Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 10:30

 

 

  
Tête de boule chaude  qu’on nourrit, qu’on élève.
Petit animal qui cahote sur ses pattes,
glisse sur les postérieures, 
écroulé sur son ventre tendre et mou de bébé trop nourri.
 
   
Chien enfant que l’on aime,  que l’on instruit du mieux qu’il peut.
Dont on a la fierté de la patte donnée.
Dont on a la tendresse, la chaleur,  le silence qui parle,
les yeux qui vous regardent.

Chien compagnon, chien de la promenade qui gambade avec vous,
s’en va pour revenir avec le plus beau des présents :
un caillou, une branche,  son amour qui rythme votre vie
et vous force à la vie.
 
Chien qui donne : un regard, la poussée d’une tête,
un œil doré d’amour, une patte.
    
Chien qui accepte un soin, une caresse, une tape, un reproche.
   
Chien qui est votre enfant, mais qui devient le parent
qui vieillit avant vous,  que vous voyez marcher
lorsqu’il aimait courir,  se lever pesamment,
venir vers vous  avec la lenteur de l’âge.
   
Chien qui s’abîme, s’use avec la vie, chien qui déroule
en douze ans une vie, vieux chien qu’on aime,
et qui s’éloigne, et qui s’en va,  qui est parti
et que l’on pleure.
 

 
Christian CHABELLARD

 

17.12.2006

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 01:01

 

 

 

 

 

Le bonheur réside dans les oasis
Il est ce qui fleurit dans chaque rose

C'est le sourire de l'enfant qui naît
C'est le reflet d'un amour éloigné

Le bonheur c'est mon premier regard à l'aurore
Le bonheur c'est ton dernier sourire au crépuscule

C'est tout ce qui se perd
Dans la haine et dans la peine

C'est tout ce qui reste
De la paix et de l'amour...

 

s5.gif


Lionel Nkodia

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 19:51

 

 

L'ultime adieu

"Vous pouvez verser des larmes parce qu'elle s'en est allée,
ou vous pouvez sourire parce qu'elle a vécu.

Vous pouvez fermer vos yeux et prier qu'elle revienne,
ou vous pouvez ouvrir vos yeux et voir tout ce qu'elle nous a laissé.

Votre coeur peut être vide parce que vous ne pouvez la voir,
ou il peut être plein de l'amour que vous avez partagé.

Vous pouvez tourner le dos à demain et vivre hier,
ou vous pouvez être heureux demain parce qu'il y a eu hier.

Vous pouvez vous souvenir d'elle et ne penser qu'à son départ,
ou vous pouvez chérir sa mémoire et la laisser vivre.

Vous pouvez pleurer et vous fermer, ignorer et tourner le dos,
ou vous pouvez faire ce qu'elle aurait voulu :

Sourire, ouvrir les yeux, aimer et continuer ....

Eileen Cicole.

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 00:00

 

 

 

 

Il ne vous abandonnera jamais
Que vous soyez beaux ou laids
Roi, reine ou simple valet
Il sera toujours à vos côtés


Quand vos amis seront partis
Quand vous vous sentirez trahi
Le coeur vide, plein de dépit
Avec cette envie que tout soit fini


Il posera sa tête sur vos genoux
Il sera là tout près de vous
Avec son regard plein de douceur
Qui vous rechauffera le coeur

 

 
En lui vous pourrez avoir confiance
Il ne divulguera pas vos confidences
Il gardera vos plus lourds secrets
Et ne vous trahira jamais


Cet être
Plus sincère que certains humains
N'est autre qu'un chat
Mais, chien, chat ou autre, peu importe
Avec tout ce qu'ils nous apportent d'amour.

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 11:51
 

 

 

 




 

Expression


 Se croire le premier moutardier du pape.

Signification

 

Être infatué de sa personne
Se prendre à tort pour une personne importante

 

 

image1.gif

 

Petit récipient servant à mettre la moutarde. 
Moutardier
d’étain, d’argent, de porcelaine, de cristal.

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 17:19

  

  
"Pourquoi grand-maman a des chemins sur son visage ?"

Une trouvaille de Guillaume quatre ans, qui fait réfléchir les adultes que nous sommes.  Là où nous voyons que des rides symboles d'usure, marques du temps qui ne pardonne pas... Guillaume avec son coeur d'enfant découvre des chemins de joies et de peines qui ont laissé des traces, chemins qui disent une histoire, chemins riches d'une vie donnée.

Oui, maman ou grand-maman, papa ou grand-papa, ne sois pas gêné(e) de ces chemins sur ton visage. Ils nous disent que tu as aimé, que tu as su donner et accueillir la joie, que tu as ri de bon coeur. Ils nous disent aussi tes heures d'efforts et de travail, tes heures d'inquiétudes et de veilles. Ils nous disent que tu as vécu. Ces chemins sur ton visage, maman, grand-maman, papa, grand-papa, ils sont beauté de ton âge !  Ce sont les chemins de la vie.  Merci d'avoir vécu, aimé et donné.

 

smileyet en cherchant un peu  :smiles

 

en photo :  Lili Damita (de son vrai nom Liliane Marie-Madeleine Carré)
actrice française née le 10 juillet 1904 à Blaye (Gironde)   décédée le 21 mars 1994 à Palm Beach.  Elle eut une liaison avec le prince Louis-Ferdinand de Prusse,  fut l'épouse de Michael Curtiz,  puis d'Errol Flynn (avec qui elle aura un enfant : Sean Flynn sera  acteur et photojournaliste  né le 31 mai 1941 à Los Angeles (États-Unis), porté disparu le 6 avril 1970 dans le Kampong Cham (Cambodge),  et vraisemblablement tué en 1971 par ses ravisseurs.

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 12:00

 

 

Dis moi ma mère,
Crois-tu que la vie vaille la peine d’être vécue ?
Si je regarde en arrière
et même au présent,

Les choses ne se déroulent pas comme il faudrait...
Rapports humains pas très humains
Amour pas très amoureux
Tristes constats,
amères désillusions…

Même les enfants se font la guerre
dans ce monde qui crie à la paix !

Dis moi mon père,
Crois-tu que la mort apaise, le crois tu ?
Si je regarde hier et si je pense à demain,
Les chemins que j’ai pris se sont tous perdus
Mots qui frappent et qui tuent
Indifférence ou non-dits
Pauvres armes, pauvres âmes
Même l'amour devient fou
Dans ces yeux
qui crient à la haine !

 


Dis moi, Dieu,
Crois-tu que ma vie soit utile ?

Si je regarde au fond de moi
Et même au fond des autres,
Je ne me reconnais plus...
Cœur qui saigne, pleurs refoulés
Vide immense, intolérances
Fatigue, douleurs...
Même ce souffle en moi, cette énergie,
S’évaporent alors que je crie à la vie !

 

Brin d'humeur

 


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 01:03


 

 

 

 

 

 

 

LE CHAT  
  Oh ! la gentille créature !
Viens, donc petite, approche-toi,
Je veux voir de près ta fourrure, Tu n’as rien à craindre de moi.
LA SOURIS  
  N’y va pas, mon enfant, prends garde !
LE CHAT  
  Viens donc, je ne suis pas méchant !
LA PETITE SOURIS  
  De quel œil doux il me regarde
LE CHAT  
  Vois cette noix cueillie au
champ ;
Elle est fraîche, elle est toute tendre. Tiens, prends-la.
LA PETITE SOURIS  
  Je ne puis l’entendre
Sans me sentir au fond du cœur Tout émue.
LA SOURIS  
   Enfant, sois prudente ;
Son langage est faux et trompeur.
LE CHAT  
  Vois cette dragée.
LA SOURIS  
   Il te tente
Enfant, ne l’écoute pas.
LA PETITE SOURIS  
  Mais Il a l’air si bon, si sincère ! Il ne me mordra point.
LE CHAT  
   Jamais !
LA PETITE SOURIS  
  Tu vois, j’y puis donc aller,
mère ?

LA SOURIS
 
  Non, reste.
LE CHAT  
  Oh ! viens, te dis-je, viens !
Vois ces trésors que je possède
Et j’ai chez moi de plus grands biens ;  Tu les auras. Viens !
LA PETITE SOURIS  
  Si je cède
Qu’ai-je à redouter ?
LA SOURIS  
  Tout.
LE CHAT  
  Rien.
LA PETITE SOURIS  
 

  Ah ! Je meurs ! il m’étouffe !

le traître ! Mère, au secours !

LA SOURIS  
  Le scélérat !

LE CHAT
 
  Elle aurait dû mieux me connaître.

 

 

Jean-Pierre Angremy (1937–2010), connu principalement en littérature sous le nom de plume de Pierre-Jean Remy  (ou parfois fautivement Pierre-Jean Rémy, est un diplomate, administrateur et écrivain français, membre de l’Académie française. Il a également publié sous d’autres pseudonymes : Nicolas Meilcour, Raymond Marlot, Jean-René Pallas,  Pierre Lempety.

 

 

 

 

Merci pour votre visite !

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 01:05

 

 

Au commencement, Dieu créa le chat ...

 

La vraie version complète de
Jacques Sternberg  1923 - 2006

 Au commencement, Dieu créa le chat à son image. Et, bien entendu, il trouva que c’était bien. Ce qui prouve qu'il avait une très bonne opinion de lui même. Car, finalement, ce n'était pas aussi bien que cela. En effet, le chat ne voulait rien faire, n'avait rien envie de faire. Il était renfermé, paresseux, taciturne, très économe de ses gestes et, de plus, extrêmement buté.
C'est alors que Dieu eut l'idée de créer l'homme, mais uniquement dans le but de servir le chat, de lui servir d’esclave jusqu’à la fin des temps. Au chat, il avait donné l’indolence et la lucidité ; à l’homme il inocula la névrose de l'agitation, le don du bricolage et la passion du travail intensif. Et l'homme s’en donna à cœur joie. Au cours des siècles, il édifia toute une civilisation basée sur l’invention et la production, la concurrence et la consommation. Civilisation fort tapageuse qui n’avait en réalité qu’un seul but secret : offrir au chat le confort, le gîte et le couvert.
C’est dire que l’homme inventa des millions d’objets inutiles, et généralement absurdes, tout cela pour produire parallèlement les quelques objets indispensables au bien-être du chat : le radiateur, le coussin, le bol, le plat à sciure, le pêcheur breton, le tapis, la moquette, le panier d’osier, et peut-être aussi la radio puisque les chats aiment la musique.
Mais, de tout cela, les hommes ne savent rien. Bénis soient-ils. Et ils croient l’être. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes... du chat
!

Au commencement, Dieu créa le chat ...

 

 

 

  

Ce n'est pas le texte original de Sternberg,
fatigué de voir ce texte magnifique à chaque fois dénaturé. 
Roland

Au commencement, Dieu créa le chat à son image.
Et bien entendu, il trouva que c'était bien. Et c'était bien d'ailleurs. Mais le chat était paresseux.
Il ne voulait rien faire. Alors, plus tard, après quelques millénaires, Dieu créa l'homme. Uniquement dans le but de servir le chat, de lui servir d'esclave jusqu'à la fin des temps.

Au chat, il avait donné l'indolence et la lucidité ;
à l'homme, il donna la névrose, le don du bricolage et la passion du travail. L'homme s'en donna à cœur joie. Au cours des siècles, il édifia toute une civilisation basée sur l'invention, la production et la consommation intensive. Civilisation qui n'avait en réalité qu'un seul but secret : Offrir au chat le confort, le gîte et le couvert.

 

C'est dire que l’homme inventa des millions d'objets inutiles, généralement absurdes, tout cela pour produire parallèlement les quelques objets indispensables au bien-être du chat : le radiateur, le coussin, le bol, le  plat à sciure, le pêcheur breton, le tapis, la moquette, le panier d'osier, et peut-être aussi la radio puisque les chats aiment la musique. Mais, de tout cela, les hommes ne savent rien. A leurs souhaits. Bénis soient-ils. Et ils croient l’être. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes des chats.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 08:00

 

 

 

 

 C'est l'histoire d'un bûcheron qui coupe du bois pour l'hiver...Un Indien passe par là et le bûcheron lui demande :
" L'hiver sera-t-il froid, grand chef indien ? "

"Oui, HUGH ! hiver très froid."

Alors le bûcheron se remet à couper du bois de plus belle.
Le lendemain, l'Indien repasse par là et le bûcheron lui demande si l'hiver sera vraiment aussi froid qu'on le dit.

L'indien répond : "Oui, HUGH ! Hiver très rigoureux..."

Alors le bûcheron reprend sa scie et coupe une montagne de bois. Le jour suivant, l'Indien repasse en disant :
"Hiver très, très rigoureux."

Le bûcheron intrigué, lui demande : "Mais enfin, dis-moi comment tu devines que l'hiver sera très froid."

Il lui répond : "Chez nous, on a un dicton : Quand l'homme blanc coupe du bois, c'est que l'hiver va être froid !"

Auteur inconnu

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents