Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 17:00
Repost 0
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 11:23
Il est où, le Burkémon ?

L’été, c’est fini ! Les tartes aux quetsches et les choucroutes ont refait surface, c’est la fin de ce trimestre voué aux voyages, aux tongs, au barbecue et aux sprays à la citronnelle. Je dis : « Ouf ! », je suis épuisée. La faute aux burkinis et aux Pokémons.

Ces deux termes sont les maîtres mots de ces mois de canicule.

Juillet 2016. Le monde est en proie aux affres du terrorisme. Les femmes sont en pleine course d’aquabike pour modeler leur corps. Les hommes sont en transes à cause de l’Euro de foot. Et là, le venu d’on-ne-sait-où, ce commandement « Pokémon go » ! Une exhortation à la chasse à des bestioles aussi psychédéliques que virtuelles. La fièvre gagne vite. Mamema dit : « Diss hann mer au gemacht ! » Elle se souvient des mêmes rassemblements, du même empressement de masse pour la chasse aux… champignons, aux myrtilles et aux marrons sauvages.

Vous connaissez Rudi ? Rudi, c’est un voisin. Il est au fait de tout ce qui se passe dans l’actualité. Il milite. C’est un militant polyvalent, politique aussi. Il composte, il mange cinq fruits et légumes par jour. Il a été le premier à avoir des alcootests dans sa voiture et cet été il a fait la chasse au burkini : sur son vélo, il parcourait les chemins en direction des gravières, des étangs et des bords de rivière pour sa croisade. Mais le burkini est comme le coquillage : on ne le trouve qu’au bord de la mer ! Et puis la chasse au burkini est une chasse difficile : il n’y a eu que 740 burkinis achetés sur l’ensemble du territoire en 2016. Rudi est déçu. D’autant plus que l’automne met les burkinis, les bikinis, les monokinis et les toufkinis dans les tiroirs embaumés par des huiles essentielles de cèdre.

La chasse au gluten est ouverte

La guerre contre le burkini me semble picrocholine ! Certes, on peut débattre de l’ingérence vestimentaire de l’étranger sur nos us et coutumes et sur notre identité. Mais n’y a-t-il pas eu pire ? Qui a analysé la mutation profonde de notre société causée par l’arrive du « jeans » venu des USA ? La France entière est en jeans. Et alors ? Avec l’aide des grands couturiers, promoteurs de la femme maigre, nous sommes dans une civilisation « unisexe » et « androgyne ». Nous voilà devant une grande mutation sociologique : celle du sexe et du genre avec cette question fondamentale : « Qui est homme ? Qui est femme ? » Et l’apparition du troisième genre. Rien n’est anodin.

Si sur les plages on a vu des burkinis, on a aussi vu, en plus grand nombre, des femmes adeptes du thigh gap, des femmes à la recherche d’un écartement des cuisses de 5 cm, celui qui est donné quand on a 45 kilos pour 1,70. Qui s’en offusque ? N’est-ce pas là un problème de santé publique ? Qui fait la guerre aux affameurs et aux vendeurs de ténias vivants ou chimiques ?

Nous voilà en septembre et une nouvelle chasse est ouverte : la chasse au gluten ! Sus !

 

 

 

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi....
mais toutes les deux... alsaciennes  ..

 

Il est où, le Burkémon ?
Repost 0
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 16:08

 

 

........

Bienfait qui se fait trop attendre,
est gâté quand
il arrive.
Qui veut être
servi, doit être patient.

 

Trois savoirs gouvernent le monde  le savoir, le savoir-vivre et le savoir-faire, mais le dernier souvent tient lieu des deux autres.

   Le livre des peut-être est un fort gros volume.
    Prends le temps quand tu l'as,
car il s'en ira.
 Le plus vieil homme qui ait vécu,
a fini par mourir.

 

Aujourd'hui
en chair,
demain
en bière.

 

Moins tu auras de nécessités, plus tu auras de liberté.

 

Il n'est si sot
qui n'ait
sa ruse.

Erreur de calcul
ne passe en force
de chose jugée.

 

Chagrin d'autrui
ne touche
qu'à demi.

Un ivrogne remplit plus souvent son verre que ses engagements.

 

Sous le chapeau d'un paysan
Peut se trouver
le conseil d'un prince.

Ceux qui sont de notre avis,
sont les vrais hommes
d'esprit.V

 

Ils ont dit...
Repost 0
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 11:15
Le buffet est ouvert !

« Le buffet est ouvert ! » c’est un peu comme le « Ite, missa est ! » du dimanche matin, trois mots qui libèrent la foule d’un discours prononcé du haut d’une estrade ou d’une chaire.

« Ite ! », « Allez-y », ces 3 mots envoient les fidèles vers l’apéro dominical dans une salle de bistrot où sont déjà alignés les Picon et les bretzels frais après la messe. Ils envoient aussi l’assistance d’un congrès ou d’une assemblée générale vers le hall d’une salle polyvalente où trônent des tables nappées de blancs et parsemées d’une myriade de mignardises salées et sucrées paramétrées pour vous en boucher un coin.

Même situation, même mouvement d’une foule vers une oasis où l’estomac peut être gavé de petits fours après que les oreilles ont été gavées de discours.

Si l’apéro du dimanche matin est une démarche isolée et volontaire, la marche vers le buffet d’une soirée commerciale a quelque chose de stalinien. L’itinéraire est obligatoire, le service d’ordre à brassards angoissant, l’organisation paramilitaire.

Plutôt le détecteur de métal que les couverts en plastique

La foule s’y rend en marche lente et en pas cadencé pour avoir la bonne vitesse d’approche vers l’hôtesse préposée aux accessoires – assiette en carton, fourchette et couteau en PVC pour tout le monde.

Je déteste les fourchettes en plastique qui perdent leurs dents comme une mémé de 95 ans, je déteste le couteau en plastique qui se plie sur les reliefs d’un pâté en croûte mou.

J’aimerais tant me soumettre au détecteur de métal à la sortie de la soirée si je pouvais avoir des couverts en inox pour couper correctement ma tranche de saumon cru, allongée là comme un sushi en mal de chemise, au lieu d’avoir à l’avaler à la manière de la poule qui avale un lombric, la tête sur le côté pour essayer d’éviter une de ces collisions qui vous met du jus de pomme sur la tête ou de la mayonnaise sur les manches du tailleur.

Je déteste le torticolis du lendemain qui me punit d’avoir passé du temps à chercher un truc, le « truc » qui soit original et plus savoureux que ces knacks qui ont tant trempé dans leur bassine qu’elles en sont délavées et que, par osmose avec l’eau de leur bain, elles sont devenues inodores, incolores et sans saveur.

Il y a bien – ô bizarrerie inattendue – des mauricettes rondes ! Et ces bretzels en forme de cœur qui sont un sacrilège boulanger !

Je déteste ces buffets dînatoires où tu te retrouves avec ton verre d’une main et ton carton de l’autre, otage de ces 540 calories si encombrantes à l’état solide ou liquide qu’elles t’empêchent même de te gratter le nez ou de sortir ton téléphone qui vibre dans ton soutien-gorge…

A cause de la bière que tu tiens à la main gauche et du risotto aux cèpes qui est collé sur la soucoupe en carton dans ta main droite, tu vas louper l’appel de l’homme de ta vie qui voulait te dire : « Je t’aime comme je n’ai aimé aucune des 23 copines que j’ai eues avant toi ». Le buffet dînatoire et les limites de mobilité qu’il t’impose peuvent te faire passer à côté de la chance de ta vie.

Retrouver l’air frais, Joe Cocker et les torches aux marrons

Confucius dit : « Ce qui est bien dans certaines choses, c’est ce que tu ressens après ».

Après un buffet il est bon de retrouver l’air libre, l’air frais, le calme de la voiture, Joe Cocker qui chante dans l’autoradio. Tu restes assis sur le siège de conducteur et là tu dégustes les petites torches aux marrons que tu as réussi à grappiller.

Mamema dit : « Rien n’est jamais tout noir ». C’est vrai ! Même les chats noirs ont la langue rose.

10.10.2015

 

 

 

 

 

 

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi....
mais toutes les deux... alsaciennes  ..

Le buffet est ouvert !
Repost 0
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 15:52

 

 

 

 

 

 

 

 

“Etonnant de voir le peu
de place qu'occupe
 l'amour chez les hommes.
Trop douloureux
comme sentiment,
trop consumant.
La plupart des humains
ne l'ont pas connu
ou se sont empressés
de l'oublier.”

Gilles Archambault
né  1933
romancier québécois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie ne remplit jamais ses promesses.
Repost 0
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 16:52

 

 

Frank Alamo, de son vrai nom Jean-François Grandin, né le 12 octobre 1941 est un chanteur français qui connaît le succès dans les années 1960. Frank Alamo est le fils de l'industriel fondateur de la marque Grandin de téléviseurs.
Il débute dans la chanson en étant le soliste des Petits Chanteurs à la croix de bois. Il meurt le 11 octobre 2012 des suites d'une sclérose latérale amyotrophique (maladie de Charcot).

File File File - Frank Alamo

Elle file, file, file, file
La route qui va vers toi
Elle file, file, file, file
Cette route là
Plus elle file, file, file, file
Et plus je suis fou de joie
Car je sais bien qu'au bout de cette route
Tu te jetteras dans mes bras

 

L'aiguille marque deux cents au compteur
Tiens bon mon moteur
Car il y a urgence dans mon coeur
Je fais la course au bonheur

Tout défile, file, file, file
Là dans mon rétroviseur
Les grandes villes, villes, villes, villes
Les bois, les champs et les fleurs

Je ne viens pas t'enlever sur mon cheval
Comme un Roméo
Moi je viens sur une machine infernale
Un cabriolet 300 chevaux

Et je file, file, file, file
T'offrir de t'aimer toujours
Oui je file, file, file, file
Sur la route de l'amour

 

1963

 

File File File - Frank Alamo
Repost 0
Published by Simone - dans Vidéo
commenter cet article
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 17:09
Manger apaise.

 Vaste sujet : « Quelles relations entre cuisine et culture ? »

                   

On sait que les rites ancestraux et les traditions religieuses tiennent une grande part dans les habitudes culinaires.
La pratique du jeûne périodique et la liste des aliments interdits par les curés, rabbins et imams influencent nos menus.

Ne négligeons pas non plus l'aspect patrimonial des repas propres à certaines couches sociales ou professionnelles : la soupe de pois des marcheurs, les Röjgebradelti des marcaires, les fromages des bergers, les salaisons des paysans. 
De nos jours, culture et nourriture riment d'autant plus qu'on ne fait pas de vernissage sans pain-surprise, de conférence scientifique sans collation, de congrès d'anthropologues sans buffet dînatoire.  Et pas d'exposition d'artistes villageois sans tarte flambée !

Le Moyen Age est de retour avec ses ménestrels et ses tournois mais aussi avec sa soupe d'épeautre et ses pièces de vénerie à la broche.

 Même les séances théâtrales de 21 h débutent à 19 h avec des knacks et des merguez. Shakespeare, Dario Fo ou Raymond Weissenburger entrent mieux dans nos cellules grises si une profusion de suc gastrique leur sert de vecteur.

Culture rime avec nourriture et nourriture rime avec littérature. Dans les salons du livre, l'auteur des Soupes de tante Germaine et des Mille Visages de la Pomme de Terre trône à côté de l'écrivain élu au Goncourt ou de l'auteur de ventes magnifiques, Marc Lévy.

Les collecteurs de recettes ont droit au label « écrivains » au même titre que les romanciers, les philosophes et les sociologues, selon le principe « qui écrit est écrivain » !


Cultiver la cellulite, c'est lutter pour la paix sociale

 Les philosophes, eux, se targuent de donner des leçons de diététique, au nom de la nouvelle religion du bien-être.

Quant aux sociologues, ils expliquent les grands événements par des carences alimentaires exceptionnelles. La révolution est dans l'air quand le peuple a faim. Cultiver la cellulite, c'est lutter pour la paix sociale. Manger apaise. Pas de violence dans les romans de Simenon. Pourquoi ?

Jules Maigret mange entre meurtres et interrogatoires.  « Food Culture » !
Voilà un festival qui va nous réjouir. Personnellement j'attends beaucoup de cette réunion au sommet entre éminences grises et toques blanches.
Qu'on me fasse enfin connaître la formule physique de la cuisson parfaite d'un oeuf à la coque mou ! Quel calcul faire entre le poids de l'oeuf, sa date de ponte et la taille de la casserole pour trouver le temps exact indispensable à l'immersion dans l'eau ?
En attendant, je vais me régaler avec des Mozart-Kugeln. Amadeus a laissé des symphonies, le Mozart du commerce gourmand a laissé des boules de chocolat.

 Comme dirait Léontine, grande mélomane, « si Beethoven avait su faire des chocolats, il aurait encore pu jouir d'une partie de son oeuvre après sa surdité ».

depuis 2008 dans les "bouillons" mais toujours d'actualité

Huguette Dreikaus ?  non ....ce n'est pas moi....
mais toutes les deux... alsaciennes  ..

Manger apaise.
Repost 0
Published by Huguette - dans Huguette Dreikaus
commenter cet article
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 12:23
L'erreur est humaine.


 
S'utilise lorsqu'on cherche à atténuer la responsabilité de celui qui a commis une erreur
 Elle signifie qu'il est parfaitement normal que l'homme puisse se tromper. Mais si se tromper une fois est parfaitement excusable, il devient impardonnable de persévérer ou, autrement dit, de reproduire la même erreur. Si l'homme est imparfait et donc forcément faillible, nous sommes censés apprendre de nos erreurs.
Voilà donc une excuse que l'on est bien content de pouvoir faire sienne lorsqu'on a commis une bévue, la première (et, bien sûr, la seule) fois où on la commet.

Cette expression est généralement attribuée à Sénèque, même si certains la considèrent comme postérieure, le latin de cette époque n'utilisant généralement pas le terme diabolique, paraît-il.
 

Normal que l'homme puisse se tromper. Ce qui n'est jamais le cas de la femme, cela va de soi, car, comme le chef, elle a toujours raison.

 

L'erreur est humaine.
Repost 0
Published by Simone - dans news
commenter cet article
16 août 2016 2 16 /08 /août /2016 10:09


 

 
 

     



L’âge mûr c’est être toujours jeune

mais avec beaucoup plus d’efforts.
Vieillir c’est « passer de la passion à la compassion ».
Plein de gens n’arrivent pas à 80 ans car pendant
trop longtemps ils se sont battus pour rester à 40 ans.
Passé le cap de la soixantaine
peu de choses paraissent absurdes.
Les jeunes pensent que les vieux sont fous,
les vieux savent que les jeunes le sont.
Personne ne va plus vite que les années.
Dans les yeux d’un jeune brille la flamme,
dans les yeux d’un vieux brille la lumière.
L’initiative des jeunes vaut autant
que l’expérience des vieux.
Derrière chaque homme il y a un enfant.
Les jeunes vont en groupe, les adultes en couple,
les vieux vont seuls.
Heureux celui qui a été jeune pendant sa jeunesse.
Et sage l’âge venu.
Nous désirons tous vivre vieux
mais refusons de l’être.
C’est plaisant d’arriver à un grand âge
mais pas de l’avoir.

 






 

 

 

Repost 0
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 16:41
Marc Escayrol  !

 


Marc Escayrol
Auteur et humoriste français 
né 1957

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous nagez dans le bonheur, soyez prudent, restez là où vous avez pied .

 

 

 

 

 

Une femme qui veut que son mari lui achète une robe dernier cri aura toujours le dernier mot.

 

Un homme plein de vices finit un jour ou l’autre sous écrou .

Dans un régime fasciste, on n’apprend pas "je suis, tu es" mais "je hais, tu suis” .

Mieux vaut habiter une maison en L qu'un château hanté.

La ménopause, c’est la date limite de ventre .

Pour assurer le quotidien, un milliardaire vit de ses rentes alors qu’un SDF vide ses poches

Le confort ménager corrompt; un homme droit est un homme qui n'a pas d'évier .

Les sado-masos sont particulièrement fidèles, car ils n’oublient jamais de se fouetter un bon anniversaire

 

Au théâtre, il faut toujours s'asseoir au premier rang, car si la pièce est ennuyeuse, au moins on en sort rasé de près.

"Tueur à gages", c’est un métier comme un autre; tous les jours, on pointe, la seule différence, c'est qu'après, on tire

Un a posteriori est un a priori favorable d’un homme envers une femme qui a un beau postérieur.

A la fin d’un repas dans un restaurant, un chanteur d’opéra ne dit pas “donnez-moi la note” mais “donnez-moi le la”.

L’avantage d’être une star, c’est qu’on n’a pas besoin de se peser. Il suffit de lire la presse pour savoir si on a grossi.

Je suis un acheteur compulsif : un nouveau modèle de femme vient de sortir, il faut que je l’achète aussitôt.

Quand on est prudent, on ne dit pas « Dieu soit loué » mais « Dieu soit mis en location ».

 

Un analphabète est mort d'avoir cherché toute sa vie l'amour avec un grand H.

La boxe est réputée être le plus dur de tous les sports alors qu'en fait c'est juste un coup à prendre

Cour de cassation : Tribunal qui représente le dernier espoir pour un condamné de pouvoir se casser.

Décan : terme astrologique dont il faut seulement retenir que le dernier est loin d’être le plus brillant.

 

 

Marc Escayrol  !
Repost 0

Texte Libre

deytsc

Articles Récents