Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 01:08

 

 

 

 

 

 


 

Si j'avais une poupée, je l'appellerais Terre
Elle aurait des beaux yeux : des yeux bleus de rivière
Elle aurait un manteau de fleurs et de forêt
Où les animaux aimeraient se cacher.
Elle aurait une robe de lacs et d'océans
Qui couvriraient ses pieds de vagues de diamants
Elle aurait des cheveux de brume et de nuages
Et des larmes de pluie parfois sur le visage.

Je la consolerais et je dirais aux grands
Arrêtez de souiller sa robe d'océans
Arrêtez de brûler son manteau de forêts
Regardez ses cheveux rongés par vos fumées.
Enlevez vos poisons de ses beaux yeux-rivières
Laissez les animaux vivre en paix avec la Terre
Je la protégerais et je dirais aux grands
Que cette poupée là appartient aux enfants.




Pierre CHENE

 

Merci pour votre visite

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 19:01

 

 

 

Partir !

Aller n’importe où, vers le ciel ou vers la mer, vers la montagne ou vers la plaine !
Partir !
Aller n’importe où, vers le travail vers la beauté ou vers l’amour !
Mais que ce soit une âme pleine de rêves de lumières, avec pleine de bonté, de forces et de pardon !
S’habiller de courage et d’espoir et partir malgré les matins glacés, les midis de feu, le soir sans étoiles.
Raccommoder s’il le faut. nos cœurs voiles trouées, arrachées au mât des bateaux.
Mais partir !
Allez n’importe où et malgré tout !
Mais accomplir une œuvre !
Et que l’œuvre choisie soit belle, et qu’on y mette tout son cœur, et qu’on lui donne toute sa vie.

 

Cécile Chabot.

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite.

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 13:16

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dieu que c'est dur d'être modeste
Quand on a toutes les qualités
La tête, les jambes et le reste
Qu'on en peut plus de s'regarder
Pour l'amour, pour la gloire et le geste
Quand le miroir devient trop p'tit
Dieu que c'est d'être modeste
A moi et à moi pour la vie

 

 

 

     
J'avais une jolie p'tite lady
Elle a pas tenu le coup
Oui, devant ce milliard de groupies
Qui s'autographiait à mes genoux
J'aurais pu en choisir une plus belle
Mais à quoi ça m'aurait servi
Oui je peux bien l'avouer mesdemoiselles
Avec moi j'suis en bonne compagnie
.....
On dit tiens v'là l'solitaire
Le cowboy de marm'lade coquette
Ah si j'étais à refaire
Je m'referais des pieds à la tête
On m'traite aussi de mégalo
Je n'sais même pas c'que ça veut dire
C'est p't'être parce que j'suis bien

dans mon peau
Ou parce que j'porte bien le jeans
...
Dieu que c'est dur d'être modeste
Mais j'fais c'que j'peux mes bons amis

 

 

1984

Hugues Aufray,
né Hugues Jean Marie Auffray le 18 août 1929
à Neuilly-sur-Seine, 

 

Pour bien commencer la semaine...
Dieu que c'est dur d'être modeste
Merci pour votre visite !

 


Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 01:01

 

 

 

 

 

 

 

     S'en imprégner, après les fêtes : les libations adolescentes dans la rue et autres apéros géants ne nuisent pas seulement à la sérénité des préfets. Si ce n'est à l'ordre public, la pratique attente à la santé des rinceurs de glotte associés.
Lever le coude tape sur le ciboulot. C'est la science qui l'affirme : la gueule de bois peut se prolonger bien au-delà des petits matins nauséeux.
Avis donc aux adeptes de bitures express, pas forcément recrutés sur Facebook d'ailleurs : s'arsouiller trop jeune ne fait pas mal qu'aux cheveux. Les neurones aussi morflent.
Toutes les études apportent de l'eau, évidemment, au même moulin : l'alcool chez les ados plonge dans le schwartz une zone très précise située à hauteur du lobe temporal. L'hippocampe, ça s'appelle.
A trop la faire mariner dans la tisane à l'anis, cette région cérébrale rechigne de plus en plus à mémoriser, tendrait même à effacer une partie de son disque dur.

Génération murge

     Raison peut-être pour laquelle tant d'apéros géants sèchent : ses inscrits se souviennent-ils encore du rendez-vous ?
Plus sérieusement, le "binge drinking" (ou alcool défonce) cause chez les jeunes des dégâts que ne connaissent pas forcément leurs aînés - du moins pas si rapidement.
Il semblerait que le cortex frontal en fasse les frais : modérateur de l'impulsivité, il serait particulièrement vulnérable chez les ados. De même pour d'autres médiateurs neurologiques impliqués dans le contrôle des émotions et des addictions.
En France, un ado sur deux verse périodiquement dans l'ivresse caractérisée. Autant dire que ne sont pas seulement en cause, et de loin, quelques apéros géants.
Les marathons alcoolisés des fins de semaine, y compris en petits comités, nuisent plus largement à la modération des comportements et à une certaine sobriété de conduite. Un vrai casse-tête pour les parents. On s'en doutait bien :  quand les enfants boivent, les adultes trinquent.

 

 

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
               Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

 

 

 

Merci
pour votre visite !

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 01:02

 

 

 

 

 

 

 

 

     Ben voilà encore un !
     On n'y peut vraiment rien...
     Ne sois pas triste, tiens :

    Avec tout mon tendre cœur,
     Ne pouvant t’offrir des fleurs
     Ni même un beau cadeau,
     Il me vient ces quelques mots
     Venus du plus profond de moi,
     Et parce que tu es toi.
     Rien ne peut nous séparer,
     Surtout pas le temps passé.
     A regarder dans tes yeux,
     Il m’est apparu merveilleux,
     Risquons un an nouveau
     Encore un, encore plus beau.

 

 

 

 

 

 

smilie     
  Heureux Anniversaire Marie-Luce
Repost 0
Published by Simone - dans Anniversaire
commenter cet article
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 13:50

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et notre vie,

à l’abri des lieux fréquentés,
peut trouver des langues

dans les arbres, des livres dans les ruisseaux, des sermons dans les pierres et le bien en chaque chose.
Shakespeare

 

 

 

 

Repost 0
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 01:02

 

 

 

 

   

 

Ne presse pas la pluie,
elle prend le temps qu’il faut
afin d’étancher la soif de la terre.
 
Ne presse pas le coucher de soleil,
il prend le temps qu’il faut
afin d’annoncer la tombée de la nuit
jusqu’à son dernier rayon de lumière.
 
Ne presse pas ta joie,
elle prend le temps qu’il faut
afin d’apprendre à vivre ta tristesse.
 
Ne presse pas le silence,
il prend le temps qu’il faut
afin de faire la paix et cesser le bruit.
 
Ne presse pas ton amour,
il prend le temps qu’il faut
afin de se débarrasser des moments
les plus tristes de ton cœur.
 
Ne presse pas l’autre,
car il prend le temps qu’il faut
afin de s’épanouir
aux yeux du Créateur.
 
Ne presse pas ta douleur,
elle prend le temps qu’il faut
afin de se diluer dans les eaux calme
de ta conscience.
 
Ne te presse pas toi-même,
car tu as besoin du temps qu’il faut
afin d’apprécier ta propre évolution.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite.

   

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 01:01

 

 

 

 

 

 

 

 

 




C'était l'hiver le plus froid jamais vu.
De nombreux animaux étaient morts en raison du froid.
Les porcs-épics, se rendant compte de la situation avaient décidé de se regrouper. De cette façon ils se couvraient et se protégeaient eux-mêmes !

Mais les piquants des porcs-épics de chacun blessaient leurs compagnons les plus proches même s'ils se donnaient beaucoup de chaleur les uns aux autres.
Après un certain temps, ils ont décidé de prendre leur distance l'un de l'autre et ils ont commencé à mourir, seuls et congelés.

Alors, ils devaient faire un choix : accepter les piquants de leurs compagnons ou disparaître de la terre. Sagement, ils ont décidé de revenir en arrière pour vivre ensemble.

De cette façon, ils ont appris à vivre avec les petites blessures causées par l'étroite relation avec leurs compagnons mais la partie la plus importante était la chaleur qui venait des autres. De cette façon, ils ont pu survivre.

La meilleure relation n'est pas celle qui rassemble les gens parfaits, mais le mieux est quand chacun apprend à vivre avec les imperfections des autres et on peut y découvrir et admirer les bonnes qualités des autres personnes.
La morale de l'histoire :
« Apprendre à aimer les piquants dans notre vie. »

 

 

Merci pour votre visite !

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 01:03

 

 

 

 

 

 

 

 

Marche sur un chemin d'arc-en-ciel,
avance sur un chemin de chanson,
et tout de qui t'entoure sera beauté.
On vient à bout de tous les nuages,

en suivant un chemin d'arc-en-ciel.
Chant Navajo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 01:06

 

 

 

 

 

 

 

      Le numérique, c'est fantastique : internet n'a pas fini de révolutionner notre quotidien. Prenez un bête sport de saison : les vœux.
Avant, distribuer du bon sentiment, ça n'avait rien de gratuit. Il ne fallait regarder ni à la dépense, ni à l'énergie : la bonne année rimait avec crampe du poignet.
Et puis fini ! Grâce au mail, basta les contingences. Un message sur internet n'oblige pas à aller acheter un carnet de timbres. N'impose plus de se ravitailler en cartes. Ecarte le risque du gros et moche pâté sur un bristol trop propre.
On se souhaite le meilleur sans se faire suer le burnous, au besoin sur des cartes pré-formatées, avec un texte pré-intégré. Chalets enneigés, palmiers enguirlandés ou Père Noël dénudé, tout est disponible dans la seconde, et comme c'est gratuit, le bon goût n'est pas requis.

Bons vœux

     Un clic suffit donc pour promettre bonne santé à la Terre entière - sinon à l'intégralité de son carnet d'adresses. Même plus besoin de réviser ses formules de politesse : l'immatérialité offre visiblement cet avantage de pouvoir aller fissa à l'essentiel.
On a donc droit à des raccourcis du genre : « Que du bon », voire « Le meilleur pour vous ». A défaut, on se contentera d'« une bien bonne ».
C'est sans doute bon signe : les bons vœux fusent, les listes d'adresses s'entrecroisent, se superposent. Bref, ça crépite dans les disques durs. On n'aura sans doute jamais passé autant de temps à lire des correspondances hautement bienveillantes de gens inconnus. Mais qui connaissent la fonction « Répondre à tous ».
Les règles épistolaires s'en trouvent elles-mêmes bouleversées. Comment répondre à des bons vœux sous forme de circulaire ? Par d'autres envois tous azimuts ? Effet exponentiel, des nuées d'interlocuteurs en arriveraient dès lors à se saluer en boucle.
Douze mois n'y suffiraient plus, que déjà tomberaient les vœux suivants.
Bonne année, vraiment.

 

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
               Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

 

 

 
Merci pour votre visite
Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents