Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 13:00

 

Un
сollectionnе les...
Arctophile Ours en peluche
Arénophile Sаbles
Autographile Autοgraphes
Bédéphilе Bandes dessinées
Bibliophile Livres
Buticulamicroрhile Mignonettes d'аlcool
Calamophile Plumes
Calcéologiste Chaussures et sοuliers
Capéophiliste Chapеaux
Cartoрhile Cartes pοstаles
Chélonéphile Objеts représentant des tortues
Chromophile Affiches
Cinéphilе Films
Cochliophile Petites сuillères
Cocofrаmophile Numéros un de journaux
Conchyophile Cοquillages
Copοcléphile Porte-clés
Coquetiphile Coquetiers
Cucurbitaciste Étiquеttes de melons
Digitabuphile Dés à cοudre
Discoрhile Disques
Ethylabéloрhilе Étiquettes de vin
Fabοphile Fèves
Fibulanophile Boutons
Gazettophile Journаux
Glacophile Emballagеs de glaces
Glаcophile ou yaourtphile Pots de yaοurt
Glycophile Embаllages de sucre (avec le sucre)
Iconomécanoрhile Appareils photοgraphiques
Léсythiophile Parfums
Léрidοptérophile Pаpillons
Lithophiliste Pierres gravées
Luminophile Lampes
Mаrcophile Flammes pοstales
Maximoрhile Souvenirs postaux
Minéralogiste Minéraux
Molubdoténοphile Taille-сrayons
Nicophile Paquets de cigarettes
Numismate Pièces dе monnaie et les billets
Oenoрhile Vins et alсools
Ovokinderοрhile Objets Kinder
Périglycοphile Emballages de sucre vide
Philatéliste Timbres
Philopin Pin's
Philuménile Bοîtes d'allumettes
Pipomanе Pipes
Placοmusophile Plaques de muselets de champаgne
Platokaοlinophile Assiettes en faïence
Pressophile Fers à reрasser
Pyrophile Briquets
Salciсophile Étiquеttes de saucissοns
Sсripophile Аctions anciennes
Scriptophile Titres, actions еt obligations
Scutelliphile Eсussons
Sigillographе Sceaux et emblèmes
Stickphile Autocοllants
Tégestologuе, cervalobélophile Sous-bocks de bière
Télécartophile Téléсartes
Tintinophile Objets en raрport avеc Tintin
Tyrosémiophilе Étiquеttes de fromagе
Vexillophile Drapeaux
Vitolphile Bagues de cigаres
Téphraphiliste Cendrier

 

 
et

Notaphile : collectionneur de factures
Don Juan : collectionneur de femmes

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 07:46

 

 

 

 

 

 
 

R I E N
 
s. m. indéterminé
 
Quelque chose.
Avec la négation ne, nulle chose.
N'être rien. N'être de rien.
De rien, avec ne, nullement.
Ne rien faire. N'avoir rien. Ne rien dire.
Cela ne fait rien.
Ne faire semblant de rien.
Ne compter pour rien.
Il n'en est rien.
Ne savoir rien de rien.
Rien se dit quelquefois des personnes.
Ne.... rien que, uniquement, seulement.
Ne.... rien moins que. Ne... rien de moins.
Rien suivi d'un adjectif,
dont il est séparé par de.
Rien sans la négative se disant pour nulle chose.
De rien, après un substantif, marque la petitesse, le peu de valeur.
 
Rien que cela.
Il signifie quelquefois par exagération, peu de chose. Si peu que rien.
Rien peut être représenté par le pronom il.
S. m. déterminé. Néant, nullité.
Peu de chose.
Au plur. Bagatelles, choses de peu d'importance.
Rien pris adverbialement.
En rien, nullement.
En moins de rien.
Comme si de rien n'était.

 

 

 

 

smileys

Merci pour votre visite

 



 
Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 14:12

 

 

 

 

 

 

  Déprimé, le marché du travail ? Déprimant, aussi.
La course à la feuille de paie peut s'apparenter à un cruel strip-tease social : on se découvre, sans jamais être sûr de ne pas rester au vestiaire.
Pas toujours facile de mettre à nu la nature d'un monde vécu comme à la fois prometteur et impitoyable. Ni vraiment aisé de déshabiller le jargon des offres d'emploi.
Heureusement, Pôle Emploi tient parfois en réserve des pépites. Comme l'annonce d'un poste d'animateur/trice web.
Voilà qui fleure bon l'informatique, la convivialité, l'air du temps.
D'autant plus séduisant que cette collaboration dans le multimédia s'affiche à durée indéterminée (basta, les contrats à gogo).
Certes, il va falloir se résoudre à déménager, le lieu d'exercice est Paris, dans un centre d'appels. En fait une boîte «de 20 à 49 salariés» - on imagine l'équipe branchouille et sympa.

Job à découvert

     Autre bon point, surtout dans les nouvelles technologies, les débutants sont acceptés. Aucune connaissance, même en bureautique, n'est requise : formation assurée.
Ce super-job est en horaire de nuit. Mais les 35 heures sont garanties et le salaire est en conséquence : de 1 800 à 3 000 euros par mois. Non, on ne divague pas: il s'agit bien d'un emploi « non qualifié ».
A ce stade-là, et juste avant d'envoyer leur CV, certains prendront peut-être le temps de lire les deux lignes descriptives. Bien leur en aura pris.
Car ce boulot d'avenir n'est peut-être pas donné à tout le monde : il s'agit d'animer « un service de charme pour adultes sur internet ». Et, au cas où l'on n'aurait pas très bien compris : prévoir « l'utilisation de la webcam ».
On aurait pu se croire propulsé dans le futur. La proposition s'apparente plutôt à un modèle un peu ancien. Bien antérieur en tout cas à l'ère du numérique.
Quoique. La virtualité de la prestation est assurée sur au moins un plan: au chapitre des déplacements, il est clairement spécifié « Jamais ». L'esprit du multimédia est sauf.

 

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
             Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

 

 

  ¡ ǝʇısıʌ ǝɹʇoʌ ɹnod ıɔɹǝƜ

bonne journée...

 

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 01:10

 

 

Je t'écris de la main gauche
Celle qui n'a jamais parlé
Elle hésite, elle est si gauche
Que je l'ai toujours cachée
Je la mettais dans ma poche
Et là elle broyait du noir
Elle jouait avec les croches
Et s'inventait des histoires
ooo
Je t'écris de la main gauche
Celle qui n'a jamais compté
C'est celle qui faisait les fautes
Du moins on l'a raconté
Je m'efforçais de la perdre
Pour trouver le droit chemin
Une vie sans grand mystère
Où l'on n' se donne pas la main
ooo
Des mots dans la marge étroite
Tout tremblants qui font des dessins
Je me sens si maladroite
Et pourtant je me sens bien
Tiens voilà c'est ma détresse
Tiens voilà c'est la vérité
Je vais, je n'ai plus d'adresse
Rien qu'une fausse identité
ooo
Je t'écris de la main bête
Qui n'a pas le poing serré
Pour la guerre elle n'est pas prête
Pour le pouvoir n'est pas douée
Voilà que je la découvre
Comme un trésor oublié
Une vue que je recouvre
Pour les sentiers égarés
ooo
On prend tous la ligne droite
C'est plus court, oh ! oui, c'est plus court
On voit pas qu'elle est étroite
Il n'y a plus place pour l'amour
Je voulais dire que je t'aime
Sans espoir et sans regret
Je voulais dire que je t'aime, t'aime
Parce que ça semble vrai


ooo

 

 

 

Danielle Messia
Jean Fredenucci
1982

 


 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 01:05

 

 

 

 

 

 

 

Les rétrogrades peuvent - peut-être - aller se rhabiller. Après quelques millénaires de sexisme, ces messieurs se sentiraient la fibre plus égalitaire.
Pas d'affolement, les deniers machos : la parfaite équivalence des sexes, on n'y est pas tout à fait.
En témoigne la question des salaires et de la répartition des tâches ménagères, sujets toujours très segmentants (comme on dit de nos jours) dans les bureaux et les buanderies.
Pour autant, des tentatives de raccommoder les genres sont méritoires. L'espoir naît des jeunes : l'an dernier, les garçons ont (enfin?) dépensé autant en fringues que les filles!
Une parité applaudie par le monde du chiffon, avec des limites. Si, en matière vestimentaire, les porte-monnaie n'ont plus de sexe, les armoires si. A budgets identiques, les mâles investissent encore timidement dans les articles à dentelles et jambières - même si le curieux rite de la Saint-Valentin vient un peu brouiller les cartes, y compris bancaires.

Plus ou moins égaux

     De même, les coups de cœur de ces demoiselles pour les cravates décorées de Donald et les moufles de motard tout-terrain restent-ils épisodiques - en dehors des périodes de Noël, autre moment de générosité à risque.
La fringue aurait donc la bonne idée d'égaliser les chiffres, grâce aux efforts des mecs. Qui, du coup, se demanderont peut-être si ces dames ne seraient pas tentées un jour de s'aligner sur toutes ces dépenses où elles demeureraient à la traîne.
Banzaï, les nanas, sur les voitures à pneus extra-large, les tickets de tiercé, les perceuses à percussion et les catalogues de VTT ?
Pas si vite. On ne peut être sur tous les fronts à la fois. Et sur l'un en particulier, les comportements sont de plus en plus sexués : la clope.
L'Organisation mondiale de la santé s'alarme, à nouveau, d'une augmentation « particulièrement préoccupante » du tabagisme chez les jeunes filles, minettes à mégots renvoyant leurs copains de classe au rang de machouilleurs protoplasmiques de chewing-gums. Une mode de plus en plus inégalitaire dont personne ne peut s'accommoder.

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
             Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

 

 

  

Merci pour votre visite !

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 16:08


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 01:24

 

 

 

 

 

Pete Seeger est un musicien né à New York le 3 mai 1919

il  compose "Where have all the flowers gone ?" en 1956. La signification de la chanson est évidente. Il s'agit d'un hymne pacifiste , soulignant l'absurdité des guerres. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Where have all the flowers gone,
Long time passing,
Where have all the flowers gone,
Long time ago
Where have all the flowers gone,
Young girls picked them every one
When will they ever learn
When will they ever learn

 

(...)

 

 


 

 

  
Que sont devenues les fleurs du temps qui passe ?
Que sont devenues les fleurs du temps passé ?
Les filles les ont coupé elles en ont fait des bouquets.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais ?

Que sont devenues les filles du temps qui passe ?
Que sont devenues les filles du temps passé ?
Elles ont donné leur bouquet aux gars qu'elles rencontraient.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais ?

Que sont devenus les gars du temps qui passe ?
Que sont devenus les gars du temps passé ?
Ils portent tous l'uniforme.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais ?

Que sont devenus les soldats du temps qui passe ?
que sont devenus les gars du temps passé ?
Que sont devenus les soldats ?
Ils sont tous dans des cimetières.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais ?

Que sont devenus les cimetières du temps qui passe ?
Que sont devenus les cimetières du temps passé ?
Que sont devenus les cimetières ?
Ils sont tous couverts de fleurs, tous.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais ?

Que sont devenues les fleurs du temps qui passe ?
Que sont devenues les fleurs du temps passé ?
Sur les tombes elles ont poussé d'autres filles vont les couper.
Apprendrons-nous un jour, apprendrons-nous jamais ?
 

 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 01:15

 

 

 

 

 

 

 

A l'informaticien de mon coeur,

 
Mon Amour,

 
Je suis venue surfer sur ton web, impromptue,
Transférant mes données, bousculant tes menus.
Sur quoi vas-tu cliquer, supprimer ? Insérer ?
Vas-tu scanneriser mon image ou quitter ?
Je sais, j'ai investi, un à un, tes programmes,
Semé dans tes circuits mes messages, mes charmes.
Souhaiterais-tu graver, inscrire en ta mémoire
Mon virus effronté ?

Je voudrais tant le croire.
Ne suis-je qu'une option, la petite souris
Entrée par effraction sur l'écran de ta vie ?
Je me verrais si bien grignoter tes murs gris...
Ouvrirais-tu les mains pour m'en faire un tapis ?
Mon cœur, tu m'as saisie dans tes fichiers secrets.
Et je compte depuis nos rendez-vous discrets.
Tu viens te connecter à moi, fuyant ton site,
Le cœur déboussolé entre deux favorites...
C'est vrai, j'ai piraté l'ordinateur central...
J'ai choisi de t'aimer, patienter m'est égal
Et si tu m'aimes autant que mon cœur le devine,
N'aie pas peur, j'ai le temps.

Lançons bien la machine !
Pas question que tu viennes à moi pour te planter.
Sois sûr, quoi qu'il advienne, de ne pas te tromper.
Par contre, si j'ai tort, alors, tant pis pour moi.
De ton PC je sors ma disquette hors la-loi,
Te laisse à tes nuits blanches, par amour, par respect,
J'éteins tout, je débranche.

Et puis, je disparais !
 
Ton petit Wana "doux"

 
Marie Guillon

"1er prix - Les Plumes D'Amour"
 Point de Vue

 

réédition  26 mai 2006...link


 

 

 

 


 Grand merci pour vos visites  !

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 01:31


 

 

 

 

 

 

 
Quelques mois avant ma naissance, mon père rencontra un étranger qui était inconnu dans notre petite ville de campagne. Dès le début, papa fut fasciné par ce nouvel habitant enchanteur et bientôt l’invita à vivre avec nous au sein de notre famille.

L’étranger fut vite accepté et était là pour me souhaiter la bienvenue quelque mois plus tard. Durant mon enfance, je n’ai jamais remis en question sa place dan notre famille. Dans mon jeune esprit, chaque membre avait sa place à lui.
Mon frère, Pierre, de cinq ans mon aîné, était mon exemple. Marie, ma jeune sœur, me donna l’occasion de jouer au " grand frère " et développer l’art de la taquinerie. Mes parents se complétaient dans leur enseignement, maman m’a appris à aimer la Parole de Dieu et papa m’a appris à Lui obéir. Mais l’étranger fut notre conteur d’histoires. il pouvait tisser les intrigues les plus fascinantes.
Les aventures, les mystères et les comédies étaient ses conversations quotidiennes. Il pouvait tenir toutes notre famille, comme sous un charme, pendant des heures chaque soir. Si je voulais savoir quoi que ce soit sur la politique, l’histoire ou la science, il savait tout.
Il savait tout à propos du passé, comprenait le présent et, soi-disant, pouvait prédire le futur. Les images qu’il pouvait dessiner semblaient tellement vivantes que souvent je riais ou pleurais en les regardant. Il était comme un ami pour toute la famille. Il nous emmena, papa, Bill et moi à notre premier grand match de base-ball. Il était toujours entrain de nous encourager à voir des films, et il s’est même arrangé pour nous présenter plusieurs stars du cinéma. Mon frère et moi furent tout particulièrement impressionnés par John Wayne. L’étranger parlait sans cesse. Papa ne semblait pas être dérangé mais parfois, maman se levait doucement pendant que le reste de la famille était passionné par une de ses histoires de terres lointaines , allait dans sa chambre, et lisait sa Bible et priait.

Je me demande maintenant s’il lui arrivait de prier pour que l’étranger s’en aille.  Vous voyez, mon père régnait sur notre maison avec certaines convictions morales.  Mais cet étranger ne semblait jamais obligé de les respecter. Etre grossier, par exemple, n’était pas permis dans notre maison ni de nous, ni de nos amis, ni de la part des adultes.
 Mais notre visiteur de longue date utilisait parfois des gros mots qui me brûlaient les oreilles et faisaient frémir mon père.  A ma connaissance, on ne s’est jamais opposé à l’étranger. Mon père était contre l’alcool et n’en permettait pas sa consommation dans sa maison, même pas pour la cuisine.

 Mais l’étranger sentait qu’on avait besoin d’y être exposé et nous éclairait sur d’autres modes de vie. Souvent, il nous offrait de la bière et d’autres boissons alcoolisées. Avec lui, les cigarettes semblaient bonnes, les cigares virils et les pipes distinguées. Il parlait librement du sexe. Ses remarques étaient flagrantes, parfois suggestives et en général embarrassantes. Je sais maintenant que mes premiers concepts de la relation entre l’homme et la femme étaient influencés par l’étranger.

Avec du recul, je crois que c’était grâce à Dieu que l’étranger ne nous influença pas davantage. A de nombreuses reprises, il s’opposa aux valeurs de mes parents, pourtant, on le réprimandait rarement et jamais on ne lui demanda de partir.  Plus de trente ans ont passé depuis que l’étranger vint s’installer dans la jeune famille habitant rue des coquelicots.
 Mon père n’est plus autant fasciné par lui que dans les premières années.
 Mais si vous deviez entrer aujourd’hui dans la maison de mes parents, vous le verriez toujours assis dans un coin, attendant que quelqu’un vienne l’écouter parler et le regarder dessiner. Son nom ? Nous, on l’appelait toujours " Télé ".

aaaaaaaaaaaasw.gif

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 16:36

 

 

 



Jésus, dans un état d'énervement avancé, convoque tous ses disciples et apôtres pour une réunion d'urgence  concernant la forte consommation de drogue sur Terre. Après avoir mûrement réfléchi, ils arrivent à la conclusion  que pour régler le problème, ils doivent d'abord goûter les drogues eux-mêmes et ensuite décider de la façon  d'agir. Il fut donc décidé qu'une commission formée d'apôtres retourne sur Terre afin de collecter les différentes  drogues. L'opération secrète se déroule donc, et 2 jours après, les apôtres mandatés commencent à revenir au  paradis.

 

 

 

 Jésus attend à la porte et demande au premier :
- Qui est là  ?
- C'est Paul.
Jésus ouvre la porte.
- Qu'as-tu ramené Paul ?
- Haschisch du Maroc.
- Très bien mon fils, entre.
- Qui est là  ?
- C'est Marc.
Jésus ouvre la porte.
- Qu'as-tu ramené Marc ?
- Marijuana de Colombie.
- Très bien mon fils, entre.
- Qui est là  ?
- C'est Matthieu.
Jésus ouvre la porte.
- Qu'as-tu ramené, Matthieu ?
- Cocaïne de Bolivie.
- Très bien mon fils, entre.
- Qui est là ?
- C'est Jean.
 Jésus ouvre la porte.
- Qu'as-tu ramené Jean ?
- Ecstasy de Montréal.
- Très bien mon fils, entre.
- Qui est là ?
- C'est Luc.
Jésus ouvre la porte.
- Qu'as-tu ramené Luc ?
- Speed d'Amsterdam.
- Très bien mon fils, entre.
- Qui est là ?
- C'est Judas.
Jésus ouvre la porte.
- Qu'as-tu ramené Judas ?
- Gendarmerie Nationale !
 Tout le monde contre le mur.

 


 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents