Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 16:22

 

Rachel, née à Cavaillon, est une chanteuse française ayant représenté la France au Concours Eurovision de la chanson 1964.  Originaire de Cavaillon, elle remporte en 1961 un concours de chant organisé par Mireille qui l'invite dans son Petit Conservatoire.
Engagée chez Barclay, elle sort son 1er 45T EP Les Amants Blessés en 1963.
En 1964, elle représente la France au Concours Eurovision avec Le Chant de Mallory qui sera son plus grand succès. Elle se classe 4e avec 14 points. Le pays gagnant de cette édition est l'Italie avec la chanson Non ho l'età interprétée par Gigliola Cinquetti.
Mariée, elle aura 2 enfants, des fils, au début des années 70.


Re-dis-moi Mallory,
La chanson que tu me chantais
La chanson de l'été
Dans le bleu du ciel Irlandais
Tu n'avais que seize ans
Moi, j'étais encore une enfant
Et la nuit qui venait
Nous avait pris pour des amants


Toi, Mallory, tu chantais pour moi
Le vent emmêlait nos cheveux
Et je ne sais plus très bien pourquoi
Nous avons fermé les yeux
Souviens-toi, Mallory
Nous avons attendu le jour
En rêvant, tous les deux
Je crois bien que c'était l'amour

 

Où est-elle, Mallory
La chanson que tu me chantais
La chanson de l'été
Dans le bleu du ciel Irlandais
Le soleil se couchait
En jetant de l'or dans tes yeux
On jouait à s'aimer
Mais pour toi ce n'était qu'un jeu

 

Oh Mallory, où est-il ce chant
Ce chant d'amour de l'été
Vers quel pays est parti le vent
Le vent qui l'a emporté
La chanson, Mallory
Je la garderais pour toujours
Car c'était la chanson,
La chanson d'un premier amour.

 

La la la la la la...
Car c'était la chanson,
La chanson d'un premier amour.

 

 

  OooO

 

Paroles: Pierre Cour,
musique: André Popp,

1964
 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 12:08

 

 

 

 

Pierre Groscolas est un auteur-compositeur-interprète français né à Lourmel (Algérie) en 1946.
Pierre Groscolas arrive à Toulouse en 1962 où il fait ses études secondaires. Son père le destine à des études supérieures, en faculté de droit ou de médecine. Alors qu’il prépare son bac.

Pierre rencontre au lycée des copains qui partagent la même passion que lui : La Musique. Ils fondent un groupe « Le Cœur » Ils sont remarqués par Eddie Barclay, et enregistrent deux 45 tours. Finalement, le groupe se sépare en 1969.

Nous sommes en 1970 et il signe enfin avec la maison de disques Tréma, son premier 45 tours, « Fille du vent », qui sera aussi son premier succès en 1971.

 

 

 

 

 

Fille du vent et du soleil
Au fond de mon coeur tu éveilles
L'envie de vivre auprès de toi.
Quand tu me donnes ton empire
D'amour, de charme et de plaisir
Moi je me sens devenir roi.

Crier d'amour dans une gare,
Briser ma voix pour t'appeler,
Noyer ma vie dans ton regard,
Brûler mes doigts pour te garder.

Fille du vent et du soleil
Envole-toi de mon sommeil
En venant vivre auprès de moi.

Vouloir ton corps dans un espoir,
Mourir à force de prier,
Me recréer de tout mon art,
Aimer tous ceux de ton passé.

Fille du vent et du soleil
Au fond de mon coeur tu éveilles
L'envie de vivre auprès de toi
 

Paroles : Patrick Larue/daniel Seff.

Musique : Pierre Groscolas  

 

 

1971

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 18:31

 

 

 

 

 

 

 

 


Nous avons tous besoin d’une trousse de secours dont le contenu est le suivant :
 
 Des lunettes
 Un élastique
 Un pansement
 Un crayon
 Du fil
 De  la gomme
 Un bisou en chocolat
 Un sachet de thé
 
Vous vous demandez certainement à quoi serviront tous ces ingrédients !
 
Les  LUNETTES…
sont pour voir et apprécier toutes les qualités des gens qui nous entourent.
 
L’ÉLASTIQUE…
pour se rappeler d’être flexible
lorsque les gens ou les choses ne sont
pas comme nous l’aurions souhaité.
  
Le PANSEMENT…
pour guérir ces sentiments blessés,
tant les nôtres que ceux des autres.
 
Le CRAYON…
pour noter tout ce qui nous arrive de bon au quotidien (et Dieu seul sait qu’il y en a beaucoup à écrire).
  
La GOMME…
pour se rappeler que chacun de nous commet des erreurs et que nous avons l’occasion de  les effacer.
 
Le FIL …
pour attacher les personnes
qui sont réellement importantes dans notre vie et que le quotidien peut faire oublier.
 
Le BISOU AU CHOCOLAT…
pour nous rappeler que tout le monde a besoin d’un bisou, d’un câlin et d’un mot
tendre chaque jour.
 
Et finalement le SACHET DE THÉ…
pour qu’à la fin de la journée l’on puisse se reposer, se relaxer et réfléchir.
 
Que cette trousse puisse rester à votre portée en cas de besoin ! A partager avec votre entourage.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 10:31

 


 

 

 

 

Que si un rien fait souffrir
un rien aussi fait plaisir…
Que tu peux être semeur
d'optimisme, de courage, de confiance…
Que ta bonne humeur
peut égayer la vie des autres…
que tu peux, en tout temps,
dire un mot aimable…
Que ton sourire non seulement t'enjolive,
mais qu'il embellit l'existence de ceux qui t'approchent…
Que tu as des mains pour donner
et un coeur pour pardonner…


Thomas Merton

L’américain Thomas Merton, né en France en 1915 et mort à Bangkok en 1968, est l’un des plus grands spirituels de ce 20e siècle.

 

 

 


 

Merci pour votre visite.


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 11:21

 

 

 

 

 

 

 

 

L’été s’en va, l’été est mort ? Youpi.

Le vent d’hiver va stopper net la suprématie effrayante de la tong, renvoyer au vestiaire ce peu reluisant string du pied.

Que souffle la froide bise peut faire chaud au cœur.  Rhabillés pour l’hiver les tatouages très apparents, et si artistiques… À l’abri des frimas, et des yeux, les mini-shorts un peu trop torturés.

Un peu plus de tenue dans nos rues, voilà qui ne sera pas pour déplaire aux cardiaques comme aux âmes pudibondes. Aux esthètes non plus, avant le retour redouté des bonnets de l’avent à pattes de cigognes.

Mais l’automne à venir est aussi une bonne nouvelle pour les affaires.


Rhabillés pour l’hiver

En ces temps de grande frilosité commerciale, les boutiquiers peuvent espérer se frotter les mains, faire monter le tiroir-caisse en température : la mauvaise saison marque en général l’embellie des ventes de vêtements.

Et justement, la filière textile sait enfin pour quel article précis les clientes dépensent le plus.

Autant éliminer le tee-shirt : pas assez cher pour être la valeur numéro 1, même s’il a l’élégance (celle-là, au moins) d’être l’effet le plus souvent acheté.

Ce n’est pas le pantalon non plus : dans son duel tendu avec jupe et robette, il rate le podium des plus grosses dépenses textiles.

Si l’hiver est tant attendu sur les étals, c’est parce que le vêtement usuel féminin pour lequel on fait le plus craquer sa carte bleue ne s’achète jamais en été, et pour cause : c’est le pull-over.

Cachez cette crise que nous ne saurions porter plus longtemps. Les faiseurs de mode ne devraient pas avoir maille à partir indéfiniment avec la morosité. La confection pour dame, un peu éreintée ces temps-ci, pourrait espérer se retricoter un chiffre d’affaires XXL.

Sauf que, au rythme où vont les saisons, dans le chamboulement des climats vécu jusque chez nous, il va peut-être falloir garnir les rayons de pulls au mois d’août.

Et refaire des stocks de maillots de bain début octobre. Le fin du fin étant, peut-être, d’aborder à terme les rivages de Noël en tongs.

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA

            Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

 

smiles

 

 

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite 

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 11:40

 

Roland Kent LaVoie mieux connu sur le nom de Lobo est né le 31 juillet 1943 ..    auteur compositeur chanteur américain qui a connu le succès dans les années 1970 "Me and You and a Dog Named Boo", "I'd Love You to Want Me" and "Don't Expect Me to Be Your Friend".

 

 

 

 

when I saw you standing there
I about fell out my chair
and when you moved your mouth to speak
I felt the blood go to my feet
 
now it took time for me to know
what you tried so not to show
now something in my soul just cries
I see the want in your blue eyes
 
Chorus :
baby, I'd love you to want me
the way that I want you
the way that it should be
baby, you'd love me to want you
the way that I want to
if you'd only let it be
 
you told yourself years ago
you'd never let your feelings show
the obligation that you made
for the title that they gave
when I saw you standing there
I about fell out my chair
and when you moved your mouth to speak
I felt the blood go to my feet
 
now it took time for me to know
what you tried so not to show
now something in my soul just cries
I see the want in your blue eyes
1972
 

 

 

 

Je veux que tu veuilles de moi
J'ai besoin que tu aies besoin de moi
J'aimerai que tu m'aimes
Je te supplie de me pardonner

Je brillerai du haut de mes vieilles chaussures marrons,
porterai un T-Shirt de marque
Je rentrerai directement du travail à la maison,
si tu dis que tu m'aimes
 
Non, non, non ne t'ai-je pas vu pleurer ?
Ho, non, non, ne t'ai-je pas vu pleurer ?
Quand tu te sens toute seule sans un ami,
je me sens comme mourir
Ho, non, non, ne t'ai je pas vu pleurer ?
 
 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 12:05

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien placés bien choisis
quelques mots font une poésie
les mots il suffit qu’on les aime
pour écrire un poème
on ne sait pas toujours ce qu’on dit
lorsque naît la poésie
faut ensuite rechercher le thème
pour intituler le poème
mais d’autres fois on pleure on rit
en écrivant la poésie
ça a toujours kékchose d’extrème
un poème

Raymond Queneau 

 

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite !

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 18:07

 

 

 

 

Deux fourmis devisent sur une pivoine encore toute endormie, lisse et fraîche dans la rosée.
“Elle me va bien au teint”
dit l’une ;

- oui, mais pas un puceron à capturer”
dit l’autre.

- Nous allons devoir voyager,
dit la première.

- Attendons le lever du soleil,
répond la seconde.


Les voilà parties à la découverte du jardin, grand continent aux essences variées. Elles ont ordre de recenser toutes les ressources et merveilles du territoire et d’en faire un rapport avant la nuit à Sa Majesté.

Un beau bleu, couleur de rêve les attire... un bleuet déplumé les décevrait presque s’il n’était entouré de comparses étoilés et généreux, dressés vers le soleil encore tiède et qui feraient, ma foi, de superbes solariums.Une orchidée mauve, un peu plus loin leur tend un calice attrayant mais la fourmilière, l’hiver, regorge d’histoires sordides de plantes carnivores et nos deux fourmis prudentes s’abstiennent d’explorer cette plante peut-être maléfique.

Continuant leur route, elles entreprennent l’ascension d’un immense chardon qui s’avère être très inhospitalier mais qui pourrait peut-être servir de repli en cas d’attaque de prédateurs.
Hop ! un saut... elles atterrissent sur un lit de plumes. La fleur de pissenlit est une couette très confortable mais gare au vent !... L
es petites aventurières pourraient s’envoler très loin... La corolle de la tulipe leur semble beaucoup plus sécurisante, la rose trémière plus sophistiquée, la rose plus odorante et distinguée. L’iris est un trésor de cachettes mais un peu près de l’eau peut-être...
Quand arrive le miracle...
Un immense pommier en fleur se dresse devant elles. Les boutons ont explosé en immense bouquet rose tendant leurs étamines en geste d’offrande, les bourgeons et les fleurs donnent toutes les promesses dont une fourmi peut rêver : des pucerons à élever, des fruits en devenir, des sucres à stocker. Un nirvana de fourmilière...

 

 

....

Repost 0
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 17:16

 

 

 

 

Venez, poussins,
Asseyez-vous
Je vais vous instruire sur l'œuf
Dont tous vous venez, poussins.
L'œuf est rond
Mais pas tout à fait
Il serait plutôt ovoïde
Avec une carapace
Et vous en venez tous, poussins
Il est blanc
Pour votre race
Crème ou même orangé
Avec parfois collé
Un brin de paille
Mais ça,
C'est un supplément
A l'intérieur, il y a...
Mais pour y voir
Faut le casser
Et alors d'où - vous poussins - sortirez

 

Raymond Queneau

 



 

 

 

 

 

 Le passé est un oeuf cassé,
l'avenir est un oeuf couvé.

 

 

Paul Eluard

 

oeufs racistes

 

 

Quand on vole un oeuf,

on va en prison,

quand on vole un boeuf,

on va au Palais-Bourbon...

 

 

  Marin Karmitz

 

 

 

 Le passé est un oeuf sans germe :

tout ce qu'on peut en tirer
c'est une omelette.

 

 

 Frédéric Dard

 

 

 

 Le cochon dit à la poule :

"Les oeufs, pour toi,

c'est un engagement partiel ;

le bacon pour moi,

c'est un engagement total".
 

 

Philippe Meyer

 


 


 Les paroles sont comme des oeufs :
à peine écloses, elles ont des ailes.


 Proverbe malgache

 

 

 

  L'amour est un oeuf frais
Le mariage est un oeuf dur
Et le divorce un oeuf brouillé.

 

  Père d'Oliban

 

 


 

 


 

 

 


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 10:43

 

 

 

 

 

 

Un jeune Allemand a alarmé la police après s’être plaint au téléphone de prétendus «travaux forcés» que sa mère lui demandait d’effectuer... comme du ménage à la maison.
 
Le garçon d’Aix-la-Chapelle (nord-ouest de l’Allemagne) avait appelé la police lundi, accusant sa mère de le faire «travailler toute la journée», a indiqué la police locale.
 
«Je n’ai pas de temps libre», s’était plaint le jeune garçon.
 
Sa mère, qui n’a pas été identifiée, a expliqué plus tard à la police que son fils se plaignait de devoir aider aux tâches ménagères de la maison pendant les vacances scolaires, et que celui-ci avait menacé à plusieurs reprises de déclarer à la police qu’il subissait des «travaux forcés».
 
D’après sa mère, le simple ramassage de papiers a suffi pour le décider à composer le 110, numéro d’urgence de la police allemande.
 
«Il joue toute la journée, et lorsqu’on lui demande de dire ce qu’il a fait, il dit ”des travaux forcés”», a expliqué la police citant les propos de la mère.

Zwangsarbeit
DNA
du 17 août 2011

 

Les cigognes ont (enfin) migré…

 

 

Retzwiller  Haut-Rhin Alsace  / Décharge   

Elles y avaient élu domicile si nombreuses qu’elles en devenaient une nuisance pour des riverains qui supportaient déjà des centaines de corbeaux.

Elles y avaient élu domicile si nombreuses qu’elles en devenaient une nuisance pour des riverains.
Sporadique par le passé, le phénomène a pris des proportions hors du commun à partir de 2007 : des centaines de cigognes planaient au-dessus de la décharge de Retzwiller, accompagnées d’au moins autant de corbeaux et autres oiseaux. L’an passé, un pélican y a même été observé. Vu de loin, d’aucuns se féliciteraient presque de voir une décharge s’apparenter à une réserve ornithologique. Sauf que les riverains vivaient plutôt un scénario à la Hitchcock, fait de croassements continus et de kilos de… fiente. Les cigognes se mettaient en danger car la pitance généreusement offerte par les déchets provoquait leur sédentarisation. Elles avaient aussi pris la mauvaise habitude de gober ficelles et élastiques, confondus avec des vers, au point que certains jeunes sujets mourraient d’indigestion d’élastiques.


 Mais aujourd’hui, les cigognes ont abandonné la décharge de Retzwiller dans le Sundgau.

 « Fire fly », sorte de plaques fluo qui scintillent au loin. Quelques tirs d’effarouchement et le recours éventuel à un fauconnier complètent le dispositif qui aura quand même coûté 12 800  €. Mais qui semble efficace : les cigognes ont quitté les lieux et de 520 nids de corbeaux en 2009, on est tombé à 24 en 2011.

Julien Steinhauser DNA 08.102011

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents