Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 12:45

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Minuit. Voici l'heure du crime.
Sortant d'une chambre voisine, 
Un homme surgit dans le noir.

Il ôte ses souliers,
S'approche de l'armoire
Sur la pointe des pieds
Et saisit un couteau

Dont l'acier luit, bien aiguisé.
Puis, masquant ses yeux de fouine
Avec un pan de son manteau,
Il pénètre dans la cuisine
Et, d'un seul coup, comme un bourreau
Avant que ne crie la victime,

Ouvre le cœur d'un artichaut.

 

 

 

 

  Maurice Carême

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 12:00

 


 

 

 

    link

 

 

 

 

 



   I Gotta Feeling...............................

(Version Originale)

I gotta feeling that tonight's gonna be a good night
That tonight's gonna be a good night
That tonight's gonna be a good good night (x4)

Tonight's the night night
Let's live it up
I got my money
Let's spend it up

Go out and smash it
Like Oh My God
Jump off that sofa
Let's get get off

I know that we'll have a ball
If we get down
And go out
And just lose it all

I feel stressed out
I wanna let it go
Let’s go way out spaced out
And losing all control

Fill up my cup
Mazel tov
Look at her dancing
Just take it off

Let's paint the town
We'll shut it down
Let's burn the roof
And then we'll do it again

Let's do it (x13)
And live it up

I gotta feeling that tonight's gonna be a good night
That tonight's gonna be a good night
That tonight's gonna be a good good night (x2)

Tonight's the night
Let's live it up
I got my money
Let's spend it up

Go out and smash it
Like Oh My God
Jump off that sofa
Let's get get off

Fill up my cup (Drink)
Mazel tov (La' Chaim)
Look at her dancing (Move it Move it)
Just take it off

Let's paint the town
We'll shut it down
Let's burn the roof
And then we'll do it again

Let’s do it (x15)
Let's live it up

Here we come
Here we go
We gotta rock

Easy come
Easy go
Now we on top

Feel the shot
Body rock
Rock it don't stop

Round and round
Up and down
Around the clock

Monday, Tuesday
Wednesday, and Thursday
Friday, Saturday
Saturday to Sunday

Get get get get get with us
You know what we say
Party every day
Party every day

And I'm feelin' ...

.......

(...)

 

       

Je Sens Que Ce Soir

Je sens que ce soir sera une belle nuit Que ce soir sera une belle nuit
Que ce soir sera une belle belle nuit (x4)
Ce soir c’est le soir soir Ayons une belle soirée J’ai l’argent
Dépensons-le
Sortons et amusons-nous
Comme Oh Mon Dieu Saute de canapé Sortons
Je sais que nous allons nous éclater
Si nous voulons nous amuser
Alors sortons Et lâchons-nous
Je suis stressé Je veux l’évacuer évadons-nous, défonçons-nous
Pour perdre le contrôle
Rempli mon verre Mazel tov
Regarde-la danser Enlève-le
Sortons et amusons-nous
Nous allons prendre le contrôle
Brûlons le plafond
Et nous le referrons
Allons-y (x13)
Et ayons une belle soirée
Je sens que ce soir sera une belle nuit Que ce soir sera une belle nuit
Que ce soir sera une belle belle nuit (x4)
Ce soir c’est le soir soir
Ayons une belle soirée
J’ai l’argent
Dépensons-le
Sortons et amusons-nous
Comme Oh Mon Dieu
Saute de canapé Sortons
Rempli mon verre (Boire)
Mazel tov (La’ Chaim)
Regarde-la danser (Bouge bouge)
Enlève-le
Sortons et amusons-nous
Nous allons prendre le contrôle
Brûlons le plafond
Et nous le referrons
Allons-y (x15) Et ayons une belle soirée
Nous voilà  Allons-y
Nous allons faire la fête
C’est facile de venir
C’est facile d’y aller
Nous sommes au sommet
Sens le rythme Les corps dansent
Danse, ne t’arrête pas
Danse, danse En haut en bas
Jusqu’au bout de la nuit
Lundi, mardi, Mercredi, et jeudi
Vendredi, samedi Du samedi jusqu’au dimanche
Viens viens viens viens viens avec nous Tu sais ce que nous disons
Faîtes la fête tous les jours
La fête tous les jours

Et je sens Que ce soir sera une belle nuit Que ce soir sera une belle nuit
Que ce soir sera une belle belle nuit
Je sens que ce soir sera une belle nuit Que ce soir sera une belle nuit
Que ce soir sera une belle belle nuit

 

 

 

 

 

  smiles 

 

Merci pour votre visite


Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 12:45

 

 


On n'y coupe pas : le short s'étale. Avant même le solstice de juin s'annonce le jour le plus long du pantacourt. Dès le mois de mai, la gambette fait ce qu'il lui plaît.
Depuis quelques belles saisons déjà, les bords de l'Ill prennent des allures de front de mer. Chez les mâles en particulier, c'est la fête aux genoux cagneux, les mollets paradent.
La tendance s'avère de fond. Au-delà donc du bien et du mal - mais peut-être pas du beau et du moche. Du dandy en goguette au retraité en birkenstocks, il faut bien constater que nos contemporains vont en masse aux fraises, le bermuda fait campagne jusqu'en ville.
Le bidule d'ailleurs n'a pas limité ses prétentions hégémonistes aux mecs -  et merci d'être velu. Les midinettes aussi plébiscitent la culotte courte - où l'on mesure que le marché de la crème dépilatoire n'est pas près de la crise, lui.

La fête à la guibole

Bref, l'époque aime à tailler des shorts. En même temps qu'elle s'inquiète de foulards jugés envahissants. Plutôt que d'en tirer un tissu de considérations définitives sur les temps modernes, d'en déduire que, soit la mode manque d'étoffe, soit il s'agit de couper court à la sinistrose, voire les deux, on peut se borner à considérer le monde sous ses nouvelles coutures.
Avec ce corollaire vaguement inquiétant : le calebar minimal va-t-il supplanter le bon vieux falzard des familles ? Sera-t-on ringard, bientôt, de ne pas aller au boulot, dès les premières chaleurs, sapé comme un surfeur hawaïen ?
En attendant les premiers mariages guiboles au vent, ou des congrès d'agents d'assurance en boxer, on peut toujours mimer l'acte de résistance, tenter de garder l'ourlet sur la cheville.
Mais les temps sont durs, aux réfractaires du cycliste à toutes les sauces. D'autant que, très bientôt, viendront l'épauler ses acolytes estivaux : débardeur et tong. Ah, on signale que l'un et l'autre ont déjà été localisés, ce printemps, sous nos latitudes. C'est fou comme la plage se rapproche de l'Alsace, au fil des ans
.

 


Didier Rose


 

     Je pense donc je lis les DNA
     Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite

 

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 11:40

 

 

 

 

 
Arbres solitaires
Mauvais caractères
Anarchistes romantiques
Plantés au gré du vent
 
Hameaux d'arbres en bouquets
En famille ou presque
Réfugiés mutilés blessés
Boat-people à la dérive
Sur les océans du monde
 
Arbres villageois des taillis des bois
La barbe en broussaille
A la va comme je te pousse
Arbres grégaires des villes-forêts
Apartheid des conifères
Cèdres bleus saules pleureurs
Des résidences secondaires
Platanes bien pensants dans la ligne
Tilleuls taillés au cordeau
Respectueux de l'ordre
 
Clochards inconnus sur le trottoir
Mendiant un coup à boire
Arbres pauvres sauvages
Déshérités par la nature
Arbres riches et puissants
Prenant encore ombrage
De leur maigres racines

Arbres sentinelles éternelles
Du passage des hommes
Arbres discrets témoins
Des brouillons amoureux
Des amours repenties
 
Arbres oiseaux sensibles
Aux tremblements de terre
Au rythme des saisons
A la marche des siècles
 
Arbres livres
Des homes libres
Au fil des pages-feuilles
 
Arbres miroirs et références
Mémoire de l'univers
 
Peuple d'arbres en marche
De toute une éternité
 
 
 
 
Jean-Claude Touzeil
 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 00:08

Mamans !
Mamans jeunes et vieilles, aux cheveux blonds, aux cheveux gris, aux cheveux blancs ;
Mamans fanées,
M
amans fardées,

M
amans ridées ;
Mamans près des berceaux et Mamans près des tombes ;
Mamans de nos veilles, de nos fatigues, de nos chagrins ;
Mamans qui ne dormez pas la nuit ;

Mamans de nos ébats, nos promesses
et de nos rêves ;
Mamans qui chantez et faites risette
à vos petits ;
Mamans en pleurs et
M
amans en fleurs ;
Mamans qu'on fleurit et
Mamans qu'on ne fleurit pas ;
Mamans qu'on embrasse souvent, Mamans qu'on n'embrasse jamais et qu'on laisse vieillir solitaires dans la mansarde ;
Mamans toujours en noir ;
Mamans au médaillon du petit sur la poitrine ;
Mamans du monde brutal qui vous tiraille au dehors et vous abîme au-dedans ;
Mamans qui n'en pouvez plus certains soirs et pensez qu'il vaudrait mieux s'arrêter là, et que ce soit fini, et qui vous reprenez à sourire tout à coup, le lendemain, sans trop savoir pourquoi, et qui recommencez simplement à vous immoler et à vous enlever, quand il le faut, le pain de la bouche ;
M
amans merveilleuses,
Mamans comme il en faut... qui mettez le liant, le lien, le baume, la douceur, la paix, comme ça, avec un mot, un sourire, un rien, une fleur sur la table, un gâteau de plus...
Mamans qui trouvez toujours quelque chose au fond du tiroir ;
Mamans qui défendez si bien le petit devant le père et le devant tout le monde ;
Mamans de toutes ressources, Mamans de tous secours ;
Mamans qui devinez et qui excusez tout ;
Mamans de tous les âges et de tous les visages ;
Mamans à nous,
Mamans des autres,
Mamans...


Bonne fête ! Bonne fête !
Anonyme.

 

 

 

 

Définition de maman : Terme dont les enfants et ceux qui leur parlent se servent au lieu de mot mère, et qui, du langage enfantin, a passé dans le langage ordinaire, les enfants devenus grands continuant à nommer leur mère maman.

 

Merci pour votre visite

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Fête des mères
commenter cet article
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 00:01
F. R. David, de son vrai nom Eli Robert Fitoussi David, né le 1er janvier 1947 à Menzel Bourguiba (Tunisie) est un chanteur français.
 
 
 
Il débute sa carrière auprès du compositeur Michel Colombier, sur l'album "Capot Pointu" (1969), dont certaines chansons ont été écrites par Serge Gainsbourg. On le voit aussi avec des groupes comme Trèfles et Boots avant qu'il ne rejoigne Les Variations pour leur dernier album. Accompagné de Marc Tobaly, guitariste de ce dernier groupe, il fonde Kings of Heart. En 1981, il sort le single Words qui sera no 1 en Allemagne, Suisse, Autriche, Suède et Norvège ainsi que no 2 au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Il sort par la suite quelques autres singles, qui rencontreront moins de succès. Pour l'anecdote, en 1984, il traduira la chanson en anglais "Maman a tort" devenue "My mum is wrong" interprétée par Mylène Farmer.

 

 

 
Words don't come
easy to me
How can I find a way to make you see I love You ?
Words don't come easy
Words don't come
easyto me
This is the only way for me to say I love You
words don't come easy
Well, I'm just a music man
Melodies are so far
my best friend
But my words are coming
out wrong
Girl, I reveal my heart
to you and
Hope that you believe it's true cause

Words don't come easy
to me
How can I find a way to make you see I love You ?
Words don't come easy

This is just a simple song
That I've made for you on my own
There's no hidden meaning you know when I
When I say I love you honey!
Please believe I really do cause
Words don't come easy to me
How can I find a way to make you see I love You ?
(...).............................

Les mots ne me viennent
pas facilement,
Comment puis-je trouver

un moyen
Pour te faire comprendre
que je t'aime ?
Les mots j'ai du mal à les trouver.
 [Deuxième Couplet]
Les mots, ne me viennent pas facilement,
C'est le seul moyen pour moi
De dire je t'aime,
Les mots j'ai du mal
à les trouver.
 Bon, je suis seulement
un musicien,
Les mélodies sont à ce jour
mes meilleures amies,
Mais mes mots sortent mal
Fille je te révèle mon coeur.
Et j'espère que tu crois que je dis vrai(1) car
 
[Premier Couplet ]
 
C'est seulement une chanson
toute simple
Que j'ai écrite moi même
pour toi ;
Elle n'a pas de sens caché
tu sais quand je,
Quand je dis je t'aime chérie !
Je t'en prie crois-moi
je t'aime vraiment car
 Ce n'est pas facile, les mots ne me viennent pas facilement.

 

F. R. David, de son vrai nom Eli Robert Fitoussi David,
né le 1er janvier 1947 à Menzel Bourguiba (Tunisie)
est un chanteur français.

 


 

 

 

 

 

1982, on connait mais ce n'est pas grave....

avec la traduction....c'est plus clair pour moi !

Merci pour votre visite !

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 00:02

 

 

 

« Dieu créa la femme. Et tout de suite après, les bijoux ».
Une réclame l'affirme. Donc c'est vrai - sous peine d'être de la pub mensongère. En ce jour de la Pentecôte, une sacrée révélation. Qui amène à reconsidérer la Genèse.
Donc, aux origines, monsieur Adam et madame Eve, ci-devant domiciliés au Paradis (code postal inconnu), étaient vierges de toute propriété. Jusqu'au moment, si l'on a bien compris, où leur sont tombées du ciel des rivières de diamants.
On imagine la tête des deux. L'une peut-être ravie. Son compagnon peut-être moins.


Monde en or

Sans doute Adam se serait-il plutôt vu avec quelques objets d'absolue nécessité, dans son eden pas encore civilisé : tape-mouches, puissant répulsif à serpents, éplucheur automatique de pomme, voire dinosaure rechargeable sur secteur - du fait d'ailleurs de cette occasion loupée, il a fallu attendre des millénaires pour voir un hybride de ce type circuler, aujourd'hui seulement, à titre expérimental, dans Strasbourg.
Mais revenons à nos angelots. Au lieu-dit Paradis, les bijoux de madame prem's ont fatalement bouleversé la vie de monsieur prem's. En effet, qui dit parure, dit forcément dîners en ville. Qui pense boucles d'oreilles, pense shopping chic. Etc.
Bref, pour le pauvre Adam, un sacré casse-tête: comment inventer une vie sociale et l'apparat qui va avec. Le tout sans carnet d'adresse, sans centre-ville à proximité, sans Facebook pour rameuter les potes.
Ces bijoux originels ne pouvaient pourtant passer à côté de leur vocation: être admirés des autres. On comprend mieux la suite de l'histoire dès lors, et comment une solution fut trouvée par le grand Architecte pour permettre à ces bijoux d'aller briller de par le vrai et vaste monde terrestre.
Depuis, les simples mortels semblent avoir conservé ce geste bienveillant d'offrir des joyaux. Qui ne sont pas forcément hors de prix, n'en déplaise aux joailliers. Dimanche prochain, par exemple, c'est la fête des mères: bienvenue au paradis du collier de nouilles.


Didier Rose


 

     Je pense donc je lis les DNA
     Dernières Nouvelles d'Alsace


 

 

 

 smilies

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Merci pour votre visite


Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 00:05

 

 

 

 

 

 

Le temps est :
 
Trop lent pour ceux qui attendent.
Trop rapide pour ceux qui ont peur.
Trop long pour ceux qui sont malheureux.
Trop court pour ceux qui sont heureux.
Mais pour ceux qui s'aiment... le Temps est éternel.

 

 


 

Merci pour votre visite

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 08:00




 

 

 

 

 



C'est "THE" accessoire du moment. Phénoménal. Pas qu'un objet. Un genre de trait d'union entre les générations.
Le symbole ou presque d'une entente cordiale sur les canons de la mode, par-delà les âges et les classes. Si l'on osait, le fourre-tout d'aspirations mises en commun, de la queue de cheval aux cheveux blancs.
Dès certains collèges, il fait des ravages. S'exhibe entre les cours. S'en va gambader dans les rues, croisant ses homologues au bras d'autres propriétaires, qui ne fréquentent plus les salles de classe depuis belle lurette - ou alors dans le cadre de réunions de parents d'élèves.
Si on le remarque tant, ce héros de la garde-robe branchée, c'est qu'il impose un comportement ostentatoire. Sans doute à l'origine de son succès, ne datant pas de ce printemps, il faut bien le reconnaître.


Sac à malices

Ses zélotes en voient leur démarche chamboulée, mélange entre le pas chaloupé du canard et la position du portemanteau, avant-bras relevé.
C'est que le petit chéri a ses contraintes, en dehors de toute appréciation esthétique. Remarquable certes, à l'observateur urbain. Mais pas sans conséquences pour l'utilisatrice, qui plus rarement est aussi un utilisateur.
Ce n'est pas là le dernier de ses paradoxes : ce sac à main - puisqu'il ne s'agit de rien d'autre - serait plutôt à classer dans les sacs à bras. Il se porte en effet dans le creux du coude, avant-bras replié vers le haut dans une curieuse posture de sémaphore un peu rouillé ou de position du boxeur (à moitié) sur ses gardes.
Pour autant que l'on puisse en juger, la pose ne doit pas être si évidente à tenir : la besace, parfois atteinte de surcharge pondérale, change fréquemment de côté. Preuve que l'intérieur du coude a ses limites de résistance.
En tout cas, le cabas branché peut se targuer de contribuer à changer le paysage dans les zones piétonnes. Entre sacs à dos, musettes à paillettes, sacoches à bretelles, bananes ventrales et pochettes Kitty, il semble revendiquer un statut à part. Celui que confère la mode. Par définition, ça ne va pas durer.

 

 


Didier Rose


 

     Je pense donc je lis les DNA


 



 smilie

Merci pour votre visite.

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 12:18

@ +

 

 

 


A quoi reconnaît-on les gens fatigués ?
A ce qu'ils font des choses sans arrêt.

  
 

 

 Tristesse :       : la fatigue qui entre dans l'âme
      Fatigue           : la tristesse qui entre dans la chair.

 

 

  Christian Bobin


Repost 0

Texte Libre

deytsc

Articles Récents