Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 00:04

 



Fille du vent et du soleil
Au fond de mon cœur tu éveilles
L'envie de vivre auprès de toi.
Quand tu me donnes ton empire
D'amour, de charme et de plaisir
Moi je me sens devenir roi.
  Crier d'amour dans une gare,
Briser ma voix pour t'appeler,
Noyer ma vie dans ton regard,
Brûler mes doigts
pour te garder.
 Fille du vent et du soleil
Envole-toi de mon sommeil
En venant vivre auprès de moi.
 
Vouloir ton corps
dans un espoir,
Mourir à force de prier,
Me recréer de tout mon art,
Aimer tous ceux de ton passé.
 Fille du vent et du soleil
Au fond de mon cœur tu éveilles
L'envie de vivre auprès de toi

 

1972

 

Pierre Groscolas est un auteur-compositeur-interprète français né à Lourmel (Algérie) le 29 octobre 1946.
Il arrive à Toulouse en 1962 où il fait ses études secondaires. Son père le destine à des études supérieures, en faculté de droit ou de médecine. Alors qu’il prépare son bac, Pierre rencontre au lycée des copains qui partagent la même passion que lui : La Musique. Ils fondent un groupe « Le Choeur » imprégné du style pop music, anglaise et américaine.



et voilà autre chose..

..on connait... ?

Merci pour votre visite

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 00:03

 

 

 

 

        
Lorsque les dieux eurent créé les hommes, ils redoutèrent que ces derniers n'accèdent à la Connaissance, de peur qu'ils ne deviennent leurs égaux.
 
Nos dieux résolurent donc de la cacher là où jamais  l'homme n'aurait la possibilité ou l'idée d'aller la  chercher.
 Réunis en conseil, ils se mirent à cogiter...
"Cachons-la au fond des océans",
suggéra l'un, à quoi les autres rétorquèrent que fatalement, un jour ou l'autre, les hommes iraient et la trouveraient.
"Mettons-la en haut de la plus haute montagne",
avança un autre, avant qu'on ne réfute cette proposition en avançant que les hommes trouveraient bien un jour les moyens de l'escalader.  Et les idées, les unes après les autres, tombaient à l'eau... Jusqu'à ce que le plus humble des dieux avance :
"Et si on la cachait au coeur de l'homme, la Connaissance ?"
Cette suggestion fut saluée avec enthousiasme, et ainsi fut fait. Car il est vrai que c'est bien là que l'homme cherche le moins...

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Monday
commenter cet article
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 00:05

 

 

 

 

 

 

 

 
Je vais quitter ton jardin de fleurs en papier
Plus jamais nous n'irons pêcher avec les cormorans
Je t'ai laissé mon nom sur l'abricotier

En passant devant, pense à moi de temps en temps
 
 
Je passerai par la route des orchidées
Et j'irai embarquer sur la rivière du printemps
Je prends l'écharpe de soieque tu m'as donnée
Je la porterai pour me protéger du vent.

Sayonara
Que la vie était belle avec toi
Sayonara
Peu à peu, le chagrin s'en ira

 

 
1969 
René Villard, dit Hervé Vilard, né le 24 juillet 1946 à Paris

 

Sayonara (Au revoir)

Merci pour votre visite 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 00:11

 

 


Ca va cracher. Pas seulement le feu. On sait pourquoi les terrains de foot sont si profondément verts. Suffit d'allumer sa téloche, cap sur l'Afrique du Sud. Où les écolos les mieux payés du monde étalent leur savoir-faire salivaire.


C'est beau, la contribution d'un joueur de foot à l'équilibre hydrique d'une pelouse. Pas un centimètre-carré pour lui échapper. Application qui va ensuite jusqu'à user de son corps, soi-disant pour des tacles. En fait, pardon aux poètes, pour bien travailler l'humidité de l'herbe.


Des ingrats devraient en prendre de la graine. Ce ne sont pas, par exemple, les cyclistes ou les marathoniens, dans leur prétendue souffrance, qui penseraient à postillonner à la cantonade. Apports pourtant bienvenus à la santé des vastes paysages traversés.


Fines bouches

Heureusement, si l'on y pense bien, que le football n'est pas un sport d'intérieur. Raison pour laquelle, aussi, il convient d'expliquer aux mômes qu'il y a un lieu et un temps pour tout. Et qu'un gymnase ou une cour d'école sont à éviter, pour faire comme les grands footeux. Sous peine de rentrer au vestiaire avec un score mémorable de pages à gratter, sur le thème : « Je n'expectore pas à tout-va.»


Ces détails mis à part, la Coupe du monde est un bonheur. On bat des records de vitesse aux caisses de supermarché, à condition de viser les temps de jeu - et d'éviter le créneau de la mi-temps qui ranime le rayon bières.
Réserver au resto n'est plus utile en soirée. De surcroît, on est reçu par un personnel souriant, trop content sans doute de marquer quelques points côté additions.


Tout juste s'agit-il de respecter la règle du jeu : éviter de téléphoner dans certaines entreprises avant le coup de sifflet final. Ne pas frapper à une porte au moment des pénos, au risque d'un carton jaune, voire d'une expulsion pour mauvais geste.


Et, surtout, ne pas abuser pendant les matches du site de la FIFA, vachement subversif : 12' touche ; 24' touche ; 27' touche. On s'y croirait... Pour tout ça donc, s'il vous plaît, on ne crache pas sur son plaisir.

 

 

 


Didier Rose


 

     Je pense donc je lis les DNA
     Dernières Nouvelles d'Alsace


 



 

Merci pour votre visite !

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 16:52

 

 

 


Wenn Es Dich Noch Gibt

Sag wo ich dich finde
Ich muss dich wieder sehn
Suche dich überall

Wenn Es Dich Noch Gibt
Gib mir eine Chance
Es war doch schön mit uns
Aber es war einmal

Ich ging fort
Obwohl ich doch

glücklich war bei dir
Doch mein Traum
Von Freiheit war stärker

Ich war dumm
Nun komm ich zurück

und an der Tür
Steht ein fremder

Name Und darum

Wenn Es Dich Noch Gibt
Hüll dich nicht in Schweigen
Ich lieb dich immer noch
Willst du mir nicht verzeihn................


Man sagt mir
Für dich wär es besser

wenn ich geh
Jetzt wo grad
Die Wunden verheilt sind

Wenn Es Dich Noch Gibt

Willst auch du
Auch du, dass ich dich nie wieder seh,
dass kann ich nicht

glauben und darum

Wenn Es Dich Noch Gibt
Lass es so nicht enden
Ich lieb dich immer noch
Willst du mir nicht verzeihn

Ich lieb dich immer noch
Willst du mir nicht verzeihn

Vielleicht kann das für uns
Ein neuer Anfang sein

 


 

 

Roger Whittaker (1936 à Nairobi, Kenya - ) est un chanteur et compositeur britannique qui chante en anglais, en français et en allemand. En 1967, il obtient un succès mondial avec Mexican Whistler où il révèle son extraordinaire talent de siffleur.


En 1971, Whittaker enregistre The Last Farewell, son plus grand succès en carrière, vendant plus de 11 millions de disques de par la planète.
Dans les années 1970 et 1980, Whittaker connaît beaucoup de succès en Allemagne. Ne parlant pas l'allemand, il chante phonétiquement.

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'ai quitté mais il faut que je te retrouve....je t'aime toujours... pardonne-moi !

smiles

  

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 18:24


 

 

 

 
LA CIGALE ET LA FOURMI (en argot)
 
La Cigale reine du hit-parade
Gazouilla durant tout l'été
Mais un jour ce fut la panade
Et elle n'eut plus rien à becqueter.
Quand se pointa l'horrible hiver
Elle n'avait pas même un sandwich,
À faire la manche dans l'courant d'air
La pauvre se caillait les miches.
La Fourmi qui était sa voisine
Avait de tout, même du caviar.
Malheureusement cette radine
Lui offrit même pas un carambar.
- Je vous paierai, dit la Cigale,
J'ai du blé sur un compte en Suisse.
L’autre lui dit : Z'aurez peau d'balle,
Tout en grignotant une saucisse.
- Que faisiez-vous l'été dernier ?
- Je chantais sans penser au pèze.
- Vous chantiez gratos, pauvre niaise
Eh bien guinchez maintenant !
 
Moralité :
 
Si tu veux vivre de chansons
Avec moins de bas que de hauts
N'oublie jamais cette leçon :
Il vaut mieux être imprésario !
 

Pierre PERRET

Repost 0
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 00:01

 

 


 

 

 

 

 

On se fait la cour, on se fiance, on se marie,

on nage dans le bonheur.

De petites fêlures apparaissent.
On les néglige.

Elles grandissent, puis se stabilisent.
On vit avec.

Un jour, un heurt stupide dévoile la fissure irréparable.

On se met d'accord pour la cacher.

On la bouche n'importe comment.

Les contemporains qui semblaient indestructibles,

s'évanouissent, un par un, dix par dix.

On se retrouve tous deux, séparés et proches.

On se fait souffrir pour se sentir encore vivre.

On se serre un peu pour avoir moins froid.

Trop tard.

L'un des deux lâche la rampe.

L'autre reste là, vacant, désaffecté,
remâchant ses torts et fabriquant ses remords.

 

                                 Jacques de Bourbon Busset

 

 

 

 

 smiles

 

 Merci pour votre visite

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 00:09


 

 
Les bulles de savon que cet enfant
S'amuse à tirer d'une paille
Sont translucidement toute une philosophie.
 
Claires, inutiles et passagères comme la Nature,
Amies des yeux comme des choses,
Elles sont ce qu'elles sont
Selon une précision rondelette, aérienne,
Et personne, pas même l'enfant qui les abandonne,
Ne prétend qu'elles sont plus que ce qu'elles semblent être.
 
Quelques-unes se voient à peine dans l'air lucide.
Elles sont comme la brise qui passe et touche à peine les fleurs
Et dont nous savons qu'elle passe pour la seule raison
Que quelque chose en nous se fait plus léger
Et accepte tout avec plus de netteté.
 
Alberto Caeiro

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 19:16


 

 


 
Il était une fois une Fourmi heureuse et productive qui, tous les jours, arrivait de bonne heure à son travail.  Elle passait toute sa journée à travailler dans la joie et la bonne humeur, poussant même la chansonnette.
Elle était heureuse de travailler et son rendement était excellent mais, malheur !
Elle n'était pas pilotée par un manager ...

Le Frelon, PDG de l'entreprise, considérant qu'il n'était pas possible que la situation puisse perdurer, créa un poste de manager pour lequel il recruta une Coccinelle avec beaucoup d'expérience.

La première préoccupation de la Coccinelle fut d'organiser les horaires d'entrée et de sortie de la fourmi. Elle créa également un système de compte-rendu et de fiches navettes.

 Très vite, il fallut engager une secrétaire pour l'aider à préparer les dossiers et le reporter, si bien qu'elle recruta une Araignée qui mit sur pied un système de classement et qui fut chargée de répondre au téléphone. Pendant ce temps là, la fourmi heureuse et productive continuait de travailler, travailler, travailler.
Le Frelon, PDG de l'entreprise, était ravi de recevoir les rapports de la Coccinelle, si bien qu'il lui demanda des études comparatives avec graphiques, indicateurs et analyse de tendance.

Il fallut donc embaucher un Cafard pour assister le manager et il fallut acheter un nouvel ordinateur avec une imprimante.

Assez vite, la Fourmi heureuse et productive commença à baisser de rythme et à se plaindre de toute la paperasserie qui lui est dorénavant imposée.
Le Frelon, PDG de l'entreprise, considéra qu'il était temps de prendre des mesures. Il créa donc le poste de chef de service pour superviser la Fourmi heureuse et productive.

Le poste fut pourvu par une Cigale qui changea tout le mobilier de son bureau et qui demanda un nouveau fauteuil ergonomique ainsi qu'un nouvel ordinateur avec écran plat. Seulement, avec plusieurs ordinateurs, il fallut aussi installer un serveur de  réseau.
Le nouveau chef de service ressentit  rapidement le besoin de recruter un adjoint le ver de terre (qui était son assistant dans son ancienne entreprise)  afin de préparer un plan stratégique de pilotage ainsi que le budget de son nouveau service.
Pendant ce temps-là, la Fourmi était de moins en moins heureuse et de moins en moins productive.
Il va nous falloir bientôt commander une étude sur le climat social, dit la Cigale.
Mais, un jour, le Frelon, PDG de l'entreprise, en examinant les chiffres, se rendit compte que le service dans lequel la Fourmi heureuse et productive travaille, n'est plus aussi rentable qu'avant.. Il eut donc recours aux services d'un prestigieux consultant, M. Hibou, afin qu'il fasse un diagnostic et qu'il apporte des solutions.
Le Hibou fit une mission de trois mois dans l'entreprise à l'issue de laquelle il rendit son rapport  : "il y a trop de personnel dans ce service."
Le Frelon, PDG de l'entreprise, suivit ses recommandations et ...  licencia  la Fourmi ! ! !
 
Moralité :
Ne t'avise jamais d'être une Fourmi heureuse et productive. Il vaut mieux être incompétent et ne servir à rien.  Les incompétents n'ont pas besoin de superviseur, à quoi cela servirait puisque tout le monde le sait !  Si malgré tout, tu es productif, ne montre pas que tu es heureux au travail, on ne te le pardonnerait pas.  Si tu t'obstines à être une Fourmi heureuse et productive, monte ta propre entreprise : au moins tu n'auras pas à faire vivre les Frelon, Coccinelle,Araignée, Cigale, Hibou et autre Cafard.

Lamentablement, tout ceci est basé sur des études scientifiques universitaires qui démontrent que la majorité des être humains tendent à devenir des parasites ...
 

Après cela……je me dis ......????

Qu’est ce que je suis bien à la retraite !!!!
 
 

 

Repost 0
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 00:03

 

 

 

La mer est en bleu entre deux rochers bruns. Je l'aurais aimée en orange Ou même en arc-en-ciel comme les embruns  Etrange


Je voudrais changer les couleurs du temps
Changer les couleurs du monde Le soleil levant la rose des vents Le sens où tournera ma ronde Et l'eau d'une larme et tout l'océan   Qui gronde


J'ai brossé les rues et les bancs Paré les villes de rubans Peint la Tour Eiffel rose chair Marié le métro à la mer Le ciel est de fer entre deux cheminées Je l'aurais aimé violine Ou même en arc-en-ciel comme les fumées De Chine

 

Je suis de toutes les couleurs Et surtout de celles qui pleurent La couleur que je porte c'est Surtout celle qu'on veut effacer Et tes cheveux noirs étouffés par la nuit Je les voudrais multicolores Comme un arc-en-ciel qui enflamme la pluie D'aurore
Je voudrais changer les couleurs du temps,
Changer les couleurs du monde Les mots que j'entends seront éclatants Et nous danserons une ronde Une ronde brune, rouge et safran Et blonde

 


1 9 7 3

 

Guy Béart de son vrai nom Guy Béhart (orthographié à l'origine Béhar[1]), né au Caire (Égypte) le 16 juillet 1930  est un auteur-compositeur-interprète français.

 

 

 

 smiles

On connait c'est certain.....

Merci pour votre visite!

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents