Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 00:03

 

 

 

      L'équilibre, en toute chose, est un art difficile. En talons hauts, plus encore. La mode des stilettos vertigineux a cet avantage que des générations entières peuvent tester la marche en altitude, y compris sur le plancher désespérément plat des centres commerciaux.
A croire que plus la déprime économique s'installe, plus les talons aiguilles s'élèvent. Des poètes ont chanté le sec clic-clac des escarpins sur l'asphalte ; il va leur falloir revoir leurs classiques.
Les hauteurs sous semelle imposées aux fashionistas ont considérablement compliqué les démarches, rendu les déambulations passablement cacophoniques - maudits pavés, posés évidemment par des hommes.
Revenons à nos sabots : le talon (très) haut se pointe à tout-va. Pour certaines collégiennes, l'école de la vie est cruelle. Ça chancelle ferme, sur le chemin du bahut. Parler de victimes de la mode prend là son vrai sens.

A tort et à talons

     C'est vraie douleur que de voir les figures imposées à des gamines voulant caracoler comme des grandes. Ça tangue dans les virages, pire qu'au Rallye de France. Pour le côté sexy, il faudra peut-être repasser. A foulées plus assurées, de préférence.
La bonne vieille basket galeuse avait ses avantages. A croire pourtant qu'il faille vaciller, de nos jours, pour être belle. Ou est-ce revendiquer une place sur l'échelle sociale, que de se pousser ainsi de la gambette ? S'agit-il de banaliser et en même temps d'installer le talon aiguille comme conquête féminine à part entière, piétinant du coup des concepts plus masculins ?
Vivre haut perché en tout cas n'est pas sans risque. Au point que s'ouvriraient carrément des cours de talons. Pour apprendre à remonter un couloir TGV avec son café sans brûler tout le wagon. Ou descendre des escaliers directoriaux sans rallonger de 30 cm la manche de veste d'un(e) collègue.
Utile. Salutaire, même. A défaut de pouvoir faire progresser, pour l'instant, les deux sexes sur un pied d'égalité.

 

 

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
             Dernières Nouvelles d'Alsace

      

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 11:09

 

http://dl8.glitter-graphics.net/pub/2709/2709778yxhfevapl4.jpg

 

  Les murs ne sont pas seuls à avoir parfois des oreilles. Un bête téléphone aussi, peut être affublé d'esgourdes non prévues- hors celles  de ses utilisateurs directs.
On pense appeler quelqu'un. Et on se retrouve en société: à plusieurs sur la ligne. Pas de dérangement téléphonique dans l'histoire.
Ce serait pour la bonne cause, que des conversations se retrouvent sur écoute. De plus en plus d'appels à des administrations ou des entreprises s'ouvrent sur cet avertissement : par souci de qualité, l'échange sera enregistré.
Les clients un peu chauds de l'injonction ou prompts au nom d'oiseau se sentiront forcément refroidis. Tant mieux.

Allô, j'écoute

     On s'interroge quand même sur la manip'. Les appels à des centrales de renseignement démarrant par des heures de soupe musicale étudiée pour corroder les nerfs, la lecture des bandes afférentes doit être d'un intérêt assez sidéral.
Quand, enfin, une voix humaine se fait entendre, la surprise guette. Comme pour cette Strasbourgeoise trouvant, à un numéro local, joint d'un poste local, un interlocuteur pas du tout local. Qui, pour parachever ses doutes, lui demande de quel département en France elle téléphone.
Un numéro démarrant par 03 88, appelant un autre numéro en 03 88 : effectivement, la plus grande incertitude était de mise. Pour quelqu'un installé sur un autre continent, en tout cas.
Tout ça pour s'entendre dire de l'expert que le problème posé par la Strasbourgeoise est bien complexe - raison pour laquelle elle appelait ce numéro spécialisé. Qu'elle ferait donc mieux de se tourner vers un juriste. Et que, d'après ses précieuses informations, il y a « sans doute » une faculté de droit à Strasbourg.
Coup de fil profitable donc. D'autant que, ultime tuyau en or, l'expert téléphonique conseille de rechercher sur internet si un site du gouvernement français ne traite pas du problème.
Absolument nickel, comme coup de main. Et encore un enregistrement qui fera date, dans l'histoire de la qualité de service.

 

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
             Dernières Nouvelles d'Alsace

     


 

smiley

Merci pour votre visite !

 

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 00:03

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Ils sont forts, ils ont de l'énergie. On ne les voit jamais ; seuls leurs exploits survivent à la nuit.
A première vue, on pourrait les soupçonner de lâcheté. Un peu rapide. Il vaut mieux y regarder à deux fois, bien réfléchir. Pour convenir que, effectivement, aucun autre cadre hors le manque de courage explique les coups de savate qu'ils distribuent, de manière anonyme, mais ciblée, aux pauvres vélos laissés sur le domaine public.
Les casseurs de biclous sont partout. Alignent leurs écarts à la chaîne. Combien de VTT, combien de demi-courses, ont-ils déjà plié, sont-ils tombés sous les tatanes des vandales ? La statistique, encyclopédique d'habitude en matière vélocipédique, reste sur le sujet en panne.
Pourtant, pas d'arceaux à vélos ces temps-ci sans au moins une fourche dézinguée.

Un vélo, ça va

     C'est devenu le sport urbain d'une catégorie d'énervés : faut que ça casse ou que ça casse, au choix. En deux secondes chrono, à pieds joints sur le moyeu, une roue est tordue. Un tout petit peu plus suffit à piquer une selle à fixation un peu trop leste.
Chapeau les zozos. Même s'ils n'y gagnent rien, des décérébrés joyeux persévèrent dans leur besogne : ils sautent sur tout ce qui roule - et quel plaisir ce doit être de mettre sur la jante un objet métallique enchaîné à un réverbère.
On imagine combien la vie des dessoudeurs de cycles doit être riche, pour en consacrer une part à faire la peau aux vélos. Et dans quel abîme de perplexité plonge le cycliste devant sa monture rectifiée du tube.
Face au vol, les cadenas ont grossi, bientôt plus gros et plus lourds que les vélos eux-mêmes. Mais face au vandalisme, quelle riposte ? Cuirasser les deux-roues (pour en faire ce qui s'appellerait des voitures) ? Monter des jantes en fer forgé, façon balcon espagnol ?
A moins que, dans l'idéal, on parvienne un jour à retirer le petit vélo que certains ont dans le crâne. Sur la question, on n'a pas fini de pédaler dans le mou.

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
             Dernières Nouvelles d'Alsace

     


 

 

 

Merci pour votre visite

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 00:08

Les pauvres en ont beaucoup,
Les rois et reines en ont peu,
Dieu n'en a aucun.

 

Qui suis-je ?

(Solution au bas de la page)


 

 

 

 


  Aux âmes bien formées, l'appétit n'attend pas le nombre des années. Dans la région, de fins esprits du monde bancaire l'ont bien compris. Qui servent à la classe étudiante, en cette rentrée, une offre joliment mijotée.
Entre autres propositions alléchantes, est proposé aux générations montantes, et dévorantes, de gagner, accrochez-vous à vos assiettes, une année complète de resto U.
Un rond de serviette garanti au réfectoire ? Voilà de quoi étudier les effets de la cuisine collective sur la performance individuelle, tester l'interaction entre diététique universitaire et ingestion de savoirs. Du lourd c'est sûr qui, comme tout grand bonheur, devra pouvoir être digéré.
Promettre à un fier gagnant une année de cantoche, l'idée marketing, aux petits oignons, témoigne de deux évolutions.

A table !

     Primo, oublié le resto U de notre jeunesse, naguère suspecté d'opérer une sélection gastro-entérologique, avant même les examens. Quel établissement sérieux, surtout bancaire, oserait prendre le risque de faire déguster ses clients, si ce n'est pour leur bien ?
Secundo, la prime à la cantine est une petite claque à ceux qui prétendaient qu'en matière bancaire, il y aurait à boire et à manger.
Pour n'importe quel budget étudiant moyen, ce coup de pouce sera plus qu'appréciable : à déguster. A condition de garder un moral solide. L'estomac, on n'en parle pas : quand on est étudiant, il est toujours dans les talons. Raison pour laquelle on n'aime rien tant que mettre les pieds sous la table.
Bien sûr, il ne faudrait pas que l'arme commerciale s'avère à double tranchant. Une année entière de resto universitaire ne risque-t-elle pas d'alimenter finalement des aigreurs à l'égard du mécène ? De valoir, à force, quelques échanges roboratifs aux guichets ?
On aurait tort de faire la fine bouche. Le jeu en vaut la gamelle. A condition d'avoir moins de 29 ans, bien sûr, limite fixée pour tenter sa chance. De là, franchement, à en déduire que trente ans serait le début de l'âge délicat...


 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
           Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

smileysMerci pour votre visite !

 

Solution Des semblables.

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 00:01


 

Pour les blasés du saut à l'élastique, les routiniers du trek extrême, l'adrénaline reste à portée de volant.
Juste un fleuve à franchir. Puis, Richtung Schwarzwald, "direction la Forêt-Noire." Un jour de semaine, si possible (on vous expliquera plus loin). Et par beau temps, comme ces jours-ci.
Là, sur les routes sinueuses des sommets, c'est un festival. Une apothéose. Des essaims de motos lancées à fond la gamelle dans les chicanes, raclant du pot entre les capots. A faire péter tous les mesureurs de décibels.
Sans rire, il faut le voir pour le croire - parole d'ex-fan de la pétrolette. Le Bol d'Or en direct, avec vous-même sur la piste.
Qui ne sait pas faire la différence entre le râle clabaudant du bi-cylindre à plat, le feulement hystérique du quatre en ligne et les hoquets syncopés du twin reviendra édifié. S'il en revient.

Moto risée

     On se croit dans la nature. Erreur : c'est pire qu'en centre-ville - où d'ailleurs personne ne prendrait pareils risques. En guise d'odeurs de pins et de fleurettes, on apprend très vite à reconnaître l'exhalaison caractéristique d'une vieille Béhème, rien à voir avec le fumet piquant d'une japonaise à injection.
Ça essore la poignée à des cadences hallucinantes. A croire que certains tronçons sont sponsorisés par des cliniques traumatologiques.
Des clubs de motards allemands, peut-être un peu gênés aux surpiqûres, ont installé des panneaux incitant leurs congénères à rouler à mi-vitesse. De l'ironie, sans doute : on les verrait mal filer deux fois plus vite. A moins de passer direct en orbite.
Un vrai spectacle que de voir ainsi des tripotées de bikers s'essuyer les gommes à chaque virolo, bouffer de la plaquette à toute berzingue. Au point que la jolie Forêt-Noire semble bel et bien devenue circuit ouvert pour bourrins motomobiles.
Du balai, les randonneurs ? Voire. Certains itinéraires sont interdits aux motos les jours chômés. Beaucoup trop de traînards et de gêneurs sur le bitume, sans doute.

 

Didier Rose


 

  Je pense donc je lis les DNA
           Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

  smileys

Merci pour votre visite !

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 00:04

 

 


Rien de prévu encore pour les vacances ? Pas de panique.
La grande aventure est à portée de bagnole - voire de vélo. Exemple : de Strasbourg, en seulement 160 km, on peut se retrouver, eh oui, à... Moscou (code postal 88240). Qui dit mieux ? Les calculateurs d'itinéraires ! Qui, de ce Moscou dans les Vosges, mènent à un Jérusalem en... 1 minute à peine - 800 m exactement à couvrir. Si l'expérience est jugée concluante, direction Venise, dans le Doubs, cette fois : 120 km, si possible sans se gondoler. De là, les grands espaces sont ouverts : Madrid n'est qu'à 400 km, promenade de santé jusqu'en Essonne. D'autant plus tentant qu'Amsterdam dans les Yvelines attend à même pas 30 km. Folle journée sur les routes.

Voyage, voyage(s)

     L'ambition venant en roulant, rien n'empêche, dès le lendemain, de voir plus loin : Boston n'est qu'à 88 km, dans l'Eure. De là, plus de limites. Et pourquoi pas Rio ? 350 km, les tongs en éventail, jusque dans la Nièvre. Mal d'Alger ? En 33 km vers le Cher, on change encore de continent. D'où on peut faire un crochet - pas de quoi s'en faire une montagne - par Vienne (Isère) : 300 bornes dans les jantes. Crevé ? On comprend. Sitôt remis du jet-lag, cap sur Barcelonne (Drôme), un jeu d'enfant : 90 km tout au plus ! Pour éviter le coup de chaud, saut de puce envisageable jusqu'à Londres (Hérault) : 230 km. Ou, si l'on préfère l'air du sud, étape à Naples, dans la Haute-Garonne, à 310 km. Ce n'est certes pas la Méditerranée à boire d'autant que Bruxelles, il ne s'agit pas d'une histoire belge, est dans le même département, 33 km plus loin. Et débouche sur la ville à laquelle tous les chemins mènent, évidemment : Rome, dans le Gers, n'est plus qu'à 140 km. Sacré périple, non? Sinon, en plus court, on peut se contenter d'un Strasbourg-Mulhouse, ou inversement : 117 km. D'un côté comme de l'autre, de petits malins prétendent que c'est déjà très dépaysant.

 

Didier Rose


 

     Je pense donc je lis les DNA
     Dernières Nouvelles d'Alsace
 


 

 


 




Merci pour votre visite.


 


Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 00:02

 

 

 

 

 

 

 

L'immobilier, c'est comme les blagues : les histoires les plus tortueuses sont rarement les meilleures. Précisément, en matière d'aventure à rebondissements, un couple strasbourgeois vient de vivre une expérience pas triste.

Acte 1 : l'aubaine. Ayant reçu congé de son proprio, le duo cherche et trouve logement à sa façon. Au vert, au calme, joli. Soit un peu plus de 700 euros de loyer mensuel, charges comprises.

Acte 2 : la déconvenue. Une heure après accord, l'agent immobilier rappelle : l'appartement est toujours vacant, mais plus au prix annoncé. Prière, pour les locataires motivés, de rajouter 80 euros par mois au pot. Raison invoquée : la présence d'un garage. Qui était pourtant bien proposé dans l'offre de départ. Autant dire que les choses en sont restées là. Plus 10 % d'augmentation en quelques heures, on imagine l'addition, à ce rythme, au bout de plusieurs mois. A faire pâlir la dette grecque.

Le yoyo du logement

Acte 3 : la surprise. Reparti en chasse, le couple trouve une petite annonce... sur le même bien, diffusée par le propriétaire cette fois. Enfin, presque le même bien. Parce que, comme par magie, la surface de cet appart vraiment extraordinaire a augmenté entre-temps, elle aussi, de 10%. Bravo, en passant, au chef de chantier qui a réussi à pousser les murs pour gagner fissa 10 m². Ce n'est pas tout : la cuisine est devenue dans cette nouvelle version « équipée ». Quant au loyer, décidément plus fluctuant que le CAC 40, il était proposé, aux dernières nouvelles, à un troisième prix - mais toujours plus cher que le premier. Acte final : jurant qu'on ne les y reprendrait plus, les deux candidats-locataires continuent à faire le tour des annonces. En se dépêchant cette fois : à la vitesse où grimpent certains loyers et certaines surfaces, pas impossible qu'on tente de leur fourguer tantôt, à prix d'amis, une aimable masure avec grand jardin, façon Versailles (prévoir travaux). Gros comme une maison, forcément.

 

 

Didier Rose


 

     Je pense donc je lis les DNA
     Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

Merci pour votre visite.
Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 00:11

 

 


Ca va cracher. Pas seulement le feu. On sait pourquoi les terrains de foot sont si profondément verts. Suffit d'allumer sa téloche, cap sur l'Afrique du Sud. Où les écolos les mieux payés du monde étalent leur savoir-faire salivaire.


C'est beau, la contribution d'un joueur de foot à l'équilibre hydrique d'une pelouse. Pas un centimètre-carré pour lui échapper. Application qui va ensuite jusqu'à user de son corps, soi-disant pour des tacles. En fait, pardon aux poètes, pour bien travailler l'humidité de l'herbe.


Des ingrats devraient en prendre de la graine. Ce ne sont pas, par exemple, les cyclistes ou les marathoniens, dans leur prétendue souffrance, qui penseraient à postillonner à la cantonade. Apports pourtant bienvenus à la santé des vastes paysages traversés.


Fines bouches

Heureusement, si l'on y pense bien, que le football n'est pas un sport d'intérieur. Raison pour laquelle, aussi, il convient d'expliquer aux mômes qu'il y a un lieu et un temps pour tout. Et qu'un gymnase ou une cour d'école sont à éviter, pour faire comme les grands footeux. Sous peine de rentrer au vestiaire avec un score mémorable de pages à gratter, sur le thème : « Je n'expectore pas à tout-va.»


Ces détails mis à part, la Coupe du monde est un bonheur. On bat des records de vitesse aux caisses de supermarché, à condition de viser les temps de jeu - et d'éviter le créneau de la mi-temps qui ranime le rayon bières.
Réserver au resto n'est plus utile en soirée. De surcroît, on est reçu par un personnel souriant, trop content sans doute de marquer quelques points côté additions.


Tout juste s'agit-il de respecter la règle du jeu : éviter de téléphoner dans certaines entreprises avant le coup de sifflet final. Ne pas frapper à une porte au moment des pénos, au risque d'un carton jaune, voire d'une expulsion pour mauvais geste.


Et, surtout, ne pas abuser pendant les matches du site de la FIFA, vachement subversif : 12' touche ; 24' touche ; 27' touche. On s'y croirait... Pour tout ça donc, s'il vous plaît, on ne crache pas sur son plaisir.

 

 

 


Didier Rose


 

     Je pense donc je lis les DNA
     Dernières Nouvelles d'Alsace


 



 

Merci pour votre visite !

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 00:01


  

 

 


De quoi encore faire couler de l'encre, à propos de l'équipe de France, juste avant la Coupe du monde.
Il paraîtrait qu'un joueur des Bleus a été surpris, la mine réjouie, au sortir d'un établissement spécialisé.
L'intéressé affirme vouloir effacer cet inattendu chapitre, invoque à mots même pas couverts le respect de la vie privée. Mais il se murmure que des images attesteraient de ce hors-jeu peu académique.
Qu'allait-il faire en pareil cénacle, ce footeux national supposé courir les terrains verts ? La suite livrera peut-être par quelle pulsion cérébrale, pour tout dire inavouable dans ces milieux-là, cet athlète de haut niveau s'est retrouvé en un lieu où fatalement on pouvait le reconnaître. Surtout sous prétexte d'un soi-disant cadeau d'anniversaire.

Chapitre hors jeu

L'entraîneur des Bleus, interrogé, s'est montré énigmatique, a rappelé entre les lignes qu'il s'occupait de foot, et de rien d'autre. Seul un gardien de but ami s'est fendu d'un texte demandant à ne pas juger sur ce seul paragraphe, rappelant que, côté invraisemblable, le foot moderne en avait déjà fait des tomes.
Tant les supporters du joueur que sa propre famille ne devraient s'offusquer de cette page certes peu en rapport avec l'art du ballon. Seul compte le résultat sur le terrain, non ?
Donc, une bonne fois pour toutes, il s'agit d'oublier qu'un joueur de l'équipe de France aurait été vu, et identifié en tant que tel, passer le seuil d'une librairie. Et repartir avec sous le bras un traité sur le systémisme structuro-fonctionnaliste de Talcott Parsons.
Scandaleux, tant il est certain que ce n'est sûrement pas comme ça qu'on peut espérer claquer des pénos en Afrique du Sud. Il faut donc tenir cette fiction pour parfaitement impossible, et sans aucun rapport avec des faits réels, qu'ils soient sportifs on non.

 


Didier Rose


 

     Je pense donc je lis les DNA
     Dernières Nouvelles d'Alsace


 

 


 

 

Merci pour votre visite


Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 12:45

 

 


On n'y coupe pas : le short s'étale. Avant même le solstice de juin s'annonce le jour le plus long du pantacourt. Dès le mois de mai, la gambette fait ce qu'il lui plaît.
Depuis quelques belles saisons déjà, les bords de l'Ill prennent des allures de front de mer. Chez les mâles en particulier, c'est la fête aux genoux cagneux, les mollets paradent.
La tendance s'avère de fond. Au-delà donc du bien et du mal - mais peut-être pas du beau et du moche. Du dandy en goguette au retraité en birkenstocks, il faut bien constater que nos contemporains vont en masse aux fraises, le bermuda fait campagne jusqu'en ville.
Le bidule d'ailleurs n'a pas limité ses prétentions hégémonistes aux mecs -  et merci d'être velu. Les midinettes aussi plébiscitent la culotte courte - où l'on mesure que le marché de la crème dépilatoire n'est pas près de la crise, lui.

La fête à la guibole

Bref, l'époque aime à tailler des shorts. En même temps qu'elle s'inquiète de foulards jugés envahissants. Plutôt que d'en tirer un tissu de considérations définitives sur les temps modernes, d'en déduire que, soit la mode manque d'étoffe, soit il s'agit de couper court à la sinistrose, voire les deux, on peut se borner à considérer le monde sous ses nouvelles coutures.
Avec ce corollaire vaguement inquiétant : le calebar minimal va-t-il supplanter le bon vieux falzard des familles ? Sera-t-on ringard, bientôt, de ne pas aller au boulot, dès les premières chaleurs, sapé comme un surfeur hawaïen ?
En attendant les premiers mariages guiboles au vent, ou des congrès d'agents d'assurance en boxer, on peut toujours mimer l'acte de résistance, tenter de garder l'ourlet sur la cheville.
Mais les temps sont durs, aux réfractaires du cycliste à toutes les sauces. D'autant que, très bientôt, viendront l'épauler ses acolytes estivaux : débardeur et tong. Ah, on signale que l'un et l'autre ont déjà été localisés, ce printemps, sous nos latitudes. C'est fou comme la plage se rapproche de l'Alsace, au fil des ans
.

 


Didier Rose


 

     Je pense donc je lis les DNA
     Dernières Nouvelles d'Alsace

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite

 

Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents