Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 00:01

 

 

 

 

 

 

 

 

 
smileysAppréciations expéditives :
 

 
smileys - Ta copie vaut 13, mais je t'ai mis 12, pour ne pas te porter malheur.

- Elève surtout utile l'hiver, pour chauffer la pièce de sa présence.
 
 - Non, non, ce n'est pas une classe de rameurs. La preuve : on fait du sur-place.
 
 Elève violemment amnésique : oublie ses leçons, son matériel, et surtout la raison de sa présence au Lycée.
 
 
smilie- Il y a des jours où on est heureux sans savoir pourquoi. Pour Mathilde, c'est pareil : on est heureux qu'elle soit en 1ère, mais sans savoir pourquoi. 
 
- Même à l'oral, il fait des fautes d'orthographe !
 
 - Conclusions d'un conseil de classe : On dit souvent que l'Education Nationale manque de moyens. Ce n'est pas le cas dans cette classe 
 
smiley - Rendons-lui justice : il arrive fréquemment en retard à mes cours, mais du coup il est très en avance pour le cours suivant.
 
 - Soyons positifs : il rend peut-être ses copies blanches, mais jamais en retard.
 
 - Bien parti pour réussir à rater son année.
 
smiles
- Elève fantôme, mais qui manque totalement d'esprit.
 
 - N'a jamais ses crayons, n'a jamais ses cahiers, n'a jamais ses livres, mais a des circonstances atténuantes : n'a jamais son cartable.
 
smiley-Au conseil de classe, j'ai dit qu'il y avait beaucoup d'élèves en difficulté. Maintenant qu'on est entre nous, je traduis : vous êtes une bande de grosses feignasses ! 
 
smiles- Lundi, photo de classe. Surtout ne vous entraînez pas à sourire pendant le week-end, il faut qu'on vous reconnaisse ! 
 
 
smiley- C'est pour éviter d'être ébloui par mon cours que tu gardes tes lunettes de soleil ? 
 
- M'sieur, ça a sonné.
- C'est ça, c'est ça, Jeanne d'Arc, au tableau ! 
smiley
 
 -Au fait, je voudrais m'excuser par avance d'un problème anatomique un peu handicapant : j'entends très bien de l'oreille droite et très très bien de l'oreille gauche. Le premier qui bavarde, je l'aligne.
 
 - M'sieur, les livres, aujourd'hui ça sert plus  à rien avec Internet !

- Alors les cerveaux non plus, avec la télé ?... Taisez vous donc et reconnectez vous sur «lecoursduprof.fr ». 
smileys

  - A un couple fusionnel d'élèves de la même classe- Aimer, c'est peut-être regarder dans la même direction, mais pas sur la même copie. Merci. 
 
 Le prof interroge une élève d'habitude très discrète et pousse un cri d'horreur :  Aaaaaaaaah !... (Stupéfaction de la classe)
Elle a parlé, elle est vivante ! .
 
 
smileys- Lequel de vous deux a copié sur l'autre ? Je pourrais lancer une recherche d' ADN sur vos devoirs, mais on va gagner du temps : dénoncez-vous ! 
 
 - Il paraît qu'on n'utilise que 15% des ressources de notre cerveau. Vous avez le droit d'essayer déjà de vous rapprocher de ce niveau.
smilie

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 00:04

 

 

 

 

 

Toute femme au-delà de 40 ans court le risque de se voir mise en quarantaine........
  Depuis Je ne porte plus de débardeur.
   Catherine, 44 ans
« Je me souviens comme si c'était hier du Jour où ma mère s'est plainte à moi de ses bras qui devenaient flasques, en me montrant bien comment ils ballottaient. J'avais 25 ans et j'ai eu beau lui affîrmer : "Mais non, pas du tout,  qu'est-ce que tu racontes ?", en mon for intérieur, je me suis dit : "La vache !  qu'est-ce que c'est moche !" Eh bien !  les ailes de Batman, c'est moi qui les ai  maintenant. Je les ai découvertes dans  le miroir au printemps dernier. Mes seins  sont abîmés depuis longtemps - au test  du crayon, je dois mettre une trousse ! -  et je m'en fiche parce que c'est dû  aux naissances de mes enfants. Mais là,  j'ai revu la fameuse scène et j'ai eu  soudain l'impression d'avoir les 70 ans  de ma mère. Depuis, je ne porte plus  aucun débardeur et il n'est pas question  crue le sorte sans un gilet. »
revue Fémina 22/04/2010

 

 

«Je connais un moyen de ne pas vieillir : c’est d’accueillir les années comme elles viennent et avec le sourire... un sourire, c’est toujours jeune.»    Pierre Dac



   


Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 00:05


 

 

« La mort est grande
nous lui appartenons, bouche riante. Lorsqu'au cœur de la vienous nous croyons
elle ose tout à coup pleurer en nous ».
 
Rilke

 

Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 00:02

 

 

 

 

 

 

 

smileyssmiles

Le battant apporte toujours une solution
Le perdant pose toujours un problème
 
smiliesmilie 
Le battant a toujours un plan
Le perdant a toujours une excuse
 
smiliessmiles 
Le battant dit "je fais"
Le perdant dit "ce n'est pas mon affaire"
 
smilessmileys 
Le battant voit une solution à chaque problème
Le perdant voit un problème à chaque solution
 
smileysmilie 

Le battant pense
que c'est sans doute difficile  mais réalisable
 Le perdant pense
que c'est sans doute réalisable mais difficile.
 
smileysAuteur inconnu

 

 

 

 

 smilie
Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 00:05

 

 

 

 

 

 



Examen de français en primaire et drôle surtout.... 

Réponses d'élèves de primaire
    
1.  Dans la phrase   ''Le voleur a volé les pommes'' , où est le sujet ?
  - En prison.  
     
 2.  Le futur du verbe   ''je baille''   est... ?
     - Je dors.  
     
 3 .  Que veux dire l'eau   ''potable' ' ?
     - C'est celle que l'on peut mettre dans un pot.
4 .  Qu'est-ce qu'un oiseau migrateur ?
     - C'est celui qui ne peut se gratter que    la  moitié du dos.  
     
 5 .  Que faire la nuit pour éviter les moustiques ?
     - Il faut dormir avec un mousquetaire.  
     
 6 .  À quoi sert la peau de la vache ?
     - Elle sert à garder la vache ensemble.  
     
 7 .  Pourquoi le chat a-t-il quatre pattes ? 
      -   Les 2 devant servent à courir, les 2 derrière à freiner.  
     
 8 .  Quand dit-on   ''chevaux''   ?
     - Quand il y a plusieurs chevals  
     
 9 .  Qui a été le premier colon en Amérique ?
     - Christophe.  
     
 10 .  Complétez les phrases suivantes :  
     À la fin les soldats en ont assez....
     - ....d'être tués.
    Je me réveille et à ma grande surprise... 
      - ...je suis encore vivant.
    La nuit tombée...
    - ...le renard s'approcha à pas de loup.
11.  Pourquoi les requins vivent-ils dans l'eau salée ?
    - Parce que dans l'eau poivrée, ils tousseraient tout le temps.  
     
   12 ..  L'institutrice demande : Quand je dis   «je suis belle»,   quel temps est-ce ?
     - Le passé, madame.

 



Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 01:03









 
   
Les termes empruntés au monde animal sont partout.

La preuve

Que vous soyez fier comme un coq, fort comme un boeuf rusé comme un renard, têtu comme une mule, myope comme une taupe, malin comme un singe, chaud lapin ou fine mouche vous êtes tous, un jour ou l'autre, devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche.

Vous arrivez frais comme un gardon à votre premier rendez-vous et là, pas un chat... !
Vous faites le pied de grue,  vous demandant si cette bécasse vous a réellement posé un lapin.

Le type qui vous a obtenu ce rancard, avec qui vous êtes copain comme cochon, vous l'a certifié : "Cette poule a du chien, une vraie panthère...! ".
C'est sûr, vous serez un crapaud mort d'amour.
Mais tout de même, elle vous traite comme un chien.  Vous êtes prêt à gueuler comme un putois, mais non, elle arrive.
Bon, dix minutes de retard, il n'y a pas de quoi casser trois pattes à un canard. Sauf que la fameuse souris, avec sa crinière de lion est en fait plate comme une limande,myope comme une taupe,  elle souffle comme un phoque et rit comme une baleine.
Vous restez muet comme une carpe.
Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez, mais vous sautez du coq à l'âne et finissez par noyer le poisson. Vous avez le bourdon, envie de verser des larmes de crocodile.

Vous finissez par vous inventer une fièvre de cheval qui vous permet de filer comme un lièvre. Vous avez beau être doux comme un agneau, faut tout de même pas vous prendre pour un pigeon...!
 
J'ai pensé que c'était plus sympa
présenté comme cela.








Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 01:05

Lorsque Dieu créa le monde, il décida de concéder deux vertus à chacun des hommes qu'il venait de façonner afin qu'ils puissent prospérer dans l'harmonie et le bonheur. C'est ainsi qu'il distribua ces vertus :
- Il rendit les Suisses ordonnés et respectueux de la loi,
- les Anglais, opiniâtres et flegmatiques,
- les Japonais, travailleurs et patients,
- les Italiens, joyeux et romantiques,
- et quand vint le tour des Français, il dit : ceux-là seront intelligents, honnêtes et socialistes
 
Quand le monde fut achevé, l'ange Gabriel que Dieu avait chargé de la distribution des vertus lui demanda :
- Seigneur, j'ai fait comme tu m'as dit et j'ai octroyé à chaque peuple les deux vertus que tu as choisies pour eux, mais j'observe que les Français en ont eu trois. Est-ce parce que tu as pour eux une préférence secrète ou pour qu'ils se placent au dessus des autres ?
 
- En vérité Je te le dis, Gabriel, je leur ai accordé trois vertus parce qu'effectivement ils se croient au dessus des autres peuples, mais soit rassuré, dans mon esprit de justice, chaque peuple a bien deux vertus et deux seulement, y compris les Français car chacun d'entre eux ne pourra en posséder que deux à la fois.

Ainsi, si un Français est socialiste et honnête,
il ne sera pas intelligent,

S'il est intelligent et honnête, il ne sera pas socialiste
Et s'il est socialiste et intelligent, il ne sera pas honnête.





smiley 
Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 01:04

 





   
« Une grand-mère est une femme qui n’a pas d’enfants ; c’est pour cela qu’elle aime les enfants des autres » 
   

 « Les grands-mères n’ont rien à faire ; elles n’ont qu’à être là.
Quand elles vous emmènent en promenade, elles marchent lentement, sans écraser les belles feuilles ni les chenilles.
Elles ne disent jamais : avance plus vite.
En général, elles sont grosses, mais pas trop, pour pouvoir attacher nos souliers. Elles savent qu’on a toujours besoin d’un second morceau de gâteau, ou du plus gros. Une vraie grand-mère ne frappe jamais un enfant ; elle se met en colère en riant.
Les grands-mères portent des lunettes et parfois elles peuvent même enlever leurs dents.
Quand elles nous lisent des histoires, elles ne sautent jamais un bout, et elles n’ont rien contre, si on leur réclame la même histoire plusieurs fois.
Les grands-mères sont les seuls adultes qui ont toujours le temps.
Elles ne sont pas aussi fragiles qu’elles le disent, même si elles meurent plus souvent que nous.
Tout le monde devrait essayer d’avoir une grand-mère, surtout ceux qui n’ont pas la télé. »




Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 01:03






Nous parlons latin sans le savoir :
Ad libitum, Bis repetita placent, Carpe diem, De facto, Errare humanum est, Festina lente, Grosso modo, Homo homini lupus.
..
Carpe diem (quam minimum credula postero) est une locution latine qui signifie « Cueille le jour sans te soucier du lendemain ».
Littéralement « Cueille le jour [et sois] la moins curieuse [possible] de l'avenir ») est un extrait de vers latin du poète intéressé par l'épicurisme et le stoïcisme Horace (dans ses Odes, I, 11, 8 « À Leuconoé »).

Il résume le poème qui le précède et dans lequel Horace cherche à persuader Leuconoé de profiter du moment présent et d'en tirer tous les bénéfices, sans s'inquiéter ni du jour ni de l'heure de sa mort.
Rendu célèbre auprès du grand public depuis l'Antiquité l'extrait Carpe diem fait l'objet d'une mauvaise interprétation : traduit par « Profite du jour présent » (alors que les deux mots signifient « cueille le jour »), et compris comme une incitation à l'hédonisme le plus fort, peut-être le plus aveugle, il perd tout rapport avec le texte original, qui, au contraire, incite à bien savourer l'instant présent (sans toutefois récuser toute discipline de vie) dans l'idée que le futur est incertain et que tout est appelé à disparaître.
C'est donc un hédonisme d'ascèse, une recherche de plaisir ordonnée, raisonnée, qui doit éviter tout déplaisir et toute suprématie du plaisir.



Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 01:03



 







Prenez dix poules.
N'importe           lesquelles.
Mettez-les       ensemble dans un enclos, et      répandez-y un peu de nourriture.     
 Immédiatement ou presque, vous     allez assister à un phénomène       extraordinaire. En l'espace de       quelques minutes, les poules,      étrangères les unes aux autres,      vont former une hiérarchie fondée     sur la domination ; ou, en d'autres      termes, un ordre des préséances.     Instinctivement, grâce à une série d'escarmouches, elles vont déterminer quelle sera la poule numéro      un, la poule numéro deux, la poule     numéro trois, et ainsi de suite     jusqu'à l'infortunée numéro dix.    

Récemment, je fus invité à un               déjeuner en l'honneur du président     d'une banque. J'étais à table en  compagnie de neuf autres messieurs tous invités par la   banque et qui m'étaient inconnus. La concersation s'installa sans   délai. L'essentiel des discussions   se limita rapidement aux sujets    suivants : où nous travaillions,    combien gagnait notre société, et combien de personnes y    travaillaient. D'une certaine façon,   nous grattions le sol en nous    gonflant les plumes. Peu importait     que le sol ne fût pas en terre mais    en moquette bouclée, et qu'à la    place de plumes, nous exhibions    des costumes d'apparat et l'éclat   des carats. Cela ne faisait aucun  doute : nous nous testions les uns les autres, nous pavanant et
   caquetant, essayant de déterminer   le rang de    chacun.

L'ordre des préséances.   
Vingt minutes plus tard, avec mes vêtements de sport et ma montre Timex, j'étais certain de ma place. Il ne fallait pas être Einstein pour savoir quelle était la poule numéro dix.
  La tendance naturelle de chacun est de traiter ceux qui le précèdent dans l'ordre des préséances avec admiration, cordialité et respect (même si on les envie peut-être, ou qu'on les méprise en secret).
Ceux qui nous suivent, par contre, on tend à les traiter avec indifférence, dureté, voire avec mépris.

 

 


Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents