Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 16:00


 
 




















La cimaise ayant chaponné tout l’éternueur
Se tuba fort dépurative quand la bixacée fut verdie
Pas un sexué pétrographique morio de mouffette ou de verrat
Elle alla crocher frange
Chez la fraction la volcanique
La processionnnant de lui primer
Quelque gramen pour succomber
Jusqu’à la salanque nucléaire.
" Je vous peinerai, lui discorda-t-elle,
Avant l’apanage, folâtrerie d’Annamite !
Interlocutoire et priodonte. "
La fraction n’est pas prévisible :
c’est là son moléculaire défi.
" Que feriez-vous au tendon cher ?
Discorda-t-elle à cette énarthose.
- Nuncupation et joyau à tout vendeur,
Je chaponnais, ne vous déploie.
- Vous chaponniez ? J’en suis fort alarmante.
Eh bien ! Débagoulez maintenant. "
 
Raymond Queneau



Queneau applique ici la méthode S+7 : il remplace les noms, adjectifs et verbes de La Cigale et la fourmi par la septième mot - de la même catégorie grammaticale - qu'il trouve dans le dictionnaire après celui à modifier. (voir activités de l'OULIPO)








Repost 0
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 06:02


 

 

 

 

 

Madame Foumi donne ton miam.......

 

une autre version

 

La Cigale :

Allez la fourmi donne moi ton miam
On ne va pas en faire un drame !
Tu as volé le pot de confiotte du chaperon rouge
Et quand j'te 'mande, tu oses dire :"Toi, tu bouges !"
C'est pas sérieux la fourmi, te fais je donc pas pitié ?

 

 ...

.

..

.

La fourmi :

C'est bien de s'dandinner la cigale, mais fo aussi savoir bosser !
En plus c'est pas pour dire, Mais tu danses comme un pied

.

.

La Cigale :

Plus un mot la fourmi ou je te perce de mes antennes

J'aurai pour moi ta confiotte, et même toute ta récolte de graines

 

 

 

 

 

La fourmi :

Tu m'impressionnes pas la Cigale,
tu n'as donc aucun répit ?

Passe ta route la Cigale, comme je t'ai dit,
ici tu n'auras que dal

Tiens je viens d'avoir une idée,
tu devrais peut- être chanter
!

 

La Cigale :

Chanter ? Et mes voeux s'ront exaucés ?

 

 

.

La Fourmi :

Tu es bien naïve la Cigale, mais avec toi je me régale

Là il est l'heure que j'aille m'coucher,
vas tambouriner à la porte d'à côté

La Cigale :

S'il te plait la fourmi, pour ce soir soyons amies

J'ai chanté, j'ai dansé, dans l'seul but d't'émmerveiller

Au dépit ce soir de bien manger !

 

 

La Fourmi se mit à réfléchir et dit :

Entre la Cigale ...

Tu as donc chanté pour moi, tu étais donc de bonne foi

Ma confiotte est aussi tienne, je n'voulais pas te faire de peine !

La Cigale avec un air narquois

Oh merci la fourmi, tu es vraiment une amie

Tu as une grande bonté qui égale ta beauté

Et pour te remercier, une chanson je vais chanter

Dis la fourmi mon amie , tu n'aurais pas quelques miettes de pain de mie ??

(Il n'y a pas que le renard qui sait duper !!)

Repost 0
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 23:00

 

 

 


.

.

La cigale et la fourmi
Version 2005


L'été venu, la cigale se prépare
 pour partir en vacances et
dit à la fourmi :  
" Tu viens avec moi à St-Tropez" .
Et la fourmi lui dit : 
" Non non, je vais rester pour gagner un peu d'argent".

Deux mois après, la cigale revient
avec une superbe bagnole,
une super nana "90-60-90"
(les cigales aussi aime ça).
La cigale lui dit :
 "T'aurais du venir, c'était génial..."
et la fourmi lui répond
 qu'elle préfère gagner de l'argent.

 

   

L' année suivante :


L'été d'après, re-belote,
la cigale s'en va à Biarritz,
et la fourmi préfère rester
pour gagner de l'argent.
Et toujours deux mois après,
la cigale rentre avec une
autre décapotable,
une nouvelle nana hyper canon,
et voit la fourmi complètement crevée
près avoir travaillé tout l'été.
Et la cigale de lui répéter
qu'elle aurait du venir en vacances.

 

 

 

Troisième année :

L'été suivant, la cigale se re-prépare et
redemande à la fourmi si elle veut venir.
Et la fourmi lui répond :
- Non non et non !
Mais si tu vois Monsieur La Fontaine ,
tu lui diras que je l' "em..." 
 avec ses histoires débiles !

 
 
Repost 0
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 12:06


 





On était en hiver et les fourmis faisaient sécher leur grain que la pluie avait mouillé.

Une cigale affamée leur demanda de quoi manger.
Mais les fourmis lui dirent :

 « Pourquoi n'as-tu pas, toi aussi, amassé des provisions durant l'été ?

 —- Je n'en ai pas eu le temps, répondit la cigale, cet été je musiquais.

 —- Eh bien, après la flûte de l'été, la danse de l'hiver », conclurent les fourmis.

Et elles éclatèrent de rire.


Esope (VIIe-Ve siècle avant J.-C.), Fables,
traduction de Claude Terreaux, Arléa, 1994

Repost 0
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 23:00

 

  

 

  La cigale devenue vieille !

            La cigale, ayant cuisiné et lavé toute sa vie
            Se trouva fort dépourvue
            Quand la retraite fut venue.

            Pas un seul petit fonds
            Ni de régie, ni de pension.

            Elle alla réclamer son dû
            Chez le député qu'elle avait élu
            Le priant de lui faire verser
            Un peu d'argent pour subsister
            Maintenant qu'elle était vieille.

            "Tu me le dois, lui dit-elle,
            Pour les enfants que j'ai nourris
            Et qui vous ont enrichis."

            Les députés bavards et oublieux
            Pour les femmes âgées ne sont pas généreux.
            "Que faisais-tu à la maison
            Au lieu d'aller chercher salaire et pension?"

            "Nuit et jour, pour tout venant
            Je suais, ne vous en déplaise."

            "Tu suais ? J'en suis fort aise.
            Eh bien ! sèche maintenant."

Mme Levac, Saint-André

 

 

 

 

 


  

 

Repost 0
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 19:10














Travailler plus pour gagner plus ?

La cigale ayant chanté tout l’été…
Et la fourmi de la ramener, pas gênée !
Fourmi donnant cet avis, cigale réfléchit.
Après avoir écouté ces conseils amis
Au travail sans tergiverser tôt elle se mit
Chanta et fit la manche aux terrasses de café.


Les efforts consentis furent vite récompensés,
Si bien qu’à un banquier, elle confia ses profits,
Au sou près, la totalité du capital.
Hélas ! ce fut à la Société Générale…
Ô rage Ô désespoir, le placement fut fatal.
Magot évaporé, lui resta peau d’ balle.
La cigale reprit alors le chemin du bal
Et ne s’en trouva assurément pas plus mal.












Repost 0

Texte Libre

deytsc

Articles Récents