Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 17:00

 

 

 

     

 

Une chanson peut illuminer un moment,
Une fleur peut ranimer un rêve.
Un arbre peut devenir forêt,
Un oiseau peut annoncer le printemps.
Un sourire fait naître l’amitié,
Une poignée de main réconforte une âme.
Une étoile peut guider un navire sur la mer,
Un mot peut définir l’objectif.
Un vote peut changer un pays,
Un rayon de soleil peut illuminer une pièce.
Une chandelle efface la noirceur,
Un rire triomphera de la tristesse.
Chaque voyage commence par un pas,
Chaque prière commence par un mot.
Un espoir remontera notre moral,
Un toucher peut montrer que vous compatissez.
Une voix peut parler avec sagesse,
Un cœur peut savoir ce qui est vrai,
Une vie peut faire toute la différence,
Vous voyez, il n’en tient qu’à vous !

 

 

 

  2007

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 01:01



  Le bonheur n’est pas accroché à la lune,
Suspendu à quelque astre lointain ;
Il n’est pas sur Jupiter, Mars ou Neptune,
Mais à portée de main.
 
Le bonheur n’est pas au delà des mers,
Dans un monde céleste, merveilleux, incertain…
Il est sur notre propre terre,
A portée de main. 

Le bonheur n’est pas sur une île lointaine,
Quelque part sur l’Océan terrible :
Il est chez nous, dans la plaine,
Dans ta maison paisible.

Le bonheur n’est pas dans un château grandiose,
Habité par des reines et des rois ;
Il est dans ton jardin de roses,
Dans ta maison de bois.

Le bonheur n’est pas dans une nuit vénitienne,
Faite de musique et d’amour,
Il est dans les choses quotidiennes,
Que tu retrouves chaque jour.

Le bonheur n’est pas dans quelque grande ville,
Où l’on parle de richesses et de joie ;
Il est dans ta chambre tranquille,
Tout près de toi.
 
Le bonheur n’est pas dans les choses qu’on espère,
Et qu’on réclame du lendemain ;
Il est dans celles qui nous entourent,
Et qui reposent entre nos mains.

 Aimée Degallier-Martin


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 14:18

 

 

Tu sais que le temps a une manière d’aller très vite ... sans que tu ne t’aperçoives des années qui passent.  Il semble qu’hier j’étais encore jeune, nouvellement mariée et je m’aventurais dans ma nouvelle vie avec mon conjoint.
Aujourd’hui, je me questionne : Où sont passées toutes ces années ?
Je sais que je les ai toutes vécues selon mes espérances et mes rêves, de la façon où elles étaient à l’époque. Mais il est ici, l’hiver de ma vie qui m’a rattrapé par surprise. Comment en suis-je arrivée là, si vite ?
Où sont passées toutes ces années et où s’est envolée ma jeunesse ?

 
Je me rappelle bien d’avoir vu des personnes âgées pendant toutes ces années et qu’elles avaient toutes beaucoup d’avance sur moi, que mon hiver était encore bien loin et que je ne pouvais pas deviner ou imaginer ce qu’il pouvait bien être ! Mais, il est là : mes amies sont des retraitées qui grisonnent … elles se déplacent plus lentement et je vois des personnes encore plus âgées.


Quelques-unes sont en bonne forme, d’autres moins que moi … mais je vois de grands changements : Leur âge est plus apparent et je suis l’antédiluvienne que j’avais l’habitude d’observer et que je ne pensais pas devenir ! Maintenant, je réalise que de seulement prendre une douche est devenu difficile ! Et de faire une sieste n’est plus un luxe … mais une nécessité !
Car si je ne le fais pas volontairement, le fait de juste m’asseoir ... je m’endors ! C’est bien maintenant que j’entre dans cette nouvelle saison de ma vie sans être préparée aux malaises, ni aux souffrances, ni à la perte des forces, ni au manque de dextérité et de ne plus faire les choses que je désirais. Au moins, je sais que l’hiver de ma vie est arrivé.
Je ne sais pas de combien sera sa durée, mais une chose est certaine lorsqu’il sera terminé, une nouvelle aventure va commencer !


Oui, j’ai des regrets ... pour certaines choses que je n’aurais pas dû faire
et certaines que j’aurais dû m’efforcer d’accomplir, par contre il y a plusieurs choses que je suis fière d’avoir faite, ça fait partie de mon vécu.
Si tu n’es pas encore dans ton hiver...laisse-moi te rappeler que le temps passe plus vite que tu ne le penses.
Alors, s’il y a des choses que tu désires accomplir durant ta vie, s’il te plaît, fais-les vite. Ne les remets pas à plus tard, la vie est si courte !
Fais ce que tu peux aujourd’hui, car tu ne peux t’assurer si la fin de ton hiver est lointain ou pour demain.

 
Malheureusement, tu n’as aucune promesse qui ne te dise si tu verras toutes les saisons de ta vie. Alors vis pour aujourd’hui et réalise toutes les choses dont tu rêves pour ceux que tu aimes afin qu’ils se souviennent … espérer  qu’ils t’apprécient et t’aiment pour tout ce que tu as fait pour eux durant toutes les années passées.
Si la vie est un cadeau pour toi, la manière de la vivre sera un cadeau pour ceux qui te succèderont. Rends-la fantastique ! Vis-la bien ! Amuses-toi aujourd’hui ! Fais quelque chose de plaisant ! Sois heureux ! Aies une belle journée ! Rappelles-toi : ‘’ La vraie richesse c’est la santé et non pas des pièces d’or ou d’argent ’’ Ainsi, vis ta vie à fond dans les jours qui viennent ...  

Pour terminer, sache qu'aujourd’hui c’est le moment le plus âgé que tu aies atteint ; alors jouis de cette journée le temps qu’elle durera.  Sortir fait du bien, mais revenir à la maison c’est mieux !
Tu oublies des noms, ce n’est pas grave, car certains autres ont même oublié qu’ils te connaissaient ! Tu réalises que tu n’es plus bon à accomplir quelque chose … Les choses que tu aimais faire, ne t’intéressent  plus ? Tu dors mieux dans une chaise longue avec la télévision allumée, que dans ton lit ? Cela s’appelle un « présommeil » Tu as tendance à utiliser des mots débutants par un « Q » : Quoi ? Quand ? Quel ? Qui ?


Tu te plains que les imprimeurs utilisent d’aussi petits caractères dans leurs publications ? Les villes et les villages sont éloignés et les coins de rues sont plus loin. Les trottoirs semblent plus hauts.
Maintenant que tu as les moyens d’avoir des bijoux dispendieux, il n’est pas sécurisant de les porter partout. Ce qui t’apparaissait comme des taches de rousseur sont devenu des points bruns … Tout le monde chuchote maintenant. Dans ta garde-robe, tu as des vêtements de trois grandeurs dont deux que tu ... ne porteras plus jamais !

 
Mais le qualificatif « Vieux » est bon dans certains cas : « Vieux films » « Vieilles chansons » et le meilleur de tous, « Vieux amis » ! Surtout, soit un bon « Vieux frère »

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 08:21

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

La paix aurait pu être
une fleur sauvage de ces fleurs des champs que nul ne sème ni ne moissonne.
La paix aurait pu être
une de ces fleurs des prés que l’on trouve toute faite un beau matin au bord du chemin, au pied d’un arbre ou au détour d’un ruisseau.

Il aurait suffi de ramasser la paix comme on ramasse les champignons ou comme on cueille la bruyère ou la grande marguerite.
Au contraire la paix est un travail
c’est une tâche.

Il faut faire la paix
comme on fait le blé.

Il faut faire la paix
comme il faut des années
pour faire une rose
et des siècles pour faire une vigne.

La paix n’existe pas à l’état sauvage :
il n’y a de paix qu’à visage humain.

s1.gif

 

Jean Debruynne
né à Lille en 1925 et décédé à Byblos (Liban)
le 8 juillet 2006, prêtre de la Mission de France.

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 08:13



 

 

 

 

 

 

Ils avaient fêté leurs noces d'or depuis belle lurette Ils avaient vécu leur vie tant bien que mal, avec ces hauts et ces bas. Plutôt bien que mal, à vrai dire. Ils avaient leurs enfants, leurs petits-enfants et même quelques petits-petits-enfants.                                          
  Et le soir. après souper, quand ils se retrouvaient seuls à la maison ils sortaient et allaient s'asseoir côte à côte dans le jardin à l'ombre d'un grand érable rouge.
Ile ne se parlaient pas : après plus de cinquante ans de vie ensemble, ils s'étaient tout dit, ou presque.
  Mais,  de temps en temps, il plaçait sa main sur la cuisse de sa femme. Et elle, elle prenait bien garde de l'enlever.  À sa manière, il continuait de dire : "Je t'aime toujours ma chérie." Et elle, sur le même ton,  lui répétait : "Tu es toujours mon meilleur."
Ils cueillaient ensemble les derniers bonheurs de leur vie et peut-être aussi leurs meilleurs réconforts. Et la tendresse,  si douce et si délicate ajoutait des couleurs de pastel à cet amour de crépuscule. En silence, ils se disaient simplement : "Comme on est bien ensemble !"

Et ils vieillissaient bien, très bien !
Jules Beaulac
 (1933-2010)
 homme d'Église et un écrivain québécois

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 12:30

 

 

 

 

 

Image du Blog ageheureux.centerblog.net-------------------------------------------------------------------------------------

 

Demeurez vous-même.
Et non un autre.
 N'importe qui, ce n'est personne.
 Fuyez les douceurs lâches de l'anonymat.
Chaque être a un destin unique.
 Accomplissez le vôtre,
 les yeux ouverts, exigeant et joyeux.
Rien n'atteint jamais la dimension d'un homme.
S'il manque quelque chose à votre vie,
 c'est parce que vous n'avez pas regardé assez haut.

Un homme n'est vraiment un homme
que s'il accepte tous les jours avec courage,
avec force, avec persévérance et avec joie
de recommencer la vie.

 


Raoul Follereau

 

 

Raoul Follereau 1903-1977  écrivain et journaliste français


 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 11:11

 

 

 

 

  1. Où est-elle ?
    Que fait-elle ?
    On la cherche partout,
    Mais elle est n'importe où.
    Elle est aussi dans ton coeur
    Juste un peu endormie.
    Quand ton enfant te tend les bras,
    Elle est là !
    Quand ton regard croise l'amour,
    Elle est là !
    Dans le sourire d'un ami,
    Elle est là !
    Dans les yeux de celui à qui tu donnes,
    Elle est là !
    Quand tu donnes de l'amour,
    Elle est là !
    Regarde au fond de ton coeur,
    Elle est là !
    Tu penses qu'elle n'y est pas,
    Mais elle est là !
    C'est que trop souvent,
    Tu laisses la tristesse prendre le dessus.
    Dans les petits détails de la vie
    Elle est là !
    Fait sortir la joie de ton coeur,
    Elle apporte des moments de tendresse,
    L'espace d'un instant,
    Et nous laisse de douces caresses,
    Dont notre coeur à besoin.
    La joie !!!
    Toi seul, sait où la trouver,
    Cherche ! Elle est là.

     


    Nicole, novembre 2007,

 
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 18:05

 

 

00000

Parler pour ne rien dire,
de la pluie et du beau temps
qui passe, passe, passe, irrémédiablement.
En veux-tu, en voilà ,
peut-être, pourquoi pas,
ça dépend, si tu veux…
Parler pour ne rien dire,
ou pour passer le temps,
qui passe, passe, passe,
et s’enfuit dans le vent.


 

William PERES


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 12:33

smiley_id240959   smiley_id239917   smiley_id239916   smiley_id239915   smiley_id239914   smiley_id239912   smiley_id239911   smiley_id239910 
smiley_id239909  smiley_id239908   smiley_id239907   smiley_id239906   smiley_id239905   smiley_id239904     smiley_id239902
  smiley_id239901   smiley_id239900   smiley_id239899   smiley_id239897   smiley_id239896   smiley_id239895   smiley_id239893
  smiley_id239892   smiley_id239891   smiley_id239890   smiley_id239889   smiley_id239888   smiley_id239887   smiley_id239886   

 

 

smiley_id239903

À vingt ans on a l'oeil difficile et très fier :
On ne regarde pas la première venue,
Mais la plus belle ! Et, plein d'une extase ingénue,
On prend pour de l'amour le désir né d'hier.

Plus tard, quand on a fait l'apprentissage amer,
Le prestige insolent des grands yeux diminue,
Et d'autres, d'une grâce autrefois méconnue,
Révèlent un trésor plus intime et plus cher.

Mais on ne fait jamais que changer d'infortune :
À l'âge où l'on croyait n'en pouvoir aimer qu'une,
C'est par elle déjà qu'on apprit à souffrir ;

Puis, quand on reconnaît que plus d'une est charmante,
On sent qu'il est trop tard pour choisir une amante
Et que le coeur n'a plus la force de s'ouvrir.

 

Sully Prudhomme

 

1839 - 1907

 

 

smiley_id239885   smiley_id239883   smiley_id239881   smiley_id239880   smiley_id239879   smiley_id239878
  smiley_id239877   smiley_id239876   smiley_id239875   smiley_id239873   smiley_id239872   smiley_id239871
  smiley_id239870   smiley_id239869   smiley_id239868   smiley_id239867   smiley_id239866   smiley_id239865  

smiley_id239864   smiley_id239863   smiley_id239862   smiley_id239861   smiley_id239860   smiley_id239859

  smiley_id239858   smiley_id239857   smiley_id239856   smiley_id239855   smiley_id239854  

smiley_id239853   smiley_id239852   smiley_id210622   smiley_id210604

  smiley_id210602   

     

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 00:30

 

 

 

 

Les paroles appellent, les visages fascinent, les gestes aimantent et soudain tout ce complot du visible échoue, soudain nous devenons rêveurs  c'est-à-dire ramenés à l'essentiel par la vue d'une fleur si pauvre, si proche de la terre qu'il faut presque  s'agenouiller pour bien la voir et méditer sa leçon de silence.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents