Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 11:43

 

 

 

 

Voici l'histoire de Marguerite, la petite Fleur,
Marguerite était très timide. Elle était jonquille, mais elle était très très timide. Elle perdait vite les pétales. En plus elle était très malade.

Elle se rendit chez le Dr Bouquet, Corolle Bouquet.
- Bonsoir Docteur.
- Bonsoir Marguerite
Alors que se pistil ma petite Marguerite ?
- J'ai fait des bêtises docteur. 
- Vase ? Je vous demande chardon ?
Quel genre de bêtises?
- Je me suis myo-sottises !
- Ce n'est pas grave... Marguerite c'est de ton âge.
Toutes les petites fleurs font des sottises !
- Ce n'est pas tout Docteur !
- Aaah bon ?
 - Non, je suis amoureuse de Fanfan la Tulipe et ça me donne des végétations et puis, quand je mange, j'ai du mal à Azalée...et j'ai les oreilles qui bourgeonnent.
..
- Aaaah, ça c'est plus grave...
Je vais devoir t'opérer. Quelle heure est-il ?
- Sécateur docteur.
- Déjà.
- Opérons vite !

Hélas, l'opération rata. Marguerite fut paralysée dans la fleur de l'âge et elle resta plantée là ... comme un légume. Elle alla porter plante au commissariat. Chez les flicus. Mais personne ne voulait l'écouter. On lui répétait sans cesse …..
 
"Aaaah mais mademoiselle, il faut accepter les conséquences :cette opération a été réalisée à fleuristes et périls."

Marguerite était très très malheureuse. Elle tenta même de mettre fin à ses jours. Il lui restait pourtant une toute dernière chance : une greffe.
  
Ce fut le docteur Bouquet qui réalisa l'opération et cette dernière réussit parfaitement. Marguerite était guérie. Elle redevint pollen de vie, elle put recommencer à jouer à cache-cache-pot et se maria.  Avec Chris (Chris Anthème) qu'on croyait ...... mais qui était terreau et elle devint graine d'Angleterre. Car Chris Anthème était engrais.  Marguerite fut heureuse pour des siècles et des cyclamens.  On peut dire qu'elle a eu du pot...

 

1.3.2006

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 00:03


 

 

Hier soir à la nuit tombée,
J’ai eu une idée en tête,
En regardant ma pendulette
Ses aiguilles m’ont inspirées. 

.
J’essaye de tricoter une poésie,
En rimaillant les mailles avec parcimonie,
Quelques points à « l’en-vers »
D’autres à l’endroit vers la vie.
 
A l’aide d’une pelote de fil en coton,
Je combine ces quatre couleurs,
Le blanc de la feuille immaculée,
Le bleu encre de mon cœur inspiré.
 
Le rouge vif de mon ardente passion,
Le vert de l’espoir de rimer mieux,
Sans aucun brin tordu vers la haine,
Rien que des mailles bouclées en cœur.
 
Tissant la fine fibre d’un je t’aime,
En torsades et points droits au cœur,
J’ai entrelace mes très fines mailles,
Pour que l’inspiration jamais s’en aille.
 
Ce tricot poétique aux mailles magiques,
A réchauffé mon cœur et mon corps hémiplégique,
Donnant à ma vie l’espoir d’une illusion chimérique,
Les fibres de ma vie, ayant perdu ces couleurs,
 
Je tricote, tricote… Je me fais un maillot « Raison ».

 

 Ecrit par PAQUITA

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 16:39

 


 

 

 

 

 

        


Pour minimum : 2 personnes
Préparation :     30 minutes hebdomadaire 
minimum
Cuisson :           toute la vie


1 Kg de sincérité
500 g de bonne volonté 
            
3 cuillérées pleines de compréhension,
du soutien inconditionnel à la louche.... 
Humour et bonne humeur à volonté
            
Pelez votre cœur, retirez les rancœurs 
et les jalousies
Pour obtenir une sincérité pure.
            
Coupez les quartiers en grandes tranches,
beurrez-les de compréhension,
nappez-les de soutien inconditionnel.
            
Ajoutez de la bonne volonté finement râpée
et parsemez d’humour et de bonne humeur.
            
Couvrez et laissez cuire à feu doux.

Présentez ce plat chaud ,
accompagnée d’un sourire.
Chaque fois que l’occasion se présentera.

Attention,

l’abus de cette gourmandise est recommandée
pour la santé !
  


 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 15:32

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Il y a longtemps, quand j'étais un enfant ma mère
Me racontait l'histoire d'un homme venu d'ailleurs
De plus loin
Il disait que la vie, que le monde étaient en danger
Il faut s'en aller disait-il

On est arrivé dans les jardins du ciel
J'ai marché pendant mille années
On est arrivé sous un nouveau soleil
Entends chanter l'éternité
Au bout de tes doigts il fait son chemin
L'amour que tu as cherché
Si tu as suivi le Nord c'était ton destin
C'était ton chemin de liberté, liberté

Les hommes n'ont pas compris
Et ils l'ont chassé loin du village
Pourtant ce jour-là le soleil a brillé tellement fort
Que les blés et les forêts ont brûlé
Et les enfants on entendu un chant venu

de la terre qui leur disait :
( On est arrivé ) on est arrivé

( dans les jardins du ciel ) dans les jardins du ciel
(J'ai marché pendant mille années)

( on est arrivé ) on est arrivé
( Sous un nouveau soleil )

sous un nouveau soleil ( entends chanter l'éternité )
( On est arrivé dans les jardins du ciel

j'ai marché pendant mille années )

  1979

  Jairo  de son vrai nom Mario Gonzàlez, est un chanteur

né le 16 juin 1949 en Argentine.

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 17:45

 

 



 

 

 

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et, alors, j’ai pu me relaxer. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle…Estime de soi.
 
 
Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n’étaient rien d’autre qu’un signal quand je vais contre mes convictions. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle… Authenticité.
 
 
Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle…Maturité.
 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation, ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle…Respect.
 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire… Personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie. Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle… Amour Propre.
 
 
Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire de grands plans, j’ai abandonné les méga-projets du futur. Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime, quand ça me plaît et à mon rythme. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle… Simplicité.   

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de chercher à toujours avoir raison, et me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé. Aujourd’hui, j’ai découvert… L’humilité.   

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir. Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois. Et ça s’appelle… Plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir. Mais si je la mets au service de mon cœur, elle devient une alliée très précieuse. Tout ceci est… Savoir vivre.

 
Charles Chaplin
16 avril 1889,  décédé le  25.12.1977

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il pleut....... !

Merci pour votre visite

 


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 12:00

 

 

 

 

♥ __________ ♥ __________ ♥

 

 Lui :      Monaco,  28 degrés à l'ombre
C'est fou, c'est trop On est tout seuls au monde
Tout est bleu, tout est beau.
Tu fermes un peu les yeux, le soleil est si haut.
Je caresse tes jambes, mes mains brûlent ta peau.
Elle :     Ne dis rien, Embrasse-moi quand tu voudras
Je suis bien, L'amour est à côté de  toi.
Lui :   On est bien
Lui :    Monaco,  28 degrés à l'ombre
Tu ne dis plus un mot  J'éteins ma cigarette, il fait encore plus chaud  Tes lèvres ont le goût d'un fruit sauvage
Et voilà,  Comme une vague blonde
Tu m'emportes déjà.

Elle  Ne dis rien,
L'amour est au-dessus de moi.

 

♥ __________ ♥ __________ ♥

 

1978

 

 

Auteurs compositeurs  Squid A-Salermo-Magiordani -

Jean Albertini - Didier Barbelivien

 

 

 

Jean-François Maurice (date de naissance ?) de son vrai nom Jean Αlbertini, est un chanteur français. Son plus grand succès est la chanson Monaco, 28 degrés à l'ombre.     Il est décédé le 6 novembre 1996.
 

 


 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 16:53

 



 



- C'est une honte ! s'exclama
L'inspecteur des travaux infinis

Devant le chantier
Silencieux :

Le vitrier dort, les maçons sommeillent,
Le serrurier ronfle, l'architecte rêve,
Les peintres reposent,
Les menuisiers somnolent,
Les plombiers roupillent,
Les carreleurs pioncent,
Les sanitaires en écrasent


Il n'y a que vous, mon cher, que vous
A rester debout :
Votre zèle est honorable
Quelle est votre affectation ?

- je suis le marchand de sable


 

 

  

Merci

pour votre visite

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 12:30

 

 

 

 

 


Ode à tous ceux qu’on aime,
Et qui un jour s’en vont,
Poursuivre des « je t’aime »,
Qui aussi s’envoleront ;

 

Au bel ami d’un jour,
Oh ! doux amant d’un temps,
A l’amour de toujours,
A celui d’un printemps ;

   

Qu’il dure tout’une vie,
Ou un très court instant,
Aimer est infini,
Et toujours si troublant ;


Plaire, se rencontrer,
Se séduire et puis vivre,
S’aimer et s’enlacer,
Se retrouver, se suivre ;

D’amour ou d’amitié,
Aimer est envoûtant,
A deux c’est plus léger,
Et l’on est plus vivant ;

 

Rien n’est jamais acquis,
Mais l’on s’habitue vite,
A serrer mieux la vie,
Quand l’amour vous habite ;

 

Enivré du moment,
Contre ceux que l’on aime,
On ne voit passer l’ temps,
Ni tout ce qui se sème ;


Quand commence l’histoire,
Que l’espoir est repu,
Nul ne peut alors voir,
La fin dans le début ;


La vie tourna la roue,
Pour que vos cœurs s’attirent,
Afin que vienne à vous,
Accompagné du rire ;

 

Cet ami, ou amant,
Qui partage vos rêves,
Et écrit sa chanson,
Avec votre lumière ;

 


D’autre cœur que le vôtre ,
Avait dû le quitter,
Avec l’espoir, peut-être,
Que vous le rencontriez ;

;


Quelqu’un défit l’union, 
Qui lui était si chère,
Pour qu’il puisse à tâtons,
Trouver votre chaumière ;

 
   

Mais comme il est pressé,
Le bonheur va courant,
Vivre, croire, espérer,
Ne dure qu’un moment ;

 


Ailleurs, vivre l’appelle,
Pour d’autres lendemains,
Accompagnez ses ailes,
Vers ce nouveau destin ;


Rendez l’espace libre,
Pour qu’il aille plus loin,
Ecrire avec joie « vivre »,
Sur d’autres parchemins ;


Des yeux divers des vôtres,
Apprécieront ses mains,
Laissez venir ces autres,
Sur ce nouveau chemin ;

 

Il quitte une émotion,
Pour un autre partage,
Qui n’à pas de prénom,
Ni encore de visage ;

   
Comme il a pris la route,
Vers vous un beau matin,
Redonnez là lui toute,
Pour aller vers demain ;

Tant que la vie nous frôle,
On n’est pas séparés,
Lâcher est votre rôle,
Le destin est parfait ;


Par amour se serrer,
Avec moi tu t’enivres,
Pour l’amour se quitter,
Ne m’attends pas pour vivre ;

 
D’autres pour nous sont prêts,
Il n’est pas là de doutes,
Ils respirent à côté,
Et sont déjà en route ;

 
Aimer c’est laisser vivre,
Et regarder partir,
Accompagner sans suivre,
Pour semer l’avenir.

Merci pour votre visite !

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 17:00

 


 

 

 

 

James Brown -  I Feel Good  -  1966
Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 00:30

 


 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents