Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 12:57

 

 

Le bonheur, c’est tout petit ...

 

 

Le bonheur,
c’est tout petit

Le bonheur, c’est tout petit,
Si petit que parfois on ne le voit pas,
Alors on cherche, on cherche partout.
Il est là, dans l’arbre qui chante dans le vent,

L’oiseau le crie dans le ciel,
La rivière le murmure,
Le ruisseau le chuchote,
Le soleil, la goutte de pluie le disent.

Tu peux le voir là, dans le regard de l’enfant,
Le pain que l’on rompt et que l’on partage,
La main que l’on tend.
Le bonheur, c’est tout petit,
Si petit que parfois on ne le voit pas,

Et on le cherche dans le béton, l’acier,
La fortune,
Mais le bonheur n’y est pas,
Ni dans l’aisance ni dans le confort.

On veut se le construire mais il est là,
À côté de nous, et on passe sans le voir,
Car le bonheur est tout petit.

Il ne se cache pas,
C’est là son secret.

Il est là, près de nous
Et parfois en nous.

 

 
Le bonheur, c’est tout petit ...
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 16:10

 

 

Le bonheur, c’est tout petit ...

 

Le bonheur,
c’est tout petit

Il ne se cache pas,
C’est là son secret.

Il est là, près de nous
Et parfois en nous.

 

Le bonheur, c’est tout petit ...
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 10:30


 

 

 

 Le bonheur, c’est tout petit !

 

Le bonheur, c’est tout petit,
Si petit que parfois on ne le voit pas,

Alors on cherche, on cherche partout.
Il est là, dans l’arbre qui chante dans le vent,
L’oiseau le crie dans le ciel,
La rivière le murmure,
Le ruisseau le chuchote,
Le soleil, la goutte de pluie le disent.

Tu peux le voir là, dans le regard de l’enfant,
Le pain que l’on rompt et que l’on partage,
La main que l’on tend.

Le bonheur, c’est tout petit,
Si petit que parfois on ne le voit pas,

Et on le cherche dans le béton, l’acier,
La fortune,
 
Mais le bonheur n’y est pas,
Ni dans l’aisance ni dans le confort.
 
On veut se le construire mais il est là,
À côté de nous, et on passe sans le voir,
Car le bonheur est tout petit.
 
Il ne se cache pas,
C’est là son secret.

Il est là, près de nous
Et parfois en nous.

 
D. Quertain

 

 Le bonheur, c’est tout petit !
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 11:00

 

 

 
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Aimer, chérir quelqu'un, lui consacrer sa vie,
  • C'est goûter des moments, des instants merveilleux,
  • Tel l'oiseau libéré s'envolant vers les cieux
  •  Frissonner de plaisir quand le bonheur revit.
  • Dès le petit matin aux clartés enchantées,
  • C'est prévoir ses désirs, jusqu'au soir, tendrement,
  • Lui vouer ses pensées, sa flamme ou ses serments
  • Dans le rêve harmonieux, univers de beauté.
  •  On peut aimer aussi en mille autres nuances
  • Ses parents, sa famille, son pays, son métier,
  • Des kyrielles d'amis, et même ses héritiers,
  • Les animaux fidèles à l'affectueuse présence.
  • On peut encore s'éprendre des objets du logis,
  • Peindre, écrire, voyager, toutes choses remarquables
  •  Par le coeur inspirées, mais l'amour véritable
  • Est-il existentiel ou plutôt utopie ?
  • André KNOLL.
Aimer
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 11:04
L’âge mûr.
 
L’âge mûr c’est être toujours jeune mais avec beaucoup plus d’efforts.

Vieillir c’est « passer de la passion à la compassion ».
Plein de gens n’arrivent pas à 80 ans car pendant trop longtemps ils se sont battus pour rester à 40 ans.
Passé le cap de la soixantaine peu de choses paraissent absurdes.
Les jeunes pensent que les vieux sont fous, les vieux savent que les jeunes le sont. Personne ne va plus vite que les années.
Dans les yeux d’un jeune brille la flamme, dans les yeux d’un vieux brille la lumière.
L’initiative des jeunes vaut autant que l’expérience des vieux.
Derrière chaque homme il y a un enfant.
Les jeunes vont en groupe, les adultes en couple, les vieux vont seuls.
Heureux celui qui a été jeune pendant sa jeunesse. Et sage l’âge venu.
Nous désirons tous vivre vieux mais refusons de l’être.
C’est plaisant d’arriver à un grand âge mais pas de l’avoir.

 

L’âge mûr.
Repost 1
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 11:33

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Regarde bien les yeux du chat.
Il rêve, il fait semblant, il dort
Tout éveillé. Pourtant c'est toi
C'est bien toi qu'il épie.

Mais plonge tes yeux dans les siens
Ne les laisse pas t'échapper.
Très lentement, tu vas glisser
Dans l'eau dorée de ce regard,
Glisser sans fin jusqu'à
T'anéantir dans son immensité.

Regarde bien les yeux du chat.
Bientôt tu seras devenu,
Sans le savoir, le chat lui-même,
Les yeux du chat qui te regarde.

           Albert Uriet

 

 

 

 

 

Les Yeux du chat.
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 11:06
Toussaint RIP

Il y a ceux qui sont partis parce que c’était l’heure. Ils ont refermé leur porte sans bruit, ont laissé un mot sur la table, des souvenirs et des enseignements, un fardeau d’amour et puis s’en sont allés, comme ils sont venus, dans l’ordre des choses.

Il y a ceux que la Camarde nous a arrachés, enlevés. Ils sont partis parce qu’ils ne pouvaient faire autrement, dans un bruit de claquement de porte. Ils ont embarqué un bout de notre cœur, nous laissant à nos cris d’injustice, de culpabilité, à notre solitude. Leur absence nous fait une deuxième peau.

Mais tous sont là, rendus à la terre qui les a portés ou envolés dans une brise légère, ils nous habitent et leur souvenir se parfume d’un bouquet de fleurs ou des embruns iodés du whisky.

Et puis il y a les morts kilométriques, ceux dont la porte explose, ceux qui sont nés au mauvais endroit, ceux qu’on condamne au néant. Eux ne partent pas : ils restent là, dans la poussière d’un sol craquelé, sous les décombres d’un hôpital ; et ce sont les vivants, les encore vivants, qui partent, s’évadent de ce cimetière aux grilles scellées. Ils mettent des kilomètres entre eux et la mort mais elle les rattrape parfois et quand ils se croient suffisamment loin d’elle, elle vient encore les tourmenter. Elle prend le visage de la peur. Et si ces encore vivants transportaient la mort dans leur maigre bagage, comme une maladie contagieuse ? Elle a bon dos la peur, qu’attisent des gardiens de nécropoles, mais elle n’abolit rien et surtout pas la conscience de notre humanité.

La mort nous rattrapera tous un jour, vivants et encore vivants, et il serait sans doute léger au cœur de ceux qui resteront que nous puissions alors tous… reposer en paix.

Hervé Miclo

Dernières Nouvelles d'Alsace 01.11.2016

 

Toussaint RIP
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 11:05
Rien de nouveau sous le soleil !


Le bonheur n'est pas accroché à la lune,
Suspendu à quelque astre lointain ;
Il n'est pas sur Jupiter, Mars ou Neptune,
Mais à portée de main.
Le bonheur n'est pas au-delà des mers,
Dans un monde céleste, merveilleux, incertain
Il est sur notre propre terre,
A portée de main.

 

Le bonheur n'est pas sur une île lointaine,
Quelque part sur l'Océan terrible :
Il est chez nous, dans la plaine,
Dans ta maison paisible.


 

Le bonheur n'est pas dans un château grandiose,
Habité par des reines et des rois ;
Il est dans ton jardin de roses,
Dans ta maison de bois.


 

Le bonheur n'est pas dans une nuit vénitienne,
Faite de musique et d'amour,
Il est dans les choses quotidiennes,
Que tu retrouves chaque jour.


 

Le bonheur n'est pas dans quelque grande ville,
Où l'on parle de richesses et de joie ;
Il est dans ta chambre tranquille,
Tout près de toi.


 

Le bonheur n'est pas dans les choses qu'on espère,
Et qu'on réclame du lendemain  ;
Il est dans celles qui nous entourent,
Et qui reposent entre nos mains.

Anonyme

 

Rien de nouveau sous le soleil !
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 15:42
Le bourdon et la rose.

 

 

Il y a bien longtemps, quelque part sur la terre. 
Une fleur sans couleur, sans odeur et sans nom
Versait tout doucement des larmes bien amères
Dans le coin d’un jardin obscur, à l’abandon.

Un bourdon qui passait, tout bruissant de ses ailes,
Entendit ses sanglots et se posa sur elle.
Vois mes épines, hélas, disait la pauvre fleur,
Elles piquent et, cruelle, aux autres je fais peur.

On se méfie de moi, on me fuit, on m’évite
Et je reste si seule, oubliée et maudite….
Ne pleure pas,ô fleur, répondit le bourdon,
Car moi aussi, tu sais, on craint mon aiguillon…

Et puis ne vois-tu pas que mon cœur te sourit.
Au seuil d’un nouveau jour qui renaît à la vie ?
Et si je viens vers toi butiner, matinal,
C’est que tu m’éblouis et qu’entre tes pétales.

Ivre de ton parfum, je te respire telle
Entre toutes les fleurs, toi qui es la plus belle!…
En entendant ces mots la fleur se redressa
Elle embauma soudain, rougit avec éclat.

Et c’est ainsi qu’en mai naquit un jour la Rose…
De terne qu’elle était, elle se fit grandiose
Et devint la plus belle car un jour de rosée
Un bourdon qui passait, enfin l’avait aimée.

Robert Lasnier

né en 1943 à Meknès,au Maroc

 

 

 

 

 

Le bourdon et la rose.
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 10:09
Ainsi va l’amour.


Ainsi va l’amour.
Le soleil est pour beaucoup la chose
la plus ordinaire du monde.
Cependant tous les jours il fait son miracle.
Il allume pour moi la lumière et le feu.
Il combat les nuages pour me voir et m’offrir une belle journée.
La nuit il passe de l’autre côté de la terre pour donner là aussi sa lumière à des hommes.
J’éteins le soleil !
Je m’installe alors dans l’obscurité la plus complète et le froid le plus glacial.

Ainsi va l’amour.
L’amour s’épanouit dans ma vie, il m’apporte alors lumière et chaleur.
Si j’ai l’amour, je peux me passer de beaucoup de choses.
Mais si l’amour décline dans ma vie, les ombres deviennent de plus en plus grandes, et peu à peu je me retrouve dans la nuit et le froid.
L’amour est comme le soleil.
Qui le possède peut se passer de beaucoup de choses.

Qui manque d’amour,
manque de tout !

P. Bosmans
1922-2012


 

Ainsi va l’amour.
Repost 0
Published by Simone - dans Ils ont écrit
commenter cet article

Texte Libre

deytsc

Articles Récents