Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 19:23

 

 

 

 

Michel Fugain   est un chanteur compositeur et interprète français, né le 12 mai 1942 à Grenoble.
Il enregistre un premier album en 1967
En 1972, c’est la naissance du « Big Bazar », un groupe de 11 musiciens et 15 autres personnes (en tournée ils étaient jusqu’à 35) . En 1976, Michel Fugain quitte le Big Bazar qui s’arrêtera quelques années plus tard. En 1977, naît la « Compagnie Michel Fugain ». Avec entre autres Roland Magdane.
En 1979, il fonde un atelier de comédie musicale (un lieu de formation pour jeunes artistes) à Nice, dans les Studios de la Victorine.
Il revient en 1988 avec la chanson Viva la vida.
La mort de sa fille Laurette le 18 mai 2002 est un événement qui l’amène à abréger sa carrière pour ne s’« attacher, désormais, qu’à l’essentiel ».

 

"Nous avons attendu 30 mn  et n'avons pas été servis"

 

 

 

 

Je n'aurai pas le temps, pas le temps
Même en courant
Plus vite que le vent
Plus vite que le temps
Même en volant
Je n'aurai pas le temps
Pas le temps

De visiter
Toute l'immensité
D'un si grand univers
Même en cent ans
Je n'aurai pas le temps
De tout faire

J'ouvre tout grand mon cœur
J'aime de tous mes yeux
C'est trop peu
Pour tant de cœurs
Et tant de fleurs
Des milliers de jours
C'est bien trop court
C'est bien trop court

Et pour aimer
Comme l'on doit aimer
Quand on aime vraiment
Même en cent ans
Je n'aurai pas le temps
Pas le temps

Je n'aurai pas le temps
Pas le temps...
   1967

 

Paroles : Pierre Delanoë.

Musique : Michel Fugain  

 

 

 

 

 

 

et au cas où .....link

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 01:04

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En effeuillant la marguerite,
Je t'aime un peu, assez, beaucoup,
Il s'est aperçu et très vite,
Que plus on aime… moins c'est beaucoup.

 

J.C  Gianadda  

 

 

 


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 08:14

 

 

 

 

 

 

 

Bon sang, que n’y avait-on pensé avant ?

Pour requinquer les villes, nettoyer le fond de l’air, redonner au piéton ses nerfs et ses poumons, voilà la voie à suivre : le covoiturage.  Une bagnole à soi tout seul, c’est mal. À quatre, c’est mieux. À chaque cylindre son équivalent-passager : le bilan carbone en profitera fatalement.

La règle peut souffrir des exceptions : pour accorder son label bio à une Jaguar 12 cylindres, il faudrait en embarquer, des covoiturages.

L’Allemagne a versé dans le transport partagé depuis un moment. Ce n’est pas une raison pour négliger de saluer les initiatives visant à éviter, dans nos autos, la politique du siège vide.

En Alsace, qui en connaît un rayon question pollution atmosphérique, le covoiturage est une idée qui trace sa route. Centrale téléphonique ici, site internet là. Et même, dans certaines grandes boîtes, plans de déplacements collectifs.


En voiture, les co-voiturés

 

Les spécialistes sont formels : la mobilité en commun, on y gagne. C’est moins cher, si du moins on évite le Porsche Cayenne.

C’est plus convivial, pour peu qu’on ne tombe pas sur un fumeur de gauluches sans filtre.  Et c’est moins fatiguant, à condition de ne pas rallonger sans fin les circuits de ramassage.

Bien sûr, inutile d’espérer une réduction du nombre de caisses immatriculées, chaque covoituré gardant la sienne.

Le geste vert ne dispense pas, non plus, d’une élémentaire courtoisie : mieux vaut prévenir les autres occupants qu’un crochet par Lyon est prévu sur le chemin de la Suisse, sous peine de mutinerie à bord.  De bien menus désagréments, face à une pratique jugée plus éco-durable que le chacun pour soi.

Au point que l’on pourrait se demander pourquoi le covoiturage n’a pas été inventé plus tôt. Peut-être certains ont-ils leur idée sur la question. Par exemple les auto-stoppeurs qui jalonnaient les nationales il n’y a pas si longtemps, et qui passaient pour de doux rêveurs.

 

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
               Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

smilie

 

Merci pour votre visite.

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 08:00


 

Morgane,
 
Tu es notre enfance
Le berceau
de tout
temps
 

La petite fille blonde de la plage
Celle qui joue dans son jardin
Parmi les oiseaux, et les fleurs
Celle qui danse étonnament qui chahute avec ses chiens
Et fait rire ses copains
Morgane, câline et espiègle
Petite-fille de mes rêves..
Mais le sais-tu ?
Si ton regard doré Croise le mien
Cela fait battre mon cœur
Et quand tu me souris
Je sais pourquoi je vis ...
Je t'aime tendrement
 ta grand-mère  Ghislaine du Teilleul.
Alsace

A

 

 

 

 

ine du Teilleul

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans @ Alsace
commenter cet article
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 01:04

 

 

 

 

 

 

 

 

Un jour, un non-voyant était assis sur les marches d'un bâtiment  avec un chapeau à ses pieds et un morceau de carton portant l'inscription : "Je suis aveugle, aidez-moi, s'il-vous-plait".


Un publicitaire qui se promenait près de là  s'arrêta et remarqua qu'il n'y avait que quelques centimes dans son chapeau.  Il se pencha et y versa sa monnaie, puis, sans demander son avis à l'homme, prit le carton, le tourna et y écrivit une autre phrase.

Le même après-midi, le publicitaire revint près de l'aveugle  et vit que le chapeau était plein de monnaie et de billets. Le non-voyant reconnut le pas de l'homme et il lui demanda si c'était lui qui avait réécrit sur son carton et ce qu'il avait noté.  Le publicitaire répondit :  "Rien qui ne soit vrai, j'ai seulement réécrit ta phrase d'une autre manière", il sourit et il s'en alla. Le non-voyant ne sut jamais que sur son carton il était écrit :


"Aujourd'hui, il fait soleil, et moi, je ne peux pas le voir  !"


Quand les choses ne se passent pas bien, changeons notre stratégie,  et nous verrons que ça ira mieux !

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 19:43

Ouf

 

 

 

 




Repost 0
Published by Simone - dans Top
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 13:28

 

 

 

 


Une lettre de Roumanie, ce n’est pas tous les jours. Surtout quand on n’y connaît à peu près personne.

Il est plus rare encore qu’une telle missive vienne évoquer un chien disparu depuis des semaines.

C’est pourtant ce courrier qu’ont reçu Barbara et Christian, gérants d’une station-service à Lipsheim (Alsace).

Dans un charabia un peu morveux, l’auteur leur parle d’Ugo, bulldog de 8 ans, volatilisé quatre mois auparavant.

Les maîtres d’Ugo s’en doutaient bien. Ils en ont dès lors la confirmation : Ugo, pépère sympa avec tout le monde, a été embarqué. Sans doute par un routier de passage.

Pas très fidèle en amitié, le kidnappeur : au bout de 500 km, il a largué l’animal, en Allemagne.

Heureux qui comme Ugo

Gagné par le remords, à moins qu’il n’ait vu l’avis de recherche lors d’un passage en Alsace, le Roumain fait cette fleur aux propriétaires d’Ugo : il leur indique l’endroit où il a viré le chien, à Leinefelde, près de Kassel.

Sans guère d’illusions, Christian décroche son téléphone. Appelle le refuge local pour animaux. Où, autre coup de théâtre, on a gardé souvenir du bulldog.

Un voisin l’avait apporté, pour identification. En vain : la puce placée dans l’oreille du toutou restant muette, on pouvait aller se gratter, pour en connaître le pedigree.

L’adresse du bon samaritain en revanche avait été conservée. C’est là que le maître d’Ugo l’a retrouvé, pas des masses impressionné.

Simplement, Ugo dans l’affaire s’était trouvé une nouvelle identité : preuve d’une belle capacité d’adaptation, il était devenu Schmitty.

Il paraît que ses nouveaux patrons ont pleuré, quand Schmitty a repris la route en sens inverse pour redevenir Ugo. Et retrouver sa gamelle, à la station-service.

Aux dernières nouvelles, Ugo n’aurait pas pris d’accent particulier. On ne sait pas en revanche s’il a gardé l’habitude d’aller renifler par les portières entrouvertes cette curieuse odeur de voyage que dégagent les voitures.

 

 

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
               Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

Merci pour votre visite.

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 12:54

 


 

 

 

 

 

 


 


"Pourquoi se plaindre quand il n'y a pas de bonheur alors qu'il est au pouvoir et à la portée de chaque être, d'être la source même de son bonheur."


"Il faut savoir utiliser le temps de la vie comme une cueillette de fruits :  

abandonner les fruits qui sont déjà tombés,
cueillir ceux qui sont mûrs,
et laisser les autres mûrir pour demain."


"Il est très difficile de vivre sa vie une fois qu'on a bien compris que toute vie humaine est inséparablement liée aux mille et une vies qui l'entourent."


"On apprend à devenir heureux seulement lorsqu'on apprend à aimer les gens comme ils sont :  Pas comme ils devraient être."


"S'il convient d'émettre des bonnes pensées pour produire de bonnes actions,  il importe aussi d'émettre des pensées justes pour émettre des actions justes."


"Un homme ne peut certainement pas tout dire et tout faire ;  mais ce qu'il dit et fait, il doit absolument bien le dire et bien le faire,
autrement, qu'il ne dise et ne fasse rien."


"On devient rarement bon et efficace dans la vie quand on laisse aux autres  le soin de déterminer pour nous ce qui est bien et mauvais."


 J.P. Martin

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite !

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 01:03

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

En croyant cependant

la rencontrer un jour
Il y a dans le vent

lorsqu'il ne fait que geindre
Des murmures de voix

refusant le bonheur
Se donnant le seul droit,

le seul droit de se plaindre
Ne laissant que le choix

de goûter au malheur


Le vent qui murmure des je t'aime,
Qui murmure des poèmes
A besoin de l'amour


 Line et Willy - 1966

 

 

Merci pour votre visite !

Repost 0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 12:06

 


 

Israel "IZ" Kamakawiwo'ole est né en 1959 sur l'île d'O`ahu  

"Over The Rainbow" (reprise de Judy Garland dont l'original date de 1939 pour le film "Le magicien d'Oz"), bénéficie en cette rentrée 2010, d'une nouvelle réédition chez Universal Music.

Un single aujourd'hui réédité, treize ans après sa disparation (Israel meurt en effet en 1997, d'obésité, à l'âge de 38 ans), classé n°1 en Allemagne, n°19 en Suisse, n°32 en Autriche et n°35 au Danemark.

 

 

 

 

   

Somewhere over the rainbow
Way up high
And the dreams that you dreamed of
Once in a lullaby
Somewhere over the rainbow
Blue birds fly
And the dreams that you dreamed of
Dreams really do come true ooh ooooh
Someday I'll wish upon a star
Wake up where the clouds are far behind me ee ee eeh
Where trouble melts like lemon drops
High above the chimney tops thats where you'll find me oh
Somewhere over the rainbow bluebirds fly
And the dream that you dare to,why, oh why can't I ? (...)


 

 

 

 

Over The Rainbow (Au-delà De L'arc-en-ciel)

Quelque part au-delà de l'arc-en-ciel
Bien plus haut
Et les rêves que tu as rêvés
Une fois dans une berceuse
Quelque part au-delà de l'arc-en-ciel
Les oiseaux bleus volent
Et les rêves que tu rêves
Ces rêves se réaliseront
Un jour je ferai un souhait en regardant une étoile
Me réveillerai là où les nuages seront loin derrière moi
Où les ennuis fondront comme des gouttes de citron
Haut au-dessus des cheminées, c'est là que tu me trouveras
Quelque part au-delà de l'arc-en-ciel les oiseaux bleus volent
Et les rêves dont tu oses rêver, pourquoi,

oh pourquoi ne pourrais-tu pas ?

Oui, je vois les arbres verts
Et les roses rouge aussi
Je les vois pousser pour moi et toi
Et je me dis en moi-même
Quel monde merveilleux

Oui, je vois les cieux bleus et les nuages blancs
Et la lumière du jour
J'aime l'obscurité et je me dis en moi-même
Quel monde merveilleux

Les couleurs de l'arc-en-ciel si jolies dans le ciel
Sont alors sur les visages des passants
Je vois des amis qui se serrent la main
Se disant « Comment ça va ? »
Ils se disent en réalité, « Je t'aime »
J'entends les bébés pleurer et je les vois grandir
Ils en apprendront bien plus
Que nous n'en sauront jamais
Et je me dis en moi-même
Quel monde merveilleux

Un jour je ferai un souhait en regardant une étoile
Me réveillerai là où les nuages seront loin derrière moi
Où les ennuis fondront comme des gouttes de citron
Haut au-dessus des cheminées, c'est là que tu me trouveras
Oh, Quelque part au-delà de l'arc-en-ciel
Bien plus haut
Et les rêves que tu oses rêver, pourquoi,

oh pourquoi ne pourrais-tu pas ?

 

 

Merci pour votre visite.

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents