Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 00:03


 

 

 

 

 

 

Personne ne doit oublier le vent
quand il prépare ses voiles...

En premier, tenez vous à l'extérieur,
sentant le vent sur votre figure,
notez sa direction et sa force...

Puis, installez les voiles de votre bateau,
pour le diriger vers votre but.
N'oubliez pas de revérifier le vent,
car il change continuellement.

On aimerait marquer un temps d'arrêt,
après chaque progression de nos accomplissements.
Quand on pense que tout va,
quelque chose se produit :
les enfants grandissent,
on doit prendre sa retraite,
de nouveaux voisins arrivent...

Tel un bon marin,
nous devons constamment réajuster nos voiles.
Qu'un changement soit le bienvenu ou pas,
nous devons nous y ajuster.

A force de trop tenir à nos rêves,
nous pouvons passer outre à la réalité.
En faisant la paix avec le changement,
nous grandirons et serons transformés
au delà de toute espérance.

 


(Auteur inconnu)

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 00:10

 

 

 

 

 

 

Tout au long de l’année
Me parle cette source
En janvier enneigée,
En février gelée,
En mars encore boueuse,
En avril chuchotante,
En mai garnie de fleurs,
En juin toute tiédeur,
En juillet endormie,
En août presque tarie,
En septembre chantante,
En octobre dorée,
En novembre frileuse,
En décembre glacée.
C’est toi, petite source,
Le cœur de la forêt !
smilies

Louis Guillaume

 smilie

Merci pour votre visite.


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 00:02

 

 

 

 
Si un enfant vit entouré de critiques,
il apprend à condamner.
Si un enfant vit entouré d’hostilité,
il apprend à être agressif.
Si un enfant vit entouré de moqueries,
il apprend à être timide.
Si un enfant vit entouré de honte,
il apprend à se sentir coupable.
Si un enfant vit entouré de tolérance sans laxisme,
l apprend à être patient.
Si un enfant vit entouré d’encouragement,
il apprend à agir.
Si un enfant vit entouré d’éloges sans excès,
il apprend à se faire valoir.
Si un enfant vit entouré de probité,
il apprend à être juste.
Si un enfant vit entouré de sécurité,
il apprend à faire confiance.
Si un enfant vit entouré d’approbation,
il apprend à s'aimer.
Si un enfant vit entouré d’amitié,
il apprend à aimer la vie.

 


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 00:05

 

 

 

 

 

 

C'est juste un mot,
Qui au coeur fait chaud
Un mot d'encouragement
Un mot qui se fait chant
Un mot d'espoir
Un mot pour dire
Que derrière le voile
Se cache une étoile
Un mot simplement
Que le coeur attend.

 

Chantal Sergera


smileys

 

Merci pour votre visite !

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 11:32

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De jour en jour on grandit,
de fil en aiguille on mûrit.
D'année en année on vieillit,
d'âge en âge on s'assagit.
 
Un temps a quatre saisons
Un printemps de naissance
Un été de croissance
un automne de maturité
et un hiver de sagesse.
  
De jour en jour on grandit,
de fil en aiguille on mûrit.
D'année en année on vieillit,
d'âge en âge on s'assagit.
 
Un temps à quatre saisons
Un printemps de naissance
Un été de croissance
un automne de maturité
et un hiver de sagesse.
 
  Courir et puis courir, courir sans fin.
Se protéger de tous les aléas…
Mais tu finiras comme ça,
Un vieux sage, qui attend une fin.

Dely

 

 

 



 


 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 08:09

 

Nos corps se sont mariés
un jour de Printemps,
Puis nos regards
se sont embrassés délicatement,
Et nous avons pleuré sur un poème d'enfant,
Mais qu'est-il devenu
l'Amour de nos vingt ans ?
 
Nous avons senti
le vent d'un instant,
Nous prendre dans ses bras rien qu'un temps,
Et nos corps se sont mêlés au Soleil Levant,
Mais qu'est-il devenu
l'Amour de nos vingt ans ?
 
La rosée du matin pleurait,
Sur nos corps couleur de lait,
Puis la Nature se mit à chanter un air du temps,
Mais qu'est-il devenu
l'Amour de nos vingt ans ?
 
Nous sommes vieux maintenant,
Mais nos corps sont encore si charmants,
Et notre Amour est toujours aussi puissant,
Seulement, nous avons
l'Amour de nos quatre vingt ans...
 

Eric Totaro  

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 01:13

 

 

 

 

 


Le bruit a gagné le combat
Et le silence doit se taire.
Nombreux sont ici bas
Qui le vacarme préfèrent.
Quelle peut être cette crainte
qu’il nous faut trahir,
cette solitude feinte
et par des sons se mentir ?
Le silence, c’est l’écoute,
l’entente de son pareil.
Le bruit sans aucun doute
torture nos oreilles.
Il faut donc des morts
pour qu’on s’accorde une minute
et hurler nos remords
avant l’ultime chute ?
Pourtant les rêves des hommes
sont faits de poésies
dans lesquelles raisonnent
bien plus de silence que de bruit.
Et la beauté se contemple
dans un absolu silence.
Elle devient bien plus ample
et beaucoup plus intense.
Lorsqu’elles sont immenses
Les joies sont des cris.
Mais c’est bien dans le silence
que le bonheur s’apprécie.
Les bruits ont bien souvent tord
et qu’importe l’offense,
je le dis haut et fort
Chut, et Silence.
 
 smilie
 
Philistin Panger

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 01:04

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En effeuillant la marguerite,
Je t'aime un peu, assez, beaucoup,
Il s'est aperçu et très vite,
Que plus on aime… moins c'est beaucoup.

 

J.C  Gianadda  

 

 

 


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 12:54

 


 

 

 

 

 

 


 


"Pourquoi se plaindre quand il n'y a pas de bonheur alors qu'il est au pouvoir et à la portée de chaque être, d'être la source même de son bonheur."


"Il faut savoir utiliser le temps de la vie comme une cueillette de fruits :  

abandonner les fruits qui sont déjà tombés,
cueillir ceux qui sont mûrs,
et laisser les autres mûrir pour demain."


"Il est très difficile de vivre sa vie une fois qu'on a bien compris que toute vie humaine est inséparablement liée aux mille et une vies qui l'entourent."


"On apprend à devenir heureux seulement lorsqu'on apprend à aimer les gens comme ils sont :  Pas comme ils devraient être."


"S'il convient d'émettre des bonnes pensées pour produire de bonnes actions,  il importe aussi d'émettre des pensées justes pour émettre des actions justes."


"Un homme ne peut certainement pas tout dire et tout faire ;  mais ce qu'il dit et fait, il doit absolument bien le dire et bien le faire,
autrement, qu'il ne dise et ne fasse rien."


"On devient rarement bon et efficace dans la vie quand on laisse aux autres  le soin de déterminer pour nous ce qui est bien et mauvais."


 J.P. Martin

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite !

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 01:05

 


 

Ils sont si bien élevés, les gosses qui meurent de faim :
Ils ne parlent pas la bouche pleine,
Ils ne gâchent pas leur pain,
Ils ne jouent pas avec la mie pour en faire des boulettes,
Ne font pas des petits tas au bord de leur assiette,
Ne font pas des caprices, ne disent pas : "J'aime pas ça !"
Ne font pas la grimace quand on enlève un plat.
Eux, ils ne trépignent pas pour avoir des bonbons,
Ils ne donnent pas aux chiens le gras de leur jambon,
Ne courent pas dans vos jambes, ne grimpent pas partout…
Ils ont le cœur si lourd, et le corps si faible, qu'ils vivent à genoux…
Pour avoir leur repas, ils attendent sagement…
Ils pleurent quelquefois, quand ça dure trop longtemps…
Non, non, rassurez-vous, ils ne vont pas crier :
Ces petits-là, ils sont si bien élevés…
Ils pleurent sans bruit, on ne les entend pas,
Ils sont si petits qu'on ne les voit même pas…
Ils savent qu'ils ne peuvent rien attendre de leur mère et de leur père.
Ils cherchent stoïquement leur riz dans la poussière,
Mais ils ferment les yeux quand l'estomac se tord,
Quand la douleur atroce irradie tout leur corps.
Non, non, soyez tranquilles, ils ne vont pas crier,
Ils n'en n'ont plus la force :
Seuls leurs yeux peuvent parler…
Ils vont croiser leurs bras sur leur ventre gonflé,
Ils vont prendre la pose pour faire un bon cliché…
Ils mourront doucement, sans bruit, sans déranger…
Ces petits enfants-là…
Ils sont si bien élevés.
Oui, ils sont si bien élevés les gosses qui meurent de faim.

François Devillet


 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents