans ses bras, la réconforter et la protéger
 De la tempête.
Soudain, avec grand bruit, une panne d ‘électricité .... Elle a crié ...
Il a couru vers le canapé où elle était recroquevillée.  Il n'a pas hésité à la prendre dans ses bras.
Il savait que c'était une union interdite et
S'attendait à ce qu'elle le repousse.  Il a été surpris quand elle n'a pas résisté, mais au lieu s'accrochait à lui.

La tempête continuait ...

Ils savaient que c'était mal ...

Leurs familles ne comprendrait jamais ...
 
Tellement préoccupés par leur crainte, ils n'ont pas entendu la porte s'ouvrir...

 juste le léger déclic d'un appareil photo 

 

 

 

 

 

la photo

 

 

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

!

 

 

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite.

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 12:10

 

 

 

 

 

Les gens âgés écoutent la radio
Mais on ne joue jamais des chansons pour eux
Ce n'est pas payant
On leurs vend des calmants,
des pilules des onguents,

Mais ce n'est n'est que d'amour
Dont ils ont besoin comme médicaments.
Les gens âgés, ont les a oubliés
Tout au fond des foyers
ou les gouvernements les ont enfermés

Ils ont tout donné, leurs amour, leur santé,
Tout ça pour les enfants, ils ont tout sacrifié
Même les rêves les plus grands.
Une seule fois tous les ans
On viendra les visiter
Des parents s'est occupés
Une seule fois tous les ans
On viendra les ambrasser,
ça oblige le jour de l'An.


On est tous des vieux
Qu'on le veuille ou non
On s'ra un jour comme eux
Même riches à millions
On est tous des vieux
Ce n'est qu'une question de temps
Heureux ou malheureux
D'avoir eu des enfants.

Les gens âgés, ne parlent même plus
Ils ont trop à dire, une vie à raconter
Qui va les écouter
Ils se courbent le dos,
et regardent leurs pieds

Se demandent pourquoi au bout du chemin
Ils sont arrivés
Ils ont tout donné, leur amour leur santé
Tous ça pour les enfants,
ils ont tout sacrifié

Même les rêves les plus grands
Et du fond de leurs prisons
Ils relèvent parfois le front
Quand ils viennent pour signer
C'est quand vient la fin de mois
et le chèque de leurs pensions
Qu'on fais semblant de leurs donner.

Les gens âgés ont le goût de pleurer,
Car ils ont tout le temps
de renaître au passé

Revivre leurs 20 ans
Ils n'ont rien oublié,
si leurs dos à courbé

C'est qu'ils ont trop souvent
Porté les chagrins
et les peines des enfants

Les gens âgés ont le temps de prier
Car ils sont devenus
au fil des années de simples enfants

Ils demandent au Bon Dieu
de parfois penser à eux,

S'Il a une minute ou deux
Ils demandent aux Bon Dieu,
pourquoi il a oublié de venir
fermer leurs yeux

 

André Sylvain (André Vachon de son nom véritable) est né  un 27 Janvier  1940 au Canada à East-Broughton  

 

 

smileysMerci pour votre visite.....smileys

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 12:00
 

 

 

 

 

Il y a des mots qu’on ne peut oublier
D’autres qu’on voudrait oublier
Des mots qui nous pénètrent en flèche
Des mots qui rallument la mèche
Des mots qui nous vont droit au cœur
Des mots qui nous font très peur
Des mots tendres qu’on aimerait entendre
Des mots durs à nous faire fendre
Des mots qui trahissent et qui blessent
Des mots qu’on savoure comme une caresse
Des mots qui nous font plaisir
Des mots qui nous font souffrir
Des mots qui nous font rêver
Des mots qui nous mettent face à la vérité
Des mots simples et convaincants
Des mots compliqués et choquants
Des mots qu’il ne faut pas prononcer
Car ils peuvent tout faire basculer
Parmi tous ces mots, il existe un mot
Sur lequel, il faut insister
Qu’il faut dire et répéter
A conjuguer dans tous les temps
Au passé, au future et au présent
Il doit être mis sur la sellette
Pour être chanter à tue-tête
Au fil des jours et des années
Il n’est autre que le mot « aimer »

 

Souad HAJRI

 

....

Repost 0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 00:04

 

 


Main dans la main
Nous nous tenons toujours la main : si je la lâche, elle fait du shopping.

L'esthéticienne
 Ma femme est restée deux heures chez l'esthéticienne.  C'était pour un devis.

Bain de boue
Ma femme a pris un bain de boue. Ça lui a fait paraître vingt ans de moins.  Pendant deux jours... Puis la boue est tombée !

Différence à nu
À part pour le physique, comment différencie-t-on un homme et une femme nus ? L'homme a encore ses chaussettes.
 
Hommes et Whiskas
Quelle différence y a-t-il entre un homme et une boîte de Whiskas ? Dans la boîte de Whiskas, il y a du coeur et de la cervelle !

Neurones masculins
C'est un neurone qui arrive par hasard dans un cerveau masculin. Tout est noir, vide, sans présence.
"Hou, hou" dit le neurone.
Ça résonne dans le vide, pas de réponse...
"Hou, hou !" répète le neurone.
Tout d'un coup, arrive un autre neurone qui lui dit :  "Mais qu'est-ce que tu fais tout seul ici... On est tous en bas !"

Les hommes et l'orientation
Pourquoi faut-il des millions de spermatozoïdes pour fertiliser un seul ovule ? Parce que les spermatozoïdes sont masculins et refusent de demander leur chemin.

Bibliothèque
Un homme entre dans une bibliothèque et demande à la préposée :
 - Madame, pouvez- vous m'aider à chercher un livre ?
 - Certainement Monsieur, lequel ?
 - Le titre est " L'homme, le sexe fort ".
 La préposée répond :
 - Les livres de science-fiction sont au sous-sol, Monsieur.

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 00:04

Gershon Kingsley ou Götz Gustav Ksinski
né le 28 octobre 1922 à Bochum en Allemagne
est un auteur-compositeur contemporain allemand
connu pour avoir composé le tout premier morceau instrumental
populaire de musique électronique : Popcorn.

 

smilies

 

smilies

 

Popcorn est une composition musicale, grand classique et premier véritable succès de la musique électronique.

C'est en 1969 que paraît pour la première fois Popcorn dans l'album de Gershon Kingsley intitulé Music to Moog By. Une version single de Popcorn est également éditée, avec quelques effets supplémentaires par rapport à celle de l'album.
Le morceau est ensuite interprété en 1972 par le groupe First Moog Quartet, formé par Gershon Kingsley.
La même année, le groupe Hot Butter enregistre une nouvelle version. Stan Free, qui était un membre du First Moog Quartet y joue la mélodie de Popcorn. Cette version remporte très vite un grand succès et devient numéro un du Hit Parade dans plusieurs pays.

 

smilies

Gershon Kingsley

 

 

smilies

 

smileys

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 00:05

 

 



 



Un petit signe de la main
Lorsqu'on se croise le matin,
Un sourire espiègle échangé
Pour faire disparaître la morosité,
Quelques mots que l'on murmure
Peuvent abattre bien des murs.


Une main tendue pour saluer,
Un clin d'oeil, un geste de paix,
Pour tous les gens qui nous entourent,
Tous ceux qu'on croise tous les jours,
En s'imaginant qu'il en sera toujours ainsi
Et qu'elle va nous épargner, la vie ...


Un geste d'amitié, c'est important,
Qu'on soit adulte ou bien enfant.
La vie est belle si l'on partage
Les jours de joie, les jours de peine,
Et l'on reprend force et courage
Lorsque le coeur oublie la haine.


Un petit signe de la main
ça ne coûte rien, ça fait du bien.
Si tu m'offres un sourire pour la journée,
Je t'offre le mien pour continuer,
Et si le suivant l'inscrit sur son visage,
Petit à petit, il deviendra partage.


Un signe de la main,
Et tu avances vers demain.
On croit toujours le bonheur très loin ailleurs...
Mais le bonheur,
il est au fond de chaque coeur.



Christelle SEXER
Echo Alsace

 

 

smileyMerci pour votre visite.

 

Repost 0
Published by Simone - dans @ Alsace
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 23:01

Le muguet est la seule fleur capable de supporter autant de cloches.smiley

 

 

smiley 

 

 

>

 

Repost 0
Published by Simone - dans Top
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 00:01

 

 

 

 

 

 
 Dans le grand océan, une petite vague est amoureuse du vent. Celui-ci lui demande tendrement :
- Tu veux que je te fasse une bourrasque ou un ouragan ?
- Oh non, je veux juste une petite bise...

 

 
Un client appelle le maitre d'hôtel : - Que fait cette mouche dans ma glace ?
- Je suppose qu'elle aime les sports d'hiver !

 

 

 


 
Deux copains se croisent dans la rue : - Dis donc ?! Comment fais-tu pour avoir toujours des super manteaux et imperméables, en revanche tes pantalons laissent à désirer.
- Ben, je n'ai pas encore trouvé de restaurant où les clients accrochent leur pantalon au portemanteau.

 

 
 
- Je vais acheter cette toile dit le client au peintre.
- C'est une affaire, Monsieur. J'y ai passé dix ans de ma vie.
- Dix ans ? Quel travail !
- Eh oui : deux jours pour la peindre et le reste pour réussir à la vendre !

 

 
 Une jeune femme demande à une autre :
- Alors, toujours amoureuse de ton parachutiste?
- Non, je l'ai laissé tomber.

 

 
 - Moi j'ai toute l'année des ampoules dans les mains.
- Vous faites un travail difficile ?
- Non, je suis vendeur au rayon électricité.
 

 Un médiocre écrivain raconte :
- Désormais, j'ai la satisfaction de savoir que ce que j'écris est lu avec infiniment d'attention.
- Vous faites toujours des romans ?
- Non. Je rédige les menus d'un grand restaurant.

 

 
 Deux squelettes sur un immeuble le premier demande à l'autre,
- T’es cap de sauter ?
Le deuxième répond :
- T'es pas fou je tiens à ma peau !
   

 

 

 

 


 

 

 

  Perdu dans le brouillard, un touriste tombé en panne d'essence, erre dans la campagne, un bidon à la main. Au bout de plusieurs heures, il trouve enfin une habitation. C'est une minuscule bicoque, mais il est trop épuisé pour faire le difficile. Il frappe à la porte et demande :
Il y a quelqu'un ?
Oui, il y a moi ! Répond une voix d'enfant.
Ton père n'est pas là, dit le touriste.
Non, dit l'enfant, il vient de sortir.
Alors ta maman ? Insiste notre homme.
Elle était là il y a un quart d'heure, mais elle est sortie quand papa est rentré.
Le touriste, épuisé et à bout de nerf, s'énerve :

Mais, bon Dieu, vous n'êtes jamais ensemble dans cette famille !
Si monsieur, mais pas ici, répond le jeune garçon. Ici c'est les toilettes...

 

 
Repost 0
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 17:39

 


 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 



Zézette, une cagole de l'Estaque, qui n'a que des cacarinettes dans la tête passe le plus clair de son temps à se radasser la mounine au soleil ou à frotter avec les cacous du quartier.
Ce soir là, revenant du baletti ou elle avait passé la soirée avec Dédou son béguin, elle rentre chez elle avec un petit creux qui lui agace l'estomac.

Sans doute que la soirée passée avec son frotadou lui a ouvert l'appétit, et ce n'est certainement pas le petit chichi qu'il lui a offert, qui a réussit à rassasier la pouffiasse.

Alors, à peine entrée dans sa cuisine, elle se dirige vers le réfrigérateur et se jette sur la poignée comme un gobi sur l'hameçon. Là, elle se prend l'estoumagade de sa vie.

Elle s'écrie : "Putain la cagade ! y reste pas un rataillon, il est vide ce counas !"

En effet, le frigo est vide, aussi vide qu'une coquille de moule qui a croisé une favouille. Pas la moindre miette de tambouille. Toute estranssinée par ce putain de sort qui vient, comme un boucan de s'abattre sur elle, Zézette résignée se dit : "Té vé, ce soir pour la gamelle, c'est macari, on va manger à dache". C'est alors qu'une idée vient germer dans son teston.

"Et si j'allais voir Fanny ?" se dit-elle, "En la broumégeant un peu je pourrais sans doute lui resquiller un fond de daube !".
Fanny c'est sa voisine. Une pitchounette brave et travailleuse qui n'a pas peur de se lever le maffre tous les jours pour remplir son cabas.
Aussi chez elle, il y a toujours un tian qui mijote avec une soupe au pistou ou quelques artichauts à la barigoule.

Zézette lui rend visite.

"Bonsoir ma belle, coumé sian ? Dis-moi, comme je suis un peu à la déche en ce moment, tu pourrais pas me dépanner d'un péton de nourriture ? Brave comme tu es je suis sûre que tu vas pas me laisser dans la mouscaille !"
En effet, Fanny est une brave petite toujours prête à rendre service. Mais si elle est brave la Fanny elle est aussi un peu rascous et surtout elle aime pas qu'on vienne lui esquicher les agassins quand elle est en train de se taper une grosse bugado, ça c'est le genre de chose qui aurait plutôt tendance à lui donner les brégues.
Alors elle regarde Zézette la manjiapan et lui lance "Oh collègue ! tu crois pas que tu pousses le bouchon un peu loin ? Moi, tous les jours je me lève un tafanari comaco pour me nourrir ! Et toi pendant ce temps là, que fais-tu de tes journées ?

"Moi, lui réponds la cagole, j'aime bien aller m'allonger au soleil ! ça me donne de belles couleurs et ça m'évite de mettre du trompe-couillon".
Ah ! tu aimes bien faire la dame et te radasser la pachole au soleil, et bien maintenant tu peux te chasper. Non mais, qu'es'aco ?
C'est pas la peine d'essayer de me roustir parce que c'est pas chez moi que tu auras quelque chose à rousiguer, alors tu me pompes pas l'air, tu t'esbignes et tu vas te faire une soupe de fèves !



Texte de Richard Caldi.

 

 

Repost 0

Texte Libre

deytsc

Articles Récents