Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 08:09

 

Nos corps se sont mariés
un jour de Printemps,
Puis nos regards
se sont embrassés délicatement,
Et nous avons pleuré sur un poème d'enfant,
Mais qu'est-il devenu
l'Amour de nos vingt ans ?
 
Nous avons senti
le vent d'un instant,
Nous prendre dans ses bras rien qu'un temps,
Et nos corps se sont mêlés au Soleil Levant,
Mais qu'est-il devenu
l'Amour de nos vingt ans ?
 
La rosée du matin pleurait,
Sur nos corps couleur de lait,
Puis la Nature se mit à chanter un air du temps,
Mais qu'est-il devenu
l'Amour de nos vingt ans ?
 
Nous sommes vieux maintenant,
Mais nos corps sont encore si charmants,
Et notre Amour est toujours aussi puissant,
Seulement, nous avons
l'Amour de nos quatre vingt ans...
 

Eric Totaro  

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 01:13

 

 

 

 

 


Le bruit a gagné le combat
Et le silence doit se taire.
Nombreux sont ici bas
Qui le vacarme préfèrent.
Quelle peut être cette crainte
qu’il nous faut trahir,
cette solitude feinte
et par des sons se mentir ?
Le silence, c’est l’écoute,
l’entente de son pareil.
Le bruit sans aucun doute
torture nos oreilles.
Il faut donc des morts
pour qu’on s’accorde une minute
et hurler nos remords
avant l’ultime chute ?
Pourtant les rêves des hommes
sont faits de poésies
dans lesquelles raisonnent
bien plus de silence que de bruit.
Et la beauté se contemple
dans un absolu silence.
Elle devient bien plus ample
et beaucoup plus intense.
Lorsqu’elles sont immenses
Les joies sont des cris.
Mais c’est bien dans le silence
que le bonheur s’apprécie.
Les bruits ont bien souvent tord
et qu’importe l’offense,
je le dis haut et fort
Chut, et Silence.
 
 smilie
 
Philistin Panger

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 01:04

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En effeuillant la marguerite,
Je t'aime un peu, assez, beaucoup,
Il s'est aperçu et très vite,
Que plus on aime… moins c'est beaucoup.

 

J.C  Gianadda  

 

 

 


Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 12:54

 


 

 

 

 

 

 


 


"Pourquoi se plaindre quand il n'y a pas de bonheur alors qu'il est au pouvoir et à la portée de chaque être, d'être la source même de son bonheur."


"Il faut savoir utiliser le temps de la vie comme une cueillette de fruits :  

abandonner les fruits qui sont déjà tombés,
cueillir ceux qui sont mûrs,
et laisser les autres mûrir pour demain."


"Il est très difficile de vivre sa vie une fois qu'on a bien compris que toute vie humaine est inséparablement liée aux mille et une vies qui l'entourent."


"On apprend à devenir heureux seulement lorsqu'on apprend à aimer les gens comme ils sont :  Pas comme ils devraient être."


"S'il convient d'émettre des bonnes pensées pour produire de bonnes actions,  il importe aussi d'émettre des pensées justes pour émettre des actions justes."


"Un homme ne peut certainement pas tout dire et tout faire ;  mais ce qu'il dit et fait, il doit absolument bien le dire et bien le faire,
autrement, qu'il ne dise et ne fasse rien."


"On devient rarement bon et efficace dans la vie quand on laisse aux autres  le soin de déterminer pour nous ce qui est bien et mauvais."


 J.P. Martin

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite !

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 01:05

 


 

Ils sont si bien élevés, les gosses qui meurent de faim :
Ils ne parlent pas la bouche pleine,
Ils ne gâchent pas leur pain,
Ils ne jouent pas avec la mie pour en faire des boulettes,
Ne font pas des petits tas au bord de leur assiette,
Ne font pas des caprices, ne disent pas : "J'aime pas ça !"
Ne font pas la grimace quand on enlève un plat.
Eux, ils ne trépignent pas pour avoir des bonbons,
Ils ne donnent pas aux chiens le gras de leur jambon,
Ne courent pas dans vos jambes, ne grimpent pas partout…
Ils ont le cœur si lourd, et le corps si faible, qu'ils vivent à genoux…
Pour avoir leur repas, ils attendent sagement…
Ils pleurent quelquefois, quand ça dure trop longtemps…
Non, non, rassurez-vous, ils ne vont pas crier :
Ces petits-là, ils sont si bien élevés…
Ils pleurent sans bruit, on ne les entend pas,
Ils sont si petits qu'on ne les voit même pas…
Ils savent qu'ils ne peuvent rien attendre de leur mère et de leur père.
Ils cherchent stoïquement leur riz dans la poussière,
Mais ils ferment les yeux quand l'estomac se tord,
Quand la douleur atroce irradie tout leur corps.
Non, non, soyez tranquilles, ils ne vont pas crier,
Ils n'en n'ont plus la force :
Seuls leurs yeux peuvent parler…
Ils vont croiser leurs bras sur leur ventre gonflé,
Ils vont prendre la pose pour faire un bon cliché…
Ils mourront doucement, sans bruit, sans déranger…
Ces petits enfants-là…
Ils sont si bien élevés.
Oui, ils sont si bien élevés les gosses qui meurent de faim.

François Devillet


 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 08:35










 

  • Le Corbeau et le Renard
  •  
  • Maître Corbeau, sur un arbre perché,
    Tenait en son bec un fromage.
    Maître Renard, par l'odeur alléché,
    Lui tint à peu près ce langage :
    "Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
    Que vous êtes joli !
    que vous me semblez beau !
    Sans mentir, si votre ramage
    Se rapporte à votre plumage,
    Vous êtes le Phénix des hôtes
    de ces bois. "
    A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
    Et pour montrer sa belle voix,
    Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
    Le Renard s'en saisit, et dit :
     "Mon bon Monsieur,
    Apprenez que tout flatteur
    Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
    Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. "
    Le Corbeau, honteux et confus,
    Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.
  • En argot
  •  
  • LE CORBAC ET LE RACNIAUD
  •  
  • Le corbac sur un touffu planté
    Tenait dans son fuel un coulant baraqué
    Le racniaud par l'odeur alléchée
    Lui tint à peu près cette jactance
    Salut beau canari tout déplumé
    Si tu jactes aussi bien que tu es fringué
    T'es vraiment le plus beau caïd du quartier
    A ces mots le corbac ne se senti plus pisser
    Ouvra un large fuel et laissa tomber le coulant
    Moralité : Il ne faut jamais se laisser influencer
    Par les durs à fesses molles
    Qui vous lance à la gueule
    Des bobards à la gomme.
  •  Le mec La Fontaine.

 

  • En Verlan
  •  
  • Le Beaucor et le Narreu
  • Maître Beaucor, sur un arbre chéper,
  • Naitteu en son quebé un magefro.
  • Maître Narreu, par la deuro alléché,
  • Lui tint à peu près ce gagelan :
  • "Et jourbon, Sieurmon du Beaucor,
  • Que vous êtes lijo !que vous
    me blessen beau !
  • Sans tirmen, si votre magera
  • Se portra à votre mageplu,
  • Vous êtes le Nixphé des hôtes de ces wab"
  • A ces mots le Beaucor ne se sent pas de joie :
  • Et pour trémon sa belle voix,
  • Il ouvre un large quebé, laisse béton sa proie.
  • Le Narreu s'en zissai, et dit : "Mon bon Sieurmon,
  • Apprenez que tout teurfla
  • Vit aux pendé de luiceu qui le couté.
  • Cette çonleu vaut bien un magefro sans doute."
    Le Beaucor teuhon et fucon
  • Raju, mais un peu tard, qu'on ne l'y draipren plus.

 

  • En Vaudois
  •  
  • C't ami Corbeau, sur un arbre ganguillé
    Tenait à plein bec une tomme.
    C't ami Renard, le tarin chatouillé
    Lui tint ce discours à la gomme :
    Hé! salut c't ami Corbeau,
    T'es rude joli, t'es même fin beau!
    Crénom de sort, si ta batoille
    Vaut ce plumage qui pendoille,
    T'es le tofin des forêts du Jorat.
    A ces mots, le Corbeau qui trouve ça estra
    Ouvre tout grand son four
    Et lâche ses dix-heures.
    Le renard chippe la tomme et dit:
    Pauvre niolu, méfie-toi toujours des lulus
    Qu'ont la langue bien pendue.
    Cette leçon vaut bien une fondue!
    Le Corbeau dépité, conclut:
    Ch'us tondu, j'ai perdu,
    plus jamais je s'rai eu!

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 01:08

 

 

 

 

 

 


 

Si j'avais une poupée, je l'appellerais Terre
Elle aurait des beaux yeux : des yeux bleus de rivière
Elle aurait un manteau de fleurs et de forêt
Où les animaux aimeraient se cacher.
Elle aurait une robe de lacs et d'océans
Qui couvriraient ses pieds de vagues de diamants
Elle aurait des cheveux de brume et de nuages
Et des larmes de pluie parfois sur le visage.

Je la consolerais et je dirais aux grands
Arrêtez de souiller sa robe d'océans
Arrêtez de brûler son manteau de forêts
Regardez ses cheveux rongés par vos fumées.
Enlevez vos poisons de ses beaux yeux-rivières
Laissez les animaux vivre en paix avec la Terre
Je la protégerais et je dirais aux grands
Que cette poupée là appartient aux enfants.




Pierre CHENE

 

Merci pour votre visite

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 19:01

 

 

 

Partir !

Aller n’importe où, vers le ciel ou vers la mer, vers la montagne ou vers la plaine !
Partir !
Aller n’importe où, vers le travail vers la beauté ou vers l’amour !
Mais que ce soit une âme pleine de rêves de lumières, avec pleine de bonté, de forces et de pardon !
S’habiller de courage et d’espoir et partir malgré les matins glacés, les midis de feu, le soir sans étoiles.
Raccommoder s’il le faut. nos cœurs voiles trouées, arrachées au mât des bateaux.
Mais partir !
Allez n’importe où et malgré tout !
Mais accomplir une œuvre !
Et que l’œuvre choisie soit belle, et qu’on y mette tout son cœur, et qu’on lui donne toute sa vie.

 

Cécile Chabot.

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite.

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 01:02

 

 

 

 

   

 

Ne presse pas la pluie,
elle prend le temps qu’il faut
afin d’étancher la soif de la terre.
 
Ne presse pas le coucher de soleil,
il prend le temps qu’il faut
afin d’annoncer la tombée de la nuit
jusqu’à son dernier rayon de lumière.
 
Ne presse pas ta joie,
elle prend le temps qu’il faut
afin d’apprendre à vivre ta tristesse.
 
Ne presse pas le silence,
il prend le temps qu’il faut
afin de faire la paix et cesser le bruit.
 
Ne presse pas ton amour,
il prend le temps qu’il faut
afin de se débarrasser des moments
les plus tristes de ton cœur.
 
Ne presse pas l’autre,
car il prend le temps qu’il faut
afin de s’épanouir
aux yeux du Créateur.
 
Ne presse pas ta douleur,
elle prend le temps qu’il faut
afin de se diluer dans les eaux calme
de ta conscience.
 
Ne te presse pas toi-même,
car tu as besoin du temps qu’il faut
afin d’apprécier ta propre évolution.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite.

   

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 01:03

 

 

 

 

 

 
Pas de bûche dans le foyer
Pas d'argent pour en acheter
Pas de sapin, pas de cadeau
Même pas de neige pour le traîneau
 
Pas d'emploi, pas de chèque de paye
Pas de fruit dans la corbeille
Pas de dinde, pas de tourtière
Pas de décoration, ni de petites lumières
 
Les dessins des enfants
Ornent le frigidaire "vide" évidemment
Et les chants de Noël qu'ils fredonnent
Apaisent le bruit qui, dans l'estomac, résonne
 
Pas grand chose pour ce Noël
Sauf, une prière pour l'Éternel...
"Seigneur, même si ça ne suffit pas toujours
Conserve-nous au moins l'AMOUR"

Danièle Labelle
 PRIERE DE NOËL

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents