Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2021 4 12 /08 /août /2021 10:32

 

 

 

* Tais-toi
si tu n’as rien
d’important à dire !

* Tais-toi
quand tu as 
suffisamment parlé !

Tais-toi
jusqu’à ce que ton
tour arrive ..
 
* Tais-toi
quand tu es provoqué !
* Tais-toi
quand tu es nerveux
et irritable !

* Tais-toi
quand tu rentres dans l’église pour que Dieu puisse
te parler !

Tais-toi
quand tu en  sors pour que ta mémoire puisse  enregistrer dans ton cœur 
ce que tu as  entendu

* Tais-toi
quand tu es tenté
de médire de  quelqu’un !

* Tais-toi quand tu es
tenté de critiquer !

* Tais-toi pour avoir le temps de réfléchir avant de parler !

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 11:18

Papa, c'est quoi un Alsacien ?
Ce n'est pas compliqué fiston...
*La masse musculaire de l'Alsacien est supérieure à son poids total.
*Si la lumière va plus vite que l'Alsacien, c'est qu'elle a peur de lui.
*L'Alsacien ne ment pas, c'est la vérité qui se trompe.
*L'Alsacien n'essaie pas. Il réussit !!
*Quand l'Alsacien scrute l'horizon, il voit son dos.

*Quand l'Alsacien va au restaurant, c'est le serveur qui laisse un pourboire.
*Quand l'Alsacien s'est mis au judo, David Douillet s'est mis aux pièces jaunes.
*L'Alsacien est le seul homme à posséder une Bible dédicacée.
*L'Alsacien peut encercler ses ennemis. Tout seul.
*L'Alsacien pisse face au vent, le vent change de direction.
*L'Alsacien a déjà compté jusqu'à l'infini. Deux fois.
*Certaines personnes portent un pyjama Superman. Superman porte un pyjama d'Alsacien.
*L'Alsacien ne porte pas de montre. Il décide de l'heure qu'il est.
*Dieu a dit : « que la lumière soit ! » et l'Alsacien répondit « on dit s'il vous plaît »
*La seule chose qui arrive à la cheville d'un Alsacien ... c'est sa chaussette.
*Quand Google ne trouve pas quelque chose, il demande à un Alsacien .
*L'Alsacien fait pleurer les oignons.
*L'Alsacien sait parler le braille.
*Il n'y a pas de théorie de l'évolution. Juste une liste d'espèces que l'Alsacien autorise à survivre.
*Un Alsacien et Superman ont fait un bras de fer, le perdant devait mettre son slip par-dessus son pantalon.
*Un jour, au restaurant, l'Alsacien a commandé un steak. Et le steak a obéi.
*Un Alsacien a un jour avalé un paquet entier de somnifères. Il a cligné des yeux.
*L'Alsacien connaît la dernière décimale de Pi.
*Un Alsacien peut taguer le mur du son.
*Quand la tartine de l'Alsacien tombe, la confiture change de côté.
*Dieu voulait créer l'univers en 10 jours. L'Alsacien lui en a donné 6.
*Un Alsacien est capable de laisser un message avant le bip sonore.
*Une larme d'Alsacien peut guérir du cancer, malheureusement, l'alsacien ne pleure pas.
*Si l'Alsacien dort avec une lampe allumée, ce n'est pas parce qu'il a peur du noir mais parce que le noir a peur de lui.
*Un Alsacien attache toujours sa mouche avant de partir de chez lui, sinon au bord de l'eau les truites sauteraient dans ses boites.
*Un Alsacien peut facilement prendre plusieurs truites simultanément avec une seule mouche.
*Les truites sont capables de changer de rivière juste pour venir gober une mouche d'Alsacien.

......

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 12:13

 

 

 

Tu étais ouvrier agricole. À onze ans, tu labourais déjà avec un cheval. À 80, tu descendais de ton dernier tracteur. Et, voici quelques années, alors que tu venais de souffler tes 91 bougies, tu partis pour trop longtemps de l’autre côté du chronomètre. Ne connaissant pas ta nouvelle adresse, je ne t’écris pas souvent. Le vent, le chant des oiseaux et la course des étoiles étant mieux qualifiés que moi pour te donner des nouvelles du monde. Mais aujourd’hui et peut-être car j’aimerais pouvoir compter encore un peu sur toi, je viens te parler de ce monde qui, justement, n’y est plus tout à fait.
Nous voilà pilotés par quelques jeunes godelureaux qui font fureur dans la maladresse et le mépris, qui croient savoir ce qui est bien pour nous, car ils savent avant tout ce qui est bien pour eux. Depuis le mois de mars nous avançons, un masque plaqué sur le visage. Pendant 6 mois les enfants ne sont pas allés à l’école. D’ailleurs, en parlant d’école, ceux de ta génération faisaient moins de fautes et savaient mieux compter avec un simple certificat d’études que la plupart de nos bacheliers.
Que je te dise aussi, parce que certains font déjà semblant de l’oublier, au début de l’été, quelques élus zélés avaient installé des corridors sur le sable pour que nous puissions aller voir la mer. Oui, oui, tu peux me croire, nous n’avions même plus le droit d’aller voir la mer, ni la montagne d’ailleurs ! Et puis, plus rien, peut-être parce que les échevins de faction à Lutèce avaient compris qu’il ne fallait pas pousser le bouchon trop loin.
Avant cela, ils nous ont aussi interdit de rendre visite à nos anciens dans les maisons de retraite où beaucoup sont morts sans avoir vu une dernière fois leurs épouses, leurs maris, leurs enfants. Il était interdit de marcher dans la rue, de nous déplacer d’un village à l’autre, d’aller débusquer la morille dans le bois d’à côté, pas moyen de se faire couper les cheveux, le coiffeur avait baissé son rideau, plus de dentiste, idem pour les rendez-vous médicaux. Les mariages aussi étaient interdits, aux enterrements pas plus de 10 personnes. “Interdit” : je répète souvent ce mot parce que, désormais, ici, c’est le plus couramment employé.
Pour aller chez le boucher, chez l’épicier, “faire de l’essence” ou se dégourdir les mollets, il fallait se munir d’un laisser passer. Un bout de papier contrôlé par les gardes du cardinal de service que l’on nous obligeait à remplir nous-même, c’est dire le degré de soumission. Avec, comme en temps de guerre, çà et là, planqués derrière les volets, le relent des délations.
Interdit de nous rassembler, interdit de danser, il n’y a pas eu de bal au village cet été. Interdit de jouer aux boules, au ballon, au loto dans la salle des fêtes, à la belote dans les bistrots. De toutes façons les bistrots étaient fermés et, d’ici quelques temps, ils le seront peut-être à nouveau. Figure-toi qu’ils envisagent même de nous prendre la fièvre à l’entrée des restaurants.
Tous les soirs, à la télévision, nous devons écouter la parole des savants. C’est comme ça, on ne nous demande plus notre avis. Sauf, parce que ça c’est important et qu’il faut bien nous occuper, pour voter par téléphone et désigner celui qui aura le mieux chanté dans les émissions de téléréalité. D’ailleurs, à la télé, il n’y a plus que des séries policières, ça tire de tous les côtés, des meurtres en veux-tu en voilà. Tu sais même plus si c’est les informations ou du cinéma.

Je te jure, ce ne sont pas des conneries…
J’ai entendu dire aussi qu’il n’y aurait bientôt plus de pièces ni de billets, seulement des instructions sur des boites vocales et des chiffres sur des écrans d’ordinateurs. L’argent, c’est trop sale. Même avec ça, ils arrivent à nous faire peur pour mieux contrôler nos économies.
Je te jure, ce ne sont pas des conneries. Arrête de rigoler, tout est vrai. Et attends, tu vas voir ce que nous réservent les “forces de progrès”. Si tu revenais, tu ne reconnaîtrais pas ces garrigues où tu taillais la vigne entre deux bourrasques de tramontane gelée. Là-haut, les écolos ont planté leurs grands tourniquets blancs pour brasser du vent aussi futile que leurs idées. Et des idées, ils n’en manquent pas. Tiens, récemment l’un d’entre eux a supprimé le sapin de Noël, une autre veut “éliminer” les hommes, certains veulent interdire le Tour de France. D’ailleurs cette année il a eu lieu en septembre, sans demoiselles pour embrasser le champion. De toutes façons, on ne s’embrasse plus, on ne se serre plus la main. Pendant ce temps, dans les villes, les vandales (ce mot me vaudra peut-être un procès…) continuent de tout péter. Dans les campagnes, d’autres abrutis crèvent les yeux des chevaux, leur coupent les oreilles, massacrent les génisses, éventrent les petits veaux. Un peu partout, les églises flambent, mais il ne faut pas en parler. Des détraqués s’en prennent à la République, mais il n’est pas certain qu’ils le fassent exprès.
Bientôt nous ne pourrons plus rouler en voiture. Pour désherber, même sur les coteaux il va falloir reprendre la pioche. Un philosophe, qui sait certainement ce que travailler veut dire, préconise d’arrêter l’utilisation des moteurs pour avoir recours à l’énergie musculaire “animale ou humaine”. Ils sont allés chercher des ours dans les Carpates pour les installer dans les Alpes et les Pyrénées. Ils protègent les loups pendant que les troupeaux sont décimés. Et ils tirent des citoyens au sort pour imaginer le futur de nos paysans. Parce que ceux-là ont une “opinion”, tu comprends. Ils ont des idées. Même si certains ne savent pas faire la différence entre une aubergine et un navet.
Les chasseurs aussi en prennent plein la gueule, les cirques n’auront bientôt plus d’animaux. Et, tiens-toi bien, parce que celle-là il fallait la trouver, la viande sera remplacée par des steaks végétaux fabriqués dans des labos.
Comment expliquer ça à un gars comme toi qui descendais les rangées de vigne avec un sac de 50 kilos d’engrais coincé sous chaque bras, qui célébrait l’entrecôte et honorait le gigot, qui n’étais même pas rassasié après une centaine d’escargots ? Toi l’épicurien qui me conseilla un jour, alors que je sillonnais une parcelle longtemps restée en friche, de changer de sens parce que je ne suivais pas la bonne pente. Celle que l’eau devait emprunter naturellement. Celle que seuls les anciens connaissaient et que l’on ne pouvait distinguer à l’œil nu.
Parce qu’il en va, je le crois, de l’eau et du cours des rivières comme de celui de l’histoire. Si nous perdons les repères, si nous oublions la réalité, si nous ne transmettons pas le savoir avec cette part consubstantielle de sensibilité qui demeure la part la plus profonde de l’homme, les sources vont se tarir. Et les chemins qui sont parfois ceux de nos libertés, risquent de se refermer sur la misère et le chaos.
Allez Papa, je te laisse. Et surtout ne regrette rien.

 

Lettre à mon père
qui n’aurait pas supporté cette époque !

 

 

par Jean-Paul Pelras  .....

Né en 1963 à Perpignan

 

 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2020 7 22 /11 /novembre /2020 12:43

 

 

 

 

Nous croyions que le luxe était ce qui est rare, cher et exclusif, tout ce qui nous semblait inaccessible. Aujourd'hui, nous nous rendons compte que le luxe, c'était ces petites choses que nous ne valorisions pas... - Le luxe, c'est d'être en bonne santé, loin des hôpitaux.  - Le luxe, c'est de pouvoir se promener dans la rue et à n’importe quelle heure.   - Le luxe, c’est de respirer sans masque.    Le luxe, c'est de se réunir avec la famille et les amis.  - Le luxe, c'est voir les regards et les sourires. - Le luxe, c'est les câlins et les bisous. - Le luxe, c'est d'aller manger au restaurant. - Le luxe, c'est de partir en vacances. Tout cela, c’était le luxe et nous ne le savions pas

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2020 6 17 /10 /octobre /2020 16:20

 

 

-  extrait du Calendrier des pompiers 2021 Australie

 

Pour faire un monde sans haine
J’ai chassé le« H » à coup de hache
Ecobué le « A » de la douleur
Effacé le« I » et son point à coups de poing
Noyé le « N » dans la Seine
Broyé le « E » avec les oeufs


Souad HAJRI

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2020 7 26 /07 /juillet /2020 12:23

 

"Merci de ne pas déranger"

 

  Tout ce qui vous ennuie est là pour vous enseigner la patience.

Quiconque vous abandonne, est là pour vous enseigner à voler de vos propres ailes.

Tout ce qui vous irrite est là pour vous enseigner la compassion et le pardon.

Tout ce qui a un pouvoir sur vous est là pour vous enseigner à reprendre votre pouvoir.

Tout ce que vous détestez est là pour vous enseigner à aimer.

Tout ce que vous craignez est là pour vous enseigner le courage afin de surmonter votre peur.

Tout ce que vous ne pouvez pas contrôler, est là pour vous enseigner à lâcher prise. 

 
Jackson Kiddard 
né français à la fin des années 1800  et  décédé en 1901 aux Indes

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2020 3 08 /07 /juillet /2020 11:03

 

 

 

 

 

 

 

Tel homme ne tire d'un piano que des sons discordants ; tel autre que des mélodies harmonieuses.  Personne ne pense à incriminer le piano.
Il en est de même de la vie. La discordance et l'harmonie y demeurent en puissance.
Si vous savez diriger votre existence en suivant le bon chemin, il en résultera de la beauté. Mais si vous menez une vie désordonnée, sans obéir à aucun principe, elle ne produira que de la laideur.
Et qui blâmer ?  Certainement pas la vie !

Tiré de « croire et servir »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2019 3 30 /10 /octobre /2019 13:50

 

 

Le Grillon

Un pauvre petit grillon
Caché dans l’herbe fleurie
Regardait un papillon
Voltigeant dans la prairie.
L’insecte ailé brillait des plus vives couleurs ;
L’azur, la pourpre et l’or éclataient sur ses ailes ;
Jeune, beau, petit maître, il court de fleurs en fleurs,
Prenant et quittant les plus belles.
Ah! disait le grillon, que son sort et le mien
Sont différents ! Dame nature
Pour lui fit tout, et pour moi rien.
je n’ai point de talent, encor moins de figure.
Nul ne prend garde à moi, l’on m’ignore ici-bas :
Autant vaudrait n’exister pas.
Comme il parlait, dans la prairie
Arrive une troupe d’enfants :
Aussitôt les voilà courants
Après ce papillon dont ils ont tous envie.
Chapeaux, mouchoirs, bonnets, servent à l’attraper ;
L’insecte vainement cherche à leur échapper,
Il devient bientôt leur conquête.
L’un le saisit par l’aile, un autre par le corps ;
Un troisième survient, et le prend par la tête :
Il ne fallait pas tant d’efforts
Pour déchirer la pauvre bête.
Oh! oh! dit le grillon, je ne suis plus fâché ;
Il en coûte trop cher pour briller dans le monde.
Combien je vais aimer ma retraite profonde !

Pour vivre heureux, vivons caché.

Jean-Pierre Claris de Florian - Le Grillon
(1755-1794)

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2019 7 08 /09 /septembre /2019 12:40

 

 

 

 

 Bonjour, c'est moi, La Pluie.

 Je voudrais répliquer à la campagne de dénigrement que vous menez à mon égard. Je sais que vous me détestez depuis toujours, et cet été encore plus que jamais. Ben vous savez quoi ? Je suis encore plus tannée de vous autres que vous êtes tannés de moi ! Ça fait plus de 400 ans que j'endure, aujourd'hui, je déborde ! 

Je ne suis plus capable de vous entendre vous plaindre de moi : «Ah non pas encore de la pluie !, Maudite pluie !, Il ne fait pas beau !...» C'est quoi, ça, il ne fait pas beau ? C'est tout à fait subjectif. Pourquoi le soleil, c'est du beau temps et la pluie du mauvais temps ? Vous iriez en Éthiopie, au 100e jour de sécheresse, voir s'ils trouvent qu'il fait beau. Laissez-moi vous dire que, lorsque j'arrive là-bas, c'est moi, le beau temps.

 Pourquoi êtes-vous en adoration devant le soleil ? Le soleil vous brûle, vous donne le cancer et vous tue. Vous êtes absurdes. Vous vous déshabillez quand il fait soleil et vous vous habillez quand il pleut.
Alors que c'est le contraire qu'il faut faire !
Le soleil, c'est du feu. La pluie, c'est de l'eau. Vous habillez-vous pour prendre votre douche ? Votre peau aime l'eau. Votre peau hait le feu.
Vivez en harmonie avec votre corps.
Quand il pleut, au lieu de vous couvrir et de vous réfugier dans la maison, enfilez votre maillot et venez dehors.
Pas besoin de crème et d'indice de protection.
Vous n'êtes jamais autant en sécurité dehors que lorsqu'il pleut. Bien sûr, un éclair peut venir vous chatouiller un peu. Mais là, pas besoin d'avoir peur, franchement !

Avez-vous déjà gagné au Lotto ? Non ? Ben vous ne serez pas foudroyé non plus !
J'ai un cœur, moi aussi. Comment pensez-vous que je me sens quand j'entends quelqu'un dire: «On a eu un été pourri, il a plu tout le temps» ? C'est pas parce qu'il pleut qu'on ne peut pas avoir un été merveilleux.

Que fait l'homme quand il fait soleil ? Il joue au golf.  Que fait l'homme quand il pleut ? Il fait l'amour. Vous n'allez pas me dire, messieurs, que vous préférez jouer au golf plutôt que faire l'amour à votre femme ?

Et vous, mesdames, vous n'allez pas me dire que vous préférez que votre mari joue au golf plutôt qu'il vous fasse l'amour ?
Il n'y a rien de plus romantique, de plus sensuel que moi. Quand on tombe amoureux, on dit qu'on a un coup de foudre, pas un coup de soleil. Le coup de soleil, ça vous rend rouge comme un homard, puis vous pelez pendant deux semaines. Le coup de foudre vous rend heureux et léger.

 Pourtant, vous chantez le soleil : «Soleil ! Soleil ! ». Vos grands poètes écrivent même des odes à la neige: «Ah! que la neige a neigé...», «Mon pays, c'est l'hiver.» Et pour moi... rien ! Voulez-vous bien me dire ce que je vous ai fait pour que vous aimiez même la neige plus que moi ? C'est du racisme ! Après que je sois tombée, vous n'avez rien à faire. Vous allez dehors et vous sifflez.
Pas de pelletage, pas de millions à dépenser pour tout ramasser avec des camions. Rien du tout. Votre gazon est plus beau et l'air sent meilleur.
Mais pas le moindre merci. Pas la moindre poésie.
Je suis tannée des météorologues qui parlent de moi comme si j'étais la peste ou Ben Laden: «On ne vous dira pas ce qui s'en vient pour la fin de semaine ! C'est effrayant ! Faut surtout pas que vous soyez fâchés contre moi. Je n'y suis pour rien ! »
Oui, on le sait bien que tu n'y es pour rien. Tu n'es pas Zeus ! T'es juste une jolie fille qui lit des cartons devant des miliers de téléspectateurs.
La pluie est un effet spécial qu'aucun Steven Spielberg n'est capable de reproduire. Au cinéma, parfois, ils font pleuvoir sur un coin de rue, et ça leur coûte un bras ! Wow ! Moi, je suis capable de pleuvoir sur toute la Belgique et pour pas un cent ! Profitez-en au lieu de rouspéter ! 
Il y a juste Gene Kelly qui a compris qu'on peut avoir du plaisir sous la pluie. Si toutes les belles filles se promenaient en costume de bain quand il pleut, il y aurait plus de gars sur les terrasses les jours de pluie que les jours de soleil.
Quand il pleut, c'est le moment de laver votre voiture, ça ne peut pas être plus écologique. C'est vrai, vous n'arrêtez pas de dire que l'eau est rare et qu'il faut l'économiser. Il y a même quelquefois des policiers pour surveiller ce que le voisin fait avec son tuyau. Et quand cette manne vous tombe du ciel, arrose vos jardins, nettoie vos trottoirs, gratuitement, vous trouvez encore le moyen de râler.
Vous voulez faire un pas pour l'écologie et vous n'arrêtez pas déprimer quand il pleut. C'est pas logique. Qu'est-ce qui rend la planète verte ? Moi la pluie. Le soleil, lui, la rend jaune et sèche. Le réchauffement de la planète, ce ne sera pas de ma faute à moi, ce sera la faute du soleil que vous aimez tant. Vous allez disparaître à cause de lui mais pas à cause de la pluie !
Avant, vous aimiez les grosses voitures qui polluent et maintenant vous aimez les petites autos électriques. Avant, vous aimiez le soleil mais maintenant vous allez aimer la pluie.

Le beau temps, ça va être moi.
Le mauvais temps, ça va être lui.
Sinon, je m'en vais. Ou plutôt, je reste !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 août 2019 2 13 /08 /août /2019 12:25

 

 

 

Selon une légende du 19e siècle la Vérité et le Mensonge se sont rencontrés un jour.

Le Mensonge dit à la Vérité :    "Il fait très beau aujourd'hui"

La Vérité regarde autour d'elle et lève les yeux au ciel, le jour était vraiment beau. Ils passent beaucoup de temps ensemble jusqu'au moment d'arriver devant un puits. Le Mensonge dit à la Vérité :

 "L'eau est très agréable, prenons un bain ensemble !"

La Vérité encore une fois méfiante touche l'eau, elle était vraiment agréable. Ils se déshabillent et se mettent à se baigner. D'un coup, le Mensonge sort de l'eau, met les habits de la Vérité et s'enfuit. La Vérité furieuse sort du puits et court partout afin de trouver le Mensonge et de récupérer ses habits. Le Monde en voyant la Vérité toute nue tourne le regard avec mépris et rage. La pauvre Vérité retourne au puits et y disparaît à jamais en cachant sa honte.

Depuis, le Mensonge voyage partout dans le monde habillé comme la Vérité, en satisfaisant les besoins de la société, et le Monde ne veut dans aucun cas voir la Vérité nue. »

 

Merci Jean

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Texte Libre

deytsc

Articles Récents