Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 01:02

 

 

 

 

 

 

 

 

     Ben voilà encore un !
     On n'y peut vraiment rien...
     Ne sois pas triste, tiens :

    Avec tout mon tendre cœur,
     Ne pouvant t’offrir des fleurs
     Ni même un beau cadeau,
     Il me vient ces quelques mots
     Venus du plus profond de moi,
     Et parce que tu es toi.
     Rien ne peut nous séparer,
     Surtout pas le temps passé.
     A regarder dans tes yeux,
     Il m’est apparu merveilleux,
     Risquons un an nouveau
     Encore un, encore plus beau.

 

 

 

 

 

 

smilie     
  Heureux Anniversaire Marie-Luce
Repost 0
Published by Simone - dans Anniversaire
commenter cet article
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 13:50

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et notre vie,

à l’abri des lieux fréquentés,
peut trouver des langues

dans les arbres, des livres dans les ruisseaux, des sermons dans les pierres et le bien en chaque chose.
Shakespeare

 

 

 

 

Repost 0
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 01:02

 

 

 

 

   

 

Ne presse pas la pluie,
elle prend le temps qu’il faut
afin d’étancher la soif de la terre.
 
Ne presse pas le coucher de soleil,
il prend le temps qu’il faut
afin d’annoncer la tombée de la nuit
jusqu’à son dernier rayon de lumière.
 
Ne presse pas ta joie,
elle prend le temps qu’il faut
afin d’apprendre à vivre ta tristesse.
 
Ne presse pas le silence,
il prend le temps qu’il faut
afin de faire la paix et cesser le bruit.
 
Ne presse pas ton amour,
il prend le temps qu’il faut
afin de se débarrasser des moments
les plus tristes de ton cœur.
 
Ne presse pas l’autre,
car il prend le temps qu’il faut
afin de s’épanouir
aux yeux du Créateur.
 
Ne presse pas ta douleur,
elle prend le temps qu’il faut
afin de se diluer dans les eaux calme
de ta conscience.
 
Ne te presse pas toi-même,
car tu as besoin du temps qu’il faut
afin d’apprécier ta propre évolution.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite.

   

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 01:01

 

 

 

 

 

 

 

 

 




C'était l'hiver le plus froid jamais vu.
De nombreux animaux étaient morts en raison du froid.
Les porcs-épics, se rendant compte de la situation avaient décidé de se regrouper. De cette façon ils se couvraient et se protégeaient eux-mêmes !

Mais les piquants des porcs-épics de chacun blessaient leurs compagnons les plus proches même s'ils se donnaient beaucoup de chaleur les uns aux autres.
Après un certain temps, ils ont décidé de prendre leur distance l'un de l'autre et ils ont commencé à mourir, seuls et congelés.

Alors, ils devaient faire un choix : accepter les piquants de leurs compagnons ou disparaître de la terre. Sagement, ils ont décidé de revenir en arrière pour vivre ensemble.

De cette façon, ils ont appris à vivre avec les petites blessures causées par l'étroite relation avec leurs compagnons mais la partie la plus importante était la chaleur qui venait des autres. De cette façon, ils ont pu survivre.

La meilleure relation n'est pas celle qui rassemble les gens parfaits, mais le mieux est quand chacun apprend à vivre avec les imperfections des autres et on peut y découvrir et admirer les bonnes qualités des autres personnes.
La morale de l'histoire :
« Apprendre à aimer les piquants dans notre vie. »

 

 

Merci pour votre visite !

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 01:03

 

 

 

 

 

 

 

 

Marche sur un chemin d'arc-en-ciel,
avance sur un chemin de chanson,
et tout de qui t'entoure sera beauté.
On vient à bout de tous les nuages,

en suivant un chemin d'arc-en-ciel.
Chant Navajo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 01:06

 

 

 

 

 

 

 

      Le numérique, c'est fantastique : internet n'a pas fini de révolutionner notre quotidien. Prenez un bête sport de saison : les vœux.
Avant, distribuer du bon sentiment, ça n'avait rien de gratuit. Il ne fallait regarder ni à la dépense, ni à l'énergie : la bonne année rimait avec crampe du poignet.
Et puis fini ! Grâce au mail, basta les contingences. Un message sur internet n'oblige pas à aller acheter un carnet de timbres. N'impose plus de se ravitailler en cartes. Ecarte le risque du gros et moche pâté sur un bristol trop propre.
On se souhaite le meilleur sans se faire suer le burnous, au besoin sur des cartes pré-formatées, avec un texte pré-intégré. Chalets enneigés, palmiers enguirlandés ou Père Noël dénudé, tout est disponible dans la seconde, et comme c'est gratuit, le bon goût n'est pas requis.

Bons vœux

     Un clic suffit donc pour promettre bonne santé à la Terre entière - sinon à l'intégralité de son carnet d'adresses. Même plus besoin de réviser ses formules de politesse : l'immatérialité offre visiblement cet avantage de pouvoir aller fissa à l'essentiel.
On a donc droit à des raccourcis du genre : « Que du bon », voire « Le meilleur pour vous ». A défaut, on se contentera d'« une bien bonne ».
C'est sans doute bon signe : les bons vœux fusent, les listes d'adresses s'entrecroisent, se superposent. Bref, ça crépite dans les disques durs. On n'aura sans doute jamais passé autant de temps à lire des correspondances hautement bienveillantes de gens inconnus. Mais qui connaissent la fonction « Répondre à tous ».
Les règles épistolaires s'en trouvent elles-mêmes bouleversées. Comment répondre à des bons vœux sous forme de circulaire ? Par d'autres envois tous azimuts ? Effet exponentiel, des nuées d'interlocuteurs en arriveraient dès lors à se saluer en boucle.
Douze mois n'y suffiraient plus, que déjà tomberaient les vœux suivants.
Bonne année, vraiment.

 

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
               Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

 

 

 
Merci pour votre visite
Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 01:03

 

 

 

 

 

 
Pas de bûche dans le foyer
Pas d'argent pour en acheter
Pas de sapin, pas de cadeau
Même pas de neige pour le traîneau
 
Pas d'emploi, pas de chèque de paye
Pas de fruit dans la corbeille
Pas de dinde, pas de tourtière
Pas de décoration, ni de petites lumières
 
Les dessins des enfants
Ornent le frigidaire "vide" évidemment
Et les chants de Noël qu'ils fredonnent
Apaisent le bruit qui, dans l'estomac, résonne
 
Pas grand chose pour ce Noël
Sauf, une prière pour l'Éternel...
"Seigneur, même si ça ne suffit pas toujours
Conserve-nous au moins l'AMOUR"

Danièle Labelle
 PRIERE DE NOËL

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 01:01

 

 

 

 











Les murs ne sont pas toujours au-dehors
Dans tous les murs, il y a une lézarde,
dans toute lézarde, très vite, il y a un peu de terre,
dans cette terre la promesse d'un germe,
dans ce germe fragile, il y a l'espoir d'une fleur
et dans cette fleur, la certitude ensoleillée d'un pétale de liberté.
Les murs les plus cachés sont souvent au-dedans
Et dans ces murs aussi, il y a des lézardes....
Laisse pousser les fleurs,
elles sont les germes
 de la vie à venir.




  Jacques Salomé

3e Edition











 








Merci pour votre visite

 

 

Solution de l'enigme  : l'Ancre

Repost 0
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 12:53

 

 


    Mine eyes have seen the glory of the coming of the Lord :
    He is trampling out the vintage where the grapes of wrath are stored ;
    He hath loosed the fateful lightning of His terrible swift sword :
    His truth is marching on.

      -.o.o.-

    Glory, glory, hallelujah !
    Glory, glory, hallelujah !
    Glory, glory, hallelujah !
    His truth is marching on  


Julia Ward Howe

novembre 1861


Im grünen Wald, dort wo die Drossel singt   

 

 

Ronny is het pseudoniem voor de in Bremen
geboren Wolfgang Roloff

10.03.1930 -  18.08.2011

 


Wenn der Tag zu Ende geht,
und die Abendwolken ziehen,
wenn sich leis' der Nebel dreht,
und die ersten Sterne glühen,
dann beginnt der Traum für mich,
und ich denk' an dich,
und ich denk' an dich.

Wenn der Tag zu Ende geht,
und im Wind die Bäume rauschen,
geht mein Sehnen in die Nacht,
möcht' mit dir den Träumen lauschen,
all mein Glück bist du für mich,
und ich denk an dich,
und ich denk an dich.

Wenn der Tag zu Ende geht,
und die Abendglocken läuten,
möcht'ich so wie einst mit dir,
durch die stillen Felder schreiten,
all mein Glück bist du für mich,
und ich denk an dich,
und ich denk an dich.

vidéo supprimée...

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 14:35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On a beau avoir les pieds dans la glace : rien n'empêche de penser aux beaux jours. Pas si radieux que ça, à regarder le calendrier de près.
Même si figurent parmi nos résolutions de tendre vers la zénitude, le coup est rude. La moutarde calendaire a de quoi monter au nez. En cause, c'est dur, le joli mois de mai.
Pas joli joli, en fait. Mai était devenu une parenthèse sociale dans l'année, une respiration dans le temps de travail. Comme un bonus, surajouté aux congés et RTT.
Au cinquième mois de l'année, toutes les audaces étaient permises. Le rêve des ingénieurs en ponts : une farandole de viaducs, des raccourcis à répétition d'un jour férié à l'autre.
Sauf que, cette année, ceinture. Mauvaise nouvelle d'entrée de jeu : 2011 chômera sur un petit pied. Et l'on ne peut même pas y voir un lâche attentat du patronat : le calendrier a sa logique. Que la raison salariale voudrait bien ignorer, c'est sûr.

Mais en mai ?

     Venons-en au fond du problème : la fête du Travail tombant un dimanche, comme la commémoration de la Victoire de 1945, les comptes sont faciles puisque l'Ascension et la Pentecôte nous font la grâce d'être relégués en juin.
Zéro jour chômé en mai. Même en certains ministères, on n'aurait osé en rêver.
Morne plaine ce printemps. Du coup, on est pris d'un doute. Vérification rapide : ouf, le vendredi saint reste bien calé sur un vendredi, le lundi de Pâques sur un lundi et le jeudi de l'Ascension sur un jeudi. Toujours ça de sauvé.
Quant aux 14-Juillet, 15-Août et 1er-Novembre, ils ont ce bon goût d'alléger des semaines.
Malgré l'incompréhensible dérobade de mai, l'année nous fait cadeau de quelques vrais fériés. Cadeau ? Le terme incite à risquer un œil sur les fêtes de décembre.
Pour y trouver cet autre coup de Jarnac : Noël et Jour de l'an tombent eux aussi en plein sur des dimanches.
Vite, avant même le dégel, un Grenelle des fériés escamotés.

 

 

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
               Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 


 

 

 

 

 

 Bonne année à Didier Rose.

                        Merci pour votre visite

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents