Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 07:30

Les Parisiennes est le nom d'un groupe de musique yéyé des années 1960 réuni sur une idée de Claude Bolling. Quatre danseuses — Raymonde Bronstein, Anne Lefébure, Hélène Longuet et Anne-Marie Royer — chantent à l'unisson, accompagnées par un orchestre. La mise en scène, lorsqu'elles se produisent, est de Roland Petit.

Elles se sont séparées au cours des années 1970, bien qu'on ait pu, jusqu'en 2005, les entendre interpréter le générique du Pop-Club sur France Inter.

L'argent ne fait pas le bonheur - Les Parisiennes

L'argent Ne Fait Pas Le Bonheur ?
Celui qui a dit ça est un sacré menteur !
L'argent Ne Fait Pas Le Bonheur ?
Allez racontez ça à votre percepteur !

L'argent Ne Fait Pas Le Bonheur ?
Celui qui a dit ça est un sacré farceur !
L'argent Ne Fait Pas Le Bonheur ?
Nous, quand on nous dit ça, on ferait un malheur !


Allez choisir des robes et des chaussures
Dans un magasin,
Et la petite cape de fourrure
Qui vous irait bien,
Prenez gaiement tout ça sous votre bras,
Et partez sans payer...
On vous apportera les oranges à la Santé!

L'argent Ne Fait Pas Le Bonheur?
Celui qui a dit ça est un sacré menteur!
L'argent Ne Fait Pas Le Bonheur?
Nous, quand on nous dit ça, on répond: "Et ta soeur?!"


Allez passer huit jours dans un palace
Pour les milliardaires,
Dans la plus belle chambre, avec terrasse
Donnant sur la mer ;
Si, au moment de passer à la caisse,
Vous n'avez que vingt francs,
Vous irez laver la vaisselle pendant dix ans!

L'argent Ne Fait Pas Le Bonheur ?
Celui qui a dit ça est un sacré menteur!
L'argent Ne Fait Pas Le Bonheur ?
Nous, quand on nous dit ça, on s'écroule, et on pleure!

1964

 

 

L'argent ne fait pas le bonheur - Les Parisiennes

 Frank Gérald (paroles) 1928-2015
 Claude Bolling (musique) 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 16:42
 " Je t'aime, mon chéri "


Un groupe de femmes se trouvaient à un séminaire intitulé : "Comment vivre une véritable relation amoureuse avec votre mari "
On leur a posé plusieurs questions :
 Combien parmi vous aiment leurs maris ?  Toutes les femmes ont levé la main.
 Ensuite on leur a demandé : quand avez-vous dit à votre mari que vous l'aimiez pour la dernière fois ?
Certaines ont répondu aujourd'hui, quelques-unes hier et d'autres ne s'en rappelaient plus.
On leur a ensuite demandé de prendre leurs GSM et d'envoyer le texto suivant à leur mari : "Je t'aime, mon chéri"
Dans les 10 minutes suivantes, les femmes ont ensuite été invitées à lire à voix haute le message reçu en retour.
  Voici 11 réponses :

1. C'est qui ?
2. Hé, la mère de mes enfants, t'es malade ou quoi ?
3. Oui, je t'aime aussi. Mais qu'est-ce qui ne va pas ?
4. Je suppose que tu as encore crashé la voiture.
5. Je ne comprends pas ce que tu dis, message incomplet.
6. Qu'as-tu encore fait ?
7. Ne tourne pas autour du pot ! Dis-moi combien tu veux ?
8. Je rêve ou quoi ?
9. Si tu ne me dis pas à qui est destiné ce message, ça va barder.
10. Je pensais que nous étions d'accord et que tu ne boirais plus de la journée.
11. Me dis pas que ta mère vient s'installer chez nous


  

 " Je t'aime, mon chéri "
Repost 1
Published by Simone - dans news
commenter cet article
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 16:32
Le mariage est la mort morale de toute
indépendance
Fiodor Dostoïevski
    Le mariage est un état trop parfait pour
l'imperfection
de l'homme.
Chamfort
    Le mariage est le miracle qui transforme le baiser d'un plaisir à un devoir.
Helen Rowland
    Par le mariage la femme devient libre ; par lui, l'homme perd
sa liberté.
Emmanuel Kant

    Le mari qui veut un mariage heureux doit apprendre a garder sa bouche fermée, et son carnet de chèque
ouvert. Groucho Marx

Mariage de jadis... L'amour venait
sur l'oreiller.
Hervé Bazin
    Mariage : moment où un homme cesse de porter un toast à une femme et où elle commence à lui porter sur les nerfs.

Helen Rowland

Il y a deux sortes de mariages : le mariage blanc et le mariage multicolore parce que chacun des deux conjoints en voit de toutes les couleurs. Courteline

 

 

 

 

 

 Un mois avant le mariage, il parle, elle écoute. Un mois après le mariage, elle parle, il écoute. Dix ans après le mariage, ils parlent en même temps et les voisins écoutent.  Pierre Véron

 

    Le lit est
tout le mariage.
Honoré de Balzac

 

    L'amour, même en dehors du mariage, est toujours moral ; un mariage sans amour est
toujours immoral.
Ellen Kay

    Quand il y a mariage sans amour, il y a amour sans mariage.
Benjamin Franklin


    Le mariage est une loterie.
Ben Jonson

    Le mariage est une longue conversation.
Nietzsche

 

Le mariage, un petit jeu de satiété.
Repost 0
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 11:00
Il y en a un peu plus : j’vous le mets quand même ?

Ils nous envahissent ! Ils sont partout. Ils sortent de nulle part. Ils s’autoproclament. Ils font tout pour vous faire comprendre qu’ils sont indispensables dans la quête de ce Graal qu’on appelle « bien-être ».

Ce Graal qu’on appelle « bien-être »

Ce « bien-être » est au bout de quelques heures d’immersion dans les bulles du spa du resto où vous mangeâtes jadis votre Schnitzel (escalopes) et qui vous sert dorénavant des panais bio avec du riz complet. Madame Louise, la patronne, est devenue coach en nutrition. Ce « bien-être » est au bout de quelques séances de cross fit prodiguées par une coach de santé qui vous conseillera même de faire un prélèvement dans votre foie pour vous garantir une meilleure forme physique selon le principe « Ne pas connaître la teneur de votre bile vous rend carrément débile ».

Ce « bien-être » vous est donné par Greg, ce clone de Toulouse-Lautrec qui vous apprenait à danser la valse et la rumba. Greg, qui désormais est coach « pour un meilleur ressenti sensuel de votre propre bien-être ». Posés en tailleur sur un tapis en mousse, ses adeptes doivent, les yeux fermés, ressentir des palpations virtuelles. « Là, Lisa, je vous passe virtuellement les doigts sur les côtes, vous sentez que ça vous chatouille ? » J’ai envie de dire : « Enlève tes doigts virtuels de ma carcasse ». Et tous ces gourous de pacotille de vous dire : « C’est juste un petit plus à notre activité ! » Cela n’est pas sans me rappeler cette fameuse phrase culte des vendeuses de la Coop et des femmes entourées de leurs paniers de fruits et de légumes au marché : « Il y a un peu plus. Je vous le mets quand même ? » Non ! Jamais plus ! Il faut respecter les limites d’un savoir-faire. Ce n’est pas parce qu’on est coiffeuse et qu’on fait des shampooings sur la tête qu’un jour on peut s’attaquer à l’intérieur du crâne et faire des trépanations !

Les pousse-au-vice du marketing

C’est le plus qui est à l’origine de toutes nos turpitudes et de nos maux. « Yo, pour un verre de plus ! » Voilà une phrase qui a déjà propulsé plus d’une voiture contre un platane ».

« Allez, allez pour une tranche de Bienenstich ((gâteau allemand) en plus, vous n’allez pas mourir », et hop !, vous vous retrouvez dans le club des diabétiques obligés de sortir avec la panoplie glycophage ou de rentrer dans des robes grandes comme des toiles de tente.

Mamema dit : « Moi, je disais toujours oui quand on me posait la question : il y en a un peu plus, je vous le mets quand même ? Résultat, j’ai certainement dépensé le prix d’une belle voiture à force », et Kevin de lui répondre : « À partir de maintenant, tu dis non et dans trois ans tu m’achètes un 4x4 ».

Pourtant le marketing est au dépassement. « Vous avez trois pour le prix de deux », « une pizza 12 €, trois pizzas 27€», « pour un euro de plus, vous aurez la clim en plus dans la voiture », « pour un euro de plus, vous aurez une deuxième paire de lunettes pour la personne de votre choix ». Les pubs regorgent de ces « pousse-au-vice ».
Difficile d’y résister. « Yo, mais il faut quand même en profiter ». C’est ce que je me suis dit quand, lors d’une vente « gros volumes », j’ai acheté du gel douche aux parfums variés. J’ai de quoi m’assurer des douches parfumées pendant cinq ans et j’atteindrai peut-être l’an 2020 sans avoir entamé la boîte de gel douche parfumé à l’abricot. On m’a pris une liberté fondamentale : celle de choisir au débotté avec quel savon je veux me laver !

Huguette Dreikaus ? 
non ....ce n'est pas moi....

mais toutes les deux... alsaciennes  ..

Il y en a un peu plus : j’vous le mets quand même ?
Repost 0
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 11:09
Ainsi va l’amour.


Ainsi va l’amour.
Le soleil est pour beaucoup la chose
la plus ordinaire du monde.
Cependant tous les jours il fait son miracle.
Il allume pour moi la lumière et le feu.
Il combat les nuages pour me voir et m’offrir une belle journée.
La nuit il passe de l’autre côté de la terre pour donner là aussi sa lumière à des hommes.
J’éteins le soleil !
Je m’installe alors dans l’obscurité la plus complète et le froid le plus glacial.

Ainsi va l’amour.
L’amour s’épanouit dans ma vie, il m’apporte alors lumière et chaleur.
Si j’ai l’amour, je peux me passer de beaucoup de choses.
Mais si l’amour décline dans ma vie, les ombres deviennent de plus en plus grandes, et peu à peu je me retrouve dans la nuit et le froid.
L’amour est comme le soleil.
Qui le possède peut se passer de beaucoup de choses.

Qui manque d’amour,
manque de tout !

P. Bosmans
1922-2012


 

Ainsi va l’amour.
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 16:49
Le « Griessbabb » subliminal.

Les temps sont difficiles. Les éleveurs s’autoproclament « les Cosette de l’économie ». Les femmes pleurent sur le sexisme et le harcèlement dont elles font l’objet. Les jeunes désespèrent devant le carton avec l’inscription « No future » qu’on leur met entre les mains en même temps que leur diplôme du bac. Les vieux sont figés dans les fauteuils des maisons de retraite attendant l’inéluctable devant la photo de ceux qui ne viennent plus. Les psychologues envahissent tous les mètres carrés des bâtiments publics ou privés pour une assistance verbale tandis que les grands noms de la chimie pharmaceutique proposent des euphorisants propres à ouvrir les vannes du rire. Et voilà que le remède contre les chagrins dus à des coups portés à mon cœur et à mes nerfs sciatiques s’est imposé à mon inconscient. J’ai ressenti une pulsion quasi biblique qui a porté mes pas vers un paquet de semoule.

Le réconfort est dans les placards de la cuisine

« Va ma fille ! Tu trouveras le réconfort. Le réconfort est dans les placards de la cuisine ».

Je connaissais déjà les vertus analgésiques de la tartine à la confiture trempée dans le Milichkaffi (café au lait), j’avais déjà cherché du réconfort dans un sandwich au lawerwurscht (saucisse de fois) avec des cornichons aigre-doux. Et là, le mercredi 9 mars 2016 à 20 heures, j’ai trouvé l’extase, celle que l’on ressent quand une douleur dentaire aiguë disparaît ou quand la visite s’en va enfin après les trois jours où ils ont critiqué votre canevas « La liseuse », votre living-bar et votre choucroute-à-faire-des-obèses. Merci à mon « Griessbabb » ! Pas facile à trouver le point G de la cuisson de la semoule avec du lait sucré, ce point où le mélange garde la consistance de la purée, cet autre mets apaisant dans lequel on trace des sillons comme pour signifier le chemin nouveau à prendre pour trouver le bonheur.

Mon « Griessbabb », je l’ai ingurgité avec une cuillère, une petite cuillère, comme celle qu’utilisait maman pour faire entrer dans mon petit ventre de bébé ce baume chaud et sucré pour le bien-être de mon âme. Mon Griessbabb m’a rendue un peu mégalo : « Que m’importe que Louane ait un césar, que la princesse suédoise ait un nouveau bébé et que Johnny Depp ait une nouvelle maîtresse, aucun d’eux n’a le privilège de manger mon Griessbabb ». Mon Griessbabb a guéri mon chagrin d’amour : « Personne ne lui fera un Griessbabb aussi bon que le mien, finalement c’est un pauv’type ». Même le Jiminy Cricket de la diététique qui habite ma conscience m’a félicitée : « Bravo ! Ce n’est pas gras, ce n’est pas acide. Une petite pomme après ça et c’est parfait ».

« Hmmmmmmmmmm »

Le bonheur est simple. Le bonheur se partage. J’ai partagé le bonheur que donne le Griessbabb. Dans cet outil de diffusion aussi efficace qu’une ménagère sortant de la Coopé, sur Facebook, j’ai publié une photo de mon Griessbabb, sans aucun commentaire. Ma page Facebook a été inondée de « Hmmmmmmmmmm ». Ce cri d’orgasme muet m’a fait comprendre que dès le jeudi 10 mars, le Griessbabb a dû faire son apparition sur bien des tables.

 

Mamema dit : « En plus, c’est bien pour la Sécu. Elle n’a pas besoin de payer des dentiers pour ceux qui aiment le Griessbabb. On n’a pas besoin de le mordre. »

 

 

 

Huguette Dreikaus ? 
non ....ce n'est pas moi....

mais toutes les deux... alsaciennes  ..

Le « Griessbabb » subliminal.

DNA du  12 03 2016

 

 

 

 

 

Repost 0
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 10:46


The Tokens est un groupe américain de doo-wop (1956 – 1973) originaire de Brooklyn. Ils se sont rendus célèbres par leur interprétation de The Lion Sleeps Tonight en 1961. Chanteur principal : Jay Siegel né le  20 octobre 1939 à  Brighton Beach, New York.

The Lion Sleeps Tonight - The Tokens

Hihihihi oh wimbowe
Oh wimbowe Oh wimbowe Oh wimbowe Oh wimbowe
In the jungle, the mighty jungle
Dans la jungle, terrible jungle
The lion sleeps tonight
Le lion est mort ce soir In the jungle the quiet jungle
Dans la jungle, la calme jungle
The lion sleeps tonight Le lion est mort ce soir

Oh wimbowe Oh wimbowe Oh wimbowe Oh wimbowe
Near the village the peaceful village
Près du village, paisible village
The lion sleeps tonight Le lion est mort ce soir
Near the village the quiet village
Près du village, calme village
The lion sleeps tonight Le lion est mort ce soir

Oh wimbowe Oh wimbowe Oh wimbowe Oh wimbowe

Hush my darling don't fear my darling
Le silence mon chéri, ne crains pas mon chéri
The lion sleeps tonight Le lion est mort ce soir
Hush my darling don't fear my darling
Le silence mon chéri, ne crains pas mon chéri
The lion sleeps tonight Le lion est mort ce soir

Oh wimbowe Oh wimbowe Oh wimbowe Oh wimbowe
Hihihihi oh wimbowe

1961


 

 

Jay Siegel

 

The Lion Sleeps Tonight est une chanson populaire africaine,
composée par
Solomon Linda en 1939 .
 paroles écrites par le parolier américain George Weiss,
basées de manière plus ou moins éloignée sur la signification de la chanson initiale.

The Lion Sleeps Tonight - The Tokens
Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 12:06
Bac Philo 2016...

Éducation - L’« Éloge funèbre d’Émile Zola » a tracassé. Un bac de français très commenté

  Du Zola, du Balzac, du Voltaire… Les élèves des classes de première ont eu la chance de gamberger sur de prestigieux auteurs, hier, pour les épreuves anticipées du bac de français. Les thèmes : la « question de l’homme dans les genres de l’argumentation » pour les séries ES, S et le bac technologique, et « les réécritures du XVIIe siècle à nos jours » pour les candidats au baccalauréat littéraire. Sauf que, classique du genre, le choix des textes a été largement critiqué sur internet. Les élèves des séries S et ES n’ont pas vraiment apprécié leur corpus.
On y retrouvait quatre discours funéraires :
- l’éloge de Victor Hugo à la mort de Balzac,
- celui d’Émile Zola à celle de Maupassant,
- celui de Paul Éluard lors du retour des cendres de Robert Desnos, et enfin,
- « Éloge funèbre d’Émile Zola » (5 octobre 1902) par Anatole France.

Aussi proposé en commentaire de texte, ce discours a beaucoup fait jaser sur Twitter. Le sujet a longtemps été le plus commenté hier. «
Mais tu es qui, toi, Anatole France, pour venir t’incruster au bac », râlait un élève. Un autre ajoutait : « Anatole France ? Pour moi, c’était un arrêt de bus. Bref. »

Certains ont aussi cru qu’Anatole France était une femme.
Une confusion avec le prénom féminin « France », apparemment…
« Ce moment où tu te rends compte qu’Anatole France, c’est un gars et pas une meuf, et que t’as mis elle sur ta feuille »

DNA 18  juin 2016

 

Bac Philo 2016...
Repost 1
Published by Simone - dans news
commenter cet article
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 15:29
Bonjour, c'est moi, La Pluie.

Je voudrais répliquer à la campagne de dénigrement que vous menez à mon égard. Je sais que vous me détestez depuis toujours, et cet été encore plus que jamais.
Ben vous savez quoi ? Je suis encore plus tannée de vous autres que vous êtes tannés de moi ! Ça fait plus de 400 ans que j'endure, aujourd'hui, je déborde !

Je ne suis plus capable de vous entendre vous plaindre de moi : «Ah non pas encore de la pluie !, Maudite pluie !, Il ne fait pas beau !...» C'est quoi, ça, il ne fait pas beau ? C'est tout à fait subjectif. Pourquoi le soleil, c'est du beau temps et la pluie du mauvais temps ? Vous iriez en Éthiopie, au 100e jour de sécheresse, voir s'ils trouvent qu'il fait beau. Laissez-moi vous dire que, lorsque j'arrive là-bas, c'est moi, le beau temps.

Pourquoi êtes-vous en adoration devant le soleil ?
Le soleil vous brûle, vous donne le cancer et vous tue. Vous êtes absurdes. Vous vous déshabillez quand il fait soleil et vous vous habillez quand il pleut.
Alors que c'est le contraire qu'il faut faire !

Le soleil, c'est du feu. La pluie, c'est de l'eau.
Vous habillez-vous pour prendre votre douche ?
Votre peau aime l'eau. Votre peau hait le feu.
Vivez en harmonie avec votre corps.
Quand il pleut, au lieu de vous couvrir et de vous réfugier dans la maison, enfilez votre maillot et venez dehors.
Pas besoin de crème et d'indice de protection.
Vous n'êtes jamais autant en sécurité dehors que lorsqu'il pleut. Bien sûr, un éclair peut venir vous chatouiller un peu. Mais là, pas besoin d'avoir peur, franchement !
Avez-vous déjà gagné au Lotto ? Non ? Ben vous ne serez pas foudroyé non plus !

J'ai un cœur, moi aussi. Comment pensez-vous que je me sens quand j'entends quelqu'un dire: «On a eu un été pourri, il a plu tout le temps» ? C'est pas parce qu'il pleut qu'on ne peut pas avoir un été merveilleux.
Que fait l'homme quand il fait soleil ? Il joue au golf.
Que fait l'homme quand il pleut ? Il fait l'amour.
Vous n'allez pas me dire, messieurs, que vous préférez jouer au golf plutôt que faire l'amour à votre femme ?
Et vous, mesdames, vous n'allez pas me dire que vous préférez que votre mari joue au golf plutôt qu'il vous fasse l'amour ?

Il n'y a rien de plus romantique, de plus sensuel que moi. Quand on tombe amoureux, on dit qu'on a un coup de foudre, pas un coup de soleil. Le coup de soleil, ça vous rend rouge comme un homard, puis vous pelez pendant deux semaines. Le coup de foudre vous rend heureux et léger.

Pourtant, vous chantez le soleil: «Soleil! Soleil!».
Vos grands poètes écrivent même des odes à la neige: «Ah! que la neige a neigé...», «Mon pays, c'est l'hiver.» Et pour moi... rien ! Voulez-vous bien me dire ce que je vous ai fait pour que vous aimiez même la neige plus que moi ? C'est du racisme ! Après que je sois tombée, vous n'avez rien à faire. Vous allez dehors et vous sifflez.
Pas de pelletage, pas de millions à dépenser pour tout ramasser avec des camions. Rien du tout. Votre gazon est plus beau et l'air sent meilleur.
Mais pas le moindre merci. Pas la moindre poésie.

Je suis tannée des météorologues qui parlent de moi comme si j'étais la peste ou Ben Laden: «On ne vous dira pas ce qui s'en vient pour la fin de semaine ! C'est effrayant ! Faut surtout pas que vous soyez fâchés contre moi. Je n'y suis pour rien !»
Oui, on le sait bien que tu n'y es pour rien. Tu n'es pas Zeus ! T'es juste une jolie fille qui lit des cartons devant des miliers de téléspectateurs.
La pluie est un effet spécial qu'aucun Steven Spielberg n'est capable de reproduire. Au cinéma, parfois, ils font pleuvoir sur un coin de rue, et ça leur coûte un bras ! Wow! Moi, je suis capable de pleuvoir sur toute la Belgique et pour pas un cent ! Profitez-en au lieu de rouspéter !

Il y a juste Gene Kelly qui a compris qu'on peut avoir du plaisir sous la pluie. Si toutes les belles filles se promenaient en costume de bain quand il pleut, il y aurait plus de gars sur les terrasses les jours de pluie que les jours de soleil.

Quand il pleut, c'est le moment de laver votre voiture, ça ne peut pas être plus écologique. C'est vrai, vous n'arrêtez pas de dire que l'eau est rare et qu'il faut l'économiser. Il y a même quelquefois des policiers pour surveiller ce que le voisin fait avec son tuyau.
Et quand cette manne vous tombe du ciel, arrose vos jardins, nettoie vos trottoirs, gratuitement, vous trouvez encore le moyen de râler.

Vous voulez faire un pas pour l'écologie et vous n'arrêtez pas déprimer quand il pleut. C'est pas logique. Qu'est-ce qui rend la planète verte ? Moi la pluie. Le soleil, lui, la rend jaune et sèche. Le réchauffement de la planète, ce ne sera pas de ma faute à moi, ce sera la faute du soleil que vous aimez tant. Vous allez disparaître à cause de lui mais pas à cause de la pluie !

Avant, vous aimiez les grosses voitures qui polluent et maintenant vous aimez les petites autos électriques. Avant, vous aimiez le soleil mais maintenant vous allez aimer la pluie.
Le beau temps, ça va être moi.
Le mauvais temps, ça va être lui.

Sinon, je m'en vais. Ou plutôt, je reste !

 

 

 

 

Bonjour, c'est moi, La Pluie.
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 17:00
Bagage main, bagage vilain.

 

« Nous, on emmène des bagages ! On a les moyens ! ». La fracture sociale devient visible sur les tapis de bagages des aéroports. Il est bien loin le temps où on « faisait sa valise » selon ses humeurs en y entassant les produits chimiques divers à ingurgiter contre l’arthrose ou contre les rides, les tenues les plus improbables ou les plus chics, les doudous divers, les romans pour les séances de transat ou pour les nuits blanches dans l’hôtel envahi par les vibrations issues des platines du DJ. « Faire sa valise » est devenu un acte réfléchi qui se fait avec le fascicule de Vigie-Pirate, le livret des produits non explosifs et surtout avec une balance haute précision et un double mètre ruban.

Les mensurations de la valise

La sortie chez la marchande de valises n’est plus une sinécure. Ce n’est plus cette sortie shopping au cours de laquelle on renifle le cuir, on caresse la doublure, on essaie les clés minuscules et où on teste les performances des roues sur la piste d’essai installée dans l’arrière-cour des maroquiniers. Maintenant, comme pour les élections de Miss, on demande les mensurations de la valise, son poids aussi car si la bougresse a un kilo de valise en plus, c’est 1 kilo de jeans et de strings en moins. La vendeuse connaît tous les paramètres de la valise idéale : « Tout dépend avec quel avion vous partez ! Avec les low-cost il vaut mieux voyager avec un bagage main, emmener une valise c’est hors de prix ! » Et elle vous conseille d’acheter « calibré » 55x35x25 pour la compagnie nationale, 55x40x20 pour la compagnie bleu et jaune, 56x45x25 pour la compagnie orange ! Tout ça pour un contenu de 10 kg, la compagnie allemande avec la grue cendrée n’autorise que 8 kg : dans le pays des touristes perpétuels, le voyage doit se faire en shorts !

Lili ne voyage plus en avion. Elle suit encore aujourd’hui, deux ans après l’incident, une séance de rééducation psychologique. Le 7 juin 2014, en effet, elle a été victime d’un choc traumatique grave quand le personnel de sécurité de l’aéroport l’a cueillie à la sortie des portiques de contrôle des bagages et l’a interrogée pendant deux heures pour savoir : « Qui est derrière votre tentative d’attentat ? », « avez-vous été en Syrie ? » Lili soupçonnée d’être un membre de Daech pour avoir été trouvée en possession d’un tube de dentifrice, un tube de cire dépilatoire, un pot de crème antirides et un flacon d’eau de toilette de marque, le tout à l’intérieur de son bagage cabine ! Il a fallu l’intervention de tous les services secrets des pays occidentaux pour blanchir Lili qui a dû passer des vacances avec une mauvaise haleine et avec des jambes poilues à cause de la confiscation de ses produits d’hygiène.

 

Ridicule !

Ô bagage ! Ô désespoir ! Que d’actes ridicules sont commis en ton nom ! Ridicule en effet d’avoir à poser son sac dans une cavité calibrée, plus ridicule encore et tellement horrible d’avoir à partager l’édicule déjà exigu des toilettes avec sa valise quand la vessie exige d’être délestée de son contenu. Hélas, on ne peut plus faire autrement car selon le précepte nouveau, « celui qui quitte sa valise la retrouvera explosée par les services de déminage ».

 

 

 

 

 

Huguette Dreikaus ? 
non ....ce n'est pas moi....

mais toutes les deux... alsaciennes  ..

 

 

Bagage main, bagage vilain.
Repost 0

Texte Libre

deytsc

Articles Récents