Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 17:00

 


 

 

 

 

James Brown -  I Feel Good  -  1966
Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 00:02

 

 

 

 

 


La beauté des petites choses
Et autres gestes anodins
C'est un enfant qui court
Au milieu d'un jardin
C'est le chant d'un oiseau
Quand on ouvre sa cage
C'est se coucher dans l'herbe
Et compter les nuages
C'est aller comme le vent
Sans penser à demain
Comme si nous étions libres
Immortels et sans fin.

 

....

  Nicolas Ciccone 2004

 

Merci pour votre visite


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 00:05



 

 

 

 Quand on est dessinateur, il faut faire comme les canards paraître calme en surface

et pédaler comme un forcené en-dessous !

 

 

 

 

Si vous n'êtes pas responsable de la tronche que vous avez,  vous êtes responsable

de la gueule que vous faites,

alors     S O U R I E Z   !

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite !

Repost 0
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 00:09
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Pourquoi tes bisous rouges et sucrés,
Sont tout en haut du cerisier ?

J´aimerais en cueillir un, juste pour goûter,
Mais pourrais-je jamais, atteindre le sommet ?

J´imagine son goût fruité, doucement m´enivrer
et le noyau trois fois sous ma langue retourner.

Je les vois d´en bas, de leur rouge vif me narguer.
Mais sur l´échelle de mes sentiments,

je n'ose me hisser :
De mes rêves déments, j'ai bien trop peur de tomber.

Jack

 



 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 00:05

 

 

 

 

Nights in white satin,
Never reaching the end,
Letters Ive written,
Never meaning to send.
 
Beauty Id always missed
With these eyes before,
Just what the truth is
I cant say anymore.
 cause I love you,
Yes, I love you,
Oh, how, I love you.
 
Gazing at people,
Some hand in hand,
Just what Im going thru
They can understand.
 Some try to tell me
Thoughts they cannot defend,
Just what you want to be
You will be in the end,
 
And I love you,
Yes, I love you,
Oh, how, I love you.
Oh, how, I love you.
 
Nights in white satin,
Never reaching the end,
Letters Ive written,
Never meaning to send.
 
Beauty Id always missed
With these eyes before,
Just what the truth is
....
 
Nuits de satin blanc,
N'arrivant jamais
à leur terme
Lettres que j'ai écrites,
Sans jamais avoir
l'intention de les envoyer
Beauté que
je n'avais jamais su voir
Avec mes yeux d'avant
Simplement quelle est la vérité
Je ne saurais plus le dire
 Car je t'aime,
Oui, je t'aime,
Oh, comme, je t'aime.
 
Observant les gens
Certains marchant
main dans la main
Les épreuves que j'endure
Ils sont simplement
incapables de les comprendre
 Certains essaient
de me faire part
De leurs réflexions
qu'ils ne peuvent argumenter
Exactement
ce que tu veux être
Tu finiras par le devenir,
 
Et je t'aime
Oui, je t'aime,
Oh, comme, je t'aime.
Oh, comme, je t'aime.
 
 

 

1967


The Moody Blues est un groupe de rock britannique

fondé en 1964 à Birmingham.

 

 

      30 ans plus tard...

"Live at Montreux 1997"

 

 

 

 

 On connait ...mais oui on connait !

Merci pour votre visite !

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 00:04

 

 


Rien de prévu encore pour les vacances ? Pas de panique.
La grande aventure est à portée de bagnole - voire de vélo. Exemple : de Strasbourg, en seulement 160 km, on peut se retrouver, eh oui, à... Moscou (code postal 88240). Qui dit mieux ? Les calculateurs d'itinéraires ! Qui, de ce Moscou dans les Vosges, mènent à un Jérusalem en... 1 minute à peine - 800 m exactement à couvrir. Si l'expérience est jugée concluante, direction Venise, dans le Doubs, cette fois : 120 km, si possible sans se gondoler. De là, les grands espaces sont ouverts : Madrid n'est qu'à 400 km, promenade de santé jusqu'en Essonne. D'autant plus tentant qu'Amsterdam dans les Yvelines attend à même pas 30 km. Folle journée sur les routes.

Voyage, voyage(s)

     L'ambition venant en roulant, rien n'empêche, dès le lendemain, de voir plus loin : Boston n'est qu'à 88 km, dans l'Eure. De là, plus de limites. Et pourquoi pas Rio ? 350 km, les tongs en éventail, jusque dans la Nièvre. Mal d'Alger ? En 33 km vers le Cher, on change encore de continent. D'où on peut faire un crochet - pas de quoi s'en faire une montagne - par Vienne (Isère) : 300 bornes dans les jantes. Crevé ? On comprend. Sitôt remis du jet-lag, cap sur Barcelonne (Drôme), un jeu d'enfant : 90 km tout au plus ! Pour éviter le coup de chaud, saut de puce envisageable jusqu'à Londres (Hérault) : 230 km. Ou, si l'on préfère l'air du sud, étape à Naples, dans la Haute-Garonne, à 310 km. Ce n'est certes pas la Méditerranée à boire d'autant que Bruxelles, il ne s'agit pas d'une histoire belge, est dans le même département, 33 km plus loin. Et débouche sur la ville à laquelle tous les chemins mènent, évidemment : Rome, dans le Gers, n'est plus qu'à 140 km. Sacré périple, non? Sinon, en plus court, on peut se contenter d'un Strasbourg-Mulhouse, ou inversement : 117 km. D'un côté comme de l'autre, de petits malins prétendent que c'est déjà très dépaysant.

 

Didier Rose


 

     Je pense donc je lis les DNA
     Dernières Nouvelles d'Alsace
 


 

 


 




Merci pour votre visite.


 


Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 07:00

 

 

Plante une rose au milieu des orties,
change quelque chose dans ta vie,
là où tu es dans ta famille ou dans ton quartier

Pose une étoile en plein cœur de la nuit


Le monde est plus beau,
le monde est meilleur
Quand tu mets sur le tableau
quelques notes de couleurs


 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Top
commenter cet article
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 00:03

 

 

 

 

 

 

Sur un sentier raide et pierreux, j' ai rencontré une petite fille qui portait sur son dos , son jeune frère.

Mon enfant, lui ai-je dit, tu portes un lourd fardeau.
Elle me regarde et dit : 
Ce n'est pas un fardeau,  monsieur, c'est mon frère.

Je restais interdit. Le mot de cette enfant courageuse s'est gravé dans mon coeur.
Et quand la peine des hommes m'accable et que tout le courage me quitte, le mot de l'enfant me rappelle :  Ce n'est pas un fardeau que tu portes, c'est ton frère...

 


 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 00:04

 
Au dessus de ma tête,
Un petit nuage blanc
Ne semble pas à la fête,
Balayé par le vent.

smilie

smilie

 

 


 

 

Il est dans nos cœurs
Il est plein de douceur
Il est fait de chaleur
Qu'on sent

de temps en temps !

 

 

smiley

 



Il est tout près de nous
C'est plus petit que tout
On le voit après coup.
Il se cache partout.

 

Où est le bonheur ?
Il est dans un sourire
Le geste qui vient guérir
Le rêve ou le désir
Qu'on a de temps en temps !

Il danse dans nos yeux
Il chante si on le veut,
Se fait silencieux
C'est un clin d'œil de Dieu.

Où est le bonheur ?
Il est dans le soleil
Le printemps qui s'éveille
Il est dans les merveilles
Qu'on voit de temps en temps.

Il est dans les oiseaux
La fleur ou le roseau
Il résonne dans l'écho
Du lac ou du ruisseau.

Où est le bonheur ?
Il est  dans nos mains
Il n'est jamais très loin
Il est sur le chemin

Qu'on prend
de temps en temps.

Il est dans le présent
Il se vit maintenant
C'est de nous qu'il dépend
Chaque jour en tout temps.

smilies


 

 

 

 

 

  smileys

Merci pour votre visite

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 00:02

 

 

 

 

 

 

 

L'immobilier, c'est comme les blagues : les histoires les plus tortueuses sont rarement les meilleures. Précisément, en matière d'aventure à rebondissements, un couple strasbourgeois vient de vivre une expérience pas triste.

Acte 1 : l'aubaine. Ayant reçu congé de son proprio, le duo cherche et trouve logement à sa façon. Au vert, au calme, joli. Soit un peu plus de 700 euros de loyer mensuel, charges comprises.

Acte 2 : la déconvenue. Une heure après accord, l'agent immobilier rappelle : l'appartement est toujours vacant, mais plus au prix annoncé. Prière, pour les locataires motivés, de rajouter 80 euros par mois au pot. Raison invoquée : la présence d'un garage. Qui était pourtant bien proposé dans l'offre de départ. Autant dire que les choses en sont restées là. Plus 10 % d'augmentation en quelques heures, on imagine l'addition, à ce rythme, au bout de plusieurs mois. A faire pâlir la dette grecque.

Le yoyo du logement

Acte 3 : la surprise. Reparti en chasse, le couple trouve une petite annonce... sur le même bien, diffusée par le propriétaire cette fois. Enfin, presque le même bien. Parce que, comme par magie, la surface de cet appart vraiment extraordinaire a augmenté entre-temps, elle aussi, de 10%. Bravo, en passant, au chef de chantier qui a réussi à pousser les murs pour gagner fissa 10 m². Ce n'est pas tout : la cuisine est devenue dans cette nouvelle version « équipée ». Quant au loyer, décidément plus fluctuant que le CAC 40, il était proposé, aux dernières nouvelles, à un troisième prix - mais toujours plus cher que le premier. Acte final : jurant qu'on ne les y reprendrait plus, les deux candidats-locataires continuent à faire le tour des annonces. En se dépêchant cette fois : à la vitesse où grimpent certains loyers et certaines surfaces, pas impossible qu'on tente de leur fourguer tantôt, à prix d'amis, une aimable masure avec grand jardin, façon Versailles (prévoir travaux). Gros comme une maison, forcément.

 

 

Didier Rose


 

     Je pense donc je lis les DNA
     Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

Merci pour votre visite.
Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents