Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 01:04

 

 

 
James Blunt, né James Hillier Blount le 22 février 1974 à Tidworth, Wiltshire (Royaume-Uni), est un chanteur, musicien et comédien britannique.

You're Beautiful est une chanson britannique de James Blunt composée par ce dernier et co-écrite avec Amanda Ghost et sortie en 2004. Elle est nommée au Grammy Award de la chanson de l'année.

 

 

 

"You're beautiful" générique de "L'amour est dans le pré"
Une émission de télévision française de télé-réalité, issue de l'adaptation d'un format britannique Farmer Wants a Wife. Elle est diffusée sur la chaîne de télévision française M6 depuis le 6 juillet 2006 et présentée par Karine Le Marchand, elle fait l'objet d'une adaptation au Québec à la rentrée 2011 sur la chaîne V télé. Le principe de l'émission consiste à faire rencontrer des agriculteurs à la recherche d'un(e) conjoint(e) avec des téléspectateurs célibataires.

 

L'amour est dans le pré : saison 6
Publié le 27 septembre 2011
L'Amour est dans le pré : Nina et Philippe se sont séparés
Philippe et Nina de "l'Amour est dans le pré", c'est fini. Les deux tourtereaux n'ont pas réussi à surmonter leurs différences.

 

  My life is brilliant.
My love is pure.
I saw an angel.
Of that I'm sure.
She smiled me on the subway.
She was with another man.
But I won't lose no sleep on that,
'Cause I've got a plan.

 

Ma vie est brillante
Mon amour est pur
J'ai vu un ange
Et de ça j'en suis sûr
Elle m'a souri dans le métro
Elle était avec un autre homme
Mais je ne perdrai pas le sommeil pour ça
Parce que j'ai un plan

Tu es belle, tu es belle
Tu es belle, c'est vrai
J'ai vu ton visage dans un endroit bondé
Et je ne sais pas quoi faire
Parce que je ne serai jamais avec toi

Oui, elle a attiré mon regard,
Quand nous avons marché ensemble
Elle pouvait voir sur mon visage

que j'étais fou amoureux
Et je ne pense pas que je la reverrai
Mais nous avons partagé un moment qui va se finir

Tu es belle, tu es belle
Tu es belle, c'est vrai
J'ai vu ton visage dans un endroit bondé
Et je ne savais pas quoi faire
Parce que je ne serais jamais avec toi

Ca dois être un ange avec un tel sourire sur son visage
Quand elle a pensé que je devais être avec toi
Mais il est temps de voir la vérité en face :
Je ne serai jamais avec toi.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 14:30

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chaque enfant est une étoile
Un éclat de l'infini,
Dieu allume les étoiles
Dans le ciel de notre vie.

Dans leurs yeux
Un chemin à commencer.
Dans leurs yeux
Un chemin inexploré.

Dans leurs voix
Un refrain à libérer.
Dans leurs voix
Un refrain d’immensité.

Dans leurs mains
Un dessin à révéler.
Dans leurs mains
Un dessin de gratuité.

Dans leurs coeurs
Un jardin ensemencé.
Dans leurs coeurs
Un jardin ensoleillé.


Merci pour votre visite.

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 08:01

 

 

 

 

 

 

   « Et voilà ». Plus une phrase qui ne s’achève ainsi. Il faut beau, « voilà quoi ». J’ai aimé ce magnifique ouvrage, « voilà ».
Pas réussi à pécho cette meuf, « bon voilà »… Ce « voilà » là vaut toutes les démonstrations, coupe court à la contradiction et aux sempiternelles conversations.

À chaque époque son tic de langage. À chaque génération, jeune ou pas jeune, son mistigri.  On a eu droit un temps à des « génial », pour dire chouette.
Puis à des « mais carrément », pour marquer une simple absence d’objection.
Des « à donf », pour signifier une adhésion voulue forte. Du « mortel », comme plate-forme de ralliement inconditionnel. Des « tout à fait » pour remplacer un bête oui.
On connaît bien aussi les « y a pas de souci » pour signifier, par exemple, qu’on allait démarrer un boulot — le « pas de problème » ne valant qu’acceptation du principe d’éventuellement démarrer ce fameux boulot. Il fut un temps où l’on était vite « gavé » (ou «saoulé»), autrement dit qu’on se barbait.

À moins qu’on ne se bornât à constater qu’il « n’y a pas photo », à savoir  : cause toujours tu m’intéresses.

Tout le monde a eu son compte de films ou de stars « trop bien » (en clair corrects). Ou « méga » bien, un cran au-dessus. « C’est clair » a remplacé depuis belle lurette « en effet ».
Et si l’on veut faire un tant soit peu sérieux, conclure d’un « point-barre », sera du plus bel effet.
À ce stade, on en passera, autant par charité que pour cause de place contingentée, qui ne veulent rien dire du tout. Genre : « on va dire », « c’est pas faux », « par rapport à… », « sur Strasbourg », ou encore ce must qu’est devenu « ok-d’accord ».
Mais aucune de ces expressions compulsives ne rivalisera, en fréquence comme sur le fond, avec le fameux « voilà » qui remplace le point dans la phrase, ponctue les conversations de comptoir comme les journaux télé.

C’est peut-être symptomatique du moment. Le « voilà » ferme un tout, évacue l’objection et ne saurait souffrir le commentaire contraire.

Belle trouvaille, vraiment, que voilà.

 

 

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA

            Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite !

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 16:22

 

Rachel, née à Cavaillon, est une chanteuse française ayant représenté la France au Concours Eurovision de la chanson 1964.  Originaire de Cavaillon, elle remporte en 1961 un concours de chant organisé par Mireille qui l'invite dans son Petit Conservatoire.
Engagée chez Barclay, elle sort son 1er 45T EP Les Amants Blessés en 1963.
En 1964, elle représente la France au Concours Eurovision avec Le Chant de Mallory qui sera son plus grand succès. Elle se classe 4e avec 14 points. Le pays gagnant de cette édition est l'Italie avec la chanson Non ho l'età interprétée par Gigliola Cinquetti.
Mariée, elle aura 2 enfants, des fils, au début des années 70.


Re-dis-moi Mallory,
La chanson que tu me chantais
La chanson de l'été
Dans le bleu du ciel Irlandais
Tu n'avais que seize ans
Moi, j'étais encore une enfant
Et la nuit qui venait
Nous avait pris pour des amants


Toi, Mallory, tu chantais pour moi
Le vent emmêlait nos cheveux
Et je ne sais plus très bien pourquoi
Nous avons fermé les yeux
Souviens-toi, Mallory
Nous avons attendu le jour
En rêvant, tous les deux
Je crois bien que c'était l'amour

 

Où est-elle, Mallory
La chanson que tu me chantais
La chanson de l'été
Dans le bleu du ciel Irlandais
Le soleil se couchait
En jetant de l'or dans tes yeux
On jouait à s'aimer
Mais pour toi ce n'était qu'un jeu

 

Oh Mallory, où est-il ce chant
Ce chant d'amour de l'été
Vers quel pays est parti le vent
Le vent qui l'a emporté
La chanson, Mallory
Je la garderais pour toujours
Car c'était la chanson,
La chanson d'un premier amour.

 

La la la la la la...
Car c'était la chanson,
La chanson d'un premier amour.

 

 

  OooO

 

Paroles: Pierre Cour,
musique: André Popp,

1964
 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 12:08

 

 

 

 

Pierre Groscolas est un auteur-compositeur-interprète français né à Lourmel (Algérie) en 1946.
Pierre Groscolas arrive à Toulouse en 1962 où il fait ses études secondaires. Son père le destine à des études supérieures, en faculté de droit ou de médecine. Alors qu’il prépare son bac.

Pierre rencontre au lycée des copains qui partagent la même passion que lui : La Musique. Ils fondent un groupe « Le Cœur » Ils sont remarqués par Eddie Barclay, et enregistrent deux 45 tours. Finalement, le groupe se sépare en 1969.

Nous sommes en 1970 et il signe enfin avec la maison de disques Tréma, son premier 45 tours, « Fille du vent », qui sera aussi son premier succès en 1971.

 

 

 

 

 

Fille du vent et du soleil
Au fond de mon coeur tu éveilles
L'envie de vivre auprès de toi.
Quand tu me donnes ton empire
D'amour, de charme et de plaisir
Moi je me sens devenir roi.

Crier d'amour dans une gare,
Briser ma voix pour t'appeler,
Noyer ma vie dans ton regard,
Brûler mes doigts pour te garder.

Fille du vent et du soleil
Envole-toi de mon sommeil
En venant vivre auprès de moi.

Vouloir ton corps dans un espoir,
Mourir à force de prier,
Me recréer de tout mon art,
Aimer tous ceux de ton passé.

Fille du vent et du soleil
Au fond de mon coeur tu éveilles
L'envie de vivre auprès de toi
 

Paroles : Patrick Larue/daniel Seff.

Musique : Pierre Groscolas  

 

 

1971

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 18:31

 

 

 

 

 

 

 

 


Nous avons tous besoin d’une trousse de secours dont le contenu est le suivant :
 
 Des lunettes
 Un élastique
 Un pansement
 Un crayon
 Du fil
 De  la gomme
 Un bisou en chocolat
 Un sachet de thé
 
Vous vous demandez certainement à quoi serviront tous ces ingrédients !
 
Les  LUNETTES…
sont pour voir et apprécier toutes les qualités des gens qui nous entourent.
 
L’ÉLASTIQUE…
pour se rappeler d’être flexible
lorsque les gens ou les choses ne sont
pas comme nous l’aurions souhaité.
  
Le PANSEMENT…
pour guérir ces sentiments blessés,
tant les nôtres que ceux des autres.
 
Le CRAYON…
pour noter tout ce qui nous arrive de bon au quotidien (et Dieu seul sait qu’il y en a beaucoup à écrire).
  
La GOMME…
pour se rappeler que chacun de nous commet des erreurs et que nous avons l’occasion de  les effacer.
 
Le FIL …
pour attacher les personnes
qui sont réellement importantes dans notre vie et que le quotidien peut faire oublier.
 
Le BISOU AU CHOCOLAT…
pour nous rappeler que tout le monde a besoin d’un bisou, d’un câlin et d’un mot
tendre chaque jour.
 
Et finalement le SACHET DE THÉ…
pour qu’à la fin de la journée l’on puisse se reposer, se relaxer et réfléchir.
 
Que cette trousse puisse rester à votre portée en cas de besoin ! A partager avec votre entourage.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 10:31

 


 

 

 

 

Que si un rien fait souffrir
un rien aussi fait plaisir…
Que tu peux être semeur
d'optimisme, de courage, de confiance…
Que ta bonne humeur
peut égayer la vie des autres…
que tu peux, en tout temps,
dire un mot aimable…
Que ton sourire non seulement t'enjolive,
mais qu'il embellit l'existence de ceux qui t'approchent…
Que tu as des mains pour donner
et un coeur pour pardonner…


Thomas Merton

L’américain Thomas Merton, né en France en 1915 et mort à Bangkok en 1968, est l’un des plus grands spirituels de ce 20e siècle.

 

 

 


 

Merci pour votre visite.


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 11:21

 

 

 

 

 

 

 

 

L’été s’en va, l’été est mort ? Youpi.

Le vent d’hiver va stopper net la suprématie effrayante de la tong, renvoyer au vestiaire ce peu reluisant string du pied.

Que souffle la froide bise peut faire chaud au cœur.  Rhabillés pour l’hiver les tatouages très apparents, et si artistiques… À l’abri des frimas, et des yeux, les mini-shorts un peu trop torturés.

Un peu plus de tenue dans nos rues, voilà qui ne sera pas pour déplaire aux cardiaques comme aux âmes pudibondes. Aux esthètes non plus, avant le retour redouté des bonnets de l’avent à pattes de cigognes.

Mais l’automne à venir est aussi une bonne nouvelle pour les affaires.


Rhabillés pour l’hiver

En ces temps de grande frilosité commerciale, les boutiquiers peuvent espérer se frotter les mains, faire monter le tiroir-caisse en température : la mauvaise saison marque en général l’embellie des ventes de vêtements.

Et justement, la filière textile sait enfin pour quel article précis les clientes dépensent le plus.

Autant éliminer le tee-shirt : pas assez cher pour être la valeur numéro 1, même s’il a l’élégance (celle-là, au moins) d’être l’effet le plus souvent acheté.

Ce n’est pas le pantalon non plus : dans son duel tendu avec jupe et robette, il rate le podium des plus grosses dépenses textiles.

Si l’hiver est tant attendu sur les étals, c’est parce que le vêtement usuel féminin pour lequel on fait le plus craquer sa carte bleue ne s’achète jamais en été, et pour cause : c’est le pull-over.

Cachez cette crise que nous ne saurions porter plus longtemps. Les faiseurs de mode ne devraient pas avoir maille à partir indéfiniment avec la morosité. La confection pour dame, un peu éreintée ces temps-ci, pourrait espérer se retricoter un chiffre d’affaires XXL.

Sauf que, au rythme où vont les saisons, dans le chamboulement des climats vécu jusque chez nous, il va peut-être falloir garnir les rayons de pulls au mois d’août.

Et refaire des stocks de maillots de bain début octobre. Le fin du fin étant, peut-être, d’aborder à terme les rivages de Noël en tongs.

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA

            Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

 

smiles

 

 

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite 

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 11:40

 

Roland Kent LaVoie mieux connu sur le nom de Lobo est né le 31 juillet 1943 ..    auteur compositeur chanteur américain qui a connu le succès dans les années 1970 "Me and You and a Dog Named Boo", "I'd Love You to Want Me" and "Don't Expect Me to Be Your Friend".

 

 

 

 

when I saw you standing there
I about fell out my chair
and when you moved your mouth to speak
I felt the blood go to my feet
 
now it took time for me to know
what you tried so not to show
now something in my soul just cries
I see the want in your blue eyes
 
Chorus :
baby, I'd love you to want me
the way that I want you
the way that it should be
baby, you'd love me to want you
the way that I want to
if you'd only let it be
 
you told yourself years ago
you'd never let your feelings show
the obligation that you made
for the title that they gave
when I saw you standing there
I about fell out my chair
and when you moved your mouth to speak
I felt the blood go to my feet
 
now it took time for me to know
what you tried so not to show
now something in my soul just cries
I see the want in your blue eyes
1972
 

 

 

 

Je veux que tu veuilles de moi
J'ai besoin que tu aies besoin de moi
J'aimerai que tu m'aimes
Je te supplie de me pardonner

Je brillerai du haut de mes vieilles chaussures marrons,
porterai un T-Shirt de marque
Je rentrerai directement du travail à la maison,
si tu dis que tu m'aimes
 
Non, non, non ne t'ai-je pas vu pleurer ?
Ho, non, non, ne t'ai-je pas vu pleurer ?
Quand tu te sens toute seule sans un ami,
je me sens comme mourir
Ho, non, non, ne t'ai je pas vu pleurer ?
 
 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 12:05

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien placés bien choisis
quelques mots font une poésie
les mots il suffit qu’on les aime
pour écrire un poème
on ne sait pas toujours ce qu’on dit
lorsque naît la poésie
faut ensuite rechercher le thème
pour intituler le poème
mais d’autres fois on pleure on rit
en écrivant la poésie
ça a toujours kékchose d’extrème
un poème

Raymond Queneau 

 

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite !

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents