Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 23:14

 

 

  jh Herman

 

 

 

       

Il pleut des souvenirs
Dans la chambre d’enfance
Il y neige parfois
Quelques remords aussi
 

 

 Une fissure dans le châssis
De la fenêtre
Une imperfection du parquet
Un rien suffit
A rendre vivants
Des petits bonheurs
Sans violence
Disparus croyait-on
Depuis si longtemps

 

Quand le passé revient
Ce n’est qu’à pas feutrés

     

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 23:36






















Les arbres se sont habillés de couleurs pastels,
Jonquilles, crocus ont bravé la fraîcheur du temps,
Que déjà, les oiseaux publient leurs noces dans le ciel.
Neiges et froidures sont parties : " vive le Printemps ! "
 
Immense symphonie, où des millions de fleurs,
Se mélangent en un jour, aux bourgeons de velours
D'un coup de baguette magique : le ciel sort ses couleurs
Pour éblouir nos yeux, il devient troubadour.
 
Dans un ballet de cabrioles fantastiques
Les oiseaux dansent, s'accouplent et préparent leur nid,
Guidés par une force invisible et mystique,
Leur chant monte en hommage : au Maître de Symphonie.
 
Les oiseaux se sont embrassés sur les branches,
Et des angelots coquins ont ajusté leurs flèches...
Etrange ! tout ce que le Printemps en un jour change !
 
Les arbres se sont habillés de couleurs pastels,
Tandis que sous leurs branches les amoureux de mèche,
Se content fleurette quand roucoulent les tourterelles.



(Jean-Claude Brinette)










Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 07:59










 










 

Le clocher délabré de la vieille église
Est tombé tristement un jour
Sous les coups de la bise
Et le coq tout doré n'est plus sur sa tour
Pourtant la cloche grise au son des angélus
Berce encore le vieux bourg.
 
o-o-o
J'ai dans mon coeur
Tout pareil au clocher
Décimé par le vent de la grève
La cloche d'or sans sommeil
D'un amour infini
Qui contient tout mon rêve
Et sa voix qui s'élève
Monte vers le soleil
Mon coeur peut bien s'écrouler
Mais la cloche d'or pur
Qui sait tout mon amour
Sonnera sans se fêler
En jurant de t'aimer
Jusqu'à son dernier jour.


o-o-o

 

Au matin, du clocher privé de toiture
Vers l'azur monte un chant joyeux
Éveillant la nature
À midi, c'est l'envol d'un refrain pieux
Le soir c'est qu'un murmure
et sa voix chante encore

Quand nous fermons les yeux.



 
Vaysse - Martel - Vaissade - Gramon
Interprète: Rina Ketty (1937)









Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 09:01

                                               




Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit





  1. Noces de platine
  2. Un événement rare a eu lieu à Zinswiller. M. et Mme Charles Huntzinger viennent de fêter leurs 70 ans de mariage. Ils se sont unis le 25 février 1938 à Zinswiller. Madame, née Victorine Glad, vient d'avoir 95 ans le 10 février 2008 dernier et son époux s'apprête à fêter ses 95 ans le 23 mai prochain.




L’amour change tout
Le travail sans amour rend esclave,
La justice sans amour rend impitoyable,
La vérité sans amour rend critique,
Le savoir sans amour rend présomptueux,
La responsabilité sans amour rend autoritaire,
L’intelligence sans amour rend calculateur,
La mémoire sans amour rend rancunier,
La gentillesse sans amour rend hypocrite,
L’honneur sans amour rend orgueilleux,
La richesse sans amour rend avare,
L’offrande sans amour rend amer,
La foi sans amour rend fanatique,
Seigneur,
Parce que tu es Amour tu illumines notre route,
Parce que tu es Amour, tu donnes du sens à la Vie,
tu donnes du sens à nos vies.











Repost 0
Published by Simone - dans Ich
commenter cet article
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 11:57

 

 

 

 
   




«Rien ne saurait étonner un américain.»
   



«C'est à force de répandre le bon grain qu'une semence finit par tomber dans un sillon fertile.»
   



«Tant qu'il n'est question que de détruire,
toutes les ambitions s'allient aisément.»
   


«Eh ! Que diable ! Il faut bien bouillir quelquefois !
Dieu nous aurait mis de l'eau dans les veines et non du sang, s'il nous eût voulus toujours et partout imperturbables !»
   



«En France, on exhibe des farceurs étrangers,
et à l'étranger, des farceurs français !»
 


 
«C'était un honorable praticien qui guérissait
les malades de toutes les maladies, excepté de celle
dont ils mouraient.»
 



 
«Si le Français est "tout yeux",
l'Anglais est "tout oreilles".»
 



 

«Rien ne s’est fait de grand
qui ne soit une espérance exagérée.»
 



 

«La guerre, on le sait, fut pendant longtemps
 le plus sûr et le plus rapide véhicule de la civilisation.»
   


«Il n'y a rien d'illogique comme les accidents.
Ils n'ont aucun lien entre eux, et l'on ne peut pas,
comme on le voudrait, profiter de l'un pour atténuer l'autre.»

    Jules  Verne.

 

Repost 0
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 12:55

 

 


 

Il y a des petits voyages.....
Il y a des grands voyages.....
et le  plus beau  est celui de l'Amitié !





Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 06:50

 

 

 

 


 

 

 


Tu ne pourras jamais
Blesser le ciel à coups de poing
Aucun gémissement
Ne l'atteint

Il est de la nature humaine
De naviguer comme un fragile esquif
Aux oiseaux seuls il appartient
De s'envoler à tire d'aile
Vers le lointain

 

 

Va-t'en compter les feuilles
Où le vent s'insinue
Et les rides du sable
Où l'écume de mer
Te léchera les pieds
Sondeur enfin des choses de l'autre côté
À l'écoute du ciel qui murmure sans fin.

 

 

 

 

 


jh Herman

 

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 15:35

 

 





Un livre oublié
Sur le sable mouillé
Poèmes
Trop tôt effacés


Un livre traînant
Dans le parc sur un banc
Poèmes
Envolés sous le vent


Un livre égaré
Sans doute perdu
Définitivement
Poèmes
Offerts au tout-venant


Un livre trouvé
Lisible en entier
Pas encore abîmé
Poèmes à
Emporter
Précieusement

JH

  jh Herman

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 12:31

 

Réviser ses examens dans un cadre de prières,
de silence et de repos...une sacrée bonne idée (DNA)

 










Je te fais ma prière, petit Jésus
J'ai beaucoup de misère, je n'en peux plus
Tu connais bien des choses, tous mes tracas
Ce n'est pas toujours rose de conter ça.


Je le sais, tu consoles tous les chagrins
La maîtresse à l'école nous le dit bien
Tu n'as pas de misère au Paradis
C'est pour nous le contraire, je te le dis.



Au milieu de tes anges tu vis heureux
Mais ici, l'on s'arrange comme on le peut
Des leçons difficiles, ça prend du temps
Puis rester bien tranquille, c'est fatigant.


C'est moins dur à des filles qu'à des garçons
Un garçon ça frétille comme un poisson
Les congés sont trop rares et bien trop courts
J'en serais moins avare... tous les deux jours.



Parlons donc des vacances, ça ne vient plus !
Il en faut à l'enfance de la vertu !
C'est un dur esclavage pour des oiseaux
De se voir mettre en cage sous les barreaux.


Je voulais ma prière te présenter
Je me suis petit Frère, bien lamenté
J'ai conté les misères d'un écolier
Dis-moi donc comment faire pour étudier.



La paresse est vilaine et te déplaît
Je t'ai fait de la peine, j'en ai regret
J'essaierai tout de même d'être meilleur
Car tu sais que je t'aime de tout mon coeur






 Armand Bail

Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 08:35
 


 










 

 

Le printemps !

P'tits z'osiaux, fleurettes, terrasses...
Et surtout : voyages scolaires.

Comme moineau au sortir de l'hiver, l'écolier en goguette repeuple l'horizon dès qu'ont sonné les cloches de Pâques.

Sur le pavé de nos cités anciennes, sur le parvis des monuments historiques germent des gamins en grappes, piaillant et sautillant ainsi qu'aux beaux jours déjà installés.
Hors du bahut, là est la vie.

Ça chahute à la va-comme-je-te-pousse et ça crapahute à tout-va aux premiers rais de soleil.

Ces bandes de voyageurs organisés découvrent le monde à grand bruit et se font voir. Chacun dans son style.

Il y a les groupes d'Italiens, lazzis faciles, appareils photos façon paparazzi, et trajectoires de déplacement extrêmement aléatoires.

Il y a les groupes d'Espagnols, frigorifiés en plein mois d'avril, fringues comme on n'a pas l'impression d'en avoir vu au HLM du quartier - le lecteur MP 3 de toute évidence fait fureur de l'autre côté des Pyrénées.

Voyages, voyages

Il y a aussi les groupes des pays de l'Est, qui pique-niquent au pied des statues et circulent sac au dos, en quête du bistrot par cher où ils consommeront la boisson la plus économique.

Il y a encore les groupes d'Allemands, voix sonores, ballon pour mascotte et plan de rigueur.

Tous participent, activement, tant à l'animation des lieux touristiques qu'à la marche des affaires.

On pourrait être surpris de voir des marmots hispaniques dans les rayons de Zara, de jeunes bavarois chez Adidas ou des juniors transalpins agglutinés devant de l'Armani.

S'il s'agit de ne pas renier sa culture...

Bien sûr, s'asseoir dans un resto peuplé d'une classe en furie, attendre derrière trente gamins qui passent en caisse avec une pomme chacun, poireauter dans une boulangerie saturée de mouflets s'exprimant par gestes, voilà qui demande d'aimer, beaucoup, l'idéal européen.

Les voyages forment la jeunesse, oui.

La patience des aînés, aussi.

 

Didier Rose 

         Je pense donc je lis les DNA



Repost 0
Published by Simone - dans Didier Rose
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents